• Module de formation « Enseigner l’encodage de phrases »
    http://centre-alain-savary.ens-lyon.fr/CAS/LECTURE-ECRITURE/ecriture/scenarios-de-formation/copy2_of_enseigner-la-dictee-a-ladulte

    Ce module est destiné à des formateurs qui souhaiteraient engager une animation de 6 heures sur l’encodage de phrases au CP. Il a été conçu par une équipe pluri-catégorielle : enseignants, conseillers pédagogiques et inspectrice de l’éducation nationale de la circonscription de Lormont et du Pôle formation, maitre de conférences de l’université de Bordeaux.

    #langues_et_langage #langages #école #vidéo-formation #Document


  • Neuf élèves d’une même classe infectés au #coronavirus | Le Devoir
    https://www.ledevoir.com/societe/education/580048/neuf-eleves-d-un-meme-groupe-infectes-au-coronavirus
    https://media1.ledevoir.com/images_galerie/nwd_815641_647273/image.jpg?ts=1591157970

    Neuf élèves d’une classe de l’#école Louis-de-France, à Trois-Rivières, ont été infectés au coronavirus après qu’un #enfant a été contaminé en côtoyant un cas positif dans la communauté.

    Le virus s’est répandu dans le groupe malgré la distance de deux mètres entre chaque pupitre, le lavage des mains et le marquage au sol un peu partout dans l’école. Cette éclosion illustre les difficultés de prévenir la propagation du virus dans une école primaire même si les élèves et le personnel respectent autant que possible les règles sanitaires.

    [...]

    La quasi-totalité de ce groupe de l’école Louis-de-France, soit 9 élèves sur 11 ou 12, selon la Dre Godi, a été infectée par le coronavirus.

    https://seenthis.net/messages/858188 via Kassem


  • Réouverture des #collèges : les conditions sanitaires fixées par le Conseil Scientifique ne sont pas respectées – #benoit_foucambert #SNES-FSU 81.
    https://www.initiative-communiste.fr/articles/luttes/reouverture-des-colleges-les-conditions-sanitaires-fixees-par-

    https://www.initiative-communiste.fr/wp-content/uploads/2020/05/2020518-collège-covid-19-benoitfoucambert-300x300.jpeg

    Interviewé par CNEWS dans ses éditions du journal télévisée du 17 mai, notre camarade Benoit Foucambert, secrétaire départemental du SNES-FSU 81 explique que les les conditions sanitaires fixées par le Conseil Scientifique ne sont pas respectées pour la réouverture des collèges en zone verte. En réalité, le régime Macron ne fait aucun cas de la […]

    #2-lutte_des_classes_et_renaissance_communiste #articles #covid-19 #Ecole #FSU #video


  • 11 mai : reprise acrobatique pour l’Education nationale (Celine Florentino, Marianne)
    https://www.marianne.net/debattons/billets/11-mai-reprise-acrobatique-pour-l-education-nationale

    Une fois n’est pas coutume, un bel article dans la rubrique Éducation de Marianne.

    Je me sens en phase avec le point de vue de cette enseignante. Enseignant en REP, je pense comme elle qu’il faut reprendre. Je pense aussi que nous n’avons qu’une solution pour ne pas devenir maltraitant·es : ne pas respecter le Protocole en s’appuyant sur notre bon sens.

    Par contre, il me semble que ce témoignage passe à côté d’un "impossible" supplémentaire, pour moi ingérable.
    L’enjeu n’est pas simplement de savoir si nous allons "désobéir" au Protocole face à notre administration, comme par exemple à l’époque des "désobéisseur·euses" face à la mise en place des évaluations par Darcos-Blanquer il y a une dizaine d’années.
    La majorité des familles que j’ai au téléphone ont peur et elles nous font confiance pour faire en sorte que le·la gamin·e ne soit pas contaminé·e, ne ramène pas la Pandémie à la maison.
    Et à tort ou à raison, "faire en sorte" signifie pouvoir appliquer le Protocole. Strictement. Personne ne me dit « Je remets le.la gosse parce qu’il faut bien recommencer à vivre, même avec le virus. ». Non, la plupart des familles me disent : « Je ne remets pas le·la gosse, c’est trop risqué parce que le Protocole, là, vous n’allez pas y arriver. »
    Donc ne pas appliquer le Protocole, ce n’est pas seulement désobéir aux injonctions paradoxales d’une hiérarchie maltraitante, c’est aussi et surtout trahir la confiance des familles qui ne remettent leur enfant que parce que le Protocole est le contrat de base promis par les autorités politiques et scientifiques.

    Au mieux je peux dire « Non, en effet, vous avez raison, je n’y arriverai pas », être honnête, chercher un chemin éthique.

    Mais contrairement aux épisodes précédents, s’affranchir du cadre, désobéir ne se joue pas seulement entre nous, professionel·les de terrain, et l’Autorité-qui-nous-manage. Il en va aussi de la relation de confiance que nous essayons de construire avec les familles.

    Et pour le coup, je ne vois pas le chemin...

    Celine Florentino dénonce les consignes de l’Education nationale concernant la reprise des cours. Selon elle, les professeurs reçoivent des message injonctifs, protocolaires, rigides et chronophages, pour finalement comprendre qu’ils doivent se débrouiller.
    […]
    Ah bon, mais à qui alors ? Qui donne ces consignes ? Qui viendra vérifier si elles sont respectées ? Mon hypothèse est que personne ne viendra vérifier. Ça pourrait mettre en difficulté les responsables. En plus, on ne sait pas qui seraient ces responsables, si ce n’est pas le ministère de l’Education nationale. Je crois que nous sommes au cœur du non-sens, du paradoxe, de l’indicible, qui ont toujours habité l’Education nationale, et que les enseignants ne supportent plus. On reçoit toujours, et de plus en plus, ces message injonctifs, protocolaires, rigides et chronophages, pour finalement s’entendre dire « faites au mieux, et faites preuve de bon sens ». Pas étonnant dans ces conditions qu’il y ait autant d’angoisse autour de cette reprise, et sans doute en France plus qu’ailleurs.
    […]
    Les enseignants vont devoir reprendre. Ils auront le choix entre respecter de manière rigide un protocole inhumain, ou s’en affranchir des dizaines de fois par jour. Quand un petit de quatre ans leur demandera de lui faire ses lacets, refuseront-ils ? Bien sûr que non, on n’est pas stupides. […] Et c’est tout cela qu’il va falloir assumer. S’affranchir du cadre, c’est désobéir. Et là, il faudra désobéir souvent, très souvent, parce qu’on sait que notre jugement de praticien de terrain est bien supérieur à celui des technocrates qui nous donnent des ordres.

    #éducation #école #déconfinement

    https://seenthis.net/messages/852670 via Pierre Coutil


  • #COVID19 #réouverture_des_écoles : le régime Macron ordonne une inquiétante police de la pensée doublée d’un #fichage dans les établissements scolaires !
    https://www.initiative-communiste.fr/articles/luttes/covid19-reouverture-des-ecoles-le-regime-macron-ordonne-une-in

    https://www.initiative-communiste.fr/wp-content/uploads/2020/05/Fiche-Replis-communautaires_1280695-page-1-300x300.jpeg

    C’est une circulaire du ministre #Blanquer qui fait froid dans le dos. Sous couvert de lutte contre le #communautarisme et à la faveur du coronavirus, le régime Macron demande en effet la mise en œuvre d’une véritable police politique de la pensée, prétendant interdire toute contestation de la politique du gouvernement, et ordonnant un fichage […]

    #2-lutte_des_classes_et_renaissance_communiste #articles #bourrage_de_crane #collège #commission_éducation #déconfinement #Ecole #Education_Nationale #Islam #Laïcité #liberté #libertés_individuelle #lycée #propagande


  • #Déconfinement #11mai “Gardez vos enfants à la maison” : la lettre ouverte de Jean, instituteur [dossier spécial communiqués des parents d’élèves et syndicats]
    https://www.initiative-communiste.fr/articles/luttes/deconfinement-11mai-gardez-vos-enfants-a-la-maison-la-lettre-o

    https://www.initiative-communiste.fr/wp-content/uploads/2020/04/20200427-11mai-école-covid-19-300x300.jpg

    Récemment j’étais fâché.J’étais remonté par cette institution qui nous demande d’exercer un métier qu’on ne sait pas faire et qu’on ne peut pas faire. Aujourd’hui, ils demandent aux municipalités et aux collectivités locales d’organiser un retour à l’école des #élèves de familles « volontaires ».Les directeurices contactent les enseignant.e.s, les familles, les équipes municipales, pour […]

    #2-lutte_des_classes_et_renaissance_communiste #articles #Billet_Rouge #confinement #covid-19 #déconfinement #Ecole #lycées


  • #France : #Castaner redoute une montée du #communautarisme

    Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a déclaré jeudi qu’il redoutait une montée du communautarisme en France à la faveur de l’épidémie de #coronavirus et des mesures de #confinement, susceptibles selon lui de provoquer un #repli_communautaire.

    “Je crains le risque de communautarisme et que le communautarisme puisse se développer”, a-t-il déclaré lors d’une audition en visioconférence devant la mission parlementaire portant sur l’impact, la gestion et les conséquences de l’épidémie de coronavirus.

    “L’organisation du renforcement communautaire dans une période où une société doute est quelque chose à laquelle tous les pays ont pu faire face”, a-t-il ajouté. “C’est un sujet qui peut provoquer du repli sur soi et peut provoquer du repli communautaire, c’est un sujet de #préoccupation que nous suivons et que nous analysons pour nous préparer à la sortie du confinement, le moment venu”.

    Christophe Castaner a également évoqué, sans donner plus de précisions, des “réseaux d’ultra droite et d’ultra gauche”, très actifs “sur les réseaux sociaux” et appelant “à préparer un certain nombre d’actes qu’ils voudraient commettre à la sortie de la période de confinement”.

    https://fr.reuters.com/article/idFRKCN21R1EB

    https://i.imgur.com/zhflHCI.jpg
    https://i.imgur.com/ufgrkjj.jpg
    https://i.imgur.com/e3Un0Uj.jpg
    https://cache.media.eduscol.education.fr/file/Reprise_deconfinement_Mai2020/69/5/Fiche-Replis-communautaires_1280695.pdf
    –-> attention à ne pas critiquer devant vos enfants les « mesures gouvernementales », car ielles peuvent après en parler à l’école et... tac :

    certaines questions et réactions d’élèves peuvent être abruptes et empreintes d’#hostilité et de #défiance : remise en question radicale de notre société et des valeurs républicaines, méfiance envers les discours scientifiques, fronde contre les mesures gouvernementales, etc.

    #risque #repli_communautariste #communautarisme #déconfinement #ultra_droite #ultra_gauche #extrême_droite #extrême_gauche #mesures_gouvernementales #fake-news #école #valeurs_républicaines #idéaux_républicains #France #radicalisation #complotisme #idées_radicales #mots #vocabulaire #terminologie #communauté #universalisme #intégration #cohésion_sociale #lien_social #identité #lien_positif #vigilance #peur #religion #vengeance #apocalypse #antagonismes #confusion #autorité_scientifique #science #signalement #indivisibilité_de_la_République #unicité_du_peuple_français #égalité_hommes_femmes #laïcité #esprit_critique #complotisme #socialisation_positive
    #géographie_culturelle

    ping @cede @karine4

    via @isskein

    https://seenthis.net/messages/850853 via CDB_77


  • A la veille du déconfinement, des projections épidémiologiques globalement pessimistes, Paul Benkimoun, Chloé Hecketsweiler
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/05/07/a-la-veille-du-deconfinement-des-projections-epidemiologiques-globalement-pe
    https://img.lemde.fr/2020/05/07/934/0/6000/3000/1440/720/60/0/427c3bc_Ra0DFKqe-E1C_A0rtJ4YH7_G.jpg
    Désinfection d’une salle de classe du groupe scolaire des Peupliers à Beaune (Côte-d’Or), le 6 mai. JEFF PACHOUD / AFP

    Selon différentes modélisations, la stratégie du gouvernement est insuffisante pour endiguer une seconde vague de l’épidémie. Elle pourrait frapper de plein fouet des hôpitaux fragilisés par deux mois de lutte contre le Covid-19.

    A quelques jours du déconfinement, la France est-elle aussi à la veille d’un rebond épidémique ? « Trop de relâchement et d’insouciance, et c’est une deuxième vague qui menace ; trop d’immobilisme et d’angoisse, et c’est l’asphyxie collective. Tel est le chemin de crête sur lequel nous devons avancer : chaque versant est un à-pic vertigineux » , a résumé le premier ministre, Edouard Philippe, auditionné le 4 mai au Sénat.
    Partant de ce constat, plusieurs stratégies sont possibles, mais celle en demi-teinte présentée par le gouvernement est loin de faire l’unanimité parmi les épidémiologistes.

    Premier écueil en vue : l’absence de mesures de protection renforcées pour les personnes les plus vulnérables. Dans une étude mise en ligne mercredi 6 mai, les modélisateurs de Public Health Expertise estiment qu’il sera impossible d’éviter une seconde vague si cette population est de nouveau exposée au virus.

    Les auteurs prennent pour hypothèse un scénario proche de celui esquissé par le président de la République dans son allocution du 13 avril avec une réouverture des écoles et un retour au travail pour le plus grand nombre. Dans leurs différents scénarios, la circulation du virus est en partie contrôlée par la mise en quarantaine des personnes infectées et le dépistage de leurs contacts. Leur objectif est d’évaluer l’impact de deux autres mesures de contrôle : le port obligatoire du masque et la réduction des contacts dans la vie quotidienne (la « distanciation sociale »).

    Protéger la population « vulnérable »

    Pour cela, leur modèle « recrée » la circulation du virus au sein d’une population fictive de 500 000 personnes avec la possibilité d’ajuster des dizaines de paramètres selon les hypothèses retenues. Résultat : même si le port de masques et la distanciation sociale permettent de réduire de 75 % le risque de contamination, le nombre de cas graves serait tel que les capacités d’hospitalisation en réanimation seraient débordées dès la fin du mois de juillet (14 000 lits au total dont les trois-quarts réservés aux patients Covid). « Dans ce scénario, un nouveau confinement serait inévitable » , estime Nicolas Hoertel, psychiatre et modélisateur à l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), coauteur de l’étude.

    Pour l’éviter, l’étude suggère des mesures additionnelles pour protéger la population « vulnérable », celle qui risque le plus d’être hospitalisée en réanimation et de décéder : les personnes âgées de plus de 65 ans, ou présentant des facteurs de risque (diabète, hypertension, maladie pulmonaire, obésité). Sans prolonger leur confinement, elles seraient encouragées à limiter au strict minimum leurs contacts et leurs sorties jusqu’à la fin de l’année. Dans ce scénario, la mortalité globale diminuerait de 85 % avec 33 000 décès entre mai et décembre contre 217 000 dans le scénario le plus pessimiste, qui ne prévoit ni port du masque ni distanciation sociale.

    A la fin de cette vague, le nombre de personnes infectées – en majorité les moins susceptibles de développer des formes sévères de Covid – serait suffisant pour atteindre l’immunité de groupe. « Il ne s’agit pas d’exposer une partie de la population plutôt qu’une autre mais de tenir compte du déséquilibre de risque entre elles » , souligne Nicolas Hoertel. « La question, qui devrait faire l’objet d’un débat de société, est : comment protéger de façon humaine une population vulnérable, essentiellement âgée » , ajoute le médecin.

    Autre modélisation, celle réalisée par l’équipe de Vittoria Colizza (Inserm) et Pierre-Yves Boëlle (Sorbonne Université). Elle reprend le modèle utilisé pour estimer l’impact du confinement sur le système de soins en Ile-de-France, en l’actualisant avec des données sur les admissions en réanimation jusqu’au 28 avril. « Cela donne une idée de ce à quoi nous pouvons nous attendre pour le 11 mai et après en Ile-de-France, là où l’épidémie est la plus forte » , explique Vittoria Colizza.

    « Une seconde vague plus intense que la première »

    La question de la réouverture des écoles est ici centrale. Bien que la contribution des jeunes enfants à la transmission du SARS-CoV-2 soit plus faible que celle des adultes, elle entraînerait selon eux une augmentation du nombre de cas de Covid-19 dans les deux mois suivants.

    L’épidémie ne pourrait être contrôlée qu’à plusieurs conditions. La première est le maintien des mesures de distanciation physique. « Cela suppose que 50 % des gens restent chez eux – soit que leur activité professionnelle n’ait pas repris, soit qu’ils pratiquent le télétravail –, que les personnes âgées aient réduit de 75 % leurs contacts, et qu’il y ait une réouverture partielle (pas plus de 50 %) de différentes activités et commerces » , détaille Vittoria Colizza.

    Autre condition pour ce scénario : que le dispositif de dépistage, de traçage et d’isolement des cas et de leurs contacts détecte au moins 50 % des nouvelles infections. « Si 25 % seulement sont identifiés, nous aurions à affronter une seconde vague plus intense que la première, débutant fin juin avec des capacités de réanimation dépassées jusqu’en août », insiste Vittoria Colizza. La modélisatrice souligne qu’au-delà du nombre de tests disponibles, ce dispositif de traçage des contacts nécessite des ressources humaines massives afin de casser les chaînes de transmission.

    Enfin, les modalités de la réouverture des établissements scolaires sont déterminantes. Si maternelles et écoles primaires rouvrent le 11 mai en Ile-de-France, les besoins d’admission en réanimation atteindraient au maximum 72 % des capacités hospitalières. Ce résultat rassurant ne se produirait que dans deux situations : soit aucun autre établissement scolaire ne rouvre avant les vacances d’été, soit les collèges et les lycées ne commencent à accueillir de nouveau leurs élèves qu’à partir du 8 juin, avec dans un premier temps 25 % de l’effectif et une augmentation progressive semaine après semaine.

    Dans l’hypothèse où l’ensemble des élèves, de la maternelle au lycée, reprendraient les cours le 11 mai, les chercheurs de l’Inserm envisagent une seconde vague épidémique, similaire à la première. Elle serait toutefois évitée en limitant à 50 % l’effectif pour l’ensemble des classes. Un retour en classe de l’ensemble des adolescents en juin aurait pour effet de submerger les services de réanimation, les nouveaux cas qui en découleraient nécessitant 138 % des capacités.

    « Les équipes sont sur les rotules »

    Quels que soient les leviers actionnés, l’arithmétique « de terrain » s’annonce, elle aussi, complexe. « On nous demande de faire deux hôpitaux en un, avec des unités Covid + et des unités Covid –. Mais c’est exactement comme dans les écoles : nous n’avons pas assez de place » , constate Romain Dufau, chef du service des urgences de l’hôpital Jean Verdier à Bondy (Seine-Saint-Denis). Faute d’un nombre de chambres simples suffisant, seuls six patients pourront être accueillis au lieu de dix en temps normal. « Nous allons tous perdre 20 % à 30 % de notre capacité d’hospitalisation, alors qu’il n’y avait déjà pas assez de lits » , regrette-t-il.

    Avec le départ des renforts, se repose la question des ressources humaines : « Nous aimerions recruter de nouvelles infirmières, les diplômées de juin, mais la prime d’attractivité [destinée à encourager leur installation en Ile-de-France] est insuffisante » , estime le médecin. Faute d’assistante sociale, le suivi des patients précaires s’avère très compliqué, dans ce département qui est le plus pauvre d’Ile-de-France. « Comment va-t-on les isoler ? Nous n’avons déjà pas assez de lits. Je me vois mal immobiliser une chambre en attendant le résultat des tests. Il faut que l’Etat nous donne des moyens pour cela », insiste Romain Dufau.

    A l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, le rythme des admissions s’est beaucoup ralenti et une partie des lits de réanimation a été réaffectée à la prise en charge d’autres patients. Mais la perspective d’une nouvelle vague inquiète. « Les équipes sont sur les rotules » , témoigne Alexandre Demoule, chef de service de réanimation. « Nous sommes comme une équipe de foot qui vient de gagner un match et à qui on demanderait de le rejouer le lendemain », souligne le médecin.
    L’AP-HP tablait sur 256 patients hospitalisés en réanimation au 21 mai. « Il n’est pas sûr que nous puissions atteindre cet objectif, car les sorties sont plus lentes que prévu » , explique le réanimateur. « Certains patients sont là depuis plus d’un mois et resteront encore longtemps » .
    Selon le scénario « intermédiaire » de la modalisation élaborée par l’AP-HP, près de 500 patients pourraient être hospitalisés en réanimation au 30 juin, contre un peu plus de 1 100 au 8 avril. Ce nombre pourrait s’élever à 1 200 en cas d’échec de mesures « post-confinement ».

    #cise_sanitaire #déconfinement #deuxième-vague #vulnérables #travail #école #transports_en_commun

    https://seenthis.net/messages/851154 via colporteur


  • Contre la réouverture des écoles et établissements à partir du 11 mai

    Communiqué commun du jeudi 16 avril 2020
    Coordination nationale de l’Éducation (Chaîne des Bahuts et des Écoles) • Les Stylos Rouges • Bloquons Blanquer • Coordination Lycéenne Nationale • Parents pas confiants

    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2020/04/22/contre-la-reouverture-des-ecoles-et-etablissements-a-pa

    #école


  • L’heure n’est plus au bouclage des programmes mais à l’humanisme pédagogique

    Et si nous faisions de la discontinuité une force créatrice et émancipatrice ?

    Avec la fermeture des établissements scolaires et le confinement, nos élèves sont privés de l’un des premiers piliers de l’école : sa dimension collective. Alors nous, enseignant.e.s Freinet parisien.ne.s, pensons qu’une prétendue continuité pédagogique, déconnectée de la situation sociale, est un leurre. Dans nos classes, les savoirs naissent de l’aventure collective : rencontres, échanges, confrontations et coopérations. Dans nos classes, nous construisons à partir de ce que les enfants apportent : leur vécu, leurs envies, leurs projets. Dans nos classes, les élèves apprennent, travaillent et s’exercent parce qu’ils en ont besoin, dans leur trajectoire d’enfants, d’êtres en devenir. Alors non, à la rentrée confinée, nous, pédagogues Freinet, nous n’irons pas sur le front de la « Nation apprenante » (sic), finir « quoi qu’il en coûte » (sic) les programmes scolaires de l’année, comme si l’« atmosphère éducative » (sic) était de mise. A la rentrée confinée, nous continuerons d’être avec les enfants, nos élèves. Nous les écouterons dans leur dimension d’êtres humains, dans leur altérité, dans leurs manières particulières de traverser cette crise sanitaire. Et dans cette tâche, nous épaulerons les familles de ces enfants. A la rentrée confinée, notre priorité sera de chercher les moyens les plus justes de conserver le lien social moteur dans nos classes, essentiel à la vie et à l’émancipation. Oui, nous le revendiquons, ces liens seront avant tout humains, relationnels, affectifs. Et c’est uniquement à partir de cela que nous entretiendrons, avec nos élèves et leurs familles, la maitrise des savoirs dits scolaires.

    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2020/04/21/lheure-nest-plus-au-bouclage-des-programmes-mais-a-lhum

    #ecole


  • Des parents dans la classe
    http://centre-alain-savary.ens-lyon.fr/CAS/relations-ecole-familles/dispositifs/des-parents-entrent-dans-la-classe/des-parents-dans-la-classe

    Le séminaire « Relations École-familles » IFÉ-Centre Alain Savary a organisé en décembre 2018 une session de travail entre enseignants, formateurs, chercheurs et coordonnateurs sur la question controversée de « faire entrer des parents dans la classe » en cycles 3 et 4. Retour sur les #dispositifs présentés et la discussion à partir de ces présentations.

    #recherche #intermétier #partenariat #école-familles #Éducation_prioritaire #Formation #climat_scolaire #accueil_parents #collectif_de_travail #collège #Link


  • Soustraire l’activité éducative aux cadres de la performance et de la rentabilité

    https://entreleslignesentrelesmots.files.wordpress.com/2020/03/couverture-1re-demers-6.jpg

    Les néolibéraux mènent une guerre contre l’école publique et ses enseignant·es. Il est plus qu’intéressant de comparer les moyens déployés dans d’autres systèmes scolaires. Ce livre analyse ces politiques au Québec et dénonce « un système tentaculaire et déshumanisant qui rend dangereux tout refus d’en être complice ».

    Note sur : Stéphanie Demers : La guerre contre l’école publique et ses enseignant·es

    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2020/03/17/soustraire-lactivite-educative-aux-cadres-de-la-perform

    #ecole #neoliberalisme


  • La militante de #RESF #Vaucluse condamnée en appel pour avoir scolarisé un jeune migrant isolé

    La Cour d’Appel de Nîmes condamne ce jeudi #Chantal_Raffanel à 500 euros d’amende pour avoir scolarisé un jeune migrant à Vedène. La militante de RESF Vaucluse avait été relaxée en première instance mais le parquet avait fait appel.

    https://i.imgur.com/rKR7IVH.png
    https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/la-militante-de-resf-vaucluse-condamnee-pour-avoir-scolarise-un-jeune-mig
    #droit_à_l'éducation #enfants #scolarisation #enfance #école #condamnation #délit_de_solidarité #MNA #mineur_non_accompagné #justice (well...) #it_has_begun
    signalé par @reka sur FB

    https://seenthis.net/messages/824718 via CDB_77




  • Department of Education criticised for secretly sharing children’s data

    Information commissioner acts after complaint that data is used for immigration enforcement.
    The UK’s privacy regulator has criticised the Department for Education (DfE) for secretly sharing children’s personal data with the Home Office, triggering fears it could be used for immigration enforcement as part of the government’s hostile environment policy.

    Acting on a complaint by the campaigning organisation, Against Borders for Children (ABC), the Information Commissioner’s Office (ICO) ruled that the DfE had failed to comply fully with its data protection obligations and may face further regulatory action.

    Pupil data is routinely collected by schools, according to the human rights organisation Liberty, representing the complainant, but teachers and parents were unaware in this case that the children’s information could be shared with immigration enforcement and result in their families being deported.

    In a letter to Liberty, seen by the Guardian, the ICO says its investigations team is now considering whether to take further action against the DfE for “wide ranging and serious concerns” highlighted in this case and in response to further concerns raised by “a number of other sources”.

    The ICO only upheld part of the complaint, but its letter said concerns raised had “highlighted deficiencies in the processing of pupil personal data by the DfE”, adding: “Our view is that the DfE is failing to comply fully with its data protection obligations, primarily in the areas of transparency and accountability, where there are far reaching issues, impacting a huge number of individuals in a variety of ways.”

    According to Liberty, the complaint arose out of events which followed the signing of a memorandum of understanding in June 2015, by which the DfE agreed to pass the personal details of up to 1,500 school children to the Home Office each month as part of a policy to create a hostile environment for migrants.

    Parents and campaigners became concerned the following year when the DfE asked schools to start collecting data on children’s nationality and country of birth. This resulted in a mass boycott by families who were worried it might be used for immigration enforcement.

    Following legal action brought in April 2018 by ABC, again represented by Liberty, the DfE announced it would no longer ask schools to collect nationality and country of birth data but, according to Liberty, the DfE’s actions left many parents afraid to send their children to school.

    Liberty lawyer Lara ten Caten said: “Data sharing is just one part of the government’s discredited hostile environment which has left people too afraid to do things like send their children to school, report crime or seek medical help. It’s time to redesign our immigration system so it respects people’s rights and treats everyone with dignity.”

    Liberty called on the DfE to delete children’s nationality and country of birth data that had been collected and urged all political parties to make manifesto commitments to introduce a data firewall which separated public services from immigration enforcement.

    The ABC’s Kojo Kyerewaa said: “The ICO decision has shown that the DfE cannot be trusted with children’s personal data. Without public debate or clear notification, schools have been covertly incorporated as part of Home Office immigration enforcement. These checks have put vulnerable children in further danger as parents are taken away via immigration detention and forced removals.”

    The DfE, unable to respond because of general election purdah constraints, referred to answers to earlier parliamentary questions, which said the department collected data on the nationality and country of birth of pupils via the school census between autumn 2016 and summer 2018.

    “The Home Office can only request information from the Department for Education for immigration enforcement purposes in circumstances where they have clear evidence a child may be at risk or there is evidence of illegal activity, including illegal immigration,” it said.

    An ICO spokesperson said: “As a non-departmental government body, the ICO has to consider its responsibilities during the pre-election period. Our regulatory work continues as usual but we will not be commenting publicly on every issue raised during the general election. We will, however, be closely monitoring how personal data is being used during political campaigning and making sure that all parties and campaigns are aware of their responsibilities under data protection and direct marketing laws.”

    https://www.theguardian.com/education/2019/nov/12/department-of-education-criticised-for-secretly-sharing-childrens-data

    #école #enfants #enfance #surveillance #données #migrations #réfugiés #asile #sans-papiers #renvois #expulsions
    ping @etraces

    https://seenthis.net/messages/811039 via CDB_77


  • *Le sens des mots et le poids des inégalités*

    https://entreleslignesentrelesmots.files.wordpress.com/2019/10/cover_bd_ax_222_web.jpg

    Notre dossier du mois sur les inégalités à l’école illustre bien ce fossé entre ce qui est affiché dans un mot et ce qui se cache derrière : bagage culturel, maîtrise de la langue, des codes, des normes sociales ». Dans son éditorial, « Les mots ont un sens », Sabine Panet aborde, entre autres, ce monde « de subtilités pour certain·es, autant de gouffres pour d’autres », le pouvoir concret des mots, le « mode de vie européen » de Ursula von der Leyen, le film Sans frapper d’Alexe Poukine consacré au viol, « Lorsqu’on utilise le mot « monstres » pour qualifier les hommes violeurs, on contribue à les déshumaniser… A force de leur donner une apparence mythologique, on ne perçoit pas sous les traits de l’aimable voisin ou du gendre propres sur lui », la solidarité de la revue avec les travailleuses et les travailleurs de l’imprimerie Corelio en « faillite »…

    Note sur : *Axelle 222, octobre 2019
    Dossier : Notre école, un terreau d’inégalités ?*

    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2019/10/11/le-sens-des-mots-et-le-poids-des-inegalites

    #féminisme #école


  • Directrice d’école à Pantin : « Non, ce n’était pas une personne fragile. Ce n’est pas ça » (Libération)
    https://www.liberation.fr/france/2019/09/27/directrice-d-ecole-a-pantin-non-ce-n-etait-pas-une-personne-fragile-ce-n-

    Cet enseignant s’approche pour témoigner, puis recule à mesure qu’il parle, angoissé à l’idée que sa hiérarchie puisse l’identifier dans l’article. « On a reçu des pressions pour qu’on se taise.
    […]
    « Comment se fait-il que l’institution ne soit pas représentée ce soir ? Comment peuvent-ils considérer que ce suicide ne concerne pas l’institution ? » rage une mère d’élève. Ces derniers jours, la colère est venue se mêler à la tristesse. Une ancienne collègue s’avance avec plus d’assurance : « On ne peut pas laisser dire que c’était une dépressive sans enfant, fragilisée par le décès de ses parents. Non ! Christine, c’était une bonne vivante, une rigolote. Physiquement, c’était un roc. Pas du tout la personne chétive et fragile comme ils essaient de faire croire. Mais alors pas du tout. »
    […]
    Tous décrivent une femme engagée et souriante, qui aimait son travail. […] Une battante du quotidien. […] Combien de fois je l’ai vu acheter avec son argent des fournitures scolaires, fatiguée de réclamer.
    […]
    « Cette lettre. C’est exactement ça. Mot pour mot ce que l’on vit tous », dit une enseignante d’une voix à peine audible. « Ce truc de tout faire pour les élèves, avec de moins en moins de moyens… Nous sommes nombreux à le partager. » Elle se reconnaît aussi dans ce sentiment d’impuissance face aux familles en détresse « qui viennent vous trouver parce que l’école est l’une des dernières institutions. On écoute, mais on est désarmé. On est sans moyens ». Les larmes sont au bord des yeux. « C’est difficile à comprendre de l’extérieur mais son geste, c’est un acte militant. Pour qu’on l’écoute enfin. »

    #école #enseignant·es #salariat #suicide_au_travail #burn_out #PasDeVagues #détresse_sociale

    https://seenthis.net/messages/804168 via Pierre Coutil


  • C’est la rentrée de Jef Klak

    L’École de la Grève de Burston
    1914-1939

    Par Anonyme

    La plus longue grève de l’histoire d’Angleterre ne fut pas une grève de mineurs, quoiqu’à ses débuts, en 1914, ses acteurs et actrices principales n’avaient pas encore atteint l’âge de la majorité légale. À Burston, petite bourgade anglaise, suite au renvoi d’un couple de profs par une alliance d’élites locales et de propriétaires terriens à la tête de l’école communale, les enfants et les familles de la classe ouvrière ont initié un boycott qui a duré vingt-cinq ans…

    #greve #ecole #rentree #Burston #Angleterre

    Traduit de l’anglais par Judith Chouraqui et Lucile Dumont
    Texte original : « The Burston Strike School, 1914-1939 », paru sur The Hitchhiker’s Guide to the Galaxy : Earth Edition.

    https://www.jefklak.org/lecole-de-la-greve-de-burston

    https://www.jefklak.org/wordpress/wp-content/uploads/2019/09/Une_Burston_SiteJK-page001-1050x527.png

    https://seenthis.net/messages/800972 via Jef Klak


  • En France, des dizaines de milliers d’enfants non scolarisés | Les Echos
    https://www.lesechos.fr/politique-societe/societe/en-france-des-dizaines-de-milliers-denfants-non-scolarises-1128683
    https://media.lesechos.com/api/v1/images/view/5d6e9e38d286c2093f534dc5/1280x720/0601811892113-web-tete.jpg

    « On reçoit de plus en plus de saisines qui mettent en évidence le non-respect des droits des #enfants », déplore Geneviève Avenard. Elle cherche des solutions face au « déni de droit » que constitue notamment le « refus d’inscription à l’#école par les municipalités » ou « l’interruption scolaire en raison d’hébergements aléatoires ou précaires ».

    Slavi a 14 ans. Il est scolarisé dans un collège de Bobigny, mais il se souvient de son arrivée de Bulgarie, avec ses parents, à l’âge de 6 ans : « La mairie réclamait une attestation de domicile pour m’inscrire à l’école, attestation que je ne pouvais pas avoir puisque je vivais dans un bidonville. » L’aide d’une directrice d’école lui permettra finalement d’être scolarisé, mais après un an de démarches.

    Sa demande fait partie des revendications du collectif Ecole Pour Tous : « Simplifier les documents pour l’inscription à l’école et ne pas expulser les jeunes vivant dans des bidonvilles ». Les expulsions qu’il a vécues avec sa famille l’ont conduit à « dormir dans une voiture » pour pouvoir continuer à aller à l’école.

    https://seenthis.net/messages/800500 via Agnès Maillard


  • Mise en demeure par la CNIL, l’École 42 rentre dans les clous du RGPD
    https://www.nextinpact.com/news/108069-mise-en-demeure-par-cnil-lecole-42-rentre-dans-clous-rgpd.htm

    La CNIL vient de clôturer la procédure de mise en demeure qu’elle avait ouverte en octobre 2018. L’association derrière l’École 42 s’est conformée à la législation sur les données personnelles. En février 2018, l’autorité réalisait un contrôle sur place au terme duquel elle constatait une série de manquements à la législation en vigueur, antérieure au RGPD. En particulier, une série de caméras de vidéosurveillance filmait en continu plusieurs salles de cours, des lieux de vie et des postes de travail (...)

    #École42 #CCTV #vidéo-surveillance #[fr]Règlement_Général_sur_la_Protection_des_Données_(RGPD)[en]General_Data_Protection_Regulation_(GDPR)[nl]General_Data_Protection_Regulation_(GDPR) #surveillance (...)

    ##[fr]Règlement_Général_sur_la_Protection_des_Données__RGPD_[en]General_Data_Protection_Regulation__GDPR_[nl]General_Data_Protection_Regulation__GDPR_ ##étudiants
    https://cdn2.nextinpact.com/compress/407-197/images/bd/wide-linked-media/20276.jpg

    https://seenthis.net/messages/794066 via etraces


  • *Avant-propos de : « A l’école du partage. Les communs dans l’enseignement »*

    Nous avons commencé à exercer notre métier de professeures documentalistes au début des années 2000. Depuis cette époque, le déploiement des technologies numériques, et notamment du web, a transformé la société et notre profession d’enseignantes

    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2019/06/24/avant-propos-de-a-lecole-du-partage-les-communs-dans-le

    #ecole #partage #numerique


  • Pauvreté: la misère des indicateurs

    Alors que l’#ONU s’était félicitée de la diminution de l’#extrême_pauvreté de moitié, la pauvreté, elle, aurait au contraire augmenté depuis 1990. Tout dépend des critères retenus.

    Eradiquer l’extrême pauvreté et réduire de moitié la pauvreté dans le monde. Tels sont les deux premiers buts que se sont fixés les Nations Unies d’ici à 2030 dans le cadre des Objectifs du développement durable (#Agenda_2030). Est-ce réaliste ? Tout dépend de la façon dont seront calculés les résultats !

    En 2015, l’ONU avait annoncé avoir atteint sa cible fixée en l’an 2000 : l’extrême pauvreté avait été réduite de moitié. Pourtant, son mode de calcul est largement contesté aujourd’hui. Non seulement, il n’est pas aisé de mesurer la pauvreté, mais la méthode choisie peut répondre avant tout à des considérations idéologiques et politiques.

    Selon le multimilliardaire #Bill_Gates, s’appuyant sur les chiffres de l’ONU, le monde n’a jamais été meilleur qu’aujourd’hui. Selon d’autres voix critiques, la pauvreté a en réalité progressé depuis les années 1980. Où est la vérité ?

    Le Courrier a voulu en savoir davantage en interrogeant #Sabin_Bieri, chercheuse au Centre pour le développement et l’environnement de l’université de Berne. La spécialiste était invitée récemment à Genève dans le cadre d’une table ronde consacrée à la lutte contre la pauvreté, organisée par la Fédération genevoise de coopération.

    L’ONU s’était félicitée de la réduction de l’extrême pauvreté de moitié (Objectifs du millénaire). Est- ce que cela correspond à la réalité des faits ?

    Sabin Bieri : Si l’on prend le critère qu’elle a choisi pour l’évaluer (élaboré par la #Banque_mondiale), à savoir un revenu de 1,25 dollar par jour pour vivre (1,9 à partir de 2005), c’est effectivement le cas, en pourcentage de la population mondiale. Mais pour arriver à ce résultat, la Banque mondiale a dû modifier quelques critères, comme considérer la situation à partir de 1990 et pas de 2000.

    Ce critère de 1,9 dollar par jour pour évaluer l’extrême pauvreté est-il pertinent justement ?

    Ce chiffre est trop bas. Il a été choisi en fonction de quinze pays parmi les plus pauvres du monde, tout en étant pondéré dans une certaine mesure par le pouvoir d’achat dans chaque pays. Ce seuil n’est vraiment pas adapté à tous les pays.

    Et si une personne passe à trois dollars par jour, cela ne signifie pas que sa qualité de vie se soit vraiment améliorée. De surcroît, la majeure partie de cette réduction de l’extrême pauvreté a été réalisée en #Chine, surtout dans les années 1990. Si on enlève la Chine de l’équation, la réduction de l’extrême pauvreté a été beaucoup plus modeste, et très inégale selon les continents et les pays. On ne peut donc plus s’en prévaloir comme un succès de la politique internationale ! L’extrême pauvreté a beaucoup augmenté en #Afrique_sub-saharienne en particulier.

    Tout cela est-il vraiment utile alors ?

    Il est pertinent de parvenir à une comparaison globale de la pauvreté. Je vois surtout comme un progrès le discours public qui a émergé dans le cadre de ces Objectifs du millénaire. La réduction de l’extrême pauvreté est devenue une préoccupation centrale. La communauté internationale ne l’accepte plus. Un débat s’en est suivi. Accepte-t-on de calculer l’extrême pauvreté de cette manière ? Comment faire autrement ? C’est là que j’y vois un succès.

    Dans ses travaux, le chercheur britannique #Jason_Hickel considère que la Banque mondiale et l’ONU ont choisi ces chiffres à des fins idéologiques et politiques pour justifier les politiques néolibérales imposées aux pays du Sud depuis la fin des années 1980. Qu’en pensez-vous ?

    Ce n’est pas loin de la réalité. Ce sont des #choix_politiques qui ont présidé à la construction de cet #indice, et son évolution dans le temps. La Banque mondiale et le #Fonds_monétaire_international ont mené des politiques d’#austérité très dures qui ont été vertement critiquées. Si on avait montré que la pauvreté avait augmenté dans le même temps, cela aurait questionné l’efficacité de ces mesures. Au-delà, ces #chiffres sur l’extrême pauvreté sont utilisés par nombre de personnalités, comme le professeur de l’université d’Harvard #Steven_Pinker pour justifier l’#ordre_mondial actuel.

    Certains experts en #développement considèrent qu’il faudrait retenir le seuil de 7,4 dollars par jour pour mesurer la pauvreté. A cette aune, si l’on retire les performances de la Chine, non seulement la pauvreté aurait augmenté en chiffres absolus depuis 1981, mais elle serait restée stable en proportion de la population mondiale, à environ 60%, est-ce exact ?

    Oui, c’est juste. Nombre de pays ont fait en sorte que leurs citoyens puissent vivre avec un peu plus de 2 dollars par jour, mais cela ne signifie pas qu’ils aient vraiment augmenté leur #standard_de_vie. Et le plus grand souci est que les #inégalités ont augmenté depuis les années 1990.

    Une mesure plus correcte de la pauvreté existe : l’#Indice_de_la_pauvreté_multidimensionnelle (#IPM). Qui l’a développé et comment est-il utilisé aujourd’hui dans le monde ?

    Cet indice a été créé à l’université d’Oxford. Adapté par l’ONU en 2012, il est composé de trois dimensions, #santé, #éducation et #standard_de_vie, chacune représentée par plusieurs indicateurs : le niveau de #nutrition, la #mortalité_infantile, années d’#école et présence à l’école, et le #niveau_de_vie (qui prend en compte l’état du #logement, l’existence de #sanitaires, l’accès à l’#électricité, à l’#eau_potable, etc.). L’indice reste suffisamment simple pour permettre une #comparaison au niveau mondial et évaluer l’évolution dans le temps. Cela nous donne une meilleure idée de la réalité, notamment pour les pays les moins avancés. Cela permet en théorie de mieux orienter les politiques.

    https://lecourrier.ch/2019/06/13/pauvrete-la-misere-des-indicateurs
    #indicateurs #pauvreté #statistiques #chiffres #ressources_pédagogiques #dynamiques_des_suds

    ping @reka @simplicissimus

    https://seenthis.net/messages/787633 via CDB_77


  • *Blanquer, Dehaene, et la conquête d’une école démocratique*

    Ni parti, ni syndicat, le GRDS n’a pas vocation à prendre position à chaque aléa des politiques officielles. Groupe de recherche indépendant, il entend soumettre aux forces sociales intéressées des résultats d’enquêtes, d’études, d’examen réfléchi, et les propositions d’orientation qui lui paraissent en découler : à ces forces, et à tous les visiteurs de notre site, ensuite, d’en faire leur profit ou de les rejeter.

    Pour autant, sur le registre qui nous est propre, nous ne sommes évidemment pas neutres : c’est l’objectif d’une école de l’ambition pour tous qui nous anime, comme notre intitulé (Groupe de recherches sur la démocratisation scolaire) l’indique assez clairement. Il nous a paru tout à fait naturel et légitime, en ce sens, d’intervenir de façon critique sur une série d’aspects de la politique ministérielle actuelle, en argumentant les raisons pour lesquelles celle-ci nous paraissait contredire la visée d’une telle école.

    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2019/05/31/blanquer-dehaene-et-la-conquete-dune-ecole-democratique

    #ecole


  • Jean-Yves Rochex : avec Henri #Wallon et Lev #Vygotski
    http://centre-alain-savary.ens-lyon.fr/CAS/education-prioritaire/les-formations-education-prioritaire/jean-yves-rochex-avec-wallon-et-vygotski

    Dans la filiation d’Henri Wallon et de Lev Vygotski, Jean-Yves Rochex, professeur en Sciences de l’éducation à l’Université Paris 8 Saint-Denis, définit le rôle de l’école dans le développement de l’enfant, ainsi que des concepts utiles à l’enseignement et à la formation des enseignants : expliciter, triple autorisation, #Norme et normativité, zone proximale de développement (ZPD), etc.

    #élève #accompagnement_à_la_scolarité #élémentaire #développement_enfant #Travail_enseignant #psychologie_clinique #psychologie_sociale #psychologie_cognitive #recherche #Difficulté_scolaire #climat_scolaire #Différenciation #accessibilité #langages #étayage #école-familles #Document