salimsellami

علمني ابي رحمه الله ان الطمع يفسد الطبع

  • Enquête sur l’ex-patron des stups : la procureure adjointe au parquet de Paris toujours en garde à vue – Salimsellami’s Blog
    https://salimsellami.wordpress.com/2018/10/10/69760
    http://www.leparisien.fr/images/2018/10/10/07dd4d90-cbf5-11e8-a260-3965c3dfeb24_1.jpg

    Enquête sur l’ex-patron des stups : la procureure adjointe au parquet de Paris toujours en garde à vue
    octobre 10, 2018 par salim sellami, publié dans uncategorized
     Rate This

    Véronique Degermann, actuellement procureur adjointe au parquet de Paris, était toujours entendue par l’IGPN mercredi.
    Elle est entendue pour son rôle présumé dans l’organisation de la garde à vue fictive, en avril 2012, d’un trafiquant de drogue reconverti en indic.

    L’affaire avait bousculé la direction centrale de la police judiciaire. Elle ébranle désormais les plus hauts échelons du parquet de Paris. Selon nos informations, Véronique Degermann, procureur adjoint, qui a longtemps dirigé le pôle en charge des affaires de criminalité organisée et de terrorisme, a été convoquée ce mardi à l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) à la demande de magistrats lyonnais. Une autre magistrate, Karine Roussy-Sabourin, aujourd’hui en poste à la cour d’appel d’Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône), a elle aussi été interrogée. Elles ont mardi toutes deux été placées en garde à vue. Pour s’expliquer sur une… fausse garde à vue dans un retentissant dossier de trafic international de stupéfiants. Karine Roussy-Sabourin est sortie de garde à vue dans la soirée. Véronique Degermann était toujours entendue ce mercredi matin. Sa garde à vue a été prolongée.

    Judiciairement, l’affaire éclate en octobre 2015, après la découverte par les douanes de 7 tonnes de cannabis. La drogue est répartie dans trois camionnettes, stationnées en plein XVIe arrondissement, à Paris. Rapidement, il apparaît que la cargaison a été importée par l’un des plus gros trafiquants français, Sophiane Hambli. Or, l’enquête démontre que cet homme est aussi l’informateur… du patron de l’office des stups, le commissaire François Thierry. Ce dernier favorisait les affaires d’Hambli ce qui permettait d’identifier des réseaux de revente. L’affaire entraîne la chute d’un des plus brillants éléments de la direction centrale de la police judiciaire.

    EXTRAIT DE PRISON POUR UNE FAUSSE GARDE À VUE
    C’est tout l’enjeu des investigations actuelles, potentiellement explosives. Les deux hautes magistrates doivent notamment s’expliquer sur une fausse garde à vue organisée en 2012 pour Sophiane Hambli. Le fameux indic a été extrait de prison en avril 2012 pour être conduit… dans un hôtel de Nanterre (Hauts-de-Seine), à deux pas de la PJ. Là, les enquêteurs lui permettent d’appeler les producteurs de drogue au Maroc afin de gérer l’importation de la marchandise. En suivant les chargements, les policiers espèrent ainsi faire tomber les réseaux de revente. Un juge des libertés et de la détention (entendu lui aussi en septembre) est choisi pour prolonger la garde à vue fantôme. Il se montre plus conciliant qu’un de ses collègues qui rechigne à avaliser une procédure dont il devine les sombres coulisses.

    François Thierry.LP/Olivier LejeuneLorsque la justice demande des comptes aux policiers des stups, en mars 2017, ils balancent. Ils affirment que cette opération, parfaitement illégale, a été gérée en plein accord avec Véronique Degermann, procureur adjoint au parquet de Paris, et avec une magistrate spécialisée, Karine Roussy-Sabourin. « Nous l’avons gardé dans une chambre d’hôtel, à proximité du service, pendant trois jours, a reconnu un officier. Je précise que cela s’est fait avec l’accord et la parfaite connaissance du parquet de Paris, notamment Mme Degermann et aussi Mme Sabourin. »

    Ce sont ces deux magistrates qui ont été entendues par la « police des polices ». Après avoir remonté la chaîne policière, les enquêteurs entendent depuis plusieurs mois des magistrats. En mai dernier, Maryvonne Caillibotte, directrice des affaires criminelles et des grâces entre 2010 et 2012, c’est-à-dire en charge de la définition de la politique pénale au ministère de la Justice, a été entendue en tant que simple témoin. Aucun lien cette fois avec la fausse garde à vue. « J’ai indiqué au juge dans quelles conditions j’ai rencontré François Thierry. En 2011, il est venu m’expliquer la stratégie de l’OCRTIS en matière de lutte contre le trafic. C’était une simple présentation de ses intentions d’action. »

    François Thierry a une nouvelle fois été placé en garde à vue mardi à Lyon pour donner sa version des faits. Une garde à vue prolongée mercredi.                                                                                                               Timothée Boutry, Jean-Michel Décugis et Éric Pelletier                                                                                     http://www.leparisien.fr/faits-divers/deux-magistrates-de-premier-plan-en-garde-a-vue-09-10-2018-7915101.php