• Vallée du Jourdain : les Européens marquent leur opposition au projet d’annexion
    Par RFI Publié le 02-10-2019 | Avec notre envoyé spécial à Ein Shibli, Guilhem Delteil
    http://www.rfi.fr/moyen-orient/20191002-vallee-jourdain-fait-partie-futur-etat-palestinien-europeens

    Ce mercredi, une vingtaine de diplomates européens se sont rendus dans la vallée du Jourdain pour marquer l’opposition de l’UE et de ses États membres au souhait du Premier ministre israélien d’annexer la vallée du Jourdain et le nord de la mer Morte au territoire israélien. La zone concernée représente plus de 20% de la Cisjordanie et son annexion menacerait sérieusement la solution à deux États. Reportage.

    Depuis un an, en tant que représentante spéciale de l’Union européenne pour le processus de paix au Proche-Orient, Susanna Terstal a multiplié les voyages dans la région. Mais la diplomate reconnaît que la promesse d’annexion de Benyamin Netanyahu n’est pas étrangère à cette visite de terrain.

    « À cause de l’annonce, je pense que nous tous, en tant qu’ambassadeurs européens ici, avons pensé que ce serait le moment de venir voir de nos propres yeux ce qu’est la réalité de la vallée du Jourdain », a déclaré la diplomate.

    Au cours de la journée, Susanna Terstal a rencontré des bédouins menacés d’expulsion par Israël puis s’est rendue dans cette école palestinienne soutenue par l’UE et la France. Elle était accompagnée des chefs de mission d’une vingtaine d’Etats membres. L’envoyée spéciale de l’Union se défend d’adresser un message à Benyamin Netanyahu mais la position des Européens est très claire, assure t-elle.

    « Notre position est basée sur les frontières de 1967 avec un échange négocié de territoires. La vallée du Jourdain représente 30% de la Cisjordanie. Donc elle est évidemment vitale pour le futur État palestinien », a-t-elle ajouté.

    #colonialisme_de_peuplement #IsraelUE

    https://seenthis.net/messages/804794 via Loutre


  • Israel’s war of attrition on a Christian Palestinian town

    Amira Hass | Sep 21, 2019 8:09 PM Haaretz.com
    https://www.haaretz.com/israel-news/.premium-israel-s-war-of-attrition-on-a-christian-palestinian-town-1.784378
    https://www.haaretz.com/polopoly_fs/1.7845463.1568623889!/image/1630556940.jpg_gen/derivatives/headline_1200x630/1630556940.jpg An Israeli machinery demolishes a Palestinian building housing an apartment and a restaurant in Beit Jala in the Israeli-occupied West Bank on August 26, 2019.\ MUSSA ISSA QAWASMA/ REUTERS

    An Israeli outpost has been established in the middle of a World Heritage site, igniting mutual suspicions among the local people. Small wonder a recent protest did so poorly

    Around 50 people came out to demonstrate a week ago Sunday against the new Israeli outpost on the lands of Beit Jala, a Palestinian Christian town in the Bethlehem Governorate of the West Bank. The outpost is being built a few meters above the site where Israel’s High Court of Justice recently approved the razing of the Qassiyeh family’s restaurant and house.

    The low number of protesters, one of them said, may indicate that the town’s people deem the protest a lost cause: They assume they can’t prevent the destruction of their gem of a landscape in the Al-Makhrour valley, virtually their only refuge from the claustrophobic urban enclave of the Bethlehem area.

    Another possible reason for the low attendance is that more efforts have been invested lately in the attempts to solve the unreported crisis that followed the demolition. This has brought to the surface suspicion and hostility between Muslims and Christians, between original residents and refugees and between residents and the Palestinian Authority. It includes masked men, pepper spray, arson and talk about a “land-buyers’ mafia.” The crisis has revealed an exhausted community keeling under Israel’s looming construction plans.

    In June, when settlers first came to level a plot at the top of a green hill and fence it in, Beit Jalans were astonished to find that one of their own may have sold a Jew seven plots of land in the region about 50 years ago. The seller has long since left the country. His family – undoubtedly patriotic – is shocked by the discovery or the suspicion. After all, when a Jew buys land in the heart of the West Bank, Israel makes sure to make it, sooner or later, a de facto sovereign extension, a springboard to broaden Israeli control in the ever dwindling Palestinian space.

    https://images.haarets.co.il/image/upload/w_640,q_auto,c_fill,f_auto/fl_any_format.preserve_transparency.progressive:none/v1568621327/1.7845501.1499769609.jpg The new settlement outpost in Beit Jala, this week. Credit Olivier Fitoussi

    At some stage, the Jew who apparently bought the plots sold them to the Jewish National Fund and they were registered as belonging to Himenuta, the JNF subsidiary running the fund’s land. The cautious words “may” and “apparently” are needed here, because land purchases by Jews in the West Bank are not an innocent act, and quite a few forgeries have been discovered over the years. By the time matters are sorted out in Israeli courts, the outpost can turn into a prosperous Jewish neighborhood.

    One could legitimately wonder why the JNF remembered only now to claim the land. When did it buy the land? Was it bought by a front pretending to be a private citizen? All this remains unclear.

    The religious demon

    Some say it was discovered in 2017, or at least suspected, that land had been sold to a Jew. The Qassiyeh family, which has been cultivating one of the seven plots for decades, was waging a legal battle against the Civil Administration’s demolition orders for the restaurant and house. Suddenly, in 2017, Himenuta entered the picture, claiming that the land belongs to it. It’s hard to obtain accurate, full details from everyone involved. But apparently the scope of Himenuta’s claims in the Al-Makhrour valley wasn’t yet clear three years ago.

    On August 26, the Civil Administration razed the restaurant for the third time, as well as the house built by the Qassiyeh family. In his grief, Ramzy Qassiyeh, the head of the family, held a large wooden cross with the Virgin Mary’s picture at the top while the bulldozers demolished the structures. He said in a video that neither the Muslims nor the Jews would drive them away.

    https://images.haarets.co.il/image/upload/w_640,q_auto,c_fill,f_auto/fl_any_format.preserve_transparency.progressive:none/v1568621418/1.7845508.2742464051.jpg Ramzy Qassiyeh holds a large wooden cross with the Virgin Mary’s picture at the top in a protest against the demolition by Israeli forces of his family’s restaurant and house, on August 26, 2019. AFP

    By “Muslims” one may assume he meant the PA and senior Fatah officials, especially some born in the area’s refugee camps. The video went viral and the anger spread accordingly. Old tensions between the refugees and native Beit Jalans flared up again.

    Then came an apology. But a few days later a pickup truck containing masked, probably armed, people came to the Qassiyeh’s plot, where they insist on staying, despite the demolition. They say the masked men wanted to kill Ramzy and maybe his son. Whether the men really wanted to kill him, they sprayed the family with pepper spray and disappeared after an Israeli army unit showed up. Who called the unit remains unclear.

    At the same time, up the path, Israeli earth-moving equipment was preparing the undisturbed ground in a second plot for the new outpost. Palestinian news sites reported the appearance of the new outpost, but not the attack by the people in the pickup truck. The news of the attack spread gradually.

    “People are angry at the video and the talk against Muslims,” a resident of the Deheisheh refugee camp said. “Whatever the reason, it’s not done,” a Muslim resident of Beit Jala said.

    People in Beit Jala say that some parts of Al-Makhrour are owned by people from out of town; that is, Muslims, mainly from refugee camps. But who said refugees may not buy land and cultivate it? So many Beit Jala residents have left the country, why shouldn’t others look after the land and trees? The problem is that some sales weren’t kosher, apparently. Local residents of Beit Jala indeed say that a “mafia” of people – both Muslim and Christian – with social and political power is involved in the transactions.

    https://images.haarets.co.il/image/upload/w_640,q_auto,c_fill,f_auto/fl_any_format.preserve_transparency.progressive:none/v1568620437/1.7845442.3584747817.jpg A Palestinian woman argues with an Israeli border policewoman over the Israeli demolition of a building, in Beit Jala in the Israeli-occupied West Bank, August 26, 2019.\ MUSSA ISSA QAWASMA/ REUTERS

    The PA has an orderly land registry to expose forgeries. At least in one case, I was told, a forgery was found, but it did no good – the people holding the land didn’t leave. This may partially explain the Qassiyeh’s complaints.

    In the plot near the Qassiyeh and the new outpost a small stone structure was set on fire at the beginning of last week. The plot’s owner is a resident of a refugee camp. Who wanted to set it on fire? Who was capable of it? The mutual suspicions inflamed the tensions.

    All this happened just when the Palestinian government announced that the local councils would start to expand their master plans without taking into consideration whether the land in question was in area A, B or C. But the events in Al-Makhrour show that Beit Jala, like any other Palestinian village or town, have no control over the land that Israel classifies as in Area C; Israel does whatever it likes there.

    The PA has so little control that the Qassiyehs hired their own attorneys and are replacing them one after the other as if the land problem were the family’s private business rather than a national Palestinian issue that should be handled by PA lawyers.

    In 2001, at the beginning of the second intifada, when Palestinian gunmen shot at Gilo in Jerusalem, the army shelled and destroyed the Qassiyehs’ house in Beit Jala. The PA partially compensated the family for the damage and the Qassiyeh brothers built a new home there.

    https://images.haarets.co.il/image/upload/w_640,q_auto,c_fill,f_auto/fl_any_format.preserve_transparency.progressive:none/v1568621744/1.7845527.1358840081.jpg The entrance to the new settlement outpost in Beit Jala, September 2019. Credit : Olivier Fitoussi

    Ramzy Qassiyeh has West Bank residency status. His wife Michelle and their children are Israeli citizens with voting rights. Michelle was born in Jerusalem to a refugee mother from the village of Ein Karem who as a child lived in a Jerusalem monastery, and to a French father from Lebanon. A few years ago, her mother moved to live near her daughter in Beit Jala and has Alzheimer’s disease, Michelle Qassiyeh says.

    “When we bring her here, to Al-Makhrour, she thinks she’s in Ein Karem and asks to go to her home there,” Michelle says.

    Ancient terraces and much more

    Al-Makhrour is a farming area of some 3,000 dunams (740 acres), characterized by ancient terraces, olive groves, vineyards, fruit trees, archaeological sites and a traditional irrigation system. It boasts ancient agricultural stone structures, clear air and “the best olive oil in Palestine.”

    In 2014 the region was declared a World Heritage site. “Palestine, land of Olives and Vines – Cultural Landscape of Southern Jerusalem, Battir,” the UNESCO document says. The declaration was seen as a Palestinian

    achievement in the efforts to prevent the construction of the separation barrier, which threatened to destroy the terraces and landscape.

    https://images.haarets.co.il/image/upload/w_640,q_auto,c_fill,f_auto/fl_any_format.preserve_transparency.progressive:none/v1568620229/1.7845440.714230412.jpg A demonstrator holding a Palestinian flag gestures in front of Israeli forces during a protest against Jewish settlements near Beit Jala in the Israeli-occupied West Bank September 8, 2019.\ MUSSA ISSA QAWASMA/ REUTERS

    The Al-Makhrour area connects al-Khader, Beit Jala, Husan, Battir and al-Walajeh, most of whose farming lands were torn from it for the settlement of Har Gilo, the separation barrier and the road along it, and a park for Israelis only. The new Route 60 that bypasses Bethlehem, and the tunnels built in the ‘90s obstruct the landscape’s agricultural and historical continuity.

    Recently Israel expropriated more land from Al-Makhrour and Beit Jala in order to widen the road bypassing Bethlehem and the tunnels, which Palestinians are forbidden to travel on. These are meant to shorten the travel time between the Gush Etzion settlement bloc and Jerusalem.

    This is why an agricultural outpost on top of one of Al-Makhrour’s hills is so threatening. On September 5, two Israeli youths with long side curls asked a French journalist and myself to leave the plot. An adult who joined them also asked us to leave, but was ready to talk outside the gate.

    “Three people are here permanently, with a few volunteers,” he said, while his silent wife looked at us from a distance. He said he was from the settlement of Elon Moreh and had leased the land from Himenuta. “I went to the JNF and looked for land,” he said. “They showed me a few places and this is the one I chose.” (Haaretz’s Yotam Berger has reported that the settlement of Neveh Daniel is behind the lease.)

    He said the demolition below had nothing to do with it. “My relations with the neighbors are good. Others, not from here, uprooted the olive trees we planted three months ago.”

    But he added, “We’ll be here for the next 50 years.” Why 50 and not 100? I asked, and he replied: “Because the lease is for 50 years.”

    #colonialisme_de_peuplement
    #Beit_Jala

    https://seenthis.net/messages/802971 via Loutre


  • *Rendre immédiatement l’archipel des Chagos à Maurice*

    Colonialism Reparation se félicite que l’Assemblée générale des Nations Unies ait confirmé que le processus de décolonisation de Maurice n’a pas été juridiquement achevé en donnant au Royaume-Uni six mois de temps pour le retrait sans conditions de son administration coloniale des l’archipel des Chagos et il demande que le Royaume-Uni présente des excuses et des dédommagements pour la déportation des habitants originaires et pour l’entière période de domination coloniale britannique.

    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2019/08/09/rendre-immediatement-larchipel-des-chagos-a-maurice

    #international #colonialisme


  • Dangereux précédent : Israël démolit des habitations palestiniennes en périphérie de Jérusalem-Est
    Par Hanadi Qawasmi - WADI HUMMUS, Cisjordanie occupée
    Date de publication : Lundi 22 juillet 2019

    Les Palestiniens de Wadi Hummus possédaient tous les permis nécessaires pour construire leur maison dans les zones relevant de la juridiction de l’Autorité palestinienne. Aujourd’hui, l’armée israélienne envoie les bulldozers

    https://www.middleeasteye.net/fr/reportages/dangereux-precedent-israel-demolit-des-habitations-palestiniennes-en-
    http://www.middleeasteye.net/sites/default/files/images-story/wadihummus-lubna-22jul2019edit_0.jpg

    Des bulldozers israéliens rejoints par des centaines de soldats et de policiers ont commencé à démolir des habitations palestiniennes à la périphérie de Jérusalem-Est, malgré les protestations locales et les critiques internationales.

    Les forces israéliennes se sont rendues ce lundi dans le village palestinien de Sur Baher pour démolir une dizaine d’habitations dans le quartier de Wadi Hummus, près du mur de séparation israélien.

    La Cour suprême israélienne a tranché en faveur de l’armée le mois dernier et a fixé lundi comme date limite pour démolir les habitations.

    Les forces israéliennes ont coupé à travers une section de fil barbelé de la barrière à Sur Baher sous le couvert de l’obscurité tôt ce lundi et ont commencé à évacuer les habitants.

    Des projecteurs ont illuminé la zone alors que des dizaines de véhicules amenaient les forces de sécurité casquées dans le village.

    Dès les premières lueurs de l’aube, les pelleteuses ont commencé à détruire une maison de deux étages tandis que les soldats investissaient un bâtiment inachevé de plusieurs étages à proximité, rapporte l’agence de presse Reuters.
    (...)
    D’après les accords d’Oslo, Israël ne devrait pas avoir son mot à dire sur la construction ou non d’habitations dans les zones A et B. Cependant, une décision de l’armée israélienne de 2011 a décrété qu’Israël pouvait désormais démolir des bâtiments dans les zones administrées par l’Autorité Palestinienne. Wadi Hummus est le premier cas.

    L’Organisation de libération de la Palestine (OLP) a publié un communiqué accusant la cour israélienne de vouloir « créer un précédent pour permettre aux forces d’occupation israéliennes de démolir de nombreux bâtiments palestiniens situés à proximité » du mur.

    #Colonialisme_de_peuplement

    https://seenthis.net/messages/793904 via Loutre



  • *Système et mécanismes de dépendance*

    https://entreleslignesentrelesmots.files.wordpress.com/2019/04/planter_du_blanc_tbn.jpg

    La série d’articles qui compose cet ouvrage tente de synthétiser pour chaque colonie française les raisons et mécanismes de cette mise en dépendance d’une part, et de résumer les outils et processus du néocolonialisme français en Afrique d’autre part.

    Note sur : *Saïd Bouamama : « PLANTER du BLANC »
    Chroniques du (néo)colonialisme françaises*

    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2019/05/30/systeme-et-mecanismes-de-dependance

    #france #colonialisme


  • *Néocolonialisme ! Plateforme pour un contre-sommet anti francophone à Dakar (2014)*

    La simple confrontation des discours et des actes permet de mettre à nu l’hypocrisie et la duplicité des dirigeants francophones, tous types confondus !

    Après avoir accueilli, dans les conditions que l’on sait, deux sommets de l’Organisation de la conférence islamique (Oci), l’Etat du Sénégal s’apprête à récidiver avec la tenue de la XVème Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement des pays membres de l’Organisation Internationale de la Francophonie (Oif), prévue les 29 et 30 novembre 2014, à Dakar.

    Ce « retour à Dakar », vingt-cinq ans après le premier Sommet francophone à se tenir hors d’Occident, offre l’opportunité aux Africains, largement majoritaires dans cette institution, de dresser un bilan d’étape de la mise en œuvre des résolutions de 1989. On nous avait assuré, en cette année commémorative du bicentenaire de la Révolution française, que la paix et la sécurité, la stabilité et la prospérité, l’unité et la solidarité, etc. seraient au « rendez-vous du donner et du recevoir de l’an 2000 », selon la formule perverse du « chantre de la Négritude », le francolâtre Léopold S. Senghor.

    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2019/05/24/neocolonialisme-plateforme-pour-un-contre-sommet-anti-f
    #colonialisme #afrique


  • *Le Manifeste de l’O.J.A.M (1962)*

    Placardé en Martinique les 23 et 24 décembre 1962

    En décembre 1959, 3 fils de la Martinique, BETZI, MARAJO, ROSILE, tombaient victimes des coups du colonialisme français. Ce sacrifice montra à la jeunesse de notre pays la voie de l’émancipation, de la fierté, de la dignité.

    Depuis, notre peuple, si longtemps plongé dans les ténèbres de l’histoire, offre une résistance de plus en plus grande à l’oppression coloniale. Mais le colonialisme français, suivant ses intérêts, accentue chaque jour son potentiel répressif, voulant ainsi maintenir notre peuple sous le joug colonial.

    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2019/05/23/le-manifeste-de-lo-j-a-m-1962

    #colonialisme #martinique


  • *Une page scandaleuse de l’histoire ne peut se dépasser qu’en se lisant jusqu’au bout à haute voix*

     ![Entrer une description pour l’image ici]( https://entreleslignesentrelesmots.files.wordpress.com/2019/04/couv_05-5c4aa.jpg "Entrer un intitulé d’image ici")

    Pour commencer un discours de Thomas Sankara, président du Burkina Faso, en juillet 1987. Un réquisitoire contre la dette, « La dette sous sa forme actuelle, est une reconquête organisée de l’Afrique, pour que sa croissance et son développement obéissent à des paliers, à des normes qui nous sont totalement étrangers ». Thomas Sankara parle, entre autres, de non-responsabilité, « nous ne sommes pas responsables de la dette », de dette du sang, de refus de complicité, « On nous demande aujourd’hui d’être complices de la recherche d’un équilibre », de front uni contre la dette. Thomas Sankara a été assassiné moins de trois mois plus tard.

    Note sur : *AVP – les autres voix de la planète : Dettes coloniales & réparations*

    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2019/04/19/une-page-scandaleuse-de-lhistoire-ne-peut-se-depasser-q

    #dette #colonialisme


  • Caoutchouc rouge, rouge coltan”, petit bijou d’animation sur le Congo
    “Caoutchouc rouge, rouge coltan” nous raconte l’histoire d’Abo Ikoyo, une étudiante belgo-congolaise qui, pour un travail d’école, doit se replonger dans ses souvenirs de famille. C’est le prétexte que saisit avec justesse Jean-Pierre Griez pour explorer l’histoire du Congo et remonter le fil jusqu’à aujourd’hui.
    https://www.youtube.com/watch?v=Z7_u8EdY-DM


    https://www.investigaction.net/fr/caoutchouc-rouge-rouge-coltan-petit-bijou-danimation-sur-le-congo
    #Congo #colonialisme


  • Février 1885, les puissances colonisatrices se partagent l’#Afrique | L’Humanité

    https://www.humanite.fr/fevrier-1885-les-puissances-colonisatrices-se-partagent-lafrique-566861
    https://www.humanite.fr/sites/default/files/images/fevrier1885.jpg

    Réunis à Berlin en 1884 et 1885, les pays européens colonisateurs du Continent noir ont codifié les règles qui devaient présider à leur occupation. À l’issue de cette conférence, Britanniques, Français, Allemands, Belges, Portugais, Italiens se partageaient l’Afrique.

    La #conférence_de_Berlin, qui s’est tenue de novembre 1884 à février 1885, fut organisée à l’initiative du chancelier Bismarck afin de codifier les règles qui devaient présider à la colonisation de l’Afrique. Depuis la fin de la décade précédente, les rivalités et les tensions se multipliaient dangereusement entre les nations d’Europe engagées dans une concurrence systématique pour le dépeçage du continent noir. Bismarck, qui avait engagé l’Allemagne avec retard dans ce processus de prédation, entendait imposer des règles, en particulier le libre accès commercial aux grands bassins fluviaux (liberté de navigation sur le Congo et le Niger, liberté du commerce dans le «  bassin conventionnel  » du Congo) et l’obligation d’occuper effectivement un territoire avant d’en revendiquer la possession. Ce dernier point eut pour conséquence ce que les historiens britanniques appellent «  scramble for Africa  » (ruée vers l’Afrique), les francophones utilisant plutôt l’expression en apparence plus anodine de «  course au clocher  » : Britanniques, Français, Allemands, Belges, Portugais, Italiens se lancèrent dans l’intérieur de l’Afrique, qui fut partagée par les Européens en moins de quinze ans, au prix de plusieurs guerres contre les royaumes africains et d’incidents diplomatiques entre les États européens, dont le plus significatif fut l’accrochage franco-britannique de Fachoda, en 1898.

    #congrès_de_Berlin #colonies #colonialisme

    https://seenthis.net/messages/763533 via Reka


  • De 1945 à nos jours : Comment l’État moderne s’est réalisé dans une violence sans limites

    Un article et un travail énormes de Désarmons-les ! qui reprend, historiquement et ce faisant, pédagogiquement tout le processus de mise enplace du « maintien de l’ordre » colonialiste puis son développement contre les banlieues pour finir...

    https://desarmons.net/index.php/2019/02/08/de-1945-a-nos-jours-comment-letat-francais-sest-realise-dans-une-violence

    Les titres des "chapitres"sont éloquents :

    UNE GENÈSE COLONIALE

    LES COLONIES COMME LABORATOIRES
    CONTRE-INSURRECTIONNELS

    DE L’EXPERIMENTATION A LA DOCTRINE :
    RECYCLAGE DES POLICES COLONIALES EN MÉTROPOLE

    ÉTAT D’URGENCE ET DESTRUCTION DE LA RÉSISTANCE ALGÉRIENNE

    RECONVERSION DES OFFICIERS TORTIONNAIRES

    RECONVERSION DES “AGENTS FRANCAIS D’ALGERIE” - UN PASSAGE PAR LES ETATS-UNIS ET L’IRLANDE

    CHASSE AUX SORCIERES CONTRE LA NOUVELLE GAUCHE
    ET LES MOUVEMENTS DE LIBERATION NOIRE

    CONTRE-INSURRECTION DANS LA GUERRE D’IRLANDE

    NAISSANCE DE L’ANTI TERRORISME FRANÇAIS

    EN FRANCE : DE LA TOLERANCE ZERO A LA GENERALISATION
    DES ARMES “NON LETALES”

    LE TOURNANT 2005 : VERS UNE MILITARISATION
    DU MAINTIEN DE L’ORDRE

    TOUT POUVOIR AUX SERVICES DE RENSEIGNEMENT : LA DÉMOCRATIE TOTALITAIRE

    DEMOCRATIE TOTALITAIRE OU DICTATURE DEMOCRATIQUE ?

    #armee #milice #police #guerre #terreur #maintien_de_l-ordre #repression #colonialisme #dictature-democratique

    https://seenthis.net/messages/761614 via ¿’ ValK.


  • #GiletsJaunes ? La majorité des Français fait partie des 10 % les plus riches au monde.

    97 % des Français appartiennent aux 30 % les plus riches du monde.

    90 % des Français font partie des 20 % les plus riches au monde.

    3 % les plus riches des Français font partie des 1 % les plus riches au monde...
    https://theconversation.com/gilet-jaune-la-majorite-des-francais-fait-partie-des-10-les-plus-ri
    https://images.theconversation.com/files/255886/original/file-20190128-108334-hp9qtp.gif

    Si l’opinion publique s’intéressait plus aux Français pauvres, elle regarderait, par exemple, le premier point à gauche : ce sont les 1 % les plus pauvres. Elle s’étonnerait alors que malgré leur position, plutôt à l’écart du reste de la distribution nationale, personne ne s’en soucie. Avec leur position proche du milieu de la distribution mondiale, leur pouvoir d’achat ressemble à celui de la classe moyenne mondiale, dont la plus grosse partie vit en Chine.

    /.../

    Deux solutions sont souvent discutées dans le débat public : l’ouverture le marché du travail aux étrangers et la redistribution.

    #repartition des #richesses #privileges du #colonialisme

    https://seenthis.net/messages/757361 via ¿’ ValK.


  • Un des nombreux massacres de l’armée française coloniale, celui de Thiaroye au Sénégal, mérite d’être rappelé sans cesse, pour la brutalité et l’injustice de la colonisation, mais aussi parce que ces crimes ne sont ni reconnus à leur juste valeur, ni réparés par des dédommagements légitimes.

    https://upload.wikimedia.org/wikipedia/en/a/a0/Camp_de_Thiaroye.jpg

    En 1988, l’écrivain et réalisateur sénégalais, et ancien tirailleur lui même, Semben Ousmane, réalise l’excellent Camp de Thiaroye, prix spécial du jury à la Mostra de Venise, jamais diffusé à la télévision française, mais visible ici :
    https://rarefilmm.com/2018/05/camp-de-thiaroye-1988

    Fidèle à ma réputation, je me dois de signaler deux détails musicaux sur ce film qui, à ma grande suprise, n’étaient signalés ni sur wikipédia (j’ai corrigé ça) ni sur l’IMDB :

    La musique est composée et jouée, entre autre à l’harmonica, par Ismaila Lo. Il s’agit de l’artiste qui deviendra célèbre en 1994 sous le nom d’Ismael Lo, avec son tube Dibi Dibi Rek, et son harmonica qui lui valut le surnom du Bob Dylan africain :
    https://www.youtube.com/watch?v=WlqXmlrvHv8

    Ismael Lo joue aussi dans le film, justement le soldat harmoniciste qui calme Pays en lui jouant Lili Marlène. Il jouera encore dans un court métrage de Idrissa Ouedraogo, Afrique, mon Afrique (1995, dont il composera aussi la musique), et dans Tableau Ferraille, de Moussa Sene Absa (1996).

    Autre acteur et musicien dans ce film, le congolais Casimir Zoba, plus connu sous le nom de Zao, et qui joue un soldat congolais. Déjà célèbre depuis 1984 et son tube Ancien Combattant, dans lequel on retrouve la même langue imagée que dans le film, Zao continuera de composer jusqu’en 1999, mais je ne sais pas s’il tournera dans d’autres films. Après une pause, il recommence à donner des concerts depuis 2006 et je vous le recommande chaudement s’il passe près de chez vous...
    https://www.youtube.com/watch?v=K4w6kSucANY

    Le massacre de Thiaroye a déjà été couvert sur Seenthis, ici :
    https://seenthis.net/messages/316726
    https://seenthis.net/messages/316990
    https://seenthis.net/messages/317126
    https://seenthis.net/messages/317354
    https://seenthis.net/messages/440328
    https://seenthis.net/messages/704475

    #Thiaroye_44 #Thiaroye #Massacre_de_Thiaroye #tirailleurs_sénégalais #indigènes #france #afrique #sénégal #seconde_guerre_mondiale #mémoire #histoire #colonialisme #Semben_Ousmane #Camp_de_Thiaroye #Ismael_Lo #Zao

    https://seenthis.net/messages/748600 via Dror@sinehebdo


  • Avide d’hydrocarbures, la France occupe illégitimement des îles malgaches
    La Relève et La Peste
    https://lareleveetlapeste.fr/avide-dhydrocarbures-la-france-occupe-illegitimement-des-iles-malg
    https://lareleveetlapeste.fr/wp-content/uploads/2018/12/image-fb-7272.jpg

    Les #îles_Eparses sont un archipel de cinq îles situées tout autour de #Madagascar. Depuis la sortie de cette dernière de l’empire colonial français dans la seconde moitié du XXème siècle (d’abord en 1960 avec la Guerre d’Indépendance puis de manière définitive en 1972) cet archipel est l’objet de tensions entre les deux pays. Pourquoi cette discorde qui dure depuis presque 40 ans pour de minuscules îles quasiment désertiques ? La raison est simple : la potentielle existence de sources d’#hydrocarbures qui pourrait rapporter gros au pays qui en bénéficie.

    C’est Didier Ratsiraka, le président malgache de l’époque, qui, en 1973, revendique la souveraineté de l’archipel en appuyant qu’il appartient à Madagascar et que la #France doit se retirer de ce territoire. Le gouvernement malgache, face à la non-réponse du gouvernement français, porte le dossier jusqu’aux Nations Unies qui lui donnent raison en demandant à la France de discuter avec Madagascar pour trouver un terrain d’entente sur la gestion de cet archipel.

    #colonisation #colonialisme #Françafrique

    https://seenthis.net/messages/748568 via odilon


  • Harlem : Andy Razaf était l’âme malgache du jazz - 7 Lames la Mer
    http://7lameslamer.net/harlem-andy-razaf-etait-l-ame-1968.html
    http://7lameslamer.net/IMG/arton1968.png

    Une grand-mère paternelle au destin royal contrarié, morte exilée en #Algérie. Un grand-père maternel #esclave dans le #Missouri puis consul à #Madagascar. Une jeune mère de 15 ans, veuve, qui se réfugie aux États-Unis. Un père tué par les troupes coloniales françaises lors de l’invasion de Madagascar. La vie d’Andy Razaf commence le 16 décembre 1895 dans le fracas de l’#esclavage et du #colonialisme. Et pourtant... « In the mood », vous connaissez ? Paroles d’#AndyRazaf ! À suivre...

    #Inthemood #jazz #harlemrenaissance


  • «Le dernier combat des Capitaines de Guyane» un film de Erwan Le Guillermic et David Morvan
    https://www.youtube.com/watch?v=QSuLMR0JlMw

    Il ne manquait plus que ça à la Guyane ! Après l’orpaillage illégal qui détruit son environnement depuis des décennies, voici que des projets de mines d’or industrielles voient le jour.

    Face à ce qu’ils considèrent comme un nouveau cataclysme aux portes de leurs villages, les Amérindiens ont décidé de résister.

    Les chefs coutumiers, que la France a longtemps appelé « Capitaines » en leur offrant un uniforme et une modeste rétribution, sont unanimes. Tous refusent de voir la forêt et la terre de leurs ancêtres sacrifiées.

    Sur fond de crise identitaire, la lutte contre les projets industriels de mine d’or cristallise une absence de reconnaissance de plus en plus mal supportée par la jeunesse amérindienne.

    En rejouant David contre Goliath, le film plonge dans les tourments de la Guyane et du peuple premier de cette contrée lointaine de la République.

    #Guyane #amérindiens #Montagne_d'or #colonialisme

    https://seenthis.net/messages/741444 via riff-raff


  • Île de Pâques : le combat du peuple Rapa Nui pour la restitution de son patrimoine culturel
    https://www.franceculture.fr/sculpture/ile-de-paques-le-combat-du-peuple-rapa-nui-pour-la-restitution-de-son-
    https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2018/11/e5d0bc52-a73e-4bdc-9622-967543180406/838_adrian_dennis.jpg

    C’est le symbole de l’Île de Pâques. Le moaï est devenu indissociable de cette île, rattachée au Chili depuis 1888, comme la Tour Eiffel l’est pour Paris. Près de mille statues aux airs de géant de pierre se dressent encore aujourd’hui sur cette île de 166 km2, située entre Tahiti et les côtes chiliennes. Mais certaines oeuvres manquent à l’appel et sont exposées dans des musées à l’étranger, comme à Paris, quai Branly. 150 ans après la disparition du moaï Hoa Hakananai’a, une délégation de l’Île de Pâques s’est rendue mardi 20 novembre au British Museum de Londres pour réclamer la restitution de la statue. La statue a été emportée sans autorisation en 1868 par un navire britannique. La reine Victoria l’avait ensuite offerte au musée londonien, mal à l’aise devant cette représentation dénudée.

    Cette revendication date en fait d’une trentaine d’années et s’inscrit dans un combat pluriel du peuple Rapa Nui. Sa terre est d’ailleurs sur le point de changer officiellement de nom pour s’appeler « Rapa Nui - Isla de Pascua ». « Nous voulons faire un acte de reconnaissance historique, de revendication : reconnaître l’origine et l’histoire millénaire de l’île », a ainsi déclaré le président du Chili, Sebastián Piñera. Le musée norvégien Kon-Tiki pourrait d’ores et déjà avoir créé un précédent : il vient lui de s’engager à restituer toute sa collection de pièces archéologiques et photographies de Rapa Nui.

    #restitution #art #musée #colonialisme #Ile_de_Pâques #Rapa_Nui

    https://seenthis.net/messages/741302 via riff-raff



  • *L’œuvre négative du néocolonialisme français et Européen en Afrique. La politique migratoire : Une « Réalpolitique » meurtrière
    *

    Le scénario de bateaux plein d’êtres humains errant en méditerranée de nombreux jours avant de pouvoir accoster dans un port européen tend à devenir récurent. La couverture médiatique et politique de ces drames humains se déroule également avec les mêmes ingrédients argumentaires : « crise migratoire », « appel d’air », « afflux massif », etc. Ces « éléments de langages » pour reprendre le vocabulaire de la novlangue libérale ont comme objectif de justifier des politiques migratoires dites « réalistes » ou articulant « fermeté et humanité ».

    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2018/11/12/loeuvre-negative-du-neocolonialisme-francais-et-europee

    #colonialisme


  • Tout savoir sur le #17_octobre_1961
    http://lahorde.samizdat.net/2014/10/17/tout-savoir-sur-le-17-octobre-1961

    Nos camarades de la librairie du Point du Jour (58, rue Gay-Lussac, Paris Ve) ont préparé ces bibliographie, filmographie et sitographie sur le 17 octobre 1961 : bien connaitre cette #Histoire est indispensable car, comme le dit Leïla Kaminsky, la femme d’Adolfo Kaminsky, dans un entretien qu’ils nous ont accordé, « l’histoire de la guerre d’Algérie a mis [&hellip

    #Non_classé #Repères #Algérie #colonialisme #violences_policières

    https://seenthis.net/messages/303219 via LaHorde


  • *L’œuvre négative du néocolonialisme français et Européen en Afrique. La francophonie*

    La diffusion de la langue française en Afrique est partie intégrante du projet colonial. Elle fait partie intégrante de l’ « œuvre civilisatrice » que prétendait apporter le colonialisme. La civilisation est, en effet, entendue dans le projet colonial, comme l’extraction de l’homme africain de ses cultures « barbares » pour le faire entrer dans l’histoire et dans la civilisation par l’assimilation. Les indépendances africaines de la décennie 60 voient ainsi arrivées au pouvoir des « élites » francophones dans des pays où les cultures et langues maternelles ont été asphyxiées quand elles n’ont pas été réduites à du folklore. Ce qui s’appelle déjà dès l’ère coloniale « francophonie » s’impose rapidement comme politique publique de maintien de la dépendance des élites et d’aliénation des masses populaires africaines.

    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2018/10/02/loeuvre-negative-du-neocolonialisme-francais-et-europee

    #colonialisme



  • Eric Fassin : « L’#appropriation_culturelle, c’est lorsqu’un emprunt entre les cultures s’inscrit dans un contexte de #domination »

    Dans un entretien au « Monde », le sociologue Eric Fassin revient sur ce concept né dans les années 1990, au cœur de nombre de polémiques récentes.

    Des internautes se sont empoignés sur ces deux mots tout l’été : « appropriation culturelle ». Le concept, né bien avant Twitter, connaît un regain de popularité. Dernièrement, il a été utilisé pour décrire aussi bien le look berbère de Madonna lors des MTV Video Music Awards, la dernière recette de riz jamaïcain du très médiatique chef anglais #Jamie_Oliver, ou l’absence de comédien autochtone dans la dernière pièce du dramaturge québécois #Robert_Lepage, #Kanata, portant justement sur « l’histoire du Canada à travers le prisme des rapports entre Blancs et Autochtones ».

    Qu’ont en commun ces trois exemples ? Retour sur la définition et sur l’histoire de l’« appropriation culturelle » avec Eric Fassin, sociologue au laboratoire d’études de genre et de sexualité de l’université Paris-VIII et coauteur de l’ouvrage De la question sociale à la question raciale ? (La Découverte).
    la suite après cette publicité

    D’où vient le concept d’« appropriation culturelle » ?

    Eric Fassin : L’expression apparaît d’abord en anglais, à la fin du XXe siècle, dans le domaine artistique, pour parler de « #colonialisme_culturel ». Au début des années 1990, la critique #bell_hooks, figure importante du #Black_feminism, développe par exemple ce concept, qu’elle résume d’une métaphore : « manger l’Autre. » C’est une approche intersectionnelle, qui articule les dimensions raciale et sexuelle interprétées dans le cadre d’une exploitation capitaliste.

    Un regard « exotisant »

    Cette notion est aussi au cœur de la controverse autour de #Paris_Is_Burning, un film #documentaire de 1990 sur la culture des bals travestis à New York. Une autre critique noire, Coco Fusco, reprochait à la réalisatrice #Jennie_Livingston, une lesbienne blanche, son regard « exotisant » sur ces minorités sexuelles et raciales. Pour elle, il s’agissait d’une forme d’#appropriation_symbolique mais aussi matérielle, puisque les sujets du film se sont sentis floués, dépossédés de leur image.

    Comment définir ce concept ?

    E. F. : Ce qui définit l’appropriation culturelle, comme le montre cet exemple, ce n’est pas seulement la circulation. Après tout, l’emprunt est la règle de l’art, qui ne connaît pas de frontières. Il s’agit de #récupération quand la #circulation s’inscrit dans un contexte de #domination auquel on s’aveugle. L’enjeu n’est certes pas nouveau : l’appropriation culturelle, au sens le plus littéral, remplit nos #musées occidentaux d’objets « empruntés », et souvent pillés, en Grèce, en Afrique et ailleurs. La dimension symbolique est aujourd’hui très importante : on relit le #primitivisme_artistique d’un Picasso à la lumière de ce concept.

    Ce concept a-t-il été intégré dans le corpus intellectuel de certaines sphères militantes ?

    E. F. : Ces références théoriques ne doivent pas le faire oublier : si l’appropriation culturelle est souvent au cœur de polémiques, c’est que l’outil conceptuel est inséparablement une arme militante. Ces batailles peuvent donc se livrer sur les réseaux sociaux : l’enjeu a beau être symbolique, il n’est pas réservé aux figures intellectuelles. Beaucoup se transforment en critiques culturels en reprenant à leur compte l’expression « appropriation culturelle ».

    En quoi les polémiques nées ces derniers jours relèvent-elles de l’appropriation culturelle ?

    E. F. : Ce n’est pas la première fois que Madonna est au cœur d’une telle polémique. En 1990, avec sa chanson Vogue, elle était déjà taxée de récupération : le #voguing, musique et danse, participe en effet d’une subculture noire et hispanique de femmes trans et de gays. Non seulement l’artiste en retirait les bénéfices, mais les paroles prétendaient s’abstraire de tout contexte (« peu importe que tu sois blanc ou noir, fille ou garçon »). Aujourd’hui, son look de « #reine_berbère » est d’autant plus mal passé qu’elle est accusée d’avoir « récupéré » l’hommage à la « reine » noire Aretha Franklin pour parler… de Madonna : il s’agit bien d’appropriation.

    La controverse autour de la pièce Kanata, de Robert Lepage, n’est pas la première non plus — et ces répétitions éclairent l’intensité des réactions : son spectacle sur les chants d’esclaves avait également été accusé d’appropriation culturelle, car il faisait la part belle aux interprètes blancs. Aujourd’hui, c’est le même enjeu : alors qu’il propose une « relecture de l’histoire du Canada à travers le prisme des rapports entre Blancs et Autochtones », la distribution oublie les « autochtones » — même quand ils se rappellent au bon souvenir du metteur en scène. C’est encore un choix revendiqué : la culture artistique transcenderait les cultures « ethniques ».

    Par comparaison, l’affaire du « #riz_jamaïcain » commercialisé par Jamie Oliver, chef britannique médiatique, peut paraître mineure ; elle rappelle toutefois comment l’ethnicité peut être utilisée pour « épicer » la consommation. Bien sûr, la #nourriture aussi voyage. Reste qu’aujourd’hui cette #mondialisation marchande du symbolique devient un enjeu.

    Pourquoi ce concept fait-il autant polémique ?

    E. F. : En France, on dénonce volontiers le #communautarisme… des « autres » : le terme est curieusement réservé aux minorités, comme si le repli sur soi ne pouvait pas concerner la majorité ! C’est nier l’importance des rapports de domination qui sont à l’origine de ce clivage : on parle de culture, en oubliant qu’il s’agit aussi de pouvoir. Et c’est particulièrement vrai, justement, dans le domaine culturel.

    Songeons aux polémiques sur l’incarnation des minorités au théâtre : faut-il être arabe ou noir pour jouer les Noirs et les Arabes, comme l’exigeait déjà #Bernard-Marie_Koltès, en opposition à #Patrice_Chéreau ? Un artiste blanc peut-il donner en spectacle les corps noirs victimes de racisme, comme dans l’affaire « #Exhibit_B » ? La réponse même est un enjeu de pouvoir.

    En tout cas, l’#esthétique n’est pas extérieure à la #politique. La création artistique doit revendiquer sa liberté ; mais elle ne saurait s’autoriser d’une exception culturelle transcendant les #rapports_de_pouvoir pour s’aveugler à la sous-représentation des #femmes et des #minorités raciales. L’illusion redouble quand l’artiste, fort de ses bonnes intentions, veut parler pour (en faveur de) au risque de parler pour (à la place de).

    Le monde universitaire n’est pas épargné par ces dilemmes : comment parler des questions minoritaires, quand on occupe (comme moi) une position « majoritaire », sans parler à la place des minorités ? Avec Marta Segarra, nous avons essayé d’y faire face dans un numéro de la revue Sociétés & Représentations sur la (non-)représentation des Roms : comment ne pas redoubler l’exclusion qu’on dénonce ? Dans notre dossier, la juriste rom Anina Ciuciu l’affirme avec force : être parlé, représenté par d’autres ne suffit pas ; il est temps, proclame cette militante, de « nous représenter ». Ce n’est d’ailleurs pas si difficile à comprendre : que dirait-on si les seules représentations de la société française nous venaient d’Hollywood ?

    https://img.lemde.fr/2018/08/24/0/0/2652/3000/950/0/72/0/b02507e_QxMb93jNjJO-ZvtZjyLRqk5P.jpg
    https://mobile.lemonde.fr/immigration-et-diversite/article/2018/08/24/eric-fassin-l-appropriation-culturelle-c-est-lorsqu-un-emprunt-entre-
    #géographie_culturelle #pouvoir #culture #Madonna #exotisme #peuples_autochtones #film #musique #cuisine #intersectionnalité #Eric_Fassin

    https://seenthis.net/messages/717781 via CDB_77