#art_martial

  • 1968, année du dragon | M Le magazine du Monde | 18/05/2018
    https://lemonde.fr/m-actu/article/2018/05/18/1968-l-annee-du-dragon_5301160_4497186.html
    https://img.lemde.fr/2018/05/16/177/0/1654/827/644/322/60/0/b7e0f7a_2018051945.0.2135955551vovietnam_04_web.jpg

    Sur la pointe nord de l’île de Puteaux, des dizaines d’ouvriers en rang exécutent des gestes précis et simultanés. Leurs mains fendent l’air. Leurs jambes frappent un adversaire invisible. Bâtons longs, manches de pioche et sabres jonchent le sol, prêts à servir pour les prochains exercices. À leur tête, un petit homme sec et tout en muscles, Nguyen Duc Moc, organise cette chorégraphie menaçante.

    Nous sommes à la fin des années 1950. Entre deux bras de Seine, dans cet Ouest parisien pas encore toisé par la skyline de la Défense, se forme un curieux groupe de combattants, qui se réunit régulièrement sous le regard des passants médusés : la fédération de Vô Vietnam.

    Moc, ouvrier spécialisé à l’usine Renault-Billancourt, fait les choses bien. Il se rend en préfecture, le 15 novembre 1957, où des fonctionnaires indifférents enregistrent les statuts de son #association d’#art_martial, présentée comme un espace de promotion artistique et culturelle. Le Vô, discipline aux influences chinoises du Nord-Vietnam, se pratique à Hanoï depuis des lustres. Mais chaque maître invente son style. Celui de Moc sera le Son Long Quyên Thuât – les techniques de combat de la montagne du dragon.

    #arts_martiaux #politique

    https://seenthis.net/messages/701465 via tbn


  • #MMA : Bleu blanc rouste
    http://www.liberation.fr/sports/2017/04/12/mma-bleu-blanc-rouste_1562353

    Il gagne ses premiers combats aux points, malgré un style vibrionnant. « Mais en face, ça tombait pas », dit-il. Il sait bien que les KO font de meilleurs « highlights » sur YouTube, alors il part travailler ses coups de coude dévastateurs à Albuquerque (Nouveau Mexique). « Une ville connue pour la série Breaking Bad, à 1 500 mètres d’altitude », précise-t-il. Il y trouve du « sparring de luxe », comme on dit dans le milieu. On revient à l’opéra. « De l’Italien, Puccini. Je préfère ça que le son va-t-en-guerre quand je m’entraîne. » Il veut devenir acteur, faire du mannequinat. Il prend déjà des cours de piano et de tango. Et court les vernissages, où Pierre et Gilles l’ont rencontré. Tout ça fait sens pour lui : « Le martial artist, il est artiste, c’est dans le nom. Dans un combat, j’expose ma création, dans une forme qui s’appelle l’UFC. » Et les arcades pétées ? « La violence de l’UFC n’est pas celle de la rue. Ni la violence mentale que tu t’infliges en faisant ce qui te rend malheureux. »

    #art_martial

    https://seenthis.net/messages/589039 via tbn


  • Fernand Lopez Owonyebe, le coach qui façonne l’élite tricolore du MMA en attendant sa légalisation
    http://www.liberation.fr/sports/2016/09/26/fernand-lopez-owonyebe-zero-tracas_1511247

    (…) son plus beau coup hors de la cage, il y a un an. Avec deux associés et l’aide d’une avocate, il dépose en préfecture un épais dossier pour organiser un gala - cage incluse - dans l’enceinte du Cirque d’hiver. Coup de poker : soit l’administration bloque et la fine équipe va au tribunal plaider sa cause, soit la demande passe inaperçue et l’événement a lieu, sachant que, depuis 2014, tout silence de l’administration vaut accord. C’est la deuxième option qui se produit. Salle comble, aucun débordement. « Roulé dans la farine », Thierry Braillard fulmine. Lopez assume : « On a suivi la loi. Cet événement, ce n’était pas du business. On a perdu presque 50 000 euros. C’était un acte politique. » Jurisprudence est faite. Matignon commande une mission parlementaire pour clarifier l’embrouille. Finalement, la stratégie de Lopez s’avère gagnante : les deux députés missionnés prônent désormais la légalisation du #MMA dans un rapport qui sera rendu public mi-octobre.

    Lopez est loin d’être le nervi bas du front dont rêveraient ses détracteurs. Formé à l’Institut national du sport, de l’expertise et de la performance (Insep) et titulaire de quatre diplômes d’Etat dans autant de sports de combat, cet ingénieur en électrotechnique intellectualise la castagne quitte à se lancer dans un exposé sur le « continuum stable-instable », jusqu’à amener la conversation à un stade d’abstraction où une droite dans les gencives sonne comme la solution à une équation mathématique. Peut-être l’héritage de deux parents profs.

    #violence #sport_de_combat #idées #art_martial

    https://seenthis.net/messages/528282 via tbn