Les femmes ont besoin de girls’ clubs pour se faire entendre

/femmes-feministes-girls-clubs-collectif

  • Les femmes ont besoin de girls’ clubs pour se faire entendre | Slate.fr
    http://www.slate.fr/story/173499/femmes-feministes-girls-clubs-collectifs-parole

    Et maintenant ? Depuis quelques années, on expérimente la sororité, mais la sororité désigne l’expression d’une solidarité entre femmes au sens d’individus. C’est une expérience passionnante mais ce n’est pas du collectif. Ça a peu à voir avec un girls’ club. Prenons un exemple concret : les cas de cyber-harcèlement qui touchent particulièrement les féministes. On va s’envoyer des messages de soutien (ça, c’est de la sororité) et c’est très important de le faire. Si vous voyez une personne se faire harceler sur internet, envoyez-lui même un seul mot. Ça aide toujours face à cet enfer. Mais nous n’avons pas de réaction collective. Chacune va décider individuellement de signaler tel message ou compte. Nous n’avons ni groupe organisé, ni procédure prédéfinie. Alors que cela nous serait bien utile.

    Je suis un peu perplexe. Je croyait que les asso féministes étaient des groupes collectifs organisés de femmes et qu’elles avaient mis en place des procédures de sororité. A mes yeux il y a deja des « girl’s club ». Le fait que la non-mixité des femmes soient attaqué est assez symptomatique d’ailleurs, à part les féministes on trouve pas foule pour critiqué la non mixité masculine, mais les groupes discriminés sont accusé de communautarisme en toutes occasions.

    Je la trouve un peu naïve sur ce coup Titou Lecoq, par exemple au huffington post, il y avait un réseau pour les femmes, elles y faisaient de l’entraide (elles se filaient des tampons principalement), alors que les hommes dans leur réseau « radio, bière, foot » s’entraidaient, mais surtout s’organisent afin de nuire à des personnes en raison de leur sexe, race, classe, orientation sexuelle ... A mon avis ses femmes ont été prudentes car si ce réseau féminin avait été actif, les mecs du boy’s club s’y seraient introduit pour leur nuire.

    Ce qu’il faut donc si c’est pour faire pareil, c’est pas des groupes d’entraide pour les femmes, il y en a déjà. Je rappel que c’est les asso féministes qui s’occupent des violences faites aux femmes, tiennent les lignes d’écoutes, crée des foyers d’acceuil, donnent les cours de langues pour les immigrées, font l’info sur la contraception, MST, violences sexuelles... C’est peut être de l’aide interindividuelle mais je trouve abusé de dire que c’est pas politique ou de faire comme si les femmes s’organisaient pas pour la solidarité des femmes.

    Si on voulait se mettre au niveau des hommes, pour faire un girl’s club à l’image des clubs de boys, il faut une sororité qui cherche à nuire aux hommes du fait qu’ils sont des hommes et pas pour leurs actes. Un club qui les exclure de l’espace publique pour leur confié la corvée de chiotte éternel, qui les discriminent et les humilient sexuellement pour les poussé si possible au suicide, qui réduit leurs droits et leurs pouvoir dans tous lieux et tous domaines, qui fait baisser leurs salaire et leur rend la vie un enfer H24 7j/7 pendant de nombreuses années si c’est pas la vie entière. Y a peut être du boulot pour le #mégèrisme

    https://seenthis.net/messages/760562 via mad meg