• La #violence n’aurait pas toujours existé - Le Temps
    https://www.letemps.ch/societe/violence-naurait-toujours-existe
    https://assets.letemps.ch/sites/default/files/styles/share/public/media/2015/01/23/ab9806e8-a325-11e4-b189-26eecf90f1b5.jpg.png?itok=Iurief7G

    L’#archéologie permet-elle de retracer la #préhistoire de l’#empathie ? « Oui. On la voit quand on trouve des squelettes qui présentent des blessures handicapantes ou des malformations congénitales. Il y a de nombreux cas, par exemple un Néandertalien retrouvé à Shanidar, en Irak, qui était dépourvu d’un avant-bras et qui avait vécu plus de 40 ans : cela signifie que le groupe l’avait pris en charge, qu’on ne l’avait pas rejeté et laissé mourir. » Que sait-on des attitudes préhistoriques à l’égard des enfants ? « On n’a pas de moyens archéologiques pour savoir comment les enfants du paléolithique étaient éduqués. Mais si on regarde les peuples chasseurs-cueilleurs contemporains, on constate qu’il n’y a pas de violence éducative chez eux. La fessée, la claque, ça n’existe pas. »

    Comment l’#humanité paisible des débuts devient-elle brutale ? « Dès que les groupes se sédentarisent, la démographie augmente. Cela entraîne un changement économique, la domestication des plantes et des animaux. Du stockage apparaît, des biens. C’est là que, dans les peintures rupestres, on voit surgir des personnages plus grands que les autres : des élites. Je ne veux pas me la jouer Rousseau, mais les faits sont là. » Y a-t-il des peuples sédentaires sans violence ? « Des sociétés dites horticultrices de petite taille La question du nombre est essentielle. »

    La #propriété, c’est le mal !

    https://seenthis.net/messages/708308 via Agnès Maillard


  • #Meghan_Murphy : Tant que les hommes feront aussi peu d’efforts, l’empathie des femmes a besoin de limites.
    https://tradfem.wordpress.com/2018/06/01/tant-que-les-hommes-feront-aussi-peu-defforts-lempathie-des-femme

    https://tradfem.files.wordpress.com/2018/06/photo-mariage.png?w=700
    Les femmes sont avant tout appelées à donner. Donner du plaisir, des soins, de la nourriture, des enfants, un soutien interminable et du travail domestique. On nous demande d’être des sources d’empathie désintéressée, qui comprennent et tolèrent la douleur et la souffrance de ceux qui nous entourent. Même si, bien sûr, rien de tout cela n’est mauvais en soi – l’empathie est certainement une valeur que le monde pourrait mieux mettre à profit –, ces comportements défavorisent les femmes.

    Il semble incroyablement injuste d’être punies pour notre tolérance ou notre compréhension – pour supporter de mauvaises attitudes parce que nous savons qu’elles viennent d’un lieu de souffrance – et pourtant nous le sommes. Nous nous retrouvons captives d’un piège où nous devons soit nous endurcir pour éviter d’être blessées une fois de plus par un homme en souffrance – et on nous punit de le faire en nous accusant d’être trop « dures » et froides – soit continuer à absorber les violences affectives (ou physiques) qui nous sont infligées lorsque nous restons sur place à tenter de soutenir un homme « blessé ». Le fait que les femmes croient en la bienveillance des hommes – croient en leur capacité à changer, à surmonter leurs traumatismes et leurs problèmes affectifs, à cesser de nous faire du mal – est bien sûr une qualité admirable, même si c’en est une qui nous nuit.

    J’ai toujours été incapable de trouver un équilibre sain entre mon empathie et ma colère envers les hommes. Demeurer dans des relations pour tenter de compenser la douleur masculine – qui se manifeste par la dépendance aux drogues, la colère, la violence, l’infidélité, le mensonge, les « difficultés à s’engager » ou la simple distance affective – m’a inévitablement amenée à souffrir, à développer une perte de confiance en l’autre et, oui, parfois à de la colère.

    Traduction : #Tradfem
    Version originale : https://www.feministcurrent.com/2018/05/22/long-men-arent-stepping-womens-empathy-needs-limits

    #empathie #colère #féminisme #InCel #misogynie #souffrance_des-hommes #mariage

    https://seenthis.net/messages/699040 via Tradfem


  • A l’encontre » Etats-Unis. La puissance de la campagne #MeToo
    http://alencontre.org/ameriques/americnord/usa/etats-unis-la-puissance-de-la-campagne-metoo.html

    L’actrice Jane Fonda et l’écrivaine Jamilah Lemieux [écrivaine afro-américaine] expriment un autre type de scepticisme lorsqu’elles disent que la prise de conscience du #harcèlement et de l’abus sexuels n’a lieu maintenant que parce que la plupart des victimes qui s’expriment sont blanches .

    • Le mieux va encore plus loin que J. Fonda. Dans un article intitulé « Weinstein, les larmes blanches et les limites de l’empathie des femmes noires » [5], elle déclare qu’il y a des limites au niveau de l’empathie des #femmes #noires face au harcèlement sexuel vécu par les femmes blanches parce qu’au niveau historique cette #empathie n’a pas été donnée en retour.

    Il est tout à fait exact que les femmes noires ont vécu une expérience particulière d’être victimisées et même criminalisées lorsqu’elles ont pris la parole ou affronté leurs abuseurs. Le projet #Survived and Punished [survivantes et punies] qui rend compte de la #re-victimisation de celles qui s’insurgent contre les abus et la violence sexuelle décrivent en très grande majorité des récits de femmes de couleur.

    Toutes les personnes qui ont été touchées par le phénomène #MeToo doivent connaître – si elles ne la connaissent pas déjà – cette oppression spécifique à laquelle font face les femmes de couleur. Mais la campagne est justement l’occasion où l’empathie pour les expériences spécifiques que vivent les femmes de couleur peut se développer et essaimer, justement à cause du débat qui a commencé au niveau national.

    • Il faudrait que les féministes mettent ces récits en première ligne plutôt que de leur adresser des reproches ou de minimiser à quel point il est déjà difficile pour beaucoup de femmes de prendre la parole sur ces problèmes. La réalité est que même des femmes blanches privilégiées, comme l’actrice Rose McGowan, ont été forcées de se taire pendant des décennies avant de pouvoir enfin briser le silence au sujet des abus qu’elles ont vécu.

    Les vannes se sont ouvertes, permettant de parler des abus et du harcèlement sexuels, ce qui donne aux féministes la possibilité de permettre aux plus opprimées d’entre nous d’être entendues.

    https://seenthis.net/messages/644304 via Agnès Maillard


  • Le versant sombre des bons sentiments - Le Temps
    https://www.letemps.ch/sciences/2015/12/10/versant-sombre-bons-sentiments
    https://assets.letemps.ch/sites/default/files/media/2015/12/19/file6njvm86y1c9hpxnk8uu.jpg

    Quels sont les griefs ? « L’#empathie est biaisée ; nous sommes enclins à en ressentir davantage pour des personne séduisantes, qui nous ressemblent, ou avec qui nous partageons des racines ethniques ou nationales. Et l’empathie est bornée ; elle nous relie à des personnes individuelles, réelles ou imaginaires, mais elle est insensible au nombre » ; une seule souffrance proche compte plus que toutes les souffrances lointaines. De plus, la « détresse empathique » peut se révéler destructrice pour la personne qui l’éprouve, comparée à des formes de compassion émotionnellement moins chargées (comme le suggèrent notamment les expériences conduites par les neuroscientifiques Tania Singer et Olga Klimecki avec le moine bouddhiste Matthieu Ricard).

    https://seenthis.net/messages/624369 via Agnès Maillard


  • Ghosbusters et le sens de l’empathie - Mon blog sur l’écologie politique
    http://blog.ecologie-politique.eu/post/Ghosbusters-et-l-empathie

    https://anthonyvecch.files.wordpress.com/2015/07/ghostbusters-jumpsuits.jpg

    Il est à cet égard important que les hommes puissent trouver normal de s’identifier à des personnages féminins, pas que pour des raisons cinématographiques mais aussi pour développer un peu d’empathie par rapport au sort des autres. Qu’il soit Noir, musulman ou femelle. Que la violence qui lui est faite soit aussi intolérable que celle qui est faite à mes semblables, ceux auxquels je m’identifie. Et si le #cinéma a un rôle à jouer, c’est celui d’offrir l’opportunité à tout le monde de s’identifier à des personnages féminins, des personnages profonds, aimables et qui ont des interactions riches avec leurs semblables. Parce que pour l’instant, ce n’est pas fameux. Non seulement #Ghostbusters passe le test de #Bechdel (qui nous renseigne sur la dimension sociale des perso féminins) mais en plus ces personnages ont le même droit au ridicule, à l’embonpoint et à montrer qu’ils ont dépassé quarante ans que leurs camarades masculins.

    #empathie #identification #femmes

    https://seenthis.net/messages/510300 via Aude V


  • [Documentaire] Entre toi et moi, l’empathie
    http://4emesinge.com/documentaire-entre-toi-et-moi-lempathie

    Notre société tend souvent à l’oublier, mais nous ne sommes pas seulement des êtres compétitifs. Au-delà de nos conditionnements sociétaux, il existe une caractéristique propre au vivant dont nous disposons aussi : l’empathie. Qu’est-ce qui fait de l’humain un être social, capable de se projeter en l’autre, de ressentir ce que l’autre ressent ? Pourquoi sentons-nous le besoin de nous […]

    #Biologie #Documentaires_/_reportages #Neuroscience #Psychologie #Science #Sociologie #Vidéos #empathie