Conversations avec monsieur Poutine - épisode 1 en streaming sur France 3

#xtref=https://m.facebook.com

  • Oliver Stone : entretien avec Poutine, c’est ce soir sur la 3

    Le réalisateur du film de guerre "Entre ciel et terre", nous livre une autre version de Poutine
    L’autre propagande d’un vrai chef d’état !

    Ce que dit Poutine me paraît extrêmement cohérent. Nous sommes loin des discours de haine de nos pseudo chefs d’État propagandistes et va-en-guerre.

    Bien que Poutine Raconte des idioties sur Sharon...

    Oliver Stone a réalisé le même type de documentaire avec Arafat et Fidel Castro.

    http://www.leparisien.fr/culture-loisirs/tv/documentaire-vladimir-poutine-seduit-oliver-stone-sur-france-3-26-06-2017

    Oliver Stone a rencontré le président russe à plusieurs reprises entre juillet 2015 et février 2017 pour réaliser le documentaire « Conversations avec Mr. Poutine ».

    SHOWTIME/KOMANDIR
    Documentaire : Vladimir Poutine séduit Oliver Stone sur France 3

    Le cinéaste américain propose une série de longs entretiens passionnants avec le président russe. Une rencontre étonnante.
    Culture & Loisirs > TV
    Benoît Daragon
    26 juin 2017, 6h00 | MAJ : 26 juin 2017, 13h56
    Quelle est la vision du monde de Vladimir Poutine ? Oliver Stone a posé la question à l’intéressé. Le réalisateur de « JFK », « Wall Street » et « Platoon » a rencontré à de nombreuses reprises le président russe entre juillet 2015 et février 2017. Le réalisateur aux quatre Oscars a obtenu vingt heures d’entretiens, résumés dans « Conversations avec monsieur Poutine ».

    Cette série documentaire en quatre parties, produite pour la chaîne américaine Showtime, est diffusée sur France 3 à partir de ce lundi soir (suivie, à 22 h 55, d’un débat entre le cinéaste américain et l’ancien ministre des Affaires étrangères Hubert Védrine. Les deux derniers numéros seront diffusés mercredi et jeudi, à 23 h 30, et disponibles en replay toute la semaine).

    L’homme de fer de la Russie
    Ukraine, Syrie, Tchétchénie, Iran, Europe et guerre froide : le président à la tête de son pays depuis 1999 expose la vision russe des relations internationales. Et c’est passionnant, comme lorsqu’il explique se sentir isolé, entouré d’est en ouest par des puissances occidentales. « Nous n’avons absolument pas piraté l’élection américaine », affirme également Poutine dans le dernier épisode. Il juge « complètement idiots » ceux qui, comme Hillary Clinton, accusent les autorités russes d’avoir contribué à divulguer des courriels du Parti démocrate et de son équipe de campagne. L’homme de fer de la Russie botte en touche, expliquant que l’élection de Donald Trump ne changera « presque rien » à la marche du monde. Il considère que l’administration américaine a beaucoup plus de pouvoir que le président lui-même.

    A LIRE AUSSI >

    Oliver Stone : « Mon pays surveille tout le monde »

    Documentaire surprenant
    Oliver Stone s’est lancé dans ce documentaire pour éclairer le public américain « qui a une vision médiévale » de son ennemi farouche depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. « Pour beaucoup de gens aux Etats-Unis, la perception de cet homme ne sera plus la même », nous a confié vendredi le réalisateur, de passage à Paris. Mais pour les Français, par nature aussi méfiants à l’égard des Russes que des Américains ? On s’étonne de voir ce réalisateur démocrate, qui a tant fustigé dans ses films les scandales des institutions américaines, boire les paroles de Poutine, sans émettre de nuances.

    Mais Oliver Stone, qui avait appelé à voter Mélenchon durant la présidentielle française, ne prétend pas à un travail journalistique. « Le pouvoir ne m’impressionne pas mais je devais parler à Poutine avec respect. Mon but n’était pas de le changer mais de montrer ce qu’il pense, et ses divergences avec la vision occidentale », précise le cinéaste. Ainsi le Russe nie toute atteinte aux droits des homosexuels, mais reconnaît défendre « une vision traditionnelle de la famille », en enchaînant quelques blagues machistes. De l’humour russe sans doute, qui ne passerait ni en France ni aux Etats-Unis.

    Le cinéaste avait aussi rencontré Castro
    Oliver Stone n’est pas seulement un cinéaste des mythes, failles et fractures de l’Amérique, de la folie de l’argent dans « Wall Street », à la pop et aux excès des Doors, ou le complexe militaro-industriel dans « JFK ». Avant cette série sur Vladimir Poutine, le réalisateur a déjà réalisé d’autres documentaires, notamment l’un sur la Palestine et Yasser Arafat (« Persona non grata ») et un autre, très discuté, sur Fidel Castro (« Comandante »).

    Pour ce dernier, le cinéaste américain avait procédé de la même manière qu’avec le président russe : une synthèse de trente heures d’interviews entre Stone et le « Lider Maximo » cubain, diffusée en mai 2003 sur les écrans américains.

    Le Parisien