• La #santé_mentale des immigré.e.s se détériore après leur arrivée

    Les recherches récentes mettent en évidence le poids des inégalités sociales, de l’exil et des difficultés d’accueil sur la santé des immigré.e.s. Alors que l’Institut Convergences Migrations (ICM) présentait sa première journée scientifique « Santé et Immigration », le 12 juin, De facto s’intéresse ce mois-ci à la santé mentale des immigré.e.s. qui se détériore particulièrement après leur arrivée. Ce thème a également été l’occasion de la 2e Rencontre Presse-Recherche de l’ICM qui réunissait journalistes et chercheurs le 6 juin à la faculté Saint-Antoine (Paris).

    Dans ce numéro de De facto, Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky, anthropologue et psychologue clinicienne, présente les conditions nécessaires au surgissement de la parole des exilés confrontés à des violences extrêmes. Andrea Tortelli, épidémiologiste et psychiatre, constate que la majorité des troubles psychiatriques sont liés aux conditions de vie dans le pays d’accueil. La démographe Julie Pannetier, qui a participé à l’étude Parcours sur les immigré.e.s d’Afrique subsaharienne atteints par le VIH ou l’hépatite B, montre que la maladie n’est pas la première cause d’anxiété et de dépression mais le difficile accès aux droits. La migration a également des répercussions psychologiques sur plusieurs générations, selon Maria Melchior, épidémiologiste et directrice du département HEALTH de l’ICM. Elle nous présente les premiers résultats de l’étude ELFE qui suit 18 000 mères et leurs enfants nés en France en 2011. Le thème du mois se décline aussi dans la rubrique « En Images » avec une discussion sur les Sept œuvres de miséricorde du Caravage entre Giovanni Careri, historien et théoricien de l’art, et Francesco Zucconi, spécialiste du cinéma et de la culture visuelle. Une sélection d’articles sur la santé des immigré.e.s est également proposée dans la revue de presse mensuelle.

    http://icmigrations.fr/defacto-008
    #santé #migrations #asile #réfugiés #France #violence #conditions_de_vie #accueil #troubles_psychiatriques

    https://seenthis.net/messages/788288 via CDB_77


  • Les #Gilets_Jaunes face à une justice d’exception

    https://www.franceinter.fr/emissions/comme-un-bruit-qui-court/comme-un-bruit-qui-court-15-juin-2019

    Superbe émission, je recommande chaudement

    https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2019/06/03ffcab3-5ef6-434e-9c22-a579a4176cf5/1200x680_img_0724.jpg

    Depuis le début du mouvement, près de 2 000 Gilets Jaunes ont été condamnés par la justice et 40% d’entre eux ont écopés de peines de prison ferme. Une sévérité inédite pour des prévenus au casier bien souvent vierge.
    Manifestation Gilet Jaune à Besançon, Bourgogne Franche-Comté.
    Manifestation Gilet Jaune à Besançon, Bourgogne Franche-Comté. © Radio France / Sylvain Prégaldiny

    Qu’elle soit policière, judiciaire ou administrative, la répression qui touche le mouvement des Gilets Jaunes est d’une ampleur inédite. Moins visible que les violences policières, le traitement judiciaire réservé à ceux qui se sont retrouvés, bien souvent pour la première fois, devant les tribunaux marque une volonté affichée de « faire des exemples ».

    Car si les magistrats sont indépendants, les consignes de fermeté du gouvernement ont largement été suivies : 40% des Gilets jaunes déférés devant la justice, la plupart du temps au cours de procédures expéditives de comparutions immédiates, ont écopés de peines de prison ferme (soit 800 personnes, selon les chiffres du parquet communiqués fin mars 2019), et 313 mandats de dépôts ont été prononcés, pour des peines qui, selon les dispositions prévues par le Code pénal, seraient normalement aménagées. Ce qui conduit le Syndicat des Avocats de France (SAF) à dénoncer une justice d’exception, devenue le bras armé du maintien de l’ordre.

    À Besançon, Frédéric Vuillaume et sa famille ont subi un véritable acharnement, multipliant gardes à vue, perquisition, contrôle judiciaire et prison ferme. Militant de longue date, Fréderic est l’un des piliers de la contestation à Besançon et participe au mouvement des Gilets jaunes depuis le début. Jamais il n’avait connu une telle répression auparavant.

    #gj #répression #violence_policière

    https://seenthis.net/messages/787660 via Reka


  • Idéal féministe et injonction à l’autonomie économique. Le travail social des associations luttant contre les violences conjugales | Cairn.info
    https://www.cairn.info/revue-pensee-plurielle-2011-1-page-81.htm#

    La politique publique de lutte contre les #violences_conjugales s’appuie sur les associations féministes accueillant et hébergeant les #victimes. Des années 1970 aux années 2000, ces structures se sont institutionnalisées, transformant partiellement leurs intentions et leurs moyens d’agir. La notion d’autonomie, au cœur du travail social actuel, rencontre alors celle d’émancipation, notion au fondement des théories féministes. Être autonome économiquement (disposer d’un revenu régulier provenant d’un emploi, pouvoir assumer des charges telles qu’un loyer et consommer) est l’évidence s’imposant à tous, l’horizon que le #travail_social propose aux #femmes pour sortir des violences subies. Quel est le sens de l’autonomie dans ce type de travail social ? Comment est-on passé d’une action militante à une activité institutionnalisée ? En quoi les liens entre militantisme féministe et travail social éclairent-ils les ambivalences de la notion d’#autonomie ?

    https://seenthis.net/messages/787486 via AOFobb


  • Gilets jaunes : la cheffe de l’IGPN « réfute totalement le terme de violences policières »

    http://leparisien.fr/faits-divers/gilets-jaunes-brigitte-jullien-refute-totalement-le-terme-de-violences-po

    Au total, du 17 novembre 2018 au 8 juin, nous avons reçu 555 signalements sur la plateforme de l’IGPN mise à disposition du public. 265 enquêtes judiciaires ont été ouvertes. Parmi celles-ci, 105 - soit 45 % - sont terminées et ont été renvoyées aux différents parquets pour analyse. Dans une majorité de cas, nous n’avons pas pu identifier les policiers. Beaucoup de victimes présumées ne sont pas parvenues à déterminer les lieux et horaire précis des faits, et dans certaines villes ou rues, il n’existe pas de vidéoprotection. Les parquets peuvent désormais classer le dossier ou demander un complément d’investigations. Dans les cas où des fonctionnaires ont été identifiés, les parquets peuvent décider de les renvoyer devant un tribunal correctionnel s’ils estiment les faits caractérisés.

    Comment expliquez-vous qu’aucun policier ne soit suspendu à ce jour ?

    Pour qu’il y ait suspension, il faut qu’il y ait faute. Or, à ce jour, aucune enquête n’a permis de conclure que la responsabilité d’un policier était engagée à titre individuel. Cela ne veut pas dire que cela n’arrivera pas…

    #Déni. #Corporatisme. #Complicité. #Mensonge. #Entrave à la #Justice. Les #Violences_Policières mènent toujours aux #ViolencesJudiciaires.
    #maintien_de_l'ordre

    https://seenthis.net/messages/787172 via ¿’ ValK.


  • #Cherry_Smiley : Comment l’Enquête nationale sur les femmes disparues et assassinées a trahi les femmes et les filles autochtones
    http://tradfem.wordpress.com/2019/06/08/comment-lenquete-nationale-sur-les-femmes-disparues-et-assassinee

    En septembre 2016, le gouvernement fédéral canadien a annoncé, à la suite d’une âpre lutte et d’une très longue attente, le début d’une Enquête Nationale indépendante sur les Femmes et les Filles Autochtones Disparues et Assassinées (ci-après « l’enquête »). Certaines militantes et universitaires espéraient qu’une enquête mettrait en lumière les causes profondes de la violence masculine contre les femmes et les filles autochtones et qu’il en résulterait des mesures significatives pour mettre fin à cette violence. D’autres étaient sceptiques quant à l’espoir que l’enquête conduise à la mise en œuvre de mesures concrètes qui amélioreraient la vie des femmes autochtones. Au début, j’ai appuyé les femmes autochtones qui avaient travaillé depuis si longtemps et si fort et soutenu leur réclamation, même si j’oscillais entre le doute et l’espoir quant aux résultats que pourrait atteindre une enquête nationale.
    Aujourd’hui, le 3 juin 2019, l’enquête publiera son rapport final. Il n’en résultera aucune mesure significative visant à promouvoir les objectifs de libération des femmes autochtones. En fait, je crains que le rapport final et les mesures subséquentes ne contribuent à marginaliser davantage les femmes autochtones et à les réduire au silence.

    http://tradfem.files.wordpress.com/2019/06/photo-smiley-confiante-tatouages.jpg
    Traduction : #Tradfem
    Version originale : https://www.cherrysmiley.com/blog/how-the-national-inquiry-failed-indigenous-women-and-girls
    #autochtone #Canada #féminicide #violences_masculines #bi-spiritualité #LGBTQ #prostitution #travail_du_sexe #féminisme_radical

    https://seenthis.net/messages/785941 via Tradfem


  • Inceste
    https://infokiosques.net/spip.php?article1665

    « On est trois à écrire/récolter d’autres contributions/mettre en page. (...) On fait partie du milieu féministe radical et on trouve que le sujet de l’inceste n’est (quasi) jamais abordé alors on fout les pieds dans l’plat ! (...) Parce qu’on parle beaucoup de viols/agressions sexuelles mais quand ça arrive quand tu es enfant, quand ça arrive par quelqu’un.e de ta famille, ça fait d’autres enjeux, et qu’ils sont peu pris en compte quand on parle en général de viol, ou de riposte par exemple. » Sommaire :

    La première fois que j’ai parlé

    Sans nom ou presque (partie 1) - Ta famille fait du déni ?

    Sans nom ou presque (partie 2) - Portrait de famille

    Pourquoi c’est dur de parler ?

    Des billes si un.e ami.e te parle de son histoire d’inceste

    Sans nom ou presque (partie 3) - Taper sur des casseroles (...)

    #I #Féminisme,_questions_de_genre #Education,_système_scolaire #Infokiosque_fantôme_partout_ #Violences_patriarcales,_autodéfense_féministe
    https://infokiosques.net/IMG/pdf/inceste-couleur_pageparpage.pdf
    https://infokiosques.net/IMG/pdf/inceste-nb_livret.pdf
    https://infokiosques.net/IMG/pdf/inceste-nb_pageparpage.pdf

    https://seenthis.net/messages/785787 via infokiosques



  • À TÉLÉCHARGER ! - Le martyre des gilets jaunes de mad meg - La Rédaction de SinéMensuel
    https://www.sinemensuel.com/communique/madmeg
    https://www.sinemensuel.com/wp-content/uploads/2019/06/madmeg_gj.jpg

    Hommage aux gilets jaunes et dénonciation des violences politiques.
    Décorez vos rond-points en couleurs, en noir et blanc avec un pochoir pour colorier vous mêmes, téléchargez-les et affichez-les partout !

    Cliquez ici pour les télécharger (16 Mo)
    http://madmeg.org/giletsjaunes/giletsjaunes.zip

    Il y a aussi une version allégée de ce dessin dans le numéro de SinéMensuel sorti ce matin
    https://www.sinemensuel.com/wp-content/uploads/2019/06/sm87_cover_web-600x768.jpg
    https://www.sinemensuel.com/numero-sine/n87-juin-2019

    C’est un dessin qui m’a été inspiré par le travail de @davduf sur les violences d’état contre les citoyen·nes (en gilets jaune ou pas) et le poster réalisé par @fil David Dufresne, Valentin de Bruyn, Hans Lemuet et Maxime Zoffoli et mise en page par @odilon sur @visionscarto
    https://visionscarto.net/allo-place-beauvau-poster
    Mon poster sera aussi bientôt disponible sur @visionscarto avec toute ma reconnaissance.

    La webapp est disponible aussi grâce @fil
    http://madmeg.org/giletsjaunes/vignette-1200x630.jpg
    http://madmeg.org/giletsjaunes

    #mad_meg #shamless_autopromo #gilets_jaunes #violences_d'etat #violence_politique #allo_place_beauvau @sinehebdo

    https://seenthis.net/messages/785479 via mad meg


  • Miraculé de la machine à broyer des #violencesjudiciaires, Brice, journaliste, témoigne des 83h délirantes qu’il a subi en couvrant une manif #GiletsJaunes
    Soulagé de s’en sortir mais traumatisé, il minore logiquement les #violencespolicieres (une lésion du tendon dont la calcification ultérieure est fréquente) et semblait ignorer les risques que représente une comparution immédiate (le témoignage des flics, fréquemment faux, prime dans 99% des cas)

    À lire : https://blogs.mediapart.fr/brice-i/blog/270519/comment-intimider-un-journaliste-recit-de-83-heures-de-procedure
    https://static.mediapart.fr/etmagine/default/files/2019/05/27/61135631-2881624188579308-2792734572201115648-n-1.jpg?width=3844&height=3024&width_format=pixel&height_format=pixel

    Samedi 20 avril, Paris. Comme j’en ai pris l’habitude depuis désormais presque 6 mois à Paris et Montpellier, je rejoins la manifestation des Gilets Jaunes pour un vingt-troisième acte qui s’annonçait particulièrement tumultueux. Journaliste depuis désormais 6 ans, de mes débuts en PQR à la télévision, ces manifestations représentent un moyen de formation et de compréhension des mouvements sociaux. Une occasion de pouvoir produire du reportage en live mais aussi de rédiger ces reportages en qualité d’observateur personnel. Je suis « engagé », certes, mais ma présence dans ces manifestations s’inscrit dans une finalité professionnelle. Malheureusement, les choses ne se passeront pas comme prévues. Une journée qui se conclura par une interpellation, 48h de garde à vue et plus de 30h de dépôt au TGI de Paris. Je n’en ressortirai que le mercredi à 5h du matin après avoir refusé la comparution immédiate, malgré un dossier vide de preuve et totalement incohérent.

    #maintien_de_l'ordre

    https://seenthis.net/messages/784590 via ¿’ ValK.


  • Ubuesque. Kafkaïen. Gilet jaune, il dénonce des violences policières et se retrouve en garde à vue
    https://actu.fr/pays-de-la-loire/mans_72181/un-gilet-jaune-sarthe-place-garde-vue-violences-policieres_24065578.html
    https://static.actu.fr/uploads/2019/05/25470-190528152100925-0-854x569.jpg

    Un habitant de Vaas (Sarthe), David B., Gilet jaune mobilisé depuis le début du mouvement en novembre dernier, a été interpellé par les policiers et placé en garde à vue au Mans mardi 28 mai 2019.
    /.../
    Cette procédure fait suite au dépôt de deux plaintes, devant la gendarmerie de Château-du-Loir, par le couple de Védaquais le 18 février 2019 pour des « violences policières. »

    #répression #violences_judiciaires

    https://seenthis.net/messages/783963 via ¿’ ValK.


  • Plus de 350 blessés dans les manifs nantaises et un #rapport qui étrille les forces de l’ordre

    La ville de Nantes est réputée pour être un haut lieu de la contestation sociale. Sans surprise, les manifestations des Gilets jaunes y ont donc été nombreuses et importantes. Et la #répression_policière violente. En témoignent les bilans établis par les équipes de street medics au fil des actes. Mediacités les a décortiqués et les chiffres sont effarants.

    https://www.mediacites.fr/wp-content/uploads/2019/05/police-Nantes.jpg
    https://www.mediacites.fr/nantes/enquete-nantes/2019/05/27/plus-de-350-blesses-dans-les-manifs-nantaises-et-un-rapport-qui-etrille-l
    #Gilets_jaunes #GJ #Nantes #violences_policières #maintien_de_l'ordre
    #bilan

    https://seenthis.net/messages/783663 via CDB_77


  • Un dossier étayé qui va faire mal :
    L’observatoire nantais des libertés, collectif de 12 associations nantaise, publie ce jour son rapport intitulé « Exercice du maintien de l’ordre à #Nantes et respect des droits. »
    À télécharger ici : http://site.ldh-france.org/nantes/exercice-maintien-de-lordre-a-nantes-respect-droits-rapport-de-lobs

    Ce rapport est issu des observations directes des manifestations à Nantes – des observateurs et observatrices de l’ONL sont présent.es à presque toutes les manifestations –, des témoi­gnages recueillis, des plaintes déposées, des articles de presse, des rapports et de toutes publications relatives au sujet.

    L’attitude des manifestant.e.s et les pratiques des forces de maintien de l’ordre dans la période couverte par le présent rapport ne sont évidemment pas indépendantes du contexte antérieur qu’il nous faut bien évoquer. L’état d’urgence a été instauré dès décembre 2015 et, considérant que les menaces terroristes persistaient, les gouvernements successifs n’ont pas voulu revenir à une situation normale. Et le terrorisme a justifié la banalisation de mesures considérées antérieurement comme d’exception. Les nombreuses manifestations contre la loi Travail/El Khomri, qui a suivi la période des attentats, ont été l’occasion de plusieurs innovations par rapport aux pratiques précédentes :
    • l’utilisation du prétexte de l’état d’urgence pour empêcher les manifestations de protestation à l’occasion de la conférence internationale du Bourget sur les changements climatiques,
    • les « interdictions de séjour » dans un périmètre sécurisé dont les cibles et limites sont à la discrétion de la préfecture,
    • les fouilles systématiques à l’entrée de ces périmètres,
    • l’utilisation croissante de grenades de désencerclement – comme préparation à des charges de forces de l’ordre,
    • les charges très violentes de la BRI (ou CDI) et de la BAC ; /.../

    .

    Table des matières
    1. LE CONTEXTE.............................................................................
    1.1. L’état d’urgence...............................................................................
    1.2. L’automne 2017...............................................................................
    1.3. 2018 – 2019 Les Gilets Jaunes........................................................
    2. LES FAITS....................................................................................
    2.1. L’encadrement des manifestations....................................................
    2.1.1 Le déploiement ostentatoire des forces de l’ordre...................
    2.1.2 De nouveaux moyens de surveillance des manifestations........
    2.1.3 L’enfermement des cortèges.................................................
    2.1.4 La nasse des manifestants....................................................
    2.1.5 Les restrictions d’accès au centre-ville et à certains quartiers .....................................................................................................
    2.1.6 Des manifestations stoppées ou déviées par la force sans dialogue avec les organisateurs......................................................
    2.1.7 Des interdictions de manifester............................................
    2.2. L’usage des armes..........................................................................
    2.2.1 L’usage intensif de gaz lacrymogènes...................................
    2.2.2 La banalisation de l’usage du LBD.......................................
    2.2.3 L’usage des grenades mixtes................................................
    2.3. L’exercice de violences physiques....................................................
    2.3.1 Des arrestations coups-de-poing...........................................
    2.3.2 Des violences exercées hors menaces..................................
    2.4. L’action judiciaire...........................................................................
    2.4.1 Des incriminations disproportionnées...................................
    2.4.2 Les plaintes classées sans suite, des enquêtes abandonnées.
    3. LES ENSEIGNEMENTS...............................................................
    Une stratégie de contention, d’encadrement et d’intimidation.....
    Une utilisation dangereuse des armes intermédiaires....................
    Des violences exercées hors menace.............................................
    Une « instrumentalisation » de la Justice....................................
    De graves atteintes au droit de manifester, à l’intégrité et à la di- gnité des personnes.......................................................................
    4. EN CONCLUSION, L’ONL DEMANDE........................................
    Une pacification du maintien de l’ordre.......................................
    Le respect des droits des victimes...............................................
    5. BIBLIOGRAPHIE ESSENTIELLE..................................................
    6. ANNEXE – LES COMMUNIQUÉS DE L’ONL...............................

    #violences _ policières #maintien_de_l-ordre #militarisation

    https://seenthis.net/messages/783523 via ¿’ ValK.


  • Les acheteurs de sexe sont de plus en plus violents, de plus en plus influencés par ce qu’ils voient dans le porno ; par une travailleuse de #RUHAMA
    https://tradfem.wordpress.com/2019/05/23/les-acheteurs-de-sexe-sont-de-plus-en-plus-violents-de-plus-en-pl

    Je ne savais pas grand-chose de la prostitution lorsque j’ai commencé à travailler pour Ruhama il y a 17 ans.

    Je savais qu’un acte avait lieu et que de l’argent changeait de mains, mais peu d’autres choses sur la réalité de la vie des femmes.

    Je ne savais rien non plus du genre d’hommes qui achetaient du sexe aux femmes. Quand j’y pense maintenant, j’avais mené une vie très protégée.

    Quand j’ai commencé à travailler avec Ruhama, j’ai lu beaucoup de choses sur la prostitution pour en apprendre le plus possible – mais c’est dans notre camionnette que j’ai le plus appris.

    Je me souviens de ma première soirée dans la camionnette – j’ai été tout à fait choquée. L’une des premières femmes que j’ai rencontrées était très enceinte et je n’arrivais pas à me faire à cette idée.

    Elle était visiblement mal à l’aise et je me souviens m’être demandé : quel genre d’homme trouverait acceptable d’acheter du sexe à cette femme ?
    https://tradfem.files.wordpress.com/2019/05/run-for-ruhama.jpg

    Traduction : #Tradfem
    Version originale : https://www.thejournal.ie/readme/opinion-i-support-women-in-prostitution-and-their-reality-is-one-of-pover
    #système_prostitutionnel #violences_masculines #exploitation_sexuelle #prostitueurs

    https://seenthis.net/messages/782991 via Tradfem


  • Lycéens interpellés à Mantes-la-Jolie : « Ce qui s’est passé est pire que ce qu’on a pu voir en vidéo »

    https://www.20minutes.fr/faits_divers/2517847-20190514-lyceens-interpelles-mantes-jolie-passe-pire-pu-voir-video

    En fait il faudrait que ce soit cette image qui colle aux fesses de macron jusqu’à ce qu’il aille se faire rôtir en enfer.

    https://img.20mn.fr/z58U4vV3SAyCDGStBXfLdg/648x360_la-police-interpelle-des-lyceens-aux-abords-du-lycee-saint-exupery-a-mantes-la-jolie-dans-les.jpg

    Celui qui a été entendu dans la matinée n’a pas fait qu’être mis à genoux. Il sortait du lycée où il avait assisté aux cours, ce qui a été vérifié. Il ne faisait pas partie des manifestants. Mais il a été pris dans la nasse mise en place par les fonctionnaires de police. Comme la plupart des lycéens, il ne pouvait pas s’en extraire. Ils ont été repoussés vers les Restos du cœur où ils ont été mis à genoux. Il a expliqué aux enquêteurs que cela avait duré plus de deux heures, qu’il avait également reçu des coups de matraque lorsqu’il a été couché au sol par les policiers. Son téléphone portable, qui était dans son sac, a été cassé par ces coups.

    Un agent lui a écrasé le dos avec son pied, il lui a marché dessus. Ce jeune de 15 ans a ensuite été placé en garde à vue. Les policiers lui ont fait du chantage en lui disant que s’il voulait un avocat, il devait attendre une nuit de plus. C’est la raison pour laquelle il a été entendu sans avocat. Finalement, il n’a eu qu’un rappel à la loi. Forcément, ils n’avaient rien à lui reprocher. Il a donc déposé plainte pour violation de liberté individuelle.

    #violence_policière #macronie

    https://seenthis.net/messages/782985 via Reka


  • *Le temps judiciaire est un temps contraint, qui n’est pas celui des victimes*

    https://entreleslignesentrelesmots.files.wordpress.com/2019/05/27246100513860m.jpg

    Quelques remarques préalables.

    Ma lecture et mes réflexions sont délimitées par plusieurs éléments : le refus du dénigrement des femmes qui ont recours au système de justice lors de situations d’agression (Voir par exemple l’article de Meghan Murphy : lextreme-gauche-doit-cesser-de-denigrer-les-femmes-qui-ont-recours-au-systeme-de-justice-lors-de-situations-dagression), la critique du système carcéral (voir par exemple, Angela Davis : La prison est-elle obsolète ?, interroger-les-logiques-denfermement-du-carceral/), le respect de la parole des femmes (voir par exemple, Affaire Tariq Ramadan : « Nous choisissons d’inverser la charge de la preuve et de croire la parole des femmes », affaire-tariq-ramadan-nous-choisissons-dinverser-la-charge-de-la-preuve-et-de-croire-la-parole-des-femmes/). Je reviendrais dans le cours de ma lecture sur d’autre éléments, dont les rapports sociaux et leur imbrication, la culture du viol, le « consentement » des hommes aux violences sexuelles et aux viols…

    Note sur : *Véronique Le Goaziou : Viol. Que fait la justice ?*

    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2019/05/24/le-temps-judiciaire-est-un-temps-contraint-qui-nest-pas

    #viol #violences #justice #droit


  • The deadly effects of social inequality | News | Harvard T.H. Chan School of Public Health
    https://www.hsph.harvard.edu/news/features/cutter-lecture-michael-marmot-inequality
    https://cdn1.sph.harvard.edu/wp-content/uploads/sites/21/2019/05/Cutter-Marmot.jpeg

    Marmot said that it is the social conditions surrounding poverty that cause health inequities. For example, stressful experiences in childhood such as exposure to #violence on the street can lead to mental illness, risky behaviors, and a lifetime of poor health outcomes. He said that one of the ways that the root causes of health inequities could be addressed would be to reduce childhood poverty. The U.S. and U.K. have the financial capability to do so Marmot said—adding that not doing it is a political decision.

    #pauvreté #inégalités #enfants #politique #états-unis #royaume-uni

    https://seenthis.net/messages/782775 via Kassem


  • « En mutiler un pour en terroriser mille »
    Documentaire inédit par StreetPress : Gilets Jaunes, une répression d’État
    https://www.streetpress.com/sujet/1558444107-documentaire-gilets-jaunes-une-repression-etat
    https://www.youtube.com/watch?v=3MjuoDpKLfI

    Depuis six mois une répression inédite s’abat sur le mouvement des Gilets jaunes. À travers les témoignages de blessés, spécialistes et militants, le documentaire inédit de StreetPress décrypte les dérives du maintien de l’ordre.

    La réponse policière et judiciaire au mouvement social des Gilets jaunes est un fait politique majeur. Rarement un mouvement social n’a été autant réprimé. Les chiffres officiels, forcément parcellaires, donnent le tournis : 3.830 blessés, 8.700 gardés à vue, 13.460 tirs de LBD 40 et 1.428 tirs de grenades lacrymogènes instantanées explosives selon le ministère de l’Intérieur.

    Dans ce documentaire inédit, StreetPress décrypte le tournant opéré dans la stratégie de maintien de l’ordre grâce aux témoignages de blessés, de militants, de sociologues, de journalistes, d’un avocat, d’un policier et d’un ancien ministre de l’Intérieur. Une politique de gestion des foules en gestation depuis près de 50 ans dans les quartiers populaires, les ZAD et aux abords des stades.

    Un film de Cléo Bertet, Matthieu Bidan et Mathieu Molard, avec la participation de (par ordre d’apparition) Vanessa Langard, Gilet jaune blessée, collectif des mutilés pour l’exemple – Pierre Douillard, doctorant en sociologie urbaine, auteur du livre L’arme à l’oeil – Adrien Verplancke, Gilet jaune – Cécile Amar, journaliste, L’Obs, co-auteure du livre Le peuple et le président – Youcef Brakni, professeur d’histoire géographie, comité Vérité et Justice pour Adama – Denis Jacob, Alternative Police CFDT – Marion Guémas, Action des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture (ACAT) – Aurélien Restelli, doctorant en sociologie, spécialiste du maintien de l’ordre – Daniel Vaillant, ancien ministre de l’Intérieur (PS) – Vitalia, Gilet jaune blessée, collectif des mutilés pour l’exemple – Camille Polloni, journaliste Police/Justice, Les Jours – Nicolas Krameyer, Amnesty International France – Raphaël Kempf, avocat au barreau de Paris.

    + Beaucoup de liens pour aller plus loin à retrouver sur le site...

    #violences_policières #maintien_de_l-ordre #militarisation

    https://seenthis.net/messages/782428 via ¿’ ValK.


  • Six mois d’« Allô Place Beauvau » : chronique des violences d’Etat
    https://www.mediapart.fr/journal/france/170519/six-mois-d-allo-place-beauvau-chronique-des-violences-d-etat

    En 20 + 1 tweets commentés, l’écrivain-journaliste David Dufresne raconte ses jours et ses nuits passés à relever les #Violences_policières survenues dans le cadre des manifestations des gilets jaunes et des lycéens. Comment le projet « Allô @Place_Beauvau » est né, comment il est porté, comment il a évolué.

    #Police,_violences_policières,_Allo_Place_Beauvau,_maintien_de_l’ordre,_Christophe_Castaner,_gilets_jaunes
    https://static.mediapart.fr/etmagine/default/files/2019/05/16/beauvau.png

    https://seenthis.net/messages/781429 via Mediapart


  • Lycéens interpellés en décembre à Mantes-la-Jolie : « pas de faute » de la police selon l’enquête administrative
    AFP -Modifié le 16/05/2019 à 16h40
    https://www.ouest-france.fr/ile-de-france/yvelines/lyceens-interpelles-en-decembre-mantes-la-jolie-pas-de-faute-de-la-poli
    https://media.ouest-france.fr/v1/pictures/92c8f6470b2d9251b06749117c576ae0-lyceens-interpelles-en-decembre-mantes-la-jolie-pas-de-faute-de-la-police-selon-l-enquete.jpg?width=1260&height=712&focuspoint=52%2C49&cropresize=1&client_id=bpeditorial&sign=e6a8e8b376d24c002a7a2aaee1eeaae8c3abb5d3e063b57737ee1daf1fb5bc5c

    L’enquête administrative menée dans l’affaire des interpellations de 151 lycéens mis à genoux à Mantes-la-Jolie (Yvelines) en décembre a établi « qu’il n’y avait pas de faute » commise par la police, a indiqué ce jeudi la patronne de l’Inspection générale de la police nationale (IGPN).

    Il n’y a « pas (eu) de comportements déviants de la part des policiers », a ajouté Brigitte Jullien, auditionnée par une commission d’enquête de l’Assemblée nationale. Une enquête préliminaire suit son cours dans ce dossier avec les premières auditions lundi des lycéens qui ont porté plainte.
    (...)
    Brigitte Jullien a par ailleurs indiqué que 249 enquêtes judiciaires avaient été ouvertes à l’IGPN dans le cadre du mouvement des Gilets jaunes, dont quatre dans le cadre d’une information judiciaire.

    La cheffe de la police des polices a regretté « le peu de retour de la justice sur la suite de ces enquêtes » alors que 72 d’entres elles ont été « clôturées et retournées à l’autorité judiciaire », à l’exception d’un classement sans suite prononcé par le parquet de Toulouse.

    Auditionné dans la foulée, le patron de l’Inspection générale de la gendarmerie nationale (IGGN), le général Michel Labbé, a indiqué que 15 enquêtes judiciaires avaient été ouvertes par ses services, dont 4 pour usage inapproprié du lanceur de balles de défense (LBD), 2 pour usage d’une grenade, 7 pour usage de la force et 2 pour des propos inappropriés. « Sur certains (cas) les enquêtes sont terminées, (...) et un classement sans suite a été décidé par le procureur », a-t-il précisé.

    #violencespolicières

    https://seenthis.net/messages/781347 via Loutre


  • #Julie_Bindel : Andrea Dworkin est la féministe radicale et visionnaire dont nous avons besoin en ces temps difficiles. Voici pourquoi.
    https://tradfem.wordpress.com/2019/05/14/andrea-dworkin-est-la-feministe-radicale-et-visionnaire-dont-nous

    J’ai connu la vraie Dworkin, et notre amitié de dix ans m’a appris beaucoup plus sur l’amour que sur la haine. « Je conserve dans mon cœur les récits des femmes », me répondait-elle quand je lui demandais comment elle arrivait à demeurer saine d’esprit dans le travail qu’elle faisait. « Ces récits m’exhortent à continuer et à rester concentrée sur ce qui doit être fait. »

    Elle était motivée par un désir inné de débarrasser le monde de la douleur et de l’oppression. Si nous avions été plus nombreuses à écouter Dworkin pendant ses décennies de militantisme et à prendre son travail plus au sérieux, plus de femmes auraient adhéré à un féminisme intransigeant, par opposition au féminisme fun, qui se prête au genre de slogans qu’on peut lire sur les T-shirts de mode, celui qui vante le « girl power » individuel des filles et l’audace de porter le pantalon, plutôt qu’un mouvement collectif pour libérer toutes les femmes de la tyrannie de l’oppression.

    Nous nous sommes rencontrées en 1996. J’étais l’une des organisatrices d’une conférence internationale sur la violence faite aux femmes, et Dworkin était l’une des oratrices principales. Nous nous sommes tout de suite bien entendues, à cause d’un humour semblable et de quelques amies en commun. Le premier soir, nous sommes allées souper avec d’autres conférencières et nous avons rigolé haut et fort de nos différentes listes de souhaits sur des moyens de mettre fin au patriarcat. « Avez-vous remarqué, nous a dit Dworkin le lendemain matin, qu’on nous appelées « ladies » à notre arrivée, « you guys » quand ils ont pris notre commande, et qu’on a probablement été bannies à vie en repartant ? »

    Traduction : #Tradfem
    Version originale : https://www.theguardian.com/lifeandstyle/2019/apr/16/why-andrea-dworkin-is-the-radical-visionary-feminist-we-need-in-our-ter
    #Andrea_Dworkin #féminisme_radical #misandrie #patriarcat #violences_masculines #femmes_de_droite

    https://seenthis.net/messages/780766 via Tradfem


  • Nantes. Stéphane Perrier : « Là, je m’interroge vraiment sur ce tir de LBD »
    13.05.2019 - Presse Océan
    https://www.presseocean.fr/actualite/nantes-stephane-perrier-la-je-m-interroge-vraiment-sur-ce-tir-de-lbd-13-
    https://www.presseocean.fr/sites/presseocean.fr/files/imagecache/facebook/2019/05/13/20195-190512114912986-0014173352714625946166-578755.jpg

    (...) "Nous étions isolés"

    « Un peu plus loin, il y avait la manif des Gilets Jaunes et la Bac que l’on apercevait de l’autre côté. On entamait notre deuxième tour sur le cours. Nous étions isolés et vraiment en sécurité totale, au point d’avoir enlevé nos lunettes et le casque. Nous marchions tranquillement quand j’ai reçu le tir dans le bas-ventre ». Intense douleur. Stéphane s’écroule. « J’ai bien vu la Bac traverser le cours et aller vers le Bouffay », témoigne Mickael Chaillou, son collègue journaliste de CNews. « Ensuite, c’est parti en live, ça hurlait et je vois Stéphane au sol. Il est resté à terre de longues minutes avec les street medics ».

    "Ma ceinture a amorti le choc"

    Les gardes du corps des deux journalistes de CNews font alors « la tortue pour nous protéger. Un cordon de CRS est venu voir ce qui se passait, ce qui a entraîné des jets de bouteilles vers eux et donc vers nous qui étions derrière. On se retrouve dans le brouillard ». Les deux agents de sécurité éloignent alors le blessé de la cohue et des gaz piquants et se réfugient chez un vendeur de kebab. Une vingtaine de minutes plus tard, Stéphane Perrier sera sur pied. « J’ai voulu reprendre le boulot dans la foulée ». Mais la caméra, tombée à terre, ne répond plus. « La chance était quand même là car j’avais mis une ceinture de contention pour un mal de dos. Elle a amorti le choc."

    #violences_policières

    https://seenthis.net/messages/780601 via Loutre


  • #gérard_gatineau, ancien flic et communiste
    https://ladeviation.com/agiter/gerard-gatineau-paimpol

    Gérard Gatineau a publié « 30 ans de bitume, ou les tribulations d’un flic du XXe siècle dans un univers hostile », aux éditions L’Harmattan, en 2009. Aujourd’hui âgé de 75 ans, celui qui est passé de l’autre côté de la barricade dès novembre 68 reste fidèle à la #cgt et au Parti communiste. Il [...]

    #Agiter #1er_mai #bavure #bretagne #communisme #côtes-d'armor #crs #david_dufresnes #gilets_jaunes #goëlo #inspection_générale_de_la_police_nationale #manifestation #ministère_de_l'intérieur #paimpol #paris #pcf #police #politique #préfet_de_police #répression #saint-brieuc #syndicalisme #syndicats #violences_policières


  • Obscénité d’état : La REM persiste dans le mensonge gouvernemental de la Pitié-Salpétrière et continue de diffamer les nassé·es de l’hôpital, bien que tous les faits soient maintenant établis.

    Décidément, il n’y a pas une ou un député·es de LaREM pour relever le niveau (pathétiquement bas) des autres. Ce matin c’est au tour Olivia Grégoire, porte parole des député·es En Marche à l’assemblée, de nous affliger dans un entretien minable sur France Inter.

    Nous sommes six jours après les fait, la journaliste lui pose une question sur le couac castanérien de la Salpétrière (bien que ça ne soit pas le sujet de l’entretien dédié à sa responsabilité à la commission des finances).

    Et Olivia Grégoire ose confirmer les grossiers propos que Castaner a lui-même reconnu - à demi-mots certes, et du bout des lèvres - comme étant des gros mensonges.

    https://www.franceinter.fr/emissions/le-7-9/le-7-9-06-mai-2019

    Olivia Grégoire :

    « j’ai beaucoup écouté Thomas Legrand (sic), je pense que [la déclaration de Castaner] est une maladresse ou une erreur de communication, en revanche, pour ce qui est de la Salpétrière, vous m’excuserez, pour avoir regardé les images en détail et en précision, on est sur de la sémantique, c’est important, c’est pas une attaque, c’est une intrusion violente ! [...] »

    Prise en flagrant délit de soutenir le gros gros mensonge de Castaner qui s’est lui-même engouffré dans la chaine de mensonges de la directrice de l’hôpital, du directeur de l’APHP et d’un médecin - par ailleurs conseillé médical pour le GIPN - qui a affirmé que du matériel informatique avait été dégradé et volé ce qui a été confirmé comme entièrement faux par l’hôpital : A l’heure où Olivia Grégoire parle, les nombreuses vidéos qu’elle a soi-disant regardé attentivement et les nombreux témoignages - y compris du personnel de l’hôpital ont permis d’établir que :

    – Ce n’était pas une intrusion violente, les manifestant·es violemment attaqué·es et maltraité·es par les forces de l’ordre cherchaient désespérément un refuge pour se protéger et respirer dans un espace avec moins de gaz lacrymogène.

    – Que la plupart des manifestant·es ne savaient même pas qu’elles et ils entraient dans l’enceinte d’un hôpital.

    – Que la grille n’a pas été forcé mais que le passage était libre, soit que la grille était déjà ouverte ou en tout cas pas bloquée

    – Que les manifestant·es ont été pousuivi·es dans cet espace par la police qui les a matraqué·es, violenté·es et gazé·es à nouveau (personne n’a mentionné que les forces de l’ordre ont tiré des palets lacrymogènes dans l’enceinte de l’hôpital en direction du service de réanimation, ce qui est très moyennement bon pour les malades)

    – Que la passerelle sur laquelle se sont réfugié·es les manifestant·es terrorisées était la seule issue possible pour elles et eux pour échapper aux matraques. Pratiquement aucune et aucun de ces manifestant·es ne savait que cet escalier menait à un service de réanimation.

    – Confirmé par le personnel de l’hôpital : il n’y a eu aucune intrusion, aucune violence, aucun vol ni dégradation de matériel par ces manifestant·es, tout s’est passé dans le calme.

    OG poursuit :

    « j’ai moi-même malheureusement beaucoup fréquenté les services de réanimation, je pense que se réfugier et/ou apporter de la violence et mouvements comme ça dans un hôpital a été problématique et je pense qu’il faut aussi écouter les mots qu’on a entendu, et je les ai entendu avec force "achevez-le" crié sur le CRS à terre, à quelques mètres de la salpé, et je crois qu’on aurait pu se l’éviter, même si le ministre de l’intérieur a parlé trop vite, il l’a dit lui même, je pense qu’un service de réa c’est grave, il faut du calme, il s’agit juste de la vie et de la mort »

    Ici ce qui est très grave, c’est l’amalgame. Il semble que les membres du gouvernement et les responsables LaREM aient été coaché·es sur cette affaire puisque Marc Fesnau, ministre chargé des relations avec le Parlement auprès du premier ministre tient exactement le même langage et cite aussi l’épisode du CRS à achevé alors qu’il était à terre et blessé dans une interview sur sud radio le 3 mai (ainsi que d’autres membres du gouvernements et d’autres député·es LaREM dont il semble qu’elles et ils soient prié·es de prendre leurs directives de communication à la même source).

    Il est bien évident que crier "achevez-le" alors qu’il est à terre est inacceptable et condamnable, mais le problème est que cet incident n’a rien à voir avec le mouvement de panique des manifestant·es dans l’enceinte de l’hôpital. L’épisode a lieu bien avant, et est un incident complètement séparé. C’est vraiment une mauvaise fois crasse et bien dégueulasse de la part de La REM de faire croire que les nassé·es de la Salpé aient eu quelque chose à voir avec ça. C’est vraiment du niveau de La Rem en général d’ailleurs : le niveau du caniveau. Aucun·e des manifestant·es n’ont insulté ou menacé les forces de l’ordre dans l’enceinte de l’hôpital (c’est d’ailleurs plutôt le contraire, car on entend sur les vidéo de nombreuses insultes et menaces proférées par les forces de l’ordre envers les manifestant·es).

    C’est troublant d’entendre aussi Marc Fesnau sur Sud Radio le vendredi soit deux jours après les événements, donc à un moment où l’essentiel des faits sont établis. Et en réalité lui, il est même pire qu’Olivia Grégoire parce qu’il travestit complètement les faits et la réalité. Comme ses patrons, c’est mensonges sur mensonges. Et c’est très grave car beaucoup sont tenté de croire qu’en effet "il n’y a pas de violence policière mais seulement du maintien de l’ordre" (répété dans cet entretien) :

    https://www.sudradio.fr/politique/marc-fesneau-ne-rentre-pas-dans-un-hopital-quel-que-soit-le-motif

    – Il prétend que Castaner est arrivé à la Salpé et s’est entretenu avec des personnel de l’hôpital qui avaient vécu cet événement de façon violente. C’est faux, tous les personnels ont témoigné du contraire, ont réaffirmé que tout s’était bien passé et qu’ils ne se sont jamais sentis en danger, que quand ils ont expliqué aux gens sur la passerelles qu’ils ne pouvaient pas les laisser rentrer, ils n’ont pas insisté et se sont laisser emmener par la police.

    Marc Fesnau poursuit :

    « Tout ça c’est le produit d’un certain nombre de manifestant qui ont fait de la violence toute la journée contre les forces de l’ordre, produisant ce qu’on a vu parfois, c’est-à-dire des actes de violence, à l’endroit parfois des syndicalistes, parfois à l’endroit des forces de l’ordre [...] et quand vous avez des acteurs aussi violents que ceux là, ça produit cette violence là et ça produit aussi parfois des mouvement de foule, et des gens qui, dans cette violence généralisée, peuvent aller dans tel ou tel établissement : y a quand même quelque chose d’étonnant, et c’est d’une certaine façon une violence à soi-même (sic) que d’entrer, même pour se réfugier dans un hôpital »

    Déjà le mec s’exprime comme un manche, rhétorique médiocre, il s’emmêle complètement les pinceaux en hésitant entre la version officielle qu’on lui demande de répéter comme un perroquet (la violence), et la réalité (mouvement d’une foule paniquée), ce qui montre que finalement, il ne croit pas vraiment lui même à ce qu’il dit : il répète cinq fois le mot « violence » [des manifestant·es] dans la même phrase :)

    Par ailleurs il affirme que les éléments violents ont « attaqué » le cortège syndical, ce qui est faux, c’est établi par les témoignages qui désignent encore une fois la police (à neuf reprises). Il décrit le cortège et les manifestant·es comme une bande de voyous et de voyelles incontrôlables qu’il fallait nécessairement ramener « à la raison » (justifiant la charge et le matraquage).

    « les mouvements de force de l’ordre se font pour réprimer une violence (ça fera donc six fois) qui s’exerce par les manifestants ». Ce n’était pas de la répression, c’était du maintien de l’ordre (quand il y a des violences - sept fois - on rétablit le calme)

    Le reste de l’entretien est de cet acabit, en vrac lui, comme Olivia Grégoire s’enfonce dans le mensonge, n’arrive même pas à se rattraper aux branches. Fesnau précise en fin d’entretien que Martin Hirsh, pourvoyeur du gros mensonge a porté plainte pour intrusion violente et que "donc vous voyez, il n’y a pas de fumée sans feu ect..."

    Ce qui est très grave à mon sens, entre autre chose, c’est que le gouvernement via ses caniches persiste à jeter le discrédit sur les manifestant·es de la Salpé alors qu’elles et ils savent très bien aujourd’hui la vérité, ils savent très bien ce qui s’est passé réellement, qu’aucune de ces personnes n’étaient ni violentes, ni mal intentionnées, ne cherchant légitimement que un refuge alors qu’ils se sentaient menacé·es dans leur intégrité physique, terrorisé à l’idée qu’on leur fasse mal. En somme, que ces gens n’ont absolument rien fait de mal ou de répréhensible.

    De ce point de vue mesdames et messieurs responsables ou ministres de LaRem, vous êtes vraiment bien cradoc. Vous leur devez les excuses de la République, cette république que vous êtes en train de pervertir en nous faisant croire que vous « assurer l’exercice de l’état de droit ».

    Gouverner par le mensonge n’est pas tout à fait « l’exercice de l’état de droit ».

    En plus

    Je n’ai pas parlé des étudiants qui habitaient dans la résidence et qui ont été aussi poursuivis et matraqués sans raisons. Nous y reviendrons.

    Je n’ai pas parlé des témoignages des gardés à vue de la Salpé qui ont subi beaucoup de violences, d’insultes et noté de nombreuses irrégularités au cours de leurs 30 heures passés en GAV. Nous y reviedrons aussi.

    #castaner #macron #violences_policières #mensonge_d_état #psychopathie_d_etat

    https://seenthis.net/messages/779254 via Reka


  • Mélanie, #gilet_jaune amiénoise frappée violemment dans la nuque par un policier samedi à Paris

    https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/melanie-gilet-jaune-amienoise-frappee-violemment-dans-la-nuque-par-un-pol
    https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2019/04/931f4509-e0d7-4a73-8f60-978e9dc4174e/870x489_capture_gilets_jaunes.jpg

    Mélanie, 39 ans, mère de deux enfants, l’une des porte-parole des Gilets Jaunes d’Amiens, Les Réfractaires du 80, a été violemment frappée à la nuque, par derrière, par un policier lors de l’acte 23 de la mobilisation des gilets jaunes à Paris samedi. Elle a déposé plainte ce mardi.
    Mélanie s’est effondrée après avoir reçu un violent coup dans la nuque par un policier
    Mélanie s’est effondrée après avoir reçu un violent coup dans la nuque par un policier - Capture d’écran YouTube

    Amiens, France

    Mélanie est encore sous le choc. Elle porte une minerve et se dit psychologiquement marquée : « Je suis quelqu’un d’humain, j’aime les humains et je ne pensais pas qu’un jour quelqu’un puisse me taper dans le dos sans que j’ai fait quoi que ce soit ».

    #violence_policière #police_voyou cc @davduf

    https://seenthis.net/messages/776762 via Reka


  • US threatens to veto UN resolution on rape as weapon of war, officials say | World news | The Guardian
    https://www.theguardian.com/world/2019/apr/22/us-un-resolution-rape-weapon-of-war-veto
    https://i.guim.co.uk/img/media/2ece9c95b27a59701215bbe4909599d5d6b007f8/0_170_4838_2903/master/4838.jpg?width=1200&height=630&quality=85&auto=format&fit=crop&overlay-align=bottom%2Cleft&overlay-width=100p&overlay-base64=L2ltZy9zdGF0aWMvb3ZlcmxheXMvdGctZGVmYXVsdC5wbmc&s=c706aaf53af3b3c815d10c018e1241ca

    Et même de manière rétroactive,

    In cases of disagreement in the security council, member states often fall back on previously agreed text, but the US has made it clear it would no longer accept language from a 2013 #resolution on sexual #violence.

    #viol #onu #etats-unis #leadership

    https://seenthis.net/messages/776454 via Kassem