¿’ ValK. [seenthis]

valk : photos ~ karacole : fils de luttes & infos ~kolavalk : bijoux, talismans et oripaux

  • Comment le numérique bouleverse la gestion des villes | Mediapart
    https://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/290819/comment-le-numerique-bouleverse-la-gestion-des-villes?onglet=full
    https://static.mediapart.fr/etmagine/default/files/2019/08/28/livrevillenume-rique.jpg

    Les projets se multiplient de « smart cities », des villes intelligentes optimisées par des algorithmes, et de « safe cities », des réseaux urbains sécurisés par la reconnaissance faciale ou la police prédictive. Le livre Gouverner la ville numérique revient sur ces domaines qui bouleversent les relations entre acteurs publics et acteurs privés.

    Progressivement, associations et universitaires commencent pourtant à se pencher sur ces questions. Publié mercredi 28 août aux PUF, Gouverner la ville numérique est un ouvrage collectif permettant de faire le tour d’un sujet aux multiples facettes. Il étudie la recomposition des forces politiques induite par l’arrivée dans les villes de plateformes telles que Airbnb, détaille les enjeux des projets de smart city lancés à San Francisco et Singapour, dissèque le logiciel de police prédictive PredPol et met en perspective les questions de gestion des territoires par des algorithmes.

    Mediapart a rencontré le politiste Antoine Courmont qui, avec le directeur de recherche au CNRS Patrick Le Galès, a codirigé cet ouvrage.

    Quelles sont les différences entre les notions de ville numérique, de smart city et de safe city ?

    Antoine Courmont : La ville numérique désigne toutes les relations entre numérique et ville. On se concentre souvent sur la smart city, alors que la ville numérique, c’est également l’apparition de nouveaux usages et de nouveaux services pour les citoyens, indépendamment des pouvoirs publics. Agrégées, toutes ces pratiques individuelles peuvent avoir des effets sur le gouvernement de la ville, comme on le voit avec Airbnb, Uber ou les trottinettes en libre-service.

    La smart city, c’est l’idée que, par le biais de la technologie, on peut optimiser le fonctionnement urbain, grâce aux données et à leur circulation et leur centralisation. Il serait possible de mettre en place, à des fins d’efficience, une gestion transverse qui dépasse les divisions sectorielles et les silos métiers de la ville.

    Les safe cities, c’est l’application des principes de la smart city au secteur de la sécurité urbaine : croiser des données, développer des algorithmes, mettre en place des centres de commandement pour optimiser les politiques de sécurité. L’usage des technologies numériques pour améliorer la sécurité urbaine connaît un gros boom technologique et économique, et conduit à des évolutions législatives qui ont accompagné la mise en place de dispositifs dans différents pays.

    L’élément central entre la ville numérique, la smart city et la safe city est la donnée. Celle-ci est cruciale pour comprendre les recompositions du gouvernement de la ville numérique.

    Qu’est-ce qui n’a pas fonctionné ? Y a-t-il des différences entre les pays ?

    Ce n’est pas qu’une question de pays. Il n’y a pas un modèle unique de ville numérique. Cela varie entre et au sein des villes. Ce qui n’a pas marché, c’est le modèle unifié, homogène, consistant à utiliser un tableau de bord urbain pour toute la gestion urbaine. Celui-ci est très difficile à mettre en place, car les villes, historiquement, gèrent différemment la voirie, le traitement des déchets, le réseau d’eau… car, dans chacun de ces secteurs, il ne s’agit pas des mêmes institutions et règles, de la même expertise, des mêmes instruments et besoins. Tout cela constitue autant de facteurs d’inertie transformant ou limitant le déploiement de dispositifs techniques.

    En termes organisationnels, il n’y a personne qui gère véritablement la ville de manière transverse. C’est l’une des raisons pour lesquelles ces projets n’ont souvent pas marché. Quand Cisco ou IBM ont voulu vendre leurs technologies, la vraie question était de savoir à qui. Car, en interne, personne n’utilise un dashboard de gestion centralisée. Ça ne répond pas véritablement aux besoins opérationnels des collectivités.

    En revanche, là où ça fonctionne plutôt bien, c’est dès qu’il y a une expertise métier et que l’on repasse silo par silo. Pour l’optimisation des réseaux d’eau ou des réseaux énergétiques, ça marche. Mais dès que l’on veut croiser, par exemple, le réseau énergétique avec la voirie, ça devient beaucoup plus compliqué.

    Cette multiplication des bases de données pose également la question de leur sécurisation. Les smart cities sont-elles prêtes à assurer la sécurité de leurs administrés ?

    Plus on numérise nos villes, plus on collecte de données, plus il y a de risques de piratage de données ou de prise de contrôle des systèmes urbains. C’est un enjeu qui est pris en compte par les villes et par l’État. Et c’est là aussi l’occasion du développement d’un très gros marché économique autour de la cybersécurité.

    Mais aucun système n’est infaillible. Ce n’est pas médiatisé en France mais il y a régulièrement des attaques sur services urbains. Qui échouent mais qui sont régulières. À l’étranger, il y a déjà eu des réseaux de transport ou d’énergie paralysés pendant plusieurs jours.

    On peut penser qu’un jour il y aura, comme l’a prédit le sociologue Dominique Boullier, un « Fukushima des données personnelles ». À ce moment-là, on se rendra compte de toutes les informations dont disposent toutes ces entreprises et administrations. Peut-être qu’à ce moment-là il y aura un débat public un peu plus important sur la collecte de données.

    Car c’est malheureusement un sujet qui n’est pas beaucoup débattu au niveau des collectivités lorsque des services numériques sont développés. On se pose rarement la question de savoir pourquoi on collecte ces informations sur tous ces individus. Est-ce qu’on ne peut pas au contraire avoir de la privacy by design qui permettrait de collecter moins de données ?

    Un autre aspect est sous-débattu, ce sont les questions environnementales. Plus vous mettez des dispositifs numériques, plus vous installez des capteurs, plus vous collectez de données, plus ça nécessite de l’énergie. Les datas centers sont déjà une des principales sources de consommation énergétique. Jusqu’où ça va aller ?

    #Smart_city #Numérique #Villes #Politique

    https://seenthis.net/messages/799304 via Articles repérés par Hervé Le Crosnier