#zad


  • Lettre aux comités locaux, aux soutiens du mouvements, et à toutes celles et ceux qui se reconnaissent dans le mouvement contre l’aéroport et son monde - Zone A Défendre
    https://zad.nadir.org/spip.php?article5028

    Ce qu’on veut : défendre la zad pour lutter contre le monde de l’aéroport
    Alors que l’État laisse entendre qu’il pourrait abandonner le projet, des personnes plus ou moins éloignées de notre réalité dévoilent dans les médias leurs projets pour la zad. Nous ne les avons pas attendu.es pour penser notre avenir. L’État et le système qu’il défend nous emmènent droit dans le mur, et plutôt que de contribuer au désastre en cours, nous nous sentons légitimes à essayer ici de vivre différemment.

    Comme convenu avec l’ensemble du mouvement, nous voulons un gel de la situation foncière une fois les historiques revenu.es dans leurs droits , afin de créer une entité issue du mouvement qui prendra en charge ces communs. On peut souvent lire ou entendre qu’une zad d’après l’abandon reviendrait peu ou prou à sa vocation uniquement agricole d’avant le projet. Si cette lutte fut dès ses débuts une lutte pour la défense des terres, elle s’est depuis élargie, notamment avec l’arrivée des occupant.es. Des gens vivent et luttent ici, y ont développé d’autres pratiques depuis des années, et entendent bien continuer.

    N’en déplaise à ceux qui veulent nous aménager en zone pacifiée de commerce équitable, nous souhaitons continuer à produire et/ou vivre, hors cadre et hors normes. Nous voulons aussi continuer à inventer d’autres manières de partager et d’échanger en dehors du seul lien marchand, pour être moins dépendant.es de l’état et du marché, mais aussi pour nos voisin.e.s et pour soutenir d’autres luttes. Nous désirons aussi continuer à définir nos propres règles et gérer nos conflits. On n’a pas de réponse prémâchée sur comment vivre autrement dans ce monde, sur les contradictions qui nous traversent, et les compromis qu’on est prêt.es ou pas à accepter.

    Nous voulons prendre soin ensemble des espaces communs (routes, espaces boisés, prairies, lieux de réunion...) ; travailler à renforcer les liens de confiance qui nous unissent déjà à nos voisin.e.s, et à déconstruire les préjugés et les fantasmes qui nous séparent de beaucoup d’entre elleux (notamment via l’organisation d’info-tours dans les bourgs alentour, la participation à la dynamisation du bourg voisin...). Pour autant, nous ne voulons pas d’une zad où seul.e.s pourraient rester celleux qui présenteraient bien devant les journalistes, accepteraient de prendre un statut légal ou pourraient/voudraient bien payer des factures. En d’autres termes celles et ceux qui ne feraient pas tâche sur la photo de famille. Nous voulons que la zad reste diverse et surprenante, qu’y cohabitent des gens aux pratiques variées, parce qu’attaché-es à des idées politiques différentes. Nous avons défendu cette zone ensemble, nous continuerons à l’habiter ensemble. Nous voulons donc que TOUT le monde puisse rester, sans exception. Certain.es partiront peut-être, d’autres arriveront, d’autres ne feront que passer. Comme ça a toujours été le cas. Mais qu’il n’y ait ni expulsion, ni aucune forme d’intervention policière visant à réprimer certain.es d’entre nous. Nous pensons aussi à toutes celles et ceux qui ont déjà subi la répression. Nous souhaitons l’amnistie pour les personnes condamnées dans le cadre de la lutte contre l’aéroport. Nous sommes prêt.es et déterminé.es à lutter pour.

    Enfin et peut-être surtout, nous souhaitons que la zad reste une zone de lutte. Ensemble, nous avons sorti ces terres de leur destruction programmée, y avons mis en place des formes de vie qui nous correspondent, plus collectives et autonomes et ne souhaitons pas nous arrêter là. Nous luttons contre l’aéroport et son monde. Et même si le projet est abandonné, son monde continuera d’exister, et nous continuerons de le combattre de toutes les manières qui nous sembleront pertinentes. Nous continuerons à lutter contre les infrastructures et les projets d’aménagement du territoire ; contre les politiques migratoires et le racisme d’État, aux côtés de celleux qui subissent plus que nous la violence systémique. Nous continuerons à prendre la rue, à occuper des bâtiments et des places publiques avec les travailleureuses, chomeureuses, étudiantes, précaires (que nous sommes parfois) contre les politiques capitalistes qui nous mettent un peu plus à la merci de l’économie. Nous continuerons aussi le travail de déconstruction des dominations qui traversent notre société (sexisme, racisme, specisme, agisme...) en les visibilisant et en les combattant, sur la zad et en dehors.

    Alors que le mouvement envisage le triste jeu des négociations avec l’état, nous espérons réussir à préserver ensemble les espaces de liberté qui font de la zad une zone un peu plus respirable que le reste du monde. Ce pari, nous ne sommes pas du tout sûr.e.s de le gagner, mais on préfère tenter plutôt que de se laisser diviser.

    #zad #autonomie

    https://seenthis.net/messages/660177 via colporteur



  • Notre-Dame-des-Landes : la gendarmerie se prépare à une opération d’ampleur (soit environ 2 500 militaires, pendant deux à trois semaines au moins)
    http://www.lemonde.fr/planete/article/2018/01/12/notre-dame-des-landes-la-gendarmerie-se-prepare-a-une-operation-d-ampleur_52

    Trente à quarante escadrons de gendarmerie mobile pourraient être mobilisés (...)

    A la veille d’une décision du gouvernement sur l’avenir du projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes – et de la possible évacuation de la zone –, la gendarmerie nationale se prépare à l’une des opérations de maintien de l’ordre les plus délicates de son histoire sur le sol métropolitain.

    Les difficultés qu’anticipent les militaires relèvent de plusieurs facteurs. D’ordre tactique, elles tiennent notamment à la configuration de la ZAD (« zone à défendre »). Ses occupants sont disséminés sur un espace rural étendu et accidenté, fait de champs, de bosquets, de bois et de sentiers boueux, et en partie aménagé. Les forces de l’ordre ne peuvent donc pas jouer sur un effet de surprise et sont contraintes à une progression lente – accentuée par la lourdeur de leurs équipements – et, par conséquent, plus exposée.

    « Les opérations de maintien de l’ordre en milieu rural sont complexes parce que, à la différence d’un environnement urbain très encagé, l’adversaire est mobile, dispersé et il peut avoir préparé le terrain », ajoute le général à la retraite Bertrand Cavallier, ancien commandant du Centre national d’entraînement des forces de gendarmerie de Saint-Astier (Dordogne). L’évacuation de la zone devrait se faire par une progression à pied, mais la gendarmerie n’exclut pas de mobiliser ses véhicules blindés – d’ordinaire employés pour des opérations de maintien de l’ordre outre-mer –, et de solliciter des moyens du génie de l’armée de terre pour détruire des obstacles tels que des barricades, déloger des opposants de leurs cabanes perchées ou rétablir la viabilité de certains axes. (...)

    Le journal officiel de tous les pouvoirs cultive un simulacre de pluralisme, donc un point de vue de Bruno Retailleau : « Le président doit faire évacuer la ZAD et construire l’aéroport » et un point de vue "de gauche"

    Hugo Melchior : « Les zadistes ne quitteront jamais spontanément Notre-Dame-des-Landes »
    Dans une tribune au « Monde », le doctorant en histoire à l’université de Rennes-II rappelle que quelle que soit la décision du gouvernement, les zadistes n’évacueront pas les lieux car ils ont un « monde » à défendre, une « utopie réelle » à sauvegarder.

    Tribune. Après la victoire du « oui » lors de la consultation du 26 juin 2016 en Loire-Atlantique, le gouvernement socialiste semblait ne plus vouloir perdre de temps. La date de la nouvelle tentative d’évacuation de la zone à défendre (ZAD) de Notre-Dame-des-Landes fut annoncée pour l’automne 2016. Pourtant, l’horizon des zadistes demeura dégagé.

    Puis Emmanuel Macron succéda à François Hollande, charge à lui de régler le sort du projet aéroportuaire et par là même de la ZAD, cette zone libérée censée apporter la démonstration qu’il serait possible de fuir le système capitaliste et le salariat, et cela en travaillant au façonnement de nouvelles alternatives émancipatrices, sans attendre un changement antisystémique par le haut.
    Plutôt que de déclencher immédiatement la foudre, le « président jupitérien » nomma trois médiateurs, le 1er juin, pour « regarder une dernière fois les choses » et l’aider à prendre une décision définitive. Le 13 décembre, ces derniers remirent leur rapport dans lequel il apparaît que c’est bien l’abandon du projet de construction du nouvel aéroport à Notre-Dame-des-Landes qui est inscrit à l’ordre du jour. Si la roue de l’histoire devait tourner en faveur des opposants, ces derniers, après un demi-siècle d’agir ensemble contre un projet jugé « néfaste » et « inutile », ne pourraient que se réjouir de voir les décideurs accéder à leur revendication unifiante.

    Un lieu d’aimantation politique
    Mais déjà on s’aperçoit que c’est une autre question qui polarise l’attention : que faire de ceux qui occupent « illégalement » ces centaines d’hectares, certains depuis le milieu des années 2000 ? Dans ses dernières déclarations, l’exécutif a exprimé sa volonté de dissocier le dossier de l’aéroport de la question épineuse des zadistes. En effet, ces derniers auront vocation à quitter les lieux, quelle que soit l’option retenue par le gouvernement. Dans ces conditions, un renoncement au projet d’aéroport ne saurait signifier le maintien du statu quo en ce qui les concerne. Aussi, tel un Pierre Messmer ne cachant plus, en octobre 1973, son exaspération devant la combativité têtue des ouvriers de l’entreprise Lip, Edouard Philippe a fait comprendre que « la ZAD, c’est fini ! ».

    LES OBSTINÉS DE LA ZAD ONT EU LE TEMPS DE « CONSTRUIRE UNE AUTRE RÉALITÉ » DÉLIVRÉE DE LA DÉMESURE D’UNE SOCIÉTÉ CAPITALISTE AUTOPHAGE

    Toutefois, il est quelque chose d’acquis : les centaines d’opposants ne quitteront jamais spontanément les lieux qu’ils occupent, même si l’abandon du projet devait être entériné. En effet, ils ont un « monde » à défendre, une « utopie réelle » à sauvegarder, pour reprendre le titre de l’ouvrage du sociologue Erik Olin Wright. Depuis l’automne 2012 et l’échec mémorable de l’opération « César » [la tentative par les forces de l’ordre de déloger les zadistes], les obstinés de la ZAD ont eu le temps de « construire une autre réalité » délivrée de la démesure d’une société capitaliste autophage, et cela au travers de l’existence de ces 70 lieux de vie habités et ces 260 hectares de terres cultivées arrachées à la multinationale Vinci, mais aussi de ce moulin, cette épicerie-boulangerie-fromagerie, cette bibliothèque.

    Derrière la lutte contre le projet d’aéroport, ce qui se joue aujourd’hui, et qui fait que la ZAD de Notre-Dame-des-Landes est devenue un lieu d’aimantation politique et l’expression exemplaire de la nécessité de faire bifurquer l’humanité pour l’amener à prendre une autre voie, c’est l’affrontement entre différentes conceptions antagonistes du monde.

    Défense de ce précieux bien commun
    Aussi, en cas de nouvelle offensive sécuritaire d’envergure contre la ZAD, aux habituels slogans « Vinci dégage, résistance et sabotage ! » succéderont, peut-être, des « Etat casse-toi, cette terre n’est pas à toi ! » afin d’exprimer non seulement le droit de vivre du fruit de la terre partagée mise en valeur en harmonie avec la nature, mais également le droit à l’auto-gouvernement pour ceux qui la travaillent et l’habitent. Face à une entreprise de « pacification » de la zone, les zadistes, toujours soutenus par un large spectre du champ politique à gauche, et par plus de 200 comités de soutien, forts de leur alliance nouée avec les opposants historiques à l’aéroport, notamment les paysans locaux, défendront légalement l’intégrité de ce précieux bien commun.

    L’opération de police sera ressentie comme une violation de la souveraineté territoriale revendiquée de fait, sinon de droit, par ces habitants de la ZAD. Dès lors, les formes de contestation politique auxquelles recourront les zadistes seront susceptibles d’apparaître comme porteuses d’une légitimité réelle aux yeux d’une partie significative de la population. En effet, elles seront perçues comme des modes d’action essentiellement défensifs et réactifs de femmes et d’hommes défendant leur droit commun à la terre, et de facto leur droit à l’existence, face à l’action prédatrice de l’Etat expropriateur.

    Rentre la situation politiquement intenable
    Dans le cadre d’un rapport de force a priori asymétrique, avec des unités coercitives étatiques, qui seront immédiatement assimilées à des « forces d’occupation », l’enjeu pour les militants zadistes sera, comme en 2012, de rendre la situation politiquement intenable pour le pouvoir d’Etat, jusqu’à l’obliger à négocier les conditions de sa défaite en consentant à la pérennisation de la ZAD par la conclusion « d’une paix ». Celle-ci pourrait s’inspirer du modèle du quartier autogéré de Christiania à Copenhague, où les habitants ont signé un accord de « paix » avec l’Etat danois en juin 2011, après près de quarante années passées dans l’illégalité.

    Protégés derrière leurs lignes de défense, ceux formant cette « communauté ouverte » n’ont nullement l’intention de se rendre à la préfecture pour déposer leur préavis de départ. Ainsi continueront-ils à vivre autrement, prêts à réagir dans la légalité si, au nom de la restauration de « l’Etat de droit », Emmanuel Macron, postulant qu’il aura le vent de l’opinion publique dans le dos, se décide à trancher le nœud gordien de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes.

    Notre-Dame-des-Landes. « Il faudra du temps » avant d’évacuer dit la préfète
    https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/nantes-44000/notre-dame-des-landes-il-faudra-du-temps-avant-d-evacuer-5494384

    Nicole Klein, aussi, attend la décision sur Notre-Dame-des-Landes. La préfète laisse entendre que l’évacuation ne serait pas « totale » en cas d’abandon. Ni forcément immédiate.

    [L’annulation du projet parait toujours plus plausible, et pour économiser un dédit pharaonique,ndc] Notre-Dame-des-Landes : le gouvernement envisage de demander l’annulation du contrat avec #Vinci en raison d’une "clause bizarre"
    https://www.francetvinfo.fr/politique/notre-dame-des-landes/info-franceinfo-notre-dame-des-landes-le-gouvernement-envisage-de-deman

    #Zad #tactique #gendarmerie

    https://seenthis.net/messages/659289 via colporteur


  • Je n’étais jamais venue sur la #ZAD (appel vidéo au rassemblement du 10 février)
    https://nantes.indymedia.org/articles/39712

    Une collaboration entre des habitant-es de la zad, le réalisateur Leo Leibovici et l ’actrice Lizzie Brochere, Je n’étais jamais venue sur la ZAD est un petit film qui nous invite à un voyage intime à travers le territoire libéré de la zad, à la recherche d’espoir en ces temps tourmentés : https://www.youtube.com/watch?v=f04PFWcr63Q

    Ce film est aussi un appel à toutes et tous à venir à la grande mobilisation du 10 février 2018, pour enraciner l’avenir à #notre-dame-des-landes.

    #aéroport #Notre-Dame-des-Landes #aéroport,notre-dame-des-landes

    https://seenthis.net/messages/658983 via nantes.indymedia.org


  • Premières hypothèses pour l’avenir de la #ZAD
    https://www.mediapart.fr/journal/france/231217/premieres-hypotheses-pour-l-avenir-de-la-zad

    Si le projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes est abandonné, que pourrait devenir la Zad ? Une zone d’expérimentations où paysan·ne·s et anciens squatteurs cohabiteraient, proposent les opposant·e·s, qui se disent prêt·e·s à en discuter avec l’État. Entretien vidéo.

    #France #agriculture #Autogestion #Climat #démocratie #Notre-Dames-des-Landes



  • A la #ZAD, sortir du face-à-face avec l’extérieur
    https://www.mediapart.fr/journal/france/191117/la-zad-sortir-du-face-face-avec-l-exterieur

    D’ici le 1er décembre, les médiateurs chargés par le gouvernement de proposer des solutions au conflit de l’aéroport de #Notre-Dame-des-Landes doivent rendre leur rapport. Après s’être préparés à se défendre contre leur évacuation, des zadistes cherchent le système qui leur permettrait de rester.

    #France #agriculture #Larzac #Nicolas_Hulot


  • A #Bure : les #déchets_nucléaires, « on aura passé une vie avec ça »
    https://www.mediapart.fr/journal/france/310717/bure-les-dechets-nucleaires-aura-passe-une-vie-avec-ca

    Depuis vingt ans, l’agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs, l’Andra, prépare les villageois de la Meuse à l’idée qu’ils vont vivre au-dessus des déchets nucléaires. Cette politique d’insertion dans le territoire se heurte à de nouvelles réticences, exacerbées par l’omniprésence des gendarmes. Des opposant.es se rassemblent du 11 au 13 août.

    #France #agriculture #andra #Cigéo #Démocratie_environnementale #ZAD


  • #Notre-Dame-des-Landes : les méthodes innovantes de la médiation
    https://www.mediapart.fr/journal/france/070717/notre-dame-des-landes-les-methodes-innovantes-de-la-mediation

    Les médiateurs nommés par le gouvernement organisent des réunions d’examen de controverse pour démêler l’écheveau de décennies de batailles pour et contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Les opposants se rassemblent ce week-end à côté de la #ZAD.

    #France #Démocratie_environnementale #Ecologie #Sivens


  • L’Europe donne son feu vert à Notre-Dame-des-Landes
    https://www.mediapart.fr/journal/france/280417/l-europe-donne-son-feu-vert-notre-dame-des-landes

    La Commission européenne classe sans suite la procédure d’infraction ouverte en 2014 contre la #France pour non-conformité aux règles environnementales dans le projet d’aéroport. Et la justice ordonne l’expulsion du bois occupé par les opposants à #Cigéo, dans la Meuse.

    #Climat #Ecologie #europe #ZAD


  • #LaCigaleLeCorbeauEtLesPoulets
    Où voir le film cette semaine :

    Séances uniques :
    Le samedi 22 avril à 15 h Projection à #Montmélian
    Le lundi 24 avril à 20 h Projection au Plateau d’ #Assy
    Le lundi 24 avril à 20h30 Projection-débat à Scène nationale d’ #Albi en présence de la bande de la Cigale
    Le mardi 25 avril à 20h45 Projection à #SaintGirons

    Séances régulières :
    Le Navire à #Valence, Projections du 19 au 25 avril
    Cinéma L’arlequin à #Nyons, Projections du 19 au 24 avril

    LA CIGALE, LE CORBEAU ET LES POULETS, un film de Olivier Azam produit et distribué par Les Mutins de Pangée

    L’histoire :

    Toutes les polices de France sont aux trousses de la mystérieuse « Cellule 34 » qui menace de mort le président de la République. 150 policiers dont la brigade #antiterroriste débarquent dans un petit village de l’ #Hérault. Qui sont ces dangereux papys accusés d’être le corbeau ?
    C’est l’histoire invraisemblable d’une farce juridique qui aura inquiété jusqu’à l’Elysée et fait débouler l’élite de la police antiterroriste dans un petit village de l’Hérault où une bande de villageois aux gabarits plutôt Obélix qu’Astérix résistent. Ces drôles de zouaves ont très bien compris que la démocratie ne s’use que si l’on ne s’en sert pas. Une fable de la France d’aujourd’hui.

    La bande de la Cigale :

    Cette bande qui se réunit au bureau de Tabac/librairie La Cigale, est sur tous les fronts et depuis des années : défense de la nature contre le capitalisme financier sans foi ni loi ni cerveau, contre les prédateurs qui ne voient le territoire qu’en terme de marché, interpellation directe des élus, actions coup de poing, participation aux #élections locales, rédaction d’un journal (véritable Canard enchaîné local), pratique de la solidarité au quotidien…

    Les #débats :

    Le film ouvre concrètement le débat sur plusieurs pistes :

    – la #démocratie locale, qui ne s’use que si l’on ne s’en sert pas
    – la presse locale, le pouvoir de l’écrit et des lettres ouvertes et non anonymes
    – l’interpellation des élus et des responsables de notre quotidien
    – la lutte contre les projets inutiles et les zones à défendre (#ZAD)
    – Les #éoliennes industrielles
    – Les #pesticides
    – la défense de la #nature contre le #capitalisme financier sans foi ni loi ni cerveau
    – la pratique collective dans la joie et la tolérance des différentes opinions même si on s’engueule…


  • Audience à risque autour du #Center_Parcs de #Roybon
    https://www.mediapart.fr/journal/france/111216/audience-risque-autour-du-center-parcs-de-roybon

    Le feuilleton administratif autour du Center Parcs de Roybon (Isère) continue. Forcément longue, la procédure a été à nouveau ralentie pour d’opaques motifs. Un report qui semble bénéficier aux soutiens du projet et non à ses opposants, malgré un rapporteur public défavorable au chantier.

    #France #environnement #Isère #Justice #justice_administrative #Lyon #ministère_de_l'environnement #Pierre_%26_Vacances #ZAD


  • #Notre-Dame-des-Landes : possible coup d’arrêt au chantier de l’aéroport
    https://www.mediapart.fr/journal/france/051116/notre-dame-des-landes-possible-coup-darret-au-chantier-de-laeroport

    Le rapporteur public de la cour administrative d’appel de Nantes va demander lundi 7 novembre l’annulation d’arrêtés préfectoraux autorisant les travaux de l’aéroport. Par ailleurs, trois associations font valoir que le droit des habitants de la #ZAD à un procès équitable et à un recours effectif n’est pas garanti.

    #France #Justice #libertés_publiques #Sivens


  • #Sylvain_Fresneau : « Je suis paysan et zadiste »
    https://www.mediapart.fr/journal/france/151016/sylvain-fresneau-je-suis-paysan-et-zadiste

    Sylvain Fresneau sur la #ZAD de #Notre-Dame-des-Landes, le 7 octobre 2016. ©Yann Lévy/Hans Lucas Issu d’une famille d’agriculteurs installée à Notre-Dame-des-Landes depuis cinq générations, Sylvain Fresneau habite chez lui sans droit ni titre à cause du projet d’aéroport. Alors que l’État veut lancer le défrichage de la zone, il livre son témoignage sur la crise du monde agricole.

    #France #agriculture #Climat #François_Hollande


  • L’Etat veut lancer le défrichage de la #ZAD de #Notre-Dame-des-Landes
    https://www.mediapart.fr/journal/france/141016/l-etat-veut-lancer-le-defrichage-de-la-zad-de-notre-dame-des-landes

    L’État prévoit « quelques travaux » de défrichage dans les prochaines semaines sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes. Cette annonce intervient une semaine après un rassemblement massif où des milliers d’opposants ont prêté le serment de revenir défendre la zone à la moindre amorce de travaux.

    #France #agriculture #Climat #Ecologie #François_Hollande #Sivens #Vinci


  • #Notre-Dame-des-Landes : « Ils ont la répression, nous on a les bâtons »
    https://www.mediapart.fr/journal/france/081016/notre-dame-des-landes-ils-ont-la-repression-nous-les-batons

    Geneviève Coiffard, opposante de longue date à l’aéroport © Yann Levy / Hans Lucas Les opposants au projet d’aéroport ont mobilisé en masse samedi 8 octobre pour leur quatrième #manifestation de l’année : entre 12 800 et 40 000 personnes ont marché dans la campagne et planté leur bâton en promettant de revenir les chercher en cas d’évacuation. Pour beaucoup, c’était leur première venue sur la #ZAD.

    #France #chant_des_bâtons #Climat #démocratie #Ecologie #Vinci


  • #Notre-Dame-des-Landes : des milliers de personnes attendues sur la #ZAD
    https://www.mediapart.fr/journal/france/071016/notre-dame-des-landes-des-milliers-de-personnes-attendues-sur-la-zad

    Manifestation contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes sur une autoroute à 4 voies, 27 février 2016 (Isabelle Rimbert) Les opposants à la construction de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes maintiennent le bras-de-fer avec le gouvernement. Un rassemblement de grande ampleur est prévu samedi sur la ZAD. La CGT de Vinci, concessionnaire du projet, y participe et appelle ses syndiqués à exercer leur droit de retrait pour empêcher le chantier. Le mouvement se développe en rupture avec les partis politiques.

    #France #Climat #démocratie #Ecologie


  • #Notre-Dame-des-Landes : peu à peu, l’Etat prépare l’évacuation
    https://www.mediapart.fr/journal/france/170916/notre-dame-des-landes-peu-peu-l-etat-prepare-l-evacuation

    Depuis la parution de la déclaration d’utilité publique en 2008, et en dépit des mensonges et des conflits d’intérêts qui truffent le dossier de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, l’État poursuit la mise en œuvre du projet. Après la consultation de juin, plusieurs scénarios d’évacuation sont à l’étude.

    #France #Bruno_Retailleau #Climat #Ecologie #Manuel_Valls #ZAD


  • #Notre-Dame-des-Landes : peu à peu, l’Etat prépare l’évacuation de la #ZAD
    https://www.mediapart.fr/journal/france/170916/notre-dame-des-landes-peu-peu-l-etat-prepare-l-evacuation-de-la-zad

    Depuis la parution de la déclaration d’utilité publique en 2008, et en dépit des faiblesses argumentaires, des mensonges et des conflits d’intérêts qui truffent le dossier de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, l’État poursuit la mise en œuvre du projet. Après la consultation électorale de juin, plusieurs scénarios d’évacuation sont à l’étude.

    #France #Bruno_Retailleau #Climat #Ecologie #Manuel_Valls


  • #nucléaire : #Cigéo voté, la controverse sur les #déchets_radioactifs continue
    https://www.mediapart.fr/journal/france/130716/nucleaire-cigeo-vote-la-controverse-sur-les-dechets-radioactifs-continue

    Entre les porteurs du projet d’enfouissement, forts de vingt ans de processus parlementaire et de débats publics, et ceux qui le combattent au nom de ses dangers potentiels, le désaccord est total. La surdité institutionnelle à cette critique agrandit au fil des ans l’écart entre pro et anti. Une manifestation d’occupation du futur site des travaux se tient samedi 16 juillet.

    #France #andra #énergie #ZAD


  • A #Notre-Dame-des-Landes : « On ne va pas rester les bras croisés à attendre Valls »
    https://www.mediapart.fr/journal/france/110716/notre-dame-des-landes-ne-va-pas-rester-les-bras-croises-attendre-valls

    Environ 25 000 personnes se sont rassemblées ce week-end contre le projet d’aéroport. Les opposants commencent à s’organiser contre le risque d’une évacuation forcée de la #ZAD. Au discours gouvernemental, ils opposent d’autres visions de la #démocratie et de la liberté.

    #France #Climat #Ecologie #Manuel_Valls #Notre-Dames-des-Landes



  • #Notre-Dame-des-Landes : les risques de l’évacuation
    https://www.mediapart.fr/journal/france/010716/notre-dame-des-landes-les-risques-de-levacuation

    La volonté politique martelée par le gouvernement d’évacuer la #ZAD risque d’être longue à traduire dans les faits. Le souci affiché par Manuel Valls de respecter les procédures européennes n’est pas compatible avec le calendrier d’une intervention cet automne.

    #France #Ecologie #Police #Rémi_Fraisse


  • A la #ZAD de #Notre-Dame-des-Landes : « On va rester »
    https://www.mediapart.fr/journal/france/270616/la-zad-de-notre-dame-des-landes-va-rester

    Un chantier en cours ce week-end sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes © Yann Levy À la ZAD de Notre-Dame-des-Landes comme autour, la #Consultation départementale, qui a donné à plus de 55 % le « oui » au déplacement de l’aéroport, n’a que peu d’effet. Habitants des communes voisines et habitants de la zone à défendre restent déterminés. Ce week-end, une nouvelle structure est d’ailleurs sortie de terre, seul « refaire un dôme » ayant remporté tous les suffrages.

    #France #ACIPA #Aéroport