• Le big bang de Monsieur Hulot
    http://www.medelu.org/Le-big-bang-de-Monsieur-Hulot

    Depuis des années, la France subit des tentatives plus ou moins subtiles destinées à perpétuer un système et une direction politiques pourtant rejetés par le suffrage universel. Si le référendum de 2005 et le coup d’Etat antidémocratique qu’a représenté le traité de Lisbonne en ont été les éléments les plus symboliques, les élections successives depuis lors ont été de moins en moins l’expression de la #Souveraineté_populaire. C’est face à ces errements que le thème de la #Démocratie, considéré jusque-là sans intérêt est devenu omniprésent, et chacun y va de sa proposition de réforme institutionnelle. On ne peut que se réjouir de cette progression, de centaines de rencontres autour de ce thème, de milliers de citoyens qui y travaillent. Comme toute recherche, celle-ci s’accompagne aussi de dévoiements et de (...)


  • L’économiste #János_Kornai alerte sur « l’autocratie » qui guette en Hongrie
    https://hu-lala.org/janos-kornai-alerte-sur-la-derive-autocratique-de-la-hongrie

    Le Fidesz de Viktor Orbán serait en passe d’instaurer une véritable #autocratie qui lui permettrait de tenir durablement ses opposants éloignés du pouvoir, craint János Kornai, professeur émérite aux Universités Corvinus et Harvard. #centralisation économique, menace sur l’Etat de droit... L’auteur dresse un Diagnostic de la Hongrie dans cette interview et dans son dernier ouvrage : « Látlelet - Tanulmányok a magyar állapotokról ».

    #Idées #Article_payant #démocratie #économie #Etat_de_droit


  • Face aux conservateurs polonais, les libéraux brandissent une Europe désincarnée
    https://hu-lala.org/face-aux-conservateurs-polonais-liberaux-brandissent-europe-desincarnee

    Le journaliste et militant écologiste polonais Bartlomiej Kozek fait une analyse très critique des réponses apportées par les partis d’opposition et par l’Union européenne au gouvernement réactionnaire en #Pologne, et plaide pour sortir du discours binaire libéral-conservateur. Le combat pour la #démocratie en Pologne mérites une solidarité européenne - mais ce ne devrait pas simplement venir de membres de la commission qui pointent leur doigt depuis Bruxelles. La Pologne peut devenir un très bon endroit pour amorcer la démocratisation de l’Europe en mettant en place un dialogue social à propos de l’avenir du continent, mais une approbation générale de la démocratie libérale sera (...)

    #Idées #Bartłomiej_Kozek #conservatisme #Construction_européenne #démocratie_illibérale #Donald_Tusk #gauche #illibéralisme #Jarosław_Kaczyński #libéralisme #Néolibéralisme #PiS #PO #Union_européenne


  • Après la pluie, le blizzard : la riposte de Soros a donné de nouvelles munitions à Orbán
    https://hu-lala.org/apres-pluie-blizzard-riposte-de-soros-a-donne-de-nouvelles-munitions-a-orba

    Pour Nóra Diószegi-Horváth, la riposte de #George_Soros à la #consultation_nationale lancée contre lui par le gouvernement hongrois vient bien tard. Sauf à soulager la conscience du milliardaire américano-hongrois, elle est contre-productive et donne de nouvelles munitions à la droite.

    Six semaines, soit 42 jours. C’est le temps qu’il faut pour qu’un alpiniste expérimenté et équipé atteigne le sommet de l’Everest. D’après une publicité, c’est aussi le temps que l’on peut mettre pour apprendre les bases de l’espagnol. C’est le temps qu’a mis Tom Cruise pour perdre cinq kilos. Dans le parc national de Yellowstone, en six semaines on a pu mesurer en tout 1400 secousses sismiques. Ah, j’oubliais : six semaines... c’est le temps qu’il a fallu à George Soros pour qu’il s’exprime au sujet de la consultation (...)

    #Idées #démocratie_illibérale #Fidesz #illibéralisme #Propagande #Viktor_Orbán


  • Un moment d’histoire du #communisme : l’eurocommunisme
    http://www.contretemps.eu/histoire-eurocommunisme

    Le moment eurocommuniste – qui correspond en gros aux années 70 – est d’abord un moment essentiel de l’histoire du mouvement communiste international et de sa déstalinisation chaotique. Mais on […]

    #Diaporama #Stratégie #démocratie #Etat #eurocommunisme #Europe #Marchais #marxisme #PCF #Poulantzas #socialisme #URSS



  • Deux journalistes interpellés par la police française dans le cadre d’un reportage sur les migrants | RSF
    https://rsf.org/fr/actualites/deux-journalistes-interpelles-par-la-police-francaise-dans-le-cadre-dun-reporta
    https://rsf.org/sites/default/files/gendarmes.jpg

    A la suite de l’interpellation de deux journalistes qui réalisaient un reportage sur les migrants entrant clandestinement en France depuis l’Italie, Reporters sans frontières (RSF) rappelle que l’exercice du journalisme n’est pas un délit et que la protection des sources est un droit.

    #journalisme #répression #censure #démocratie

    https://seenthis.net/messages/645041 via Agnès Maillard


  • « L’UE souffre d’un déficit de #démocratie comme un astronaute sur la Lune souffre d’un déficit d’oxygène » - L’analyse de l’économiste F. Farah
    http://lvsl.fr/l-ue-souffre-dun-deficit-de-democratie
    http://lvsl.fr/wp-content/uploads/2017/06/federicfarah.jpg

    Simple déficit démocratique conjoncturel, imperfections ponctuelles de la construction européenne ? Ou au contraire, projet structurellement oligarchique et technocratique ? Les dirigeants européens sont nombreux à assumer la dimension anti-démocratique de l’Union et sa vocation messianique qui justifie toutes les entorses à la volonté populaire. Outre les déclarations des deux présidents de la Commission Européenne, on peut citer les paroles de l’ex-ministre de l’économie et des finances italien, Tommaso Padoa-Schioppa, que l’on surnomme le « père fondateur de l’euro ». Il déclarait : « l’Europe s’est faite suivant une méthode que l’on peut qualifier de #despotisme éclairé. On peut parler de démocratie limitée« .

    « Despotisme éclairé » destiné à faire entrer les peuples dans l’ère du libre marché, avec la démocratie lorsque c’est possible, sans elle lorsqu’il leur vient l’idée farfelue de vouloir préserver leurs systèmes de protection sociale et les droits de leurs travailleurs.

    https://seenthis.net/messages/644286 via Agnès Maillard



  • La crise catalane, hallali de l’Etat de droit en Europe ? | La plume d’un enfant du siècle
    https://marwen-belkaid.com/2017/11/07/la-crise-catalane-hallali-de-letat-de-droit-en-europe
    https://neewram.files.wordpress.com/2017/11/marwen-belkaid2.jpg

    Est-ce donc ça le #modèle politique qu’ils souhaitent ? L’état d’urgence permanent couplé à l’emprisonnement de ceux qui ne pensent pas comme eux et pourraient les déranger ? Je crois qu’il est éminemment important de se lever contre ces pratiques qui ont lieu tout près de nous et qui ont déjà pu avoir lieu chez nous par le passé. Je suis de ceux qui croient farouchement que sur la question de l’Etat policier et arbitraire il suffit de descendre une marche pour dévaler tout l’escalier en moins de temps qu’il ne faut pour s’en rendre compte. D’aucuns vont même plus loin et justifient cet emprisonnement au motif que lesdits ministres auraient agi illégalement en soutenant et organisant le referendum. Il va sans dire que je m’étrangle à la lecture de tels arguments. Jamais ou presque dans l’histoire (l’Ecosse par exemple récemment fait partie de ces exceptions), un referendum d’indépendance ne se fait sans une lutte acharnée. Faire croire qu’un referendum d’indépendance est toujours le fruit d’un processus de dialogue est une fable que l’on raconte aux enfants pour les tenir éveillé. Je n’ai personnellement pas d’avis tranché sur la question de l’indépendance de la Catalogne pour la simple et bonne raison que je n’ai pas assez d’éléments pour avoir un avis pertinent mais je crois qu’il est fondamental que les Catalans aient le droit de se prononcer de manière sereine sur cette question-là.

    #démocratie #europe

    https://seenthis.net/messages/643094 via Agnès Maillard


  • Les #Balkans à l’heure de Budapest ?
    https://hu-lala.org/les-balkans-a-heure-de-budapest

    Qu’est devenu le mouvement d’opposition du printemps contre le président serbe Aleksandar Vučić ? Dans quelle situation politique et sociale se trouve la #Serbie et, au-delà, la région des Balkans ? Pour en parler, nous avons invité #Simon_Rico, co-rédacteur en chef du #Courrier_des_Balkans. Alors que de grandes manifestations contre le pouvoir secouaient […]

    #Idées #Aleksandar_Vučić #démocratie #démocratie_illibérale #Groupe_de_Visegrád #illibéralisme #investigation #Janez_Janša #journalisme #Nikola_Gruevski #Union_européenne #Viktor_Orbán



  • Malgré la répression en #Egypte, Macron déroule le tapis rouge pour al-Sissi
    https://www.mediapart.fr/journal/international/231017/malgre-la-repression-en-egypte-macron-deroule-le-tapis-rouge-pour-al-sissi

    Jean-Yves Le Drian recevant des mains d’Abdelfattah al-Sissi des médailles pour le récompenser de la coopération militaire entre la #France et l’Égypte, en février 2017. © Reuters La France accueille en grande pompe, dès mardi 24 octobre, le président égyptien #Abdelfattah_al-Sissi, attendu à Paris pour de multiples rencontres. Pourquoi le gouvernement français entretient-il des relations aussi étroites avec un dirigeant de plus en plus répressif ?

    #International #armes #démocratie #Droits_de_l'homme #droits_humains #Emmanuel_Macron #Jean-Yves_Le_Drian #société_civile


  • « A #Bahreïn, l’absence de #droits_humains balise le chemin d’une montée de la violence »
    https://www.mediapart.fr/journal/international/231017/bahrein-l-absence-de-droits-humains-balise-le-chemin-d-une-montee-de-la-vi

    Le cheikh #Maytham_al-Salman posant devant une plaque en hommage au jeune Tunisien qui a involontairement déclenché les #printemps_arabes de 2011, dans les locaux de la FIDH à Paris © Thomas Cantaloube Depuis le soulèvement de 2011, le micro-État de Bahreïn a disparu des écrans radars. Pourtant, la situation des droits humains ne fait que s’y détériorer. Maytham al-Salman, directeur de l’ONG Bahrain InterFaithn, en appelle à la pression de l’Occident pour faire changer les choses.

    #International #Arabie_Saoudite #chiites #démocratie #Droits_de_l'homme #printemps_arabe



  • [O-S] La démocratie directe et ses lieux communs (1/2)

    Émission du 13 octobre 2017, nous recevons Quentin du collectif lieux commun. La démocratie directe commence, progressivement, à faire question. Les assemblées d’Espagne ou de Grèce au printemps 2011, en commen­çant à mettre en pratique à une large échelle les principes de l’auto-gouver­nement du peuple, ont popularisé un courant qui, jusqu’ici, res­tait marginal. Aujourd’hui des discussions éclosent ouvrant des pistes inexplorées ou retombant dans des ornières idéologiques connues.

    https://offensivesonore.blogspot.fr/2017/10/democratie-direct-et-lieux-communs-12.html

    #pkk #audio #anarchisme #utopie #démocratie_directe #autogestion #radio_libertaire #offensive_sonore #radio #gauchisme #assemblée

    https://seenthis.net/messages/637357 via aktivulo


  • Sept idées fausses sur les #médias – Le feu à la plaine
    https://audelancelin.com/2017/10/11/sept-idees-fausses-sur-les-medias
    https://audelancelin.files.wordpress.com/2017/10/signal.jpg

    L’actuel directeur de la rédaction de ce même quotidien, « Le Monde », a aussi pu, dans un éditorial publié à l’occasion de la mort d’un de ses #actionnaires, Pierre Bergé, assimiler les gens qui prêtaient la moindre influence sur la ligne aux actionnaires à des « #complotistes ». Face à ce verrou-là, les gardiens des médias ne prennent même pas la peine de répondre par des arguments. Ils se bornent à discréditer les personnes, voire à les psychiatriser. Car qu’est-ce qu’un complotiste sinon un paranoïaque et un malade mental à la fin des fins ? On voit en tout cas à quel point il est important pour le système de neutraliser tout individu cherchant à révéler au public le poids que pèsent les actionnaires de médias sur la vie d’un journal, et le genre de catastrophe démocratique qu’ils peuvent organiser à l’échelle d’un pays quand leurs vues convergent, c’est-à-dire très souvent, notamment quand le coût du travail est en jeu. Il est pourtant assez évident que dans une société démocratique, où le suffrage universel existe encore, et cela même s’il est en passe de devenir une farce organisant l’impuissance collective, le contrôle capitalistique des médias est une question politique cruciale. Il est évident que ce constat-là n’a rien à voir avec un propos conspirationniste, et que prêter des arrière-pensées aux géants des télécoms quand ils investissent dans les médias n’a rien à avoir avec le fait d’être agité par les Illuminati ou une quelconque autre société secrète horrifique du type Skulls and Bones. Celui qui ne comprend pas cela, le responsable du Decodex par exemple, est-il équipé dans ces conditions pour décoder quoi que ce soit au champ de pouvoir capitalistique extraordinairement violent dans lequel il se meut semble-t-il en toute inconscience ? On peut au moins se poser la question.

    Tout cela est d’autant plus inquiétant à observer que ce qui se passe chez nous aujourd’hui s’est produit il y a exactement vingt ans aux Etats-Unis avec des conséquences dramatiques quant à l’#indépendance de la #presse et à la persistance même de l’existence d’un espace public. L’ex-rédacteur en chef du « Chicago Tribune », James Squires, un ancien Prix Pulitzer qui rompit avec le système et en fit un livre (1), soutenait ainsi en 1993, que la prise de contrôle intégrale des médias par les grandes compagnies états-uniennes avait entraîné la « mort du #journalisme », je cite ses mots. En deux décennies, ainsi qu’il l’établissait, la mainmise de la « culture Wall Street » sur les médias, soit l’équivalent de notre presse CAC 40, avait réussi à détruire entièrement les pratiques et l’éthique de ce métier, réduisant les responsables de journaux à être des cost killers plutôt que des intellectuels, des managers plutôt que des artisans de l’intelligence collective. James Squires, un autre indécrottable paranoïaque sans doute.

    #démocratie

    https://seenthis.net/messages/636783 via Agnès Maillard



  • Le vote de la #loi antiterroriste prépare un régime autoritaire en France
    http://www.wsws.org/fr/articles/2017/oct2017/anti-o06.shtml

    Les principales mesures de la loi prévoyent le contrôle et l’enregistrement des identités dans n’importe quelle événement susceptible d’être exposé à un risque terroriste ; les préfets pourront mettre en œuvre des périmètres de protection avec des mesures d’inspection et de filtrage pour les gens souhaitant y pénétrer, faites au besoin avec le concours d’agents de #sécurité privée ou de policiers municipaux.

    Ceci fut mis en pratique pendant les manifestations contre la loi travail de 2016. Le gouvernement avait assigné des personnes à résidence et fait des perquisitions de masse arbitrairement pour intimider les jeunes et les travailleurs hostiles à la loi. Plusieurs militants ont été interdit de #manifestation, et lorsque des sections plus large de travailleurs se sont mis en lutte contre la loi travail, le PS a fini par limiter les manifestations sur Paris qu’a un endroit.

    Les personnes jugées hostiles pourront être assignées dans un périmètre qui s’étendra au territoire de la commune. La personne visée devra se présenter à la #police chaque jour. Les personnes ciblées devront « fournir tous leurs numéros de téléphone et identifiants de communication électronique ». Le préfet pourra faire procéder, sur autorisation du juge des libertés et de la détention du TGI de Paris, à des #perquisitions pouvant s’accompagner de saisies de documents ou de données.

    Ce projet de loi prolonge jusqu’en 2020 les écoutes de masse de la population pour détecter des connexions susceptibles de révéler une soi-disant menace terroriste par le recours à des algorithmes sur les réseaux de communication.

    #démocratie #terrorisme

    https://seenthis.net/messages/635248 via Agnès Maillard


  • Depuis les Amis du Monde Diplomatique. Pour la première fois depuis longtemps, Le Monde diplomatique a été interdit, en l’occurrence en Algérie. Notre numéro d’août comportait un long reportage de Pierre Daum sur la « décennie noire » au cours de laquelle des massacres de population ont été perpétrés lors d’affrontements entre les forces de l’ordre et les groupes islamistes armés. Cette interdiction, qu’Alger ne nous a pas officiellement notifiée, n’aura pas eu l’effet escompté car nous avons immédiatement mis l’article en libre accès sur notre site. Du coup, les connexions depuis l’Algérie ont explosées : 40 000 visites alors que nous vendons 2 000 exemplaires imprimés en moyenne par mois…
    ►►https://www.monde-diplomatique.fr/2017/08/DAUM/57773
    #Algérie #Le_Monde_Diplomatique, #journalisme, #censure, #démocratie #GIA #massacres



  • Emmanuel Todd : « La crétinisation des mieux éduqués est extraordinaire »
    Par Sonya Faure et Cécile Daumas — 6 septembre 2017

    Pour l’historien Emmanuel Todd, la vraie fracture n’est aujourd’hui plus sociale, mais éducative. Et la démocratie est vouée à disparaître en Europe.

    Trump, Brexit, Macron. Vous analysez les bouleversements au sein des démocraties moins comme les résultats d’une fracture sociale que d’une fracture éducative…
    Nous vivons une phase décisive : l’émergence pleine et entière d’une nouvelle confrontation fondée sur les différences d’éducation. Jusqu’ici, la vieille démocratie reposait sur un système social fondé sur l’alphabétisation de masse mais très peu de gens avaient fait des études supérieures. Cela impliquait que les gens d’en haut s’adressaient aux gens simples pour exister socialement - même les dominants et même la droite. On a cru que la propagation de l’éducation supérieure était un pas en avant dans l’émancipation, l’esprit de Mai 68 finalement. Mais on n’a pas vu venir le fait que tout le monde n’allait pas faire des études supérieures : selon les pays, entre 25 % et 50 % des jeunes générations font des études supérieures, et dans la plupart d’entre eux leur nombre commence à stagner. Les sociétés ont ainsi adopté une structure éducative stratifiée. « En haut »,une élite de masse (en gros, un tiers de la population) qui s’est repliée sur elle-même : les diplômés du supérieur sont assez nombreux pour vivre entre eux. Symétriquement, les gens restés calés au niveau de l’instruction primaire se sont aussi repliés. Ce processus de fragmentation sociale s’est généralisé au point de faire émerger un affrontement des élites et du peuple. La première occurrence de cet affrontement a eu lieu en France en 1992 lors du débat sur Maastricht. Les élites « savaient », et le peuple, lequel ne comprenait pas, avait voté « non ». Ce phénomène de fracture éducative arrive à maturité.

    La lutte des classes sociales est remplacée par la lutte entre les classes éducatives ?
    Oui, même si revenus et éducation sont fortement corrélés. La meilleure variable pour observer les différences entre les groupes est aujourd’hui le niveau éducatif. Les électeurs du Brexit, du FN ou de Trump sont les gens d’en bas (même si le vote Trump a été plus fort qu’on ne l’a dit dans les classes supérieures), qui ont leur rationalité : la mortalité des Américains est en hausse, et même si les économistes répètent que le libre-échange, c’est formidable, les électeurs pensent le contraire et votent pour le protectionnisme.

    Les trois grandes démocraties occidentales ont réagi différemment à cet affrontement entre élite et peuple…
    En Grande-Bretagne, il s’est passé un petit miracle : le Brexit a été accepté par les élites, et le Parti conservateur applique le vote des milieux populaires. C’est pour moi le signe d’une démocratie qui fonctionne : les élites prennent en charge les décisions du peuple. Ce n’est pas du populisme car le populisme, c’est un peuple qui n’a plus d’élites. David Goodhart, le fondateur de la revue libérale de gauche Prospect, parle de « populisme décent », une magnifique expression. Les Etats-Unis sont, eux, dans une situation de schizophrénie dynamique. Les milieux populaires, furibards et peu éduqués, ont gagné l’élection, une partie des élites l’a acceptée (Trump lui-même fait partie de l’élite économique et le Parti républicain n’a pas explosé) mais l’autre moitié de l’Amérique avec l’establishmentla refuse. C’est un pays où règne donc un système de double pouvoir : on ne sait plus qui gouverne. En France, nous sommes dans une situation maximale de représentation zéro des milieux populaires. Le FN reste un parti paria, un parti sans élites. Le débat du second tour entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron en a été la parfaite mise en scène. A son insu, Marine Le Pen a exprimé l’état de domination intellectuelle et symbolique de son électorat qui est, de plus en plus, peu éduqué, populaire, ouvrier. La dissociation entre les classes sociales est à son maximum. L’absence de solidarité entre les groupes sociaux est typique de la dissociation d’une nation.

    La France insoumise est-elle une tentative de renouer le contact entre élite et peuple ?
    Elle est le phénomène électoral intéressant de cette dernière élection. Il m’intéresse d’autant plus que je n’y croyais pas du tout ! Les électeurs de Mélenchon sont jeunes comme ceux du FN. Mais ce qui est vraiment original dans l’électorat de Mélenchon, c’est son caractère transclassiciste. Ouvriers, employés, professions intermédiaires, diplômés du supérieur : toutes les catégories sociales y sont représentées. En ce sens, les progrès de La France insoumise ne seraient pas une nouvelle forme de gauchisme, mais exactement l’inverse : une certaine forme de réconciliation des catégories sociales et éducatives françaises. Reste à savoir si Mélenchon a dans la tête ce qu’il faut pour gérer une telle réconciliation.

    Et Emmanuel Macron ?
    On ne peut pas savoir ce qu’il y a dans la tête de Macron : il est jeune et trop instable, son parcours professionnel l’a montré. Il est pour l’instant sur une trajectoire de conformisme absolu. Réformer, flexibiliser, accepter la gestion allemande de la monnaie… une direction qui amène inévitablement à un ou deux points de chômage supplémentaires en fin de quinquennat. Pour Macron, poursuivre dans cette voie, c’est accepter de disparaître politiquement à 40 ans. Une hollandisation éclair.

    Vous êtes un homme de gauche, comment voyez-vous sa situation aujourd’hui ?
    Je ne suis pas très optimiste ! L’une des grandes faiblesses de la science politique est de réfléchir aux citoyens comme à des êtres abstraits. Mais quand on décrypte, comme je le fais, des variables sociologiques, on arrive à la conclusion qu’il existe un subconscient inégalitaire dans notre société. La stratification éducative, je l’ai dit, a provoqué une fermeture du groupe des éduqués supérieurs sur lui-même. La crétinisation politico-sociale des mieux éduqués est un phénomène extraordinaire. Le vieillissement de la population va aussi dans le sens d’une préférence pour l’inégalité. Que devient la démocratie quand les gens sont en moyenne beaucoup plus âgés et riches ? Dans le logiciel de La France insoumise, il y a la révolte. Mais des révolutions au sens mélenchoniste dans un pays où l’âge médian de la population atteint les 40 ans, je n’en ai jamais vu. Les peuples qui font des révolutions ont 25 ans d’âge médian. La société française semble dans une impasse.

    Vous êtes de plus en plus critique sur l’Europe. Dans votre livre, vous craignez une dérive autoritaire du continent…
    Je suis arrivé au bout de ma réflexion. Comment exprimer ces choses-là gentiment… Je ne veux surtout plus adopter la posture du mec arrogant. Que se passe-t-il en Europe ? L’Allemagne meurt démographiquement mais elle conserve un niveau d’efficacité économique et politique prodigieux. Elle a pris le contrôle de la zone euro. Je pense que les historiens du futur parleront du choix de l’euro comme d’une option stratégique inimaginable. Comme de la ligne Maginot en 1940. L’euro ne marche pas, mais il s’est installé dans les esprits pour des raisons idéologiques, et on ne peut pas en sortir. Autour de l’Allemagne, les pays latins sont en train de dépérir, avec des taux de chômage ahurissants, et les pays de l’Europe de l’Est ont vu chuter leur taux de natalité, signe d’une grande angoisse. Les inégalités sont plus fortes au sein de l’espace économique et social européen - entre les revenus allemands et roumains - qu’au sein du monde anglo-saxon qu’on dénonce toujours comme étant le summum de l’inégalité.

    Mais le but de l’Union est, à terme, de faire converger les conditions de vie…
    Les gouvernements élus dans les pays faibles ne peuvent plus changer les règles. Mais est-ce une surprise ? Il faut étudier l’inconscient des sociétés européennes : il y a, dans la zone euro, une prédominance de régions dont la structure familiale traditionnelle était la famille souche, ce système paysan dans lequel on choisissait un héritier unique, et dont les valeurs étaient inégalitaires, autoritaires. Au fond, mon analyse des couches subconscientes de l’Europe retombe sur un lieu commun historique : qui, dans les années 30, aurait décrit l’Europe continentale comme le lieu de l’épanouissement de la démocratie libérale ? Les berceaux de la démocratie sont le monde anglo-saxon et le Bassin parisien. Pour le reste, les contributions modernes à la politique de la zone euro, c’est Salazar, Pétain, Franco, Hitler, Dollfuss…

    Est-ce que ça condamne l’idéal européen ?
    Compte tenu du potentiel anthropologique et post-religieux de l’Europe continentale, il aurait été ridicule de s’imaginer qu’après le repli anglo-américain de la zone, car c’est cela qu’on vient de vivre sur le plan géopolitique, une réelle démocratie pourrait perdurer. Ce qui ré émerge aujourd’hui, ce sont les traditions propres du continent européen, et elles ne sont pas propices à la démocratie libérale. La France pourrait porter des valeurs démocratiques et égalitaires… mais la France n’est plus autonome.

    Le risque pour l’Europe, c’est l’autoritarisme ?
    Même si la démocratie disparaît, ça ne veut pas dire qu’on va vers le totalitarisme, ni qu’on perd la liberté d’expression, et que la vie devient insupportable pour tout le monde. Mais ce qui est insupportable dans le stade post-démocratique actuel, c’est que la vie reste plutôt agréable pour les gens d’en haut tandis qu’une autre partie de la population est condamnée à la marginalité. Peut-être que le système explosera. Peut-être que la France retrouvera son autonomie et, comme les Britanniques, une façon de reformer une nation, avec ce que ça suppose de solidarité entre les classes sociales.

    Vous intervenez aujourd’hui en tant qu’historien, polémiste ?
    Je suis beaucoup intervenu, parfois de manière polémique, dans le débat public. Mais, avec ce livre, j’ai voulu revenir au plaisir de l’observation historique, sans prendre partie. Je suis à la fois un citoyen qui s’énerve parce que je suis toujours dans le camp des perdants, et qu’à force, c’est agaçant, mais je suis aussi un historien. Et ce qui est bien, c’est que même quand le « citoyen » perd, l’histoire, elle, continue. Je pense que la démocratie est éteinte en Europe. Le gros de l’histoire humaine, ce n’est pas la démocratie. L’une de ses tendances lourdes est au contraire l’extinction de la démocratie. En Grèce, en France, les gens votent, et tout le monde s’en moque. Pour un citoyen, c’est tout de même embêtant. Pour un Français qui se pense français, c’est carrément humiliant. Mais un historien sait qu’il y a une vie après la démocratie.

    http://www.liberation.fr/debats/2017/09/06/emmanuel-todd-la-cretinisation-des-mieux-eduques-est-extraordinaire_15946

    #Démocratie #europe #union_européenne #euro #Famille #Education #élite #gréce #france #allemagne #Emmanuel_Todd

    https://seenthis.net/messages/630764 via BCE 106,6 Mhz


  • #Emmanuel_Todd : « L’Occident est engagé dans une mutation anthropologique »
    https://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/170917/emmanuel-todd-l-occident-est-engage-dans-une-mutation-anthropologique

    Pour Emmanuel Todd, la déflagration inégalitaire qui menace nos démocraties n’est pas seulement liée à des configurations économiques, mais aussi à l’action inconsciente, et divergente, d’archétypes familiaux et religieux ancrés dans l’inconscient des territoires. Entretien méthodologique et politique sur son nouvel essai Où en sommes-nous ?.

    #Culture-Idées #anthropologie #démocratie #europe #Histoire #Nations #prospective #religion #Systèmes_familiaux


  • Célia Izoard, Les technologies bouleversent le quotidien pour mieux conserver le statu quo, 2017
    https://sniadecki.wordpress.com/2017/09/14/izoard-statuquo

    C’est dans les laboratoires de recherche, publics et privés, que se joue la poursuite de cette déferlante kaléidoscopique de technologies qui révolutionne notre quotidien pour mieux conserver le système. C’est pourquoi les luttes anticapitalistes et écologistes doivent se donner les moyens de contester ces activités sans se laisser intimider par le prestige de l’activité scientifique. La recherche est actuellement dominée par un programme général d’artificialisation des conditions d’existence, et cela n’a rien d’inéluctable. La soif de connaissance des chercheurs qui, de plus en plus précaires et atomisés, subissent cette recherche productiviste en constante accélération, pourrait s’appliquer à toute autre chose qu’à développer l’intelligence artificielle, construire des êtres vivants génétiquement modifiés, fabriquer des robots, travailler à l’interconnexion généralisée ou créer des nano-objets. Mais pour cela, les programmes de recherches doivent cesser d’être un trou noir de la démocratie, socle intouchable des politiques de croissance, qu’elles soient néokeynésiennes ou néolibérales.

    Bien sûr, cela changerait tout. N’était-ce pas le but ?

    #recherche #science #financement #impôts #démocratie #Célia_Izoard #critique_techno

    https://seenthis.net/messages/629886 via RastaPopoulos


  • En #Allemagne, le contrôle syndical a résisté à l’Agenda 2010
    https://www.mediapart.fr/journal/international/120917/en-allemagne-le-controle-syndical-resiste-lagenda-2010

    Les ordonnances de Macron sont-elles comparables aux réformes Schröder ? L’esprit général s’inspire du modèle allemand : décentralisation partielle de la négociation collective et flexibilisation du code du travail, le tout pour favoriser l’embauche. Mais le « conseil d’entreprise » version outre-Rhin n’a pas entravé le pouvoir des #syndicats.

    #International #démocratie_d'entreprise #patronat