/rafael-correa-il-y-une-indignation-sele

  • Le Soir (le grand quotidien belge) : L’ancien Président de l’Equateur exilé en Belgique, s’exprime sur le Venezuela.

    Tout est dit sur le Venezuela en particulier et l’Amérique latine en général !
    NRobin

    Rafael Correa : « Il y a une indignation sélective sur le Venezuela »

    Mis en ligne le 9/02/2019 à 06:00

    https://plus.lesoir.be/sites/default/files/dpistyles_v2/ena_16_9_extra_big/2019/02/08/node_205646/26109219/public/2019/02/08/B9718515265Z.1_20190208171159_000+G8DCUC4UG.2-0.jpg?itok=N82naZpu

    Par Véronique Kiesel

    La tension monte au Venezuela, de nombreux pays ayant reconnu Juan Guaido, autoproclamé président face à Nicolas Maduro. Nous avons demandé à Rafael Correa sa lecture de cette crise. Il s’exprime aussi sur les pays d’Amérique latine et sur son exil.

    https://plus.lesoir.be/205646/article/2019-02-09/rafael-correa-il-y-une-indignation-selective-sur-le-venezuela

    Rafael Correa a été pendant 10 ans président de l’Equateur, menant une politique de gauche, axée sur le social. Il vit désormais en Belgique, pays d’origine de sa femme, rencontrée pendant leurs études à Louvain-la-Neuve.

    Pour vous, qui est président du Venezuela ?

    Nicolas Maduro, évidemment. Comment peut-on dire autre chose ? Il a gagné les élections en mai de l’an dernier, j’étais là comme observateur. Personne ne peut questionner la transparence des élections. Mais l’opposition n’a pas voulu y participer.

    La plupart des candidats de l’opposition ont été interdits de participation, il est difficile de parler d’élections démocratiques…

    L’opposition ne s’est pas mise d’accord parce qu’elle est fortement divisée. Elle savait que, faute d’unité, elle allait être vaincue. Et il y a eu des candidats d’opposition qui se sont présentés. Maduro a gagné l’élection avec 67 % des voix, avec une participation de 46 %. Mais, quoi qu’il en soit, quel est l’article de la constitution qui dit qu’on peut soutenir quelqu’un qui s’autoproclame président ? Demain, je proclame Hillary Clinton présidente des Etats-Unis, parce qu’elle a eu plus de voix, et les Etats-Unis doivent m’obéir ? C’est de la folie ! La question n’est pas de savoir si on aime bien Maduro ou pas, mais de voir si la Constitution permet de reconnaître un autre président. Et c’est non. Ce qui se passe est tout à fait contraire au droit international. Les Etats-Unis ont conspiré avec leurs alliés de Colombie et du Brésil pour faire surgir Juan Guaido. Ils ne font pas cela pour la démocratie, sinon, pourquoi ne réclament-ils pas plus de démocratie en Arabie Saoudite ? On est en plein double standard ! Ce qui intéresse les responsables américains, c’est les immenses réserves de pétrole du Venezuela.

    En attendant, le peuple vénézuélien vit de façon misérable, avec des pénuries terribles, et il y a cette aide humanitaire qui arrive…

    Je suis allé récemment sur place, et bien sûr qu’il y a une crise, avec des pénuries, mais ce n’est pas une vraie crise humanitaire. Il faut être prudent, car selon le droit international, il y a dans ce cas un droit d’ingérence. Il est clair qu’il y a des problèmes économiques au Venezuela, dus notamment à la chute des prix du pétrole, mais au lieu d’essayer de les résoudre, les États-Unis les ont aggravés en imposant de multiples sanctions, qui ont compliqué l’achat de vivres et de médicaments. On est en pleine hypocrisie ! Les USA annoncent 20 millions d’aide humanitaire, mais ils viennent de saisir des millions de dollars dus au Venezuela pour ses ventes de pétrole. Ils sont en train d’envoyer des convois de camions aux frontières de la Colombie et du Brésil avec le Venezuela, accompagnés par les forces armées de ces pays. C’est de la provocation : un tir qui se perd pourrait déclencher un conflit très violent. C’est aussi dangereux qu’irresponsable. Et la propagande dit : Maduro ne laisse pas entrer l’aide humanitaire !

    Lire aussi
    Au Venezuela, l’aide humanitaire américaine est aussi un piège pour Maduro

    L’armée des États-Unis pourrait intervenir ?

    Pas directement, car cela coûterait trop cher. Mais ils ont de nouvelles tactiques : créer d’autres conflits, pour éviter des victimes américaines. Par exemple le Brésil et la Colombie contre le Venezuela. Or l’armée brésilienne est la plus puissante de toute l’Amérique latine. Et l’armée colombienne est la troisième, après celle du Mexique, grâce à l’argent du Plan Colombia, cette aide américaine massive théoriquement destinée à lutter contre le trafic de drogue. Les USA pourraient bombarder, envoyer des missiles pour détruire des bases militaires au Venezuela. S’il devait y avoir une intervention armée, cela déclencherait certainement une guerre civile, car Maduro et ses supporters ne vont pas se laisser faire. Il est faux de croire qu’il n’a plus de partisans : aux élections législatives de 2015 qu’il a perdues – elles étaient donc forcément représentatives ! – le chavisme a quand même obtenu 33 %. A la présidentielle de l’an dernier, quand on croise les résultats et la participation, on voit que 30 % des gens ont voté pour lui.

    Lire aussi
    L’édito : Le Venezuela a besoin d’aide, pas de guerre

    Que pensez-vous de l’attitude des pays membres de l’Union européenne qui ont massivement reconnu le président du parlement Juan Guaido comme président de la république ?

    Je suis très déçu car il s’agit d’un précédent terrible. Demain, si je n’aime pas un gouvernement de l’Amérique latine, alors je dis que les élections n’ont pas été transparentes et je reconnais n’importe qui comme président ! Dans mon pays, en Equateur, le nouveau pouvoir a organisé un référendum qui n’était pas constitutionnel pour m’empêcher de jamais pouvoir me représenter, et l’UE n’a rien dit ! C’est sélectif, il s’agit d’une morale de convenance. Ceci va passer à l’histoire comme un moment vraiment honteux. Voir l’Espagne ou le Parlement européen reconnaître Guaido, c’est terrible, incroyable ! Heureusement, la représentante de la diplomatie de l’UE, Federica Mogherini, a une position plus neutre, elle essaie d’arranger les choses, d’éviter un conflit. On verra si ce Groupe de contact, qui réunit une délégation de pays d’Europe et d’Amérique latine arrive à quelque chose.

    Lire aussi
    Les Etats européens qui ont reconnu Juan Guaido ont-ils été bien inspirés ?

    Que faut-il faire face à une situation si compliquée ?

    Il faut laisser les Vénézuéliens résoudre leurs problèmes entre eux ! Ils pourraient avancer les élections, pourquoi pas, mais ce sont les Vénézuéliens qui doivent en discuter, pas les États-Unis, ni les Européens ni même les pays d’Amérique latine.

    Mais selon l’opposition, Maduro a fait échouer toute tentative de dialogue…

    C’est plutôt le contraire. J’ai parlé longuement avec José Luis Rodriguez Zapatero, ex-président du gouvernement espagnol, qui a tenté une médiation entre le pouvoir et l’opposition à Caracas. Il m’a expliqué que l’opposition a une grande responsabilité dans la non-réussite de ces discussions car elle veut l’échec, elle recherche la crise et la violence, seule façon selon elle de battre le chavisme.

    Il y a quand même près de 3 millions de Vénézuéliens qui ont quitté leur patrie pour d’autres pays de la région, ce qui provoque une crise régionale…

    Trois millions ? Cela me semble beaucoup, mais il est certain qu’il y a une crise. Et il y a aussi des millions de Colombiens qui ont fui leur pays, et qui en parle ? On est de nouveau dans le double standard. Il y a de la violence au Venezuela, mais c’est encore bien pire au Mexique. Qui en parle ? Au Brésil, il y a eu un coup d’Etat contre Dilma Rousseff, et Lula a été empêché de participer aux élections pour faire gagner Bolsonaro ! Le juge qui a mis Lula en prison est maintenant ministre de la Justice de Bolsonaro, mais cela semble ne choquer personne…

    Amérique latine : « La situation, très grave, rappelle les années des dictatures militaires »

    Dans les années 2000, vous faisiez partie de cette nouvelle gauche latino-américaine avec Chavez, Lula, Evo Morales, les Kirchner… Qu’en reste-t-il ?

    Ces années ont été une époque en or. En Equateur, ce fut une réussite gigantesque. On a doublé la taille de l’économie, le FMI a reconnu que nous avions sorti deux millions de personnes de la pauvreté, et l’extrême pauvreté a été réduite de 12 à 6 %. On avait avant un des pires réseaux routiers d’Amérique du Sud et nous avons construit le 2e meilleur. On devait acheter de l’électricité à la Colombie et au Pérou, maintenant on leur en vend ! On est passés d’une production de 40 % d’énergie hydroélectrique à plus de 90 %. Pendant mes 10 années au pouvoir, j’ai remporté 14 élections ! J’ai battu le camp de la bourgeoisie, elle m’a donc traité de dictateur ! Dans toute la région, elle n’a pas accepté d’avoir perdu et a donc décidé d’écraser tous les progressismes et de rétablir l’ancien régime. Maintenant, il ne faut plus gagner les élections, il faut contrôler celui qui a gagné. Il y a une agression terrible par des moyens inconstitutionnels, en utilisant les entreprises médiatiques qui détruisent les réputations de ceux qu’il faut abattre, puis en contrôlant le système judiciaire. La situation rappelle les années 70, celles des dictatures militaires qui ont brisé toutes les tentatives de changement et fait perdre 30 ans. Maintenant, il y a des techniques efficaces comme au Brésil, en Equateur, au Venezuela. Elles ont l’air plus soft, mais détruisent la Constitution, les droits humains, la démocratie. La bourgeoisie et l’extrême droite reprennent le pouvoir avec comme résultats inégalités et pauvreté.

    Il y a des choses que vous referiez différemment ?

    C’est à la fin de sa vie qu’on a le plus de sagesse et d’expérience ! Oui, j’ai fait des erreurs, mais pas sur les grandes stratégies. Pour moi, la base de la démocratie, c’est une école publique de très bonne qualité gratuite. On a fermé de petites écoles pour en ouvrir de plus grandes, équipées en informatique, wifi, bibliothèques, laboratoires, sport et musique. Un succès en ville, mais plus compliqué en zone rurale. Or, la bourgeoisie veut bien que les enfants des domestiques aillent à l’école, mais elle veut garder des écoles privées exclusives pour ses enfants, pour cultiver les réseaux, l’entre soi. Ce n’est pas un hasard si l’Amérique latine est l’endroit avec les pires inégalités. Tous les pouvoirs appartenaient à cette haute bourgeoisie, y compris les médias et l’Eglise.

    C’étaient toujours les descendants des conquistadors qui dirigeaient tout ?

    Ces inégalités sont en effet un héritage de la colonisation. C’est un problème culturel et politique. Aux Etats-Unis, les colonisateurs ont tué la culture native et l’ont remplacée par celle venue d’Angleterre. En Amérique latine, il y a eu un mélange de culture espagnole et indienne. Mais ce ne sont pas les meilleurs Espagnols qui sont venus : des bandits qui voulaient faire fortune. Et ils ont réussi à convaincre les Indiens qu’ils étaient inférieurs. La minorité blanche avait le pouvoir et exploitait la majorité. On n’a pas eu besoin d’apartheid ou de politique de ségrégation, il suffisait d’avoir un système éducatif déficient pour les plus pauvres. C’est pour cela qu’il y avait tant de misère dans une région avec de telles ressources naturelles. En distribuant mieux la richesse, on pouvait supprimer la pauvreté. Mais pour y arriver, il fallait faire payer des impôts aux plus riches pour financer un meilleur système d’éducation et de santé. Il fallait réguler le marché du travail, partager la propriété de la terre : une lutte politique avec les puissants qui n’ont jamais payé d’impôt.

    Votre ancien vice-président Lenin Moreno a été élu président pour continuer votre politique puis il a pris un virage néolibéral.

    C‘est très difficile de construire quelque chose de novateur, mais tellement facile de le détruire. Il a trahi le programme de gouvernement pour lequel il avait été élu. Le patron des patrons est devenu ministre de l’économie. Les grandes entreprises siègent désormais au gouvernement, et les décisions sont prises en leur faveur, pas au bénéfice du peuple. Le nouveau pouvoir a mené un coup d’Etat institutionnel. Il a mis en prison le vice-président, Jorge Glas, qui était très proche de moi : on lui a inventé une affaire de corruption liée à l’affaire Oderbrecht (un gigantesque scandale de pots-de-vin lié à cette entreprise brésilienne, NDLR), mais c’était bidon, basé sur un faux témoignage. L’argent qu’il aurait reçu n’a jamais été trouvé. Glas est un prisonnier politique, mais l’Europe ne veut rien savoir. Moreno a ensuite organisé un référendum, notamment pour m’empêcher de revenir au pouvoir, avec des conséquences rétroactives, ce qui est illégal. Il a aussi pris le contrôle de façon illégale du Conseil qui nommait, au mérite et sur concours, les responsables du secteur de la justice. Il a démis tous ceux qui étaient en place et en nommé d’autres, aux ordres, prenant le contrôle de la justice. L’Organisation des Etats Américains vient de statuer sur l’illégalité de ce processus, mais c’est fait…

    « Je suis victime d’une persécution politico-judiciaire »

    Vous-même, vous êtes accusé par la justice de votre pays pour une tentative d’enlèvement d’un opposant. Qu’en est-il ?

    Un policier a témoigné, affirmant que j’avais ordonné cet enlèvement en 2012. Il a dit qu’il m’avait rencontré trois fois, puis il a changé sa version et dit qu’il m’avait téléphoné. Je n’ai jamais été en contact avec lui, je ne le connais pas : c’est un faux témoignage. Ce n’est pas suffisant, aucune preuve n’a été fournie. Je vis en Belgique, mais la juge voulait que je me présente tous les 15 jours à la justice à Quito : ce n’est pas possible. Je suis allé au consulat, qui a compétence judiciaire, mais la juge n’a pas accepté. Donc elle a voulu lancer contre moi un mandat d’arrêt international, mais Interpol a refusé car le dossier était vide, et l’accusation purement politique.

    Vous ne pouvez donc pas rentrer en Equateur ?

    Non, car j’irais en prison et je n’en sortirais sans doute jamais. Je subis une persécution terrible. Ils m’ont collé 20 procès au total, notamment sur l’endettement du pays. C’est ridicule. Il y a aussi des accusations sur l’usage des deux avions présidentiels, qui ont permis au ministre des Affaires étrangères d’aller chercher en mission humanitaire des Equatoriens en danger : mauvais usage de fonds publics ! Je ne peux pas non plus me rendre ailleurs en Amérique latine, car s’il y a des accords d’extradition, un gouvernement qui ne m’aime pas pourrait m’envoyer en Equateur. Et les nouvelles autorités veulent me priver de la pension due aux présidents parce que je ne suis pas Equateur et que j’ai des ennuis avec la justice.

    Vous avez demandé l’asile politique en Belgique ?

    Je ne peux pas confirmer ni nier cette information, il faut en parler avec mon avocat. (Qui nous a répondu que « le droit international prévoit des règles de confidentialité strictes en matière d’asile, qui interdisent de confirmer ou d’infirmer si une demande d’asile a été introduite. Nous envisageons toutes les possibilités afin de combattre les poursuites judiciaires politiques manifestement abusives dont il est victime en Equateur. Nous avons aussi saisi les organes compétents des Nations unies »)

    Vous habitez à Ottignies avec votre épouse belge et vos enfants…

    Des « journalistes » d’Equateur sont venus me voir et ont publié mon adresse, donc j’ai reçu de nombreuses visites non désirées. Un d’entre eux voulait à tout prix montrer que je suis corrompu. Comme je vis dans une petite maison, il est allé filmer à Uccle la grosse propriété des parents d’un ami de ma fille et dit que c’était la mienne. Un autre a filmé un concessionnaire Ferrari pour tenter de prouver que je suis très riche !

    Vous avez une vie normale en Belgique ?

    C’est un pays tranquille, agréable, on se sent en sécurité. Mais j’ai toujours le stress de voir quelle nouvelle accusation va être inventée contre moi. Je travaille beaucoup : je donne des cours online, des conférences pour un centre d’études latino-américain espagnol. Pour Russia Today (chaîne d’info russe), j’ai fait des entretiens avec Dilma Rousseff, Lula, Chomsky… Je donne aussi des conseils en économie. J’ai créé une fondation avec les anciens membres de mon gouvernement, on tente de faire avancer la pensée progressiste. Mais tous mes revenus vont à mes avocats : je leur ai payé 100.000 dollars l’an dernier ! On a épuisé toute notre épargne. On vient de louer notre maison de Quito : la justice voulait la saisir mais on l’a mise au nom des enfants. Cela nous fera un petit revenu en plus. Et ma femme qui est professeur fait un remplacement.

    Quel est votre état d’esprit ?

    Toujours combatif. J’ai déjà traversé des épreuves, j’ai appris à relativiser : le plus important c’est la santé, la famille. Mais c’est très dur de voir mon pays faire marche arrière sur l’éducation, la dignité. Et comment le pouvoir essaie de détruire mes amis en Equateur. C’était mon projet de vie, donc je suis triste. On a tellement lutté, et rien n’a changé. Mais j’ai la paix intérieure : j’ai fait tout ce que je pouvais. Et l’espoir reste. Et je suis toujours en vie pour raconter cela.

    Rafael Correa est né à Guayaquil (Equateur) en 1963, il y fait des études d’économie qu’il poursuit grâce à une bourse à Louvain-la-Neuve où il rencontre son épouse, la Belge Anne Malherbe. Ils ont trois enfants. Prônant une politique de gauche axée sur le social, il est élu président de la République, fonction qu’il exerce de 2007 à 2017. Son vice-président Lenin Moreno est ensuite élu chef de l’Etat avec le même programme, mais il prend un très net virage néolibéral. Rafael Correa vit désormais en Belgique avec sa famille.

    Battant et combattant

    V.K.

    Rafael Correa a toujours été un battant, un combattant en lutte contre les privilèges, les inégalités, la grande pauvreté. Il n’a jamais ménagé ses efforts pour changer son pays, et jamais hésité à se confronter à ceux qui s’opposaient à lui, avec un côté « homme providentiel » qui pouvait en agacer certains.

    Dans le dossier vénézuélien, on peut ne pas partager son analyse sur les raisons ou l’ampleur de la crise économico-humanitaire, ni sur la représentativité des dernières élections présidentielles. Mais ce qu’il dit sur le non-respect de la Constitution et sur l’attitude des Etats-Unis est interpellant.

    Et ses mots pèsent encore plus lorsqu’il met en perspective la reconquête à tout prix du pouvoir par les forces conservatrices dans divers pays de la région, qui utilisent la diffamation et une justice partisane pour abattre leurs ennemis.

    Voir cet ex-président persécuté à ce point par la justice de son pays est de bien mauvais augure pour le nouveau pouvoir en place à Quito.

    https://www.lesoir.be/205646/article/2019-02-09/rafael-correa-il-y-une-indignation-selective-sur-le-venezuela