http://www.slate.fr

  • La polémique Camélia Jordana ou l’inversion de la culpabilité | Slate.fr
    http://www.slate.fr/story/191094/polemique-camelia-jordana-violences-policieres-ministre-interieur-inversion-cu
    http://www.slate.fr/sites/default/files/styles/1200x680/public/000_14d3i1.jpg

    Je pourrais multiplier les exemples de féministes, de militant·es LGBT+ dont les comptes sont suspendus –sans doute à la suite de signalements massifs des masculinistes. Ce qui est troublant, c’est que j’ai aussi, parallèlement, pas mal d’exemples où des comptes publiant des messages véritablement sexistes, racistes, avec menaces de mort, n’ont jamais été suspendus malgré nos signalements répétés. Alors, à force, on commence à se demander pourquoi ce sont toujours les mêmes qui se trouvent réduit·es au silence.

    À mettre au dossier #loi_Avia. Il est aussi question de #violences_policières #violences_masculines #féminisme.

    https://seenthis.net/messages/856985 via Antonin


  • Les milliardaires américains ont gagné 398 milliards pendant la pandémie de Covid-19
    http://www.slate.fr/story/190881/milliardaires-americains-enrichis-434-milliards-pendant-crise-coronavirus

    Jeff Bezos est toujours l’homme le plus riche du monde, mais avec 34,6 milliards de dollars en plus. Si la crise du coronavirus a porté un coup à l’économie mondiale, elle profite au moins à quelques-un·es. Entre le 18 mars et le 19 mai 2020, la valeur nette des 600 plus grosses fortunes américaines a augmenté de 434 milliards de dollars. Cela représente 398 milliards d’euros, et un bond de 15% en seulement deux mois. Les cinq premiers milliardaires américains, Jeff Bezos, Bill Gates, Mark (...)

    #Microsoft #Amazon #Facebook #bénéfices #pauvreté

    ##pauvreté
    http://www.slate.fr/sites/default/files/styles/1200x680/public/000_1hb26m-2.jpg

    https://seenthis.net/messages/855114 via etraces


  • Les femmes seront-elles les perdantes de l’après-Covid? | Slate.fr
    https://www.slate.fr/story/190431/titiou-droits-egalite-femmes-homme-feminisme-apres-crise-pandemie-covid-19-cha
    http://www.slate.fr/sites/default/files/styles/1200x680/public/feminisme_apres_covid_19.jpg

    On peut dire que les femmes ont bien participé à l’effort général. On a été solides. On a été fiables.

    Mais distinguez-vous au loin la belle arnaque qui s’annonce ?

    On la voit déjà partout, alors même que les féministes ne cessent d’alerter sur le sujet. (Vous pouvez aller voir le #coronaviril.) Quels députés ont eu la parole après l’intervention du Premier ministre à l’Assemblée nationale ?

    Il y a aussi eu l’équipe 100% masculine de StopCovid.

    Qui parle du futur ? À la radio, à la télé, dans les journaux, des hommes.

    https://www.slate.fr/sites/default/files/81ed0cb7-56b4-4ccf-8a83-1210cb2bae4e.png

    https://seenthis.net/messages/851626 via Antonin


  • Au Maroc, on fait la chasse aux homos sur internet en plein confinement | Slate.fr
    http://www.slate.fr/story/190038/maroc-denonciation-homos-outing-harcelement-internet

    Les gays du Royaume sont devenus la cible d’une campagne massive d’outings et les cas de harcèlement se multiplient. « N’importe qui peut insulter un gay désormais. C’est comme si elle avait donné le feu vert qu’ils attendaient tous. » Ismaël* a à peine 18 ans. Depuis le lundi 13 avril, il est devenu encore plus difficile pour lui d’assumer son orientation sexuelle. Il fait partie de ces dizaines d’homos marocain·es dont les données personnelles et le nom, parfois accompagné d’un numéro de téléphone ou (...)

    #Grindr #smartphone #géolocalisation #discrimination #harcèlement #LGBT

    http://www.slate.fr/sites/default/files/styles/1200x680/public/honey-fangs-33ikv_a1e2s-unsplash.jpg

    https://seenthis.net/messages/850652 via etraces


  • Aux États-Unis, ce que les migrants disent aux psys peut être utilisé contre eux | Slate.fr
    http://www.slate.fr/story/187635/etats-unis-mineurs-demande-asile-entretien-psychologues-agence-immigration-ice

    Les mineurs demandeurs d’asile ont des entretiens obligatoires avec des psychologues, mais les détails de ces conversations ont déjà été utilisées par l’agence de contrôle de l’immigration. Lorsqu’un mineur demandant l’asile arrive aux États-Unis, il est placé en détention et doit se rendre à plusieurs rendez-vous obligatoires avec un psychologue. Alors que ces discussions sont présentées comme une bonne occasion pour les jeunes de parler de leurs traumatismes, il s’avère que depuis 2018, les notes prises (...)

    #ImmigrationandCustomsEnforcement-ICE #migration #criminalité #délation #enfants #jeunes #santé (...)

    ##criminalité ##santé ##surveillance
    http://www.slate.fr/sites/default/files/styles/1200x680/public/063_971805628.jpg

    https://seenthis.net/messages/827275 via etraces


  • Le coronavirus révèle aussi une géopolitique de l’intelligence artificielle | Slate.fr
    http://www.slate.fr/story/187566/coronavirus-intelligence-artificielle-nouvelle-ere-geopolitique-sante

    L’IA a son rôle à jouer en matière de gestion sanitaire. Mais tous les gouvernements n’ont pas les mêmes sensibilités sur la question. Pour lutter contre les déserts médicaux et la pénurie de praticien·nes (on compte 1,5 médecin pour 1.000 personnes dans le pays), les villages chinois se dotent de centres d’e-santé. En apparence, c’est une véritable chance pour la population rurale, qui peut désormais réaliser un bilan santé sans avoir à se déplacer en ville. Mais derrière nombre de ces centres mobiles, on (...)

    #Alibaba #Alihealth_ #Tencent #WeDoctor #algorithme #BigData #data #santé

    ##santé
    http://www.slate.fr/sites/default/files/styles/1200x680/public/dimitri-karastelev-v652ybyyy-k-unsplash.jpg

    https://seenthis.net/messages/826789 via etraces


  • N’oubliez pas que derrière nos écrans se cache un nouveau prolétariat | Slate.fr
    http://www.slate.fr/story/187506/proletariat-clic-livreurs-deliveroo-chauffeurs-uber-plateformes-numeriques-mic

    Dans certains cas, la révolution numérique du travail ne consiste pas à automatiser, mais à faire travailler des gens dans des conditions pourries à l’autre bout du monde –ou en France. Pour la Saint-Valentin, les livreurs et livreuses de Deliveroo appellent au boycott de l’entreprise sur une initiative du collectif des livreurs autonomes parisiens (CLAP). Cela fait longtemps que les livreurs et chauffeurs sont engagés dans des bras de fer avec ces grandes entreprises qui les rémunèrent à la tâche (...)

    #Deliveroo #algorithme #modération #conditions #nourriture #travail #FoodTech #CLAP

    http://www.slate.fr/sites/default/files/styles/1200x680/public/travailleurs_du_clic_deliveroo.jpg

    https://seenthis.net/messages/825950 via etraces


  • Les bagnards du clic | Slate.fr
    http://www.slate.fr/societe/si-jamais/episode-8-bagnards-clic

    Dans les prisons françaises des années 2030, les détenus cliquent pour gagner leur croûte. La légende de Dorian Sauvet, le célèbre activiste anti-reconnaissance faciale, commence le jour de son arrestation et de son incarcération immédiate, le 24 avril 2031 –si ce n’est que les premiers concernés sont souvent les derniers prévenus quand le destin décide d’en faire des mythes. Comment, sur le coup, discerner une banale arrestation d’un événement fondateur ? Dorian, jeune homme sage et prudent, ne s’y (...)

    #conditions #GigEconomy #prison #travail #travailleurs #art

    http://www.slate.fr/sites/default/files/styles/1200x680/public/bagnards_clic.jpg

    https://seenthis.net/messages/825976 via etraces


  • Une entreprise de tests génétiques vend les droits d’un médicament établi à partir de sa base de données | Slate.fr
    http://www.slate.fr/story/186212/entreprise-tests-genetiques-medicament-adn-23andme

    Depuis une dizaine d’années, l’entreprise 23andMe vend des kits de tests génétiques. Ils se composent de deux bâtonnets pour prélever l’ADN à l’intérieur de la joue qu’il faut ensuite renvoyer à l’entreprise pour analyse afin d’établir son arbre généalogique et son profil génétique. Avec plus de dix millions d’utilisateurs et utilisatrices, l’entreprise s’est constitué une solide base de données génétiques qui lui servent maintenant à développer des médicaments. Au début du mois de janvier 2020, elle a vendu (...)

    #data #génétique #23andMe #santé

    ##santé
    http://www.slate.fr/sites/default/files/styles/1200x680/public/joshua-coleman-avqs0itdmqm-unsplash.jpg

    https://seenthis.net/messages/820354 via etraces


  • Comment savoir si des sujets d’étude ont réellement consenti à l’utilisation de leurs données ?
    https://www.slate.fr/story/185396/comment-savoir-si-des-sujets-detude-ont-reellement-consenti-lutilisation-de-le

    À la suite de révélations sur des études exploitant des données recueillies auprès de Ouïghours, des éditeurs scientifiques voudraient mettre en place de nouvelles directives éthiques. Aux alentours de 2014, le gouvernement chinois allait intensifier sa campagne de « désextrémisation » des Ouïghours musulmans de la province du Xinjiang, un immense territoire à l’extrémité nord-ouest du pays. Ces dernières années, l’emprise de la Chine sur la région s’est resserrée et le pays fait désormais l’objet d’une (...)

    #algorithme #biométrie #éthique #génétique #sciences #facial #reconnaissance #data #Islam (...)

    ##consentement
    http://www.slate.fr/sites/default/files/styles/1200x680/public/ouig.jpg

    https://seenthis.net/messages/818877 via etraces


  • Non #Gabriel_Matzneff, la pédophilie n’est pas un « style de vie » | Slate.fr

    Rappel : article et Renaudot de 2013 (c’était hier...) et bien peu s’en sont ému. Trois jours après l’Apostrophe de 1990 dans lequel il est dénoncé par Denis Bombardier, dans Le Monde, Philippe Sollers la traitait de "connasse", et 30 ans plus tard, Josianne Savigneau de "purge" [ La Presse écrit "merde" mais le twitt de Savigneau dit "purge"]...

    L’intervention de Denise Bombardier, faite sous les yeux d’un jeune Alexandre Jardin bouche bée, avait notamment valu à l’auteure québécoise de se faire traiter de « connasse » par Philippe Sollers. Josyane Savigneau, ancienne directrice du Monde des livres, en a rajouté le 23 décembre dernier, disant sur Twitter avoir toujours détesté ce qu’écrit et dit Denise Bombardier avant de conclure son message en la traitant ni plus ni moins de « merde ».

    Source : ci-dessous.

    –---
    C’est qu’il y avait déjà du niveau, au Monde à cette époque.
    –---

    http://www.slate.fr/culture/80167/matzneff

    http://www.slate.fr/sites/default/files/styles/1200x680/public/matzneffchezpivot.jpg

    «Les petits garçons de onze ou douze ans que je mets ici dans mon lit sont un piment rare.»

    #grand_homme

    –—
    Affaire Matzneff : les droits des enfants avant la littérature

    https://www.lapresse.ca/arts/litterature/201912/26/01-5255046-affaire-matzneff-les-droits-des-enfants-avant-la-litterature.php

    « C’est incroyable. On prend position dans la vie et on peut changer le cours des choses », constate Denise Bombardier, « ravie » de voir que Vanessa Springora prend la parole à son tour. Même après tout ce temps. « Elle n’était pas prête », dit-elle. Denise Bombardier est aussi heureuse de constater que ses propos, qui ont été tellement critiqués à l’époque, ont fait œuvre utile.

    Son intervention n’avait rien du coup de gueule impulsif. Elle avait lu le livre de Gabriel Matzneff. Elle savait qu’elle avait une tribune. Qu’elle devait l’utiliser. Son éditeur l’avait d’ailleurs prévenue qu’elle risquait de se mettre à dos une frange importante – et puissante – de l’institution littéraire française. « Je lui ai dit : “Je ne peux pas laisser passer ça”, raconte-t-elle aujourd’hui. “Je ne peux pas ne pas intervenir.” »

    –---

    Quand le prix Renaudot Essai est attribué à Gabriel Matzneff, défenseur de la pédophilie - le Plus
    http://leplus.nouvelobs.com/contribution/968288-quand-le-prix-renaudot-essai-est-attribue-a-gabriel-matznef
    http://referentiel.nouvelobs.com/wsfile/2441384015152.jpg

    Voici ce qu’il écrit dans « Les moins de seize ans » :

    « Ce qui me captive, c’est moins un sexe déterminé que l’extrême jeunesse, celle qui s’étend de la dixième à la seizième année et qui me semble être – bien plus que ce que l’on entend d’ordinaire par cette formule – le véritable troisième sexe. Seize ans n’est toutefois pas un chiffre fatidique pour les femmes qui restent souvent désirables au-delà de cet âge. (..) En revanche, je ne m’imagine pas ayant une relation sensuelle avec un garçon qui aurait franchi le cap de sa dix-septième année. (...) Appelez-moi bisexuel ou, comme disaient les Anciens, ambidextre, je n’y vois pas d’inconvénient. Mais franchement je ne crois pas l’être. À mes yeux l’extrême jeunesse forme à soi seule un sexe particulier, unique. »

    Gabriel Matzneff se qualifie lui-même d’amant des enfants, païen imprégné d’orthodoxie, végétarien qui aime la viande, pédéraste qui aime les femmes, et esprit libre qui n’irriterait que les sots.

    Sensible ? mon cul oui.

    https://seenthis.net/messages/817715 via Reka


  • L’universalisme, le miroir aux alouettes de la réforme des retraites | Slate.fr
    http://www.slate.fr/story/185624/reforme-des-retraites-egalite-universalisme-equite-penibilite-inegalites
    http://www.slate.fr/sites/default/files/styles/1200x680/public/000_1n7281.jpg

    Pourtant, financièrement parlant, il n’y avait pas besoin de réformer les régimes de retraite. Ce n’est pas moi qui le dit, évidemment, mais c’est ce qu’a longuement expliqué Daniel Cohen sur France Culture. Le système n’est pas en péril, le système est stabilisé. Précisons que Daniel Cohen n’est pas un ultra-gauchiste patenté. Il est prof d’économie à Normale Sup’ et il se définit comme un pragmatique. Il n’est pas le seul à faire cette analyse. De là à en conclure qu’il s’agirait d’une réforme nécessaire à l’aune de déséquilibres économiques...

    Il est question d’#universalisme à la française, d’#équité et d’#égalité à propos de régimes spéciaux et de#pénibilité.
    #retraites #Titiou_Lecoq

    Liens vers
    https://www.franceculture.fr/emissions/linvite-des-matins/la-reforme-a-quel-prix
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2019/12/19/herve-le-bras-sur-les-retraites-il-n-y-a-aucune-urgence-a-prendre-des-mesure

    https://gallery.mailchimp.com/22e9f19b5e27265bddef2006d/images/0d29a96a-7379-453b-82d5-b9252fa0bbec.png

    https://seenthis.net/messages/816746 via Antonin


  • Le couple ou les convictions, une féministe hétéro aura difficilement les deux | Slate.fr
    http://www.slate.fr/egalites/le-feminisme-lepreuve-du-couple-hetero/episode-1-repartition-inequitable-taches-genre
    http://www.slate.fr/sites/default/files/styles/1200x680/public/nik-macmillan-qyvm0zxdkye-unsplash.jpg

    D’après un sondage de l’institut Ipsos mené en avril 2018, 55% des Français·es « considèrent que les inégalités hommes/femmes en matière de répartition des tâches ne sont plus vraiment un problème au sein du foyer ». Mais les chiffres de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) sont formels : selon les enquêtes « Emploi du temps », encore en 2010, les femmes s’acquittaient des trois quarts des tâches domestiques et y passaient en moyenne très exactement quatre heures et une minute quotidiennes contre deux heures et treize minutes pour les hommes ; si l’on zoome sur les tâches parentales, les femmes supplantent également les hommes en les prenant en charge à 65% (quarante-cinq minutes journalières, contre dix-neuf minutes pour les hommes).

    « Une lente et timide “réduction des inégalités” si l’on songe qu’entre 1986 et 2010 les femmes ont bel et bien consacré une heure de moins au ménage [et aux courses], tandis que les hommes n’y consacraient pour leur part que sept minutes de plus... Bref, si les femmes doivent remercier quelqu’un pour cette heure de corvée en moins, c’est peut-être leur lave-vaisselle, le magasin de surgelés d’à côté ou leur femme de ménage... mais sans doute pas leur conjoint », relate dans son ouvrage L’éducation vraiment positive la journaliste Béatrice Kammerer.

    Et il ne faudrait pas croire, dans un regain d’optimisme, que la situation s’est miraculeusement améliorée depuis.

    Via @mona.

    https://seenthis.net/messages/805302 via Antonin


  • L’extrême droite européenne prend les armes et recrute des militaires | Slate.fr
    http://www.slate.fr/story/182187/extreme-droite-europeenne-armes-recrute-militaires
    http://www.slate.fr/sites/default/files/styles/1200x680/public/sebastian-pociecha-rpz2i7ugtvm-unsplash.jpg

    Un rapport confidentiel d’Europol obtenu par les médias allemands Süddeutsche Zeitung, WDR et NDR, indique que, non contente de recruter, l’extrême droite européenne le fait dans les rangs des militaires et des forces de police.

    « Dans l’objectif de renforcer leurs capacités physiques et leur aptitude au combat, les groupes d’extrême droite tentent de recruter des membres des services militaires et de sécurité, afin d’acquérir leur expertise dans ce domaine », indique le rapport.

    https://seenthis.net/messages/804449 via gwyneth bison


  • Le capitalisme est-il l’ennemi des féministes? | Slate.fr
    http://www.slate.fr/podcast/176616/le-deuxieme-texte-le-capitalisme-est-il-lennemi-des-feministes
    http://www.slate.fr/sites/default/files/styles/1200x680/public/cap.png

    Dans ce troisième épisode du Deuxième Texte, Aude Lorriaux, Nassira El Moaddem et Marie Kirschen se sont plongées dans Féminisme pour les 99%, de Cinzia Arruzza, Tithi Bhattacharya et Nancy Fraser (éditions La Découverte). Un manifeste pour un #féminisme à la fois anticapitaliste, antiraciste, écologiste…

    Le #capitalisme asservit-il les femmes ? Que penser du féminisme libéral ? Peut-on lier le féminisme et l’anticapitalisme ? Autant de questions qui trouvent leurs réponses dans Le Deuxième texte.

    https://dcs.megaphone.fm/SLT3910535388.mp3

    https://seenthis.net/messages/779182 via Agnès Maillard


  • La défense des juifs, ultime morale des pouvoirs que leurs peuples désavouent | Slate.fr
    http://www.slate.fr/story/171594/gilets-jaunes-antisemitisme-pretexte-pouvoir-vigilants
    http://www.slate.fr/sites/default/files/styles/1200x680/public/gilets_jaunes_antisemitisme.jpg

    par Claude Askolovitch

    La haine de la plèbe chez les bourgeois honnêtes m’a toujours amusé ; elle est une pensée décorative qui distrait de la peur, et comme ce pouvoir cède et cède encore à quiconque le menace, policiers en préavis de grève ou « gilets jaunes » qui répondent en brutes de bal populaire à la violence légitime de l’État, comme le président est allé plier le genou virtuel sur la pétition web d’une « gilet jaune » et lui a écrit que finalement, elle avait raison, les marcheurs dépités ont bien droit à un réconfort verbal. Ils se requinquent en stigmatisant l’antisémite, et n’auront pas peur de combattre les quenelliers ! Ah, les braves gens.

    Au demeurant, la quenelle est une saloperie. Mais, oserais-je, la quenelle des salopards n’est qu’un instant des « gilets jaunes », que seule l’acrimonie élitaire décrète signifiant.

    On aurait pu, a contrario, passer en boucle sur nos télévisions ces « gilets jaunes » savoyards qui s’enlaçaient sur « La foule » de Piaf, dans une scène douce et onirique, le soir où des gendarmes émus levaient leur barrage, et on aurait alors commenté leur ressemblance avec les occupants d’usines du Front populaire ? On aurait pu chanter la fraternité de ces veillées de Noël où des « gilets jaunes » se sont tenu chaud, et l’humanité émouvante de ces désormais plus que rien. Mais concernant le peuple ici et maintenant, spontanément, une bourgeoisie préfère voir la chemise brune sous le gilet jaune. Et je ne pourrais, juif, que m’en inquiéter.

    J’appelle ici « vigilants » ces femmes et ces hommes cultivés et engagés qui, je n’en doute pas, ne me veulent, juif, que du bien, et qui recherchent, cherchent encore et trouvent toujours –la haine est irréfutable– l’antisémitime qui rongerait le pays. Les vigilants sont des éclairagistes d’influence. Ce qu’ils sortent de l’ombre devient indiginité nationale. On ne saurait discuter leurs affolements qui, mis bout à bout, deviennent une lecture admise de la société. Les vigilants, cette saison, ont éclairé les « gilets jaunes » d’une lumière implacable.

    Avant les quenellards du samedi parisien, ils avaient ainsi mis à jour une banderole, photographiée dans le Rhône, qui attestait l’ambiance. On y lisait, en contrebas d’un barrage de « gilets jaunes », cette équation sordide et clairement anti-juive : « Macron = Drahi = Attali = Banques = Medias = Sion », les « s » étant calligraphiés façon nazie, les « a » suggérant un triangle franc-maçon. Indubitablement odieuse et fasciste, cette banderole fit florès. Pourtant, elle ne disait rien des barrages, ni de celles et ceux qui les tenaient.

    Le Progrès, 20 minutes ou l’AFP en firent justice dans des articles enquêtés. La banderole, saleté éphémère, n’avait été en place que peu de temps ; les « gilets jaunes » qui tenaient le barrage, l’ayant découverte, l’avaient détruite eux-mêmes. Elle ne venait pas d’eux. Elle était, cette banderole, l’œuvre de provocateurs malins, squatteurs pervers et anonymes d’un mouvement peu structuré.

    Mais –puissance de la vigilance et de la pulsion de bavardage de nos élites– la banderole, démontée, vécut avec une intensité rare et fut une tendance sur les réseau sociaux, la première preuve de l’antisémitisme des contestataires, avant la confirmation quenellarde, point d’orgue du « on le savait bien ».

    J’ai, juif, un point de vue sur les vigilants : ils m’enferment bien plus qu’ils ne me protègent, et travestissent bien plus qu’ils ne révèlent. Ils m’exposent à des combats dont je ne veux pas et dont je deviens le prétexte. Ils me singularisent, affolent ma mère et avec elles toutes celles et ceux, juifs, qui à force de matraquage pensent que toute l’actualité, encore et toujours, converge contre nous. C’est heureusement inexact, quand bien même nos paysages ne sont pas joyeux.

    Dans une France d’abandon et de rancœurs, de rumeurs et d’inquiétude, les crapuleries d’un Soral ou d’un Dieudonné peuvent se glisser en folklore sordide. Mais ce n’est pas l’antisémitisme qui mène ce bal, simplement l’envie de vulgarité qui anime les hommes que l’on oublie, et qui s’oublient.

    C’est triste pour la France, mais est-ce périlleux pour les juifs ? Ces malheureux idiots ne nous détestent pas de préférence, en dépit de leurs gourous, et il serait absurde d’entrer dans leur perversité et de la nourrir d’indignations forcées. La scène du Sacré-Cœur était laide bien avant d’être antisémite. Sans doute ne l’était-elle pas, et celle du métro, possiblement, pas davantage. De la viande bête, de la viande saoule, entonne un air vulgaire et reproduit un geste de pornographie politique.

    La vieille dame du métro n’a pas voulu porter plainte et conteste que les pochtrons imbéciles qu’elle avait chapitré ait prononcé des mots anti-juifs. Il n’y avait, pour nous juifs, pas grand-chose à dire ; on a dit pourtant, et c’est ici que je redoute un danger, si d’habitudes, de paresses, d’automatismes, de vigilance, de cynisme, on mobilisait l’offense faite aux juifs pour punir les « gilets jaunes », en les écrasant d’une épithète infâmante.

    Cela a commencé, cela a pris, le bavardage est le propre de la politique. C’est, manifestement, une méchanceté et un mensonge. Croit-on vraiment que sur les barrages, il n’y a pas de tendresse ni de beaux sentiments ? Croit-on que dans la foule, il n’est pas d’espérance ni d’humanité ?

    Mais on brosse à petites touches, de petits faits vrais mais choisis, un tableau sordide d’une France des provinces lumpenisée et trumpisée, perméable au complotisme, acquise à l’antisémitisme, mue par la haine de l’élite et des Rothschild qui furent les patrons de Macron, et tout, alors, serait limpide, et tout serait plié.

    Que l’on prenne garde : ce discours est performatif plus que descriptif. Il ne raconte pas le mouvement, mais l’emprisonne et peut le remodeler. Il anticipe ce qui n’est pas et n’a pas lieu d’être, mais qui sait ? Il fabriquera l’horreur, s’il apparaît qu’effectivement, la question juive est le prétexte des gouvernants contre les réfractaires, si pour disperser cette révolte qui l’empoisse, les beaux chevaliers de la forteresse assiégée du pouvoir m’empoignent, moi, juif, et m’utilisent comme leur arme suprême, me jettent à la figure des enragés. La haine, alors, viendra.

    L’antisémitisme n’est pas une vue de l’esprit. Il existe dans les replis de notre société, blesse et parfois tue. Mais il n’est qu’une violence minoritaire, marginale et condamnée –et instrumentalisée aussi bien. L’antisémitisme est cette aubaine que la vigilance offre aux gouvernants en souci. Nous y sommes, exactement. Pris en flagrant délit de mépris puis de reculade, le pouvoir –ses hérauts– s’oublie et se grise de vertu, tel un doux ivrogne qui chasse ses faiblesses dans la dive bouteille.

    Soyons clairs, ici. Les juifs français, une poignée de centaines de milliers d’individus citoyens, ne participent pas à cette construction. On la leur amène, on la leur impose, on les y enferme, dans les façons des vigilants, dans la complaisance des politiques à nous témoigner des sollicitudes, et chacun se félicite d’une si bonne entente.

    Tout ceci est humain et parfois de bonne compagnie, mais pas exempt de danger ni de folies. Depuis des années –la montée des actes antisémites en attestait–, on expliquait aux juifs et à propos des juifs que l’islamiste, le musulman, l’immigré par extension, le migrant, l’homme de la banlieue islamisée et ensauvagée, était l’ennemi du juif comme de la République, et l’ennemi des ensauvagés était notre gardien.

    Les vigilants cultivaient la bourgeoisie libérale et d’autorité, qu’elle fut socialiste ou de l’ex-UMP. D’autres allaient plus loin et, avec une certaine logique, affirmaient que face à l’ennemi, les juifs devaient résolument pencher à droite, le plus à droite possible, et devenir avec le triste Zemmour et le joyeux Goldnadel les flancs-gardes des Le Pen, Wauquiez ou Dupont-Aignan, car les ennemis de mes ennemis sont mes amis, comme dirait Benyamin Netanyahou, qui préfère Orbán et Bolsonaro au juif cosmopolite Soros et aux mollassons démocrates. Nous ne jouions plus Crémieux puis Lacoste, si l’on parlait de l’Algérie, mais l’OAS ; il fallait bien cela pour nous épargner l’islam et ses ensauvagés des cités, nos repoussoirs communs.

    Ils brossent, ces vigilants, le tableau d’une France dont Soral rêverait, qui n’existe pas mais qu’il fabriquent de leur jactance, que des médias de Panurge prolongent et que des politiques sans structure entérinent.

    Je devrais, juif, éviter aussi bien la Somme que la Seine-Saint-Denis, redouter Trappes comme Carcassonne. Je devrais, dans une terre qui a oublié mon martyre, me résigner à ne vivre qu’à l’amitié des riches, des puissants et des cyniques, et accepter, pour mon bien, que mon histoire serve à repousser le musulman comme le « gilet jaune », que certains ici veulent traiter en ennemi.

    Tariq Ramadan d’un côté, la quenelle de l’autre, les épouvantails à juifs quadrilleraient le territoire, et seul le pouvoir, seuls les possédants, seuls les libéraux, seuls les macronistes, seuls ceux qui possèdent le monde, pourraient me tolérer.

    Réalise-t-on –je parle en juif et en républicain– ce que portent ces logiques susurrées, instillées, admises, commentées et retweetées ? Rarement la vérité simple d’un pays aura été niée à ce point par un discours prétendu vertueux –et j’en serais, juif, l’objet, et ils en sont, les vigilants, coupables.

    Réalise-t-on pourtant quel malheur nous préparons –je parle en juif–, si venons à penser que dans notre pays, seuls les riches nous agréeraient, si nous oublions que ce peuple mal embouché nous cacha, jadis, quand les élites prêtaient serment à Pétain ?

    Pouvons-nous, juifs, vivre heureux en France dans l’idée que le peuple nous rejette, si nous participons ensuite à son humiliation, et si nous consentons aux opportunismes des politiques et aux manipultions des vigilants ? Nos ancêtres, sous l’autocrate russe, savaient être tolstoïens et ne haïssaient pas le moujik au prétexte des progromes, pourtant réels ceux-là.

    Posons pour finir. Nul ne prétend que le pays est simple, ou la période.

    Nul ne prétend que le mouvement baptisé « gilets jaunes » est exempt de laideurs populacières, qui s’entremêlent aux insurrections populaires.

    Nul ne croit que Dieudonné ou Soral sont des illusions.

    Nul le croit que les peuples sont commodes, et joyeux les dilemmes des juifs.

    Nul ne pense qu’il est facile d’être de gauche au Royaume-Uni, quand Jeremy Corbyn, ayant rendu le Labour aux masses, grasseye le plus stupide des tiers-mondismes et, croyant aimer la Palestine, autorise le malheur des vieux juifs du travaillisme.

    Nul ne pense qu’il est pimpant de se vouloir insoumis, quand le populaire François Ruffin fait résonner des thèmes étranges et ne veut pas comprendre qu’Étienne Chouard, complotiste et un temps soralien, n’est plus de son monde. Mais s’il l’était ? Et de cette question, je suis, comme d’autres, et en dépit de moi, contaminé.

    #Antisémitisme #Manipulation #Médias #Gilets_jaunes

    https://seenthis.net/messages/747159 via Articles repérés par Hervé Le Crosnier


  • « J’étais en colère contre les médias qui racontaient la guerre »
    Jean-Michel Frodon — 5 novembre 2018 à 16h08 — mis à jour le 5 novembre 2018 à 16h08
    Réalisateur du documentaire « Samouni Road », tourné à Gaza, Stefano Savona explique pourquoi il a fait appel à des images d’animation.
    http://www.slate.fr/story/169368/samouni-road-entretien-stefano-savona-realisateur-documentaire-gaza
    http://www.slate.fr/sites/default/files/styles/1200x680/public/capture_decran_2018-11-02_a_10.24.28.png

    (...) Vous prenez conscience de cette distorsion dès le montage de Piombo fuso ?

    Oui, plus on travaillait avec Penelope [Penelope Bortoluzzi, monteuse et productrice des films de Savona, également cinéaste], plus on se rendait compte des limites de la position dans laquelle je me trouvais. Nous ne voulions pas faire un film de dénonciation de plus, nous savons qu’ils ne servent à rien. Après avoir fait traduire l’ensemble de ce que racontaient les gens que j’avais filmés, on découvrait la qualité des témoignages, allant bien au-delà de la plainte ou de la dénonciation. Je reconnaissais la manière de s’exprimer des paysans siciliens auxquels je consacre depuis vingt ans une enquête documentaire, Il Pane di San Giuseppe. Ces paysans palestiniens traduisaient un rapport au monde au fond très semblable, à la fois ancré dans la réalité et très imagé.

    Comment un nouveau projet a-t-il émergé de ces constats ?

    Un an après, en 2010, j’ai reçu un message m’annonçant que le mariage qui semblait rendu impossible par la tragédie de janvier 2009, et en particulier la mort du père de la fiancée, allait avoir lieu. C’est elle qui m’a contacté : « On va se marier, viens ! ». Je suis donc reparti, même s’il était encore plus difficile d’entrer à Gaza. Il a fallu emprunter des tunnels, mais au prix de pas mal de tribulations je suis arrivé à Zeitoun le jour même du mariage, que j’ai filmé. Et je suis resté plusieurs semaines. (...)

    #Gaza

    https://seenthis.net/messages/733773 via Loutre


  • Quand le «manger mieux» creuse la fracture alimentaire | Slate.fr
    https://www.slate.fr/story/169200/alimentation-manger-mieux-philosophie-individualisme-inegalites-classes
    http://www.slate.fr/sites/default/files/styles/1200x680/public/manger_mieux_individualisme.jpg

    Auprès des participantes et participants, elle a constaté un effet pervers des appels à consommer bio : « Avec le débat sur le bio et les pesticides, certaines personnes utilisent cette information selon laquelle les fruits et légumes peuvent contribuer à l’apport de contaminants pour ne plus en acheter et ne plus en donner à leurs enfants. On marche un peu sur la tête. On a oublié de dire que manger des fruits et légumes qui ne sont pas bios, c’est mieux que de ne pas en manger du tout, ou en quantité trop faible. »

    Les prix élevés du bio –79% plus cher que le conventionnel pour un panier de fruits et légumes, selon une étude de 2017 de l’UFC-Que choisir– rebutent les ménages au budget serré, d’autant plus lorsqu’ils sont touchés par la précarité alimentaire, qui concerne une personne sur cinq en France, d’après un récent baromètre Ipsos-Secours populaire.

    Christophe Brusset n’en est que trop conscient : « Je viens d’un milieu ouvrier et pauvre, je sais ce que c’est que de jongler avec les fins de mois. J’ai connu ça toute ma jeunesse. » C’est pourquoi son « guide », présenté dans Et maintenant, on mange quoi ?, s’attache à montrer la voie vers les produits les « moins pires » en supermarché, sans augmenter le montant du ticket de caisse. Hors de question pour lui de « culpabiliser » les consommateurs et consommatrices : « C’est l’industrie qui est coupable, ce ne sont pas les clients. »

    #égologie #alimentation

    https://seenthis.net/messages/732367 via aude_v


  • Le débat sur l’#appropriation_culturelle mérite mieux que la malhonnêteté intellectuelle sur Twitter | Slate.fr
    http://www.slate.fr/story/167942/appropriation-culturelle-tweet-anodin-professionnels-cyberharcelement-manipula
    http://www.slate.fr/sites/default/files/styles/1200x680/public/wax.jpg

    L’appropriation culturelle consiste pour moi à se poser la question de l’exploitation de codes créés par des groupes culturels minorés. Alors que de nombreuses femmes noires connaissent encore l’opprobre et la moquerie lorsqu’elles se tressent, une femme non noire imitant leurs codes culturels en tire des revenus et une valorisation sociale sans même prendre la peine de les créditer.

    J’ai donc expliqué qu’à mon sens, il était important d’avoir conscience de la position que l’on occupait et du bénéfice que l’on pouvait en tirer (en ayant l’air ouvert d’esprit, en engrangeant des revenus matériels...) quand d’autres, pour des pratiques identiques, sont pointés du doigt, renvoyés à une forme de « repli communautaire ».

    À aucun moment, je ne me suis arrogé des droits de police vestimentaire. Je n’ai jamais interdit à une personne blanche de porter une tenue en wax. Mais il était plus commode pour les championnes et champions du harcèlement de faire circuler une information mensongère et de l’instrumentaliser pour occuper l’espace à mon détriment. C’est bien dommage car ce débat mérite mieux que la malhonnêteté intellectuelle de mes détracteurs et détractrices.

    Ironie du sort, le festival au sein duquel je me suis exprimée s’était vu retirer une subvention accordée par la mairie du XXe arrondissement, lorsque sa maire Frédérique Calandra a appris ma participation. L’élue qui a pris cette décision de manière unilatérale, sans consulter sa majorité dont plusieurs membres ont exprimé leur mécontentement, est membre fondatrice du Printemps républicain.

    Via @mona, ce récit par #Rokhaya_Diallo d’un énième fait de #harcèlement, diffusion de mensonges destinés à l’humilier. Le peu que j’ai lu d’elle m’a vraiment séduite : elle fait un super boulot de passeuse et interroge la bonne conscience blanche et le #racisme dans notre pays avec beaucoup d’honnêteté. On ne peut pas dire la même chose des gens qui la harcèlent.

    PS : #wax et #batik (et cette technique des réserves en cire a elle aussi une histoire coloniale : loin d’être une tradition immémoriale, c’est une technique qui s’est répandue dans le monde malais quand les Néerlandais ont décidé que les gens ne s’habillerait plus de tissus indiens pour ne pas laisser les devises partir chez les colons britanniques).

    https://seenthis.net/messages/726306 via aude_v


  • Facebook dispose d’informations sur vous que vous ne lui avez jamais données
    http://www.slate.fr/story/167831/facebook-informations-sur-vous-pas-donner

    Vous êtes-vous déjà demandé si Facebook vous enregistrait ? Vous avez une discussion avec une connaissance sur un sujet en particulier. Alors que vous n’en avez par ailleurs pas parlé par message, ni par mail, ni googlé quoi que ce soit en rapport, le soir même Facebook vous propose une pub relative à ce sujet. Autre exemple, vous rencontrez une personne pour la première fois à une soirée et le lendemain, le réseau social vous la suggère en amie. Vous êtes loin d’être le seul dans ce cas là. (...)

    #Facebook #algorithme #domination #données #BigData #profiling

    http://www.slate.fr/sites/default/files/styles/1200x680/public/fb_21.jpg

    https://seenthis.net/messages/726121 via etraces