#boycott_culturel

  • Tribune libre adresse à #Céline_Dion : « Notre liberté est incomplète sans la liberté du peuple palestinien »
    L’Humanité (Paris), le 13 janvier 2020
    https://www.humanite.fr/tribune-libre-adresse-celine-dion-notre-liberte-est-incomplete-sans-la-libe
    https://pbs.twimg.com/media/EFWsarbXsAAOK0W.jpg

    Nous, chanteurs, auteurs-compositeurs, musiciens, acteurs et autres artistes palestiniens, apprenons avec inquiétude que Céline Dion a programmé deux concerts au Yarkon Park, à Tel-Aviv, en août 2020

    Le régime israélien d’extrême droite exploite tous les spectacles d’artistes internationaux pour blanchir, ou dissimuler derrière l’art, ses violations systématiques des droits fondamentaux des Palestiniens. Dans ce contexte, tous les artistes ont une obligation morale de ne pas faire de tort à notre combat pour la justice.

    Le Yarkon Park lui-même est construit sur les ruines du village de Jarisha, victime d’un nettoyage ethnique, dont les habitants autochtones ont été expulsés, par la force, en 1948 et n’ont jamais été autorisés à exercer leur droit au retour, stipulé par l’ONU, en raison des lois israéliennes d’apartheid. Jarisha n’est que l’une des plus de 500 localités palestiniennes détruites lors de la Nakba de 1948, où plus de 700 000 Palestiniens ont été systématiquement exilés et empêchés de revenir dans leurs maisons et sur leurs terres, afin que le mythe colonial fondateur — profondément raciste — d’une « terre sans peuple » puisse prospérer.

    Deux millions de Palestiniens sont pris au piège sous le siège et le contrôle israéliens dans la bande de Gaza, rien qu’à un petit trajet de voiture du parc de Tel-Aviv où Céline Dion a annoncé ses deux concerts. La plupart d’entre eux sont des réfugiés de cycles précédents d’agression israélienne, et la plupart sont des enfants.

    Les enquêteurs de l’ONU affirment que les atrocités commises par Israël à Gaza, dont les tueries mortelles, à balles réelles, intentionnellement perpétrées par des tireurs d’élite visant du personnel de santé, des enfants, des journalistes et des personnes handicapées « pourraient constituer des crimes de guerre ou des crimes contre l’humanité ». Et pourtant, personne n’a été tenu pour responsable.

    Madame Dion a appelé l’un de ses fils Nelson, en référence à Mandela, auteur de la fameuse déclaration : « Notre liberté est incomplète sans la liberté du peuple palestinien. » Mandela a également souvent dit que la Palestine était la plus grande question morale de notre temps.

    À l’heure actuelle, alors que de moins en moins de grands artistes acceptent de se produire à Tel-Aviv en raison de l’apartheid, nous exhortons Céline Dion à réfléchir aux mots de Mandela et à sa propre place dans les livres d’histoire.

    Signataires
    • Fati Abd El Rahman, directrice de théâtre, directrice du Popular Theatre
    • Tamer AbuGhazaleh, musicien, chanteur
    • Youmna AbuHilal, chanteuse
    • Mira AbuHilal, chanteuse
    • Ramzi Aburedwan, musicien
    • Shahd Abusalama, danseuse
    • Moneim Adwan, chanteur, musicien, compositeur, acteur
    • Ahmad Al-khatib, musicien
    • Iman Aoun, actrice, directrice de théâtre, directrice du Ashtar Theatre
    • Huda Asfor, chanteuse, musicienne et compositrice
    • Mahmoud Awad, musicien, chanteur
    • Nai Barghouti, chanteuse, musicienne
    • Marina Barham, directrice du Al Harah Theater
    • Nabil Bey, musicien, chansonnier
    • Suhail Canaan, musicienne
    • Ahmed Eid, musicien
    • Mohammad Eid, acteur, directeur de théâtre
    • Samir Eskanda, musicien
    • Canaan Ghoul, musicien, compositeur
    • Ehab Haniyah, musicien, ingénieur du son
    • Youssef Hbeisch, musicien
    • Tareq Jabareen, luthier
    • Samer Jaradat, musicien, producteur
    • Adnan Joubran, musicien, compositeur
    • Remi Kanazi, poète
    • Mohamed Karzon, musicien
    • Khalil Khoury, musicien, compositeur
    • Nadem Khoury, musicien
    • Reem Malki, chanteuse
    • Ahmed Masoud, dramaturge, auteur
    • Khalid Massou, acteur, directeur du théâtre
    • George Matar, directeur de production, danseur
    • Sanaa Moussa, chanteuse
    • Edward Muallem, acteur, directeur de théâtre
    • Jalal Nader, musicien
    • Mohamad Najem, musicien, compositeur, distributeur
    • Tamer Nassar, musicien
    • Charlie Rishmawi, musicien, compositeur
    • Yassar S’adat, musicien
    • Gandhi Saad, musicien
    • Omar Saed, musicien
    • Mustafa Said, musicien
    • Teba Said, musicienne
    • Mirna Sakhleh, directrice de théâtre
    • Naser Salameh, luthier, musicien
    • Kareem Samara, musicien, compositeur
    • Leila Sansour, réalisatrice de films
    • Lyad Staiti, musicien, directeur d’Al Kamandjati
    • Yanal Staiti, musicien
    • Reem Talhami, chanteuse

    #Palestine #Musique_et_politique #Boycott_culturel #BDS

    https://seenthis.net/messages/823479 via Dror@sinehebdo


  • Ne pas mélanger art et politique ? Les artistes sont souvent progressistes ? Pas en israel... un argument pour le boycott culturel !

    Le plus grand club de musique live d’Israël légitimise l’extrême droite. Les artistes ne disent rien
    Uri Agnon, Haaretz, 6 août 2019
    https://www.agencemediapalestine.fr/blog/2019/08/13/le-plus-grand-club-de-musique-live-disrael-legitimise-lextreme-

    La semaine prochaine marque le début du festival Zappa B’Gaï (Zappa dans la vallée de Hinnom) –un effort conjoint du club Zappa de Jérusalem et de la Cité de David. Nous pouvons peut-être espérer que Zappa ne comprenne pas avec qui il va au lit. Peut-être que les artistes qui participent au « festival » – Danny Robas, Arkadi Duchin, Noam Horev, Revital Vitelzon Jacobs, Moshe Lahav, Shlomi Koriat – sont aussi peu familiers de la complexité politique dans laquelle ils se trouvent impliqués.

    En bref : la Cité de David est un parc national au cœur du quartier palestinien de Silwan à Jérusalem Est. Ce parc est géré par l’association Elad, une organisation sans but lucratif, messianique de droite, qui fait des efforts énormes pour judaïser cette zone, avec l’aide d’un système discriminatoire de lois et des paquets d’argent de sources anonymes.

    L’art est toujours politique mais tous les artistes et toutes les institutions culturelles ne choisissent pas de s’exprimer publiquement contre l’occupation, de la même façon que tout un chacun ne s’y oppose pas activement ou ouvertement. Il y a d’innombrables sujets d’œuvres artistiques. Dans une démocratie, les artistes et les institutions peuvent même exprimer des opinions opposées, c’est à dire ultranationalistes et antidémocratiques, mais il est hypocrite et décevant de dissimuler des opinions extrémistes sous le couvert du courant dominant apolitique.

    #Palestine #Musique #Musique_et_politique #BDS #Boycott_culturel #Jérusalem_Est #Cité_de_David #Elad

    https://seenthis.net/messages/797223 via Dror@sinehebdo


  • « Non à l’artwashing apartheid » : au Maroc, un appel au boycott culturel d’Israël
    Middle East Eye | Safa Bannani et Margaux Mazellier
    Friday, 21st September 2018
    https://www.middleeasteye.net/reportages/non-l-artwashing-apartheid-au-maroc-un-appel-au-boycott-culturel-d-is

    (...) Contacté par MEE, Sion Assidon, l’un des fondateurs de l’antenne BDS Maroc, a indiqué que celle-ci avait « appelé les réalisateurs au boycott du festival de Haïfa » car « cela entre parfaitement dans le champ d’action du BDS ».

    Après l’annonce de cette participation de films marocains au festival de Haïfa, « les trois réalisateurs ont immédiatement affirmé qu’ils n’étaient pas au courant et qu’ils n’avaient pas été invités au festival », a-t-il précisé. « En effet, ils ne sont plus propriétaires du bien culturel. C’est un bien commercial qui appartient maintenant aux diffuseurs internationaux. »

    Les cinéastes ont exprimé leur indignation suite à cette sélection au festival israélien. Dans un communiqué parvenu à MEE, Meryem Benm’ Barek, a déclaré : « J’ai appris la sélection de mon film Sofia au festival de Haïfa. J’en ai demandé le retrait. Ce sont des vendeurs internationaux qui se chargent de l’envoi des films aux festivals, sans que le réalisateur ne soit impliqué dans ce choix ».

    La réalisatrice a précisé que son film « Sofia est la voix de ceux qui n’ont plus de voix. Il dénonce l’oppression et la domination du faible par le fort dans une société qui divise jusqu’au sein d’une même famille ».

    Dans un communiqué de presse consulté par MEE, Nabil Ayouch explique qu’il n’a « aucune responsabilité » dans la projection de son film en Israël, insistant sur le fait qu’il « est et reste toujours contre toute normalisation des relations avec Israël ».

    Toutefois, le réalisateur marocain affirme qu’il « ne peut pas interdire la projection en Israël d’un film » dont il a « cédé les droits internationaux ». Il précise qu’il a en revanche « le droit de refuser de partir en Israël ». (...)

    #BDS #propriété_intellectuelle #BDS
    #Maroc #Vol #Boycott_Culturel

    https://seenthis.net/messages/724880 via Loutre


  • Itay Tiran, le comédien et metteur en scène de théâtre n°1 d’Israël : BDS est une forme légitime de résistance
    Ravit Hecht, Haaretz, le 5 septembre 2018
    https://www.bdsfrance.org/itay-tiran-le-comedien-et-metteur-en-scene-de-theatre-n1-disrael-bds-est-

    « BDS est une forme tout à fait légitime de résistance. Et si nous voulons prôner un certain type de débat politique qui ne soit pas violent, nous devons renforcer ces voix, même si c’est difficile », dit Itay Tiran, largement considéré comme le comédien et metteur en scène de théâtre-phare d’Israël, dans une interview à Haaretz à la veille de son départ pour l’Allemagne.

    (...)

    « La Déclaration d’Indépendance et le discours sur l’égalité et les valeurs, tout ça c’était l’auto-lissage d’une fanfaronnade colonialiste d’un libéralisme éclairé. Il y a des gens qui se caractérisent encore par « centre-gauche » et qui pensent toujours que s’ils mettent le mot égalité dans la loi, tout ira bien. Ce n’est pas mon avis. Et vraiment, le contre-argument justifié par la droite était : Attendez, il y la Loi du Retour. Qu’est ce qui fait que c’est seulement la loi de l’État-nation qui vous rend fous ? » remarque-t-il.

    #Palestine #BDS #Boycott_culturel

    https://seenthis.net/messages/720187 via Dror@sinehebdo


  • Ce n’est pas la première fois, mais c’est toujours aussi scandaleux :

    Israël arrête un groupe de musique palestinien pour « création de sons qui incitent à la résistance »
    MEMO, le 12 juin 2018
    http://www.agencemediapalestine.fr/blog/2018/06/16/israel-arrete-un-groupe-de-musique-palestinien-pour-creation-de

    #Palestine #Resistance #Musique #Musique_et_politique #censure #criminalisation #BDS #Boycott_culturel

    https://seenthis.net/messages/702388 via Dror@sinehebdo


  • Très bon texte de ce blog de critique d’art sur le site du Monde :

    « Saison France Israël »
    Lunettes Rouges, Le Monde, le 4 juin 2018
    http://lunettesrouges.blog.lemonde.fr/2018/06/04/saison-france-israel

    Sous couvert d’événements culturels, cette « Saison » est une manifestation de propagande de la part du gouvernement de l’état d’Israël, tentant par tous les moyens (« greenwashing » écologique, « pinkwashing » homophile, « techwashing » de la « start-up nation », etc.) de faire oublier sa nature violente, belliqueuse et coloniale, et espérant que quelques manifestations culturelles effaceront dans l’esprit des Français l’évidence que ce gouvernement d’extrême-droite refuse toute solution autre que la colonisation. Au lendemain des tueries de Gaza, l’inauguration de cette « Saison » est une infâmie dont se rendent coupables nos gouvernants, les institutions culturelles et les artistes qui y participent.

    J’invite tous les critiques d’art à refuser d’écrire sur ces manifestations. Et s’ils sont contraints de le faire, qu’au moins ils remettent cette « Saison » dans son contexte, celui d’un effort de propagande visant à dissimuler des crimes.

    Au passage, je découvre son démontage passionnant de Robert Capa ici :

    Robert Capa au service des mythes fondateurs de l’état d’Israël
    Lunettes Rouges, Le Monde, le 13 octobre 2015
    http://lunettesrouges.blog.lemonde.fr/2015/10/13/robert-capa-au-service-des-mythes-fondateurs-de-letat-di

    Premier mythe : Israël est un défenseur de la civilisation (occidentale, bien sûr), les Arabes sont des attaquants non civilisés. Cette fiction néo-colonialiste est bien connue et toujours active. Dans les photographies de Capa, il n’y a pratiquement pas d’Arabes (ils représentaient quand même la majorité de la population), les rares spécimens (seuls quatre identifiés apparemment) montrés sont défaits, prisonniers, blessés, vus de loin, stéréotypés. Les seuls Arabes qui, photographiquement, sont traités comme les Juifs (portraits « nobles ») sont des Druzes de Galilée, lesquels se battaient aux côtés des Juifs. Aucun village arabe détruit ou vidé de ses habitants n’est photographié, aucune victime des massacres ou des viols n’est visible, aucun signe de l’épuration ethnique en cours n’est présent.

    #Palestine #Saison_France_Israël #Boycott_Culturel #BDS #Robert_Capa #Photographie #Histoire #Falsification #Mythologie

    https://seenthis.net/messages/699822 via Dror@sinehebdo


  • Lettre ouverte qui demande aux institutions britanniques (cinéma, média, culture...) de ne pas collaborer avec des célébrations de l’Etat israélien, de ne pas utiliser la culture pour cacher la brutalité de l’Etat d’apartheid.

    Signée par une quarantaine d’artistes et journalistes, dont Aki Kaurismäki, Helena Kennedy, Mike Leigh, Ken Loach, Maxine Peake, Juliet Stevenson, Roger Waters...

    Israel using culture to mask brutality, say film-makers, journalists and artists
    The Guardian, le 8 mai 2018
    https://www.theguardian.com/world/2018/may/08/israel-using-culture-to-mask-brutality-say-film-makers-journalists-and-

    #Palestine #BDS #Boycott_culturel #Grande_Bretagne

    https://seenthis.net/messages/692960 via Dror@sinehebdo


  • Were Leonard Cohen’s songs used to torture Palestinian prisoners ?
    Dror, Under the Olive Tree (ckut.ca), 24 novembre 2017
    https://www.mixcloud.com/UnderTheOliveTree/were-leonard-cohen-songs-used-to-torture-palestinian-prisoners

    https://1.bp.blogspot.com/-NzB6VIuXEkw/Wfu1FSa1SdI/AAAAAAAAOyI/2IXKrTgOFUAQqZhduF3J6t-Vrkms1vyRgCLcBGAs/s320/CohenMural.jpg

    Un an après la mort de Léonard Cohen, une anecdote terrifiante vient d’être révélée par Haggai Stravis, dans un entretien publié par le journal israélien Walla, le 27 octobre 2017 (1).

    Stravis est le producteur qui avait réussi à faire venir Léonard Cohen en Israel en 2009. A l’époque, il avait du faire face à la campagne de Boycott, Désinvestissement et Sanctions, qui essayait de convaincre Cohen de ne pas jouer dans un Etat qui pratiquait l’Apartheid. Pour préserver son image, il avait tenté plusieurs astuces, mais elles avaient toutes échouées. Il avait d’abord convaincu Amnesty International de parrainer le concert, mais AI avait fini par refuser (2). Il avait aussi essayé de compenser sa présence à Tel Aviv en donnant un autre concert à Ramallah. Refusant ce faux équilibre, les Palestiniens avaient également refusé cette offre, et le concert à Ramallah avait été annulé (3).

    Ce qu’on apprend dans cette entrevue récente concerne les détails de cette négociation. Quand le manager de Cohen essaya de discuter avec des officiels Palestiniens, il proposa d’abord d’inviter quelques centaines de politiciens Palestiniens. Il proposa ensuite de donner un concert gratuit, et même de dédier ce concert aux familles de prisonniers Palestiniens. Mais c’est la raison pour laquelle même les officiels Palestiniens durent refuser cette offre qui est révélée ici : ils avaient appris que des prisonniers Palestiniens avaient été torturés en prison par des agents des services secrets israéliens qui leur passaient des chansons de Léonard Cohen en boucle.

    On ne sait pas si Léonard Cohen a su à l’époque que sa musique rappelait d’aussi mauvais souvenirs à ces anciens prisonniers Palestiniens, ni si sa musique est encore utilisée dans les prisons israéliennes, mais on sait aussi, grâce à un autre article de la presse israélienne, que pour le convaincre de chanter en Israël, les promoteurs israéliens lui avaient versé 2.7 millions de dollars US (4). De quoi étouffer quelques réticences, et expliquer pourquoi, encore aujourd’hui, certains artistes prétendent « ne pas vouloir mélanger la musique et la politique »...

    (1) https://e.walla.co.il/item/3106407
    (2) https://bdsmovement.net/news/amnesty-international-withdraws-leonard-cohen%E2%80%99s-israel-concert-
    (3) http://www.pacbi.org/etemplate.php?id=1039
    (4) Yediot Achronot - 7 Leilot Magazine, le 20 juin 2014

    #Palestine #Prisons #torture #Leonard_Cohen #Musique #Musique_et_politique #BDS #Boycott_culturel #shameless_autopromo

    https://seenthis.net/messages/648554 via Dror@sinehebdo


  • Des artistes mettent en lumière le cas d’un poète palestinien emprisonné par l’Arabie Saoudite
    Charlotte Silver, The Electronic Intifada, le 29 juillet 2016
    http://www.aurdip.fr/des-artistes-mettent-en-lumiere-le.html

    et

    Les débuts triomphants de l’orchestre des Jeunes de Palestine au Royaume Uni
    Sarah Irving, The Electronic Intifada, le 29 juillet 2016
    http://www.aurdip.fr/les-debuts-triomphants-de-l.html

    #Palestine #Artistes #Culture #Poésie #Musique #BDS #Boycott_culturel #Arabie_Saoudite #Royaume_Uni

    https://seenthis.net/messages/513706 via Dror@sinehebdo