• Main basse sur l’#eau | ARTE
    https://www.arte.tv/fr/videos/082810-000-A/main-basse-sur-l-eau
    https://static-cdn.arte.tv/resize/khduCrAqR9NLBxeC-dvqbyhsphk=/940x530/smart/filters:strip_icc()/apios/Img_data/cache-buster-1574694506/26/082810-000-A_2908990.jpg

    Le prometteur marché de l’eau s’annonce comme le prochain casino mondial. Les géants de la finance se battent déjà pour s’emparer de ce nouvel « or bleu ». Enquête glaçante sur la prochaine bulle spéculative.

    Réchauffement climatique, pollution, pression démographique, extension des surfaces agricoles : partout dans le monde, la demande en eau explose et l’offre se raréfie. En 2050, une personne sur quatre vivra dans un pays affecté par des pénuries. Après l’or et le pétrole, l’"or bleu", ressource la plus convoitée de la planète, attise les appétits des géants de la #finance, qui parient sur sa valeur en hausse, source de #profits mirobolants. Aujourd’hui, des #banques et fonds de placements – Goldman Sachs, HSBC, UBS, Allianz, la Deutsche Bank ou la BNP – s’emploient à créer des #marchés porteurs dans ce secteur et à spéculer, avec, étrangement, l’appui d’ONG écologistes. Lesquelles achètent de l’eau « pour la restituer à la nature », voyant dans ce nouvel ordre libéral un moyen de protéger l’environnement.

    En Australie, continent le plus chaud de la planète, cette #marchandisation de l’eau a pourtant déjà acculé des fermiers à la faillite, au profit de l’#agriculture_industrielle, et la Californie imite ce modèle. Face à cette redoutable offensive, amorcée en Grande-Bretagne dès #Thatcher, la résistance citoyenne s’organise pour défendre le droit à l’eau pour tous et sanctuariser cette ressource vitale limitée, dont dépendront 10 milliards d’habitants sur Terre à l’horizon 2050.

    De l’Australie à l’Europe en passant par les États-Unis, cette investigation décrypte pour la première fois les menaces de la glaçante révolution en cours pour les populations et la planète. Nourri de témoignages de terrain, le film montre aussi le combat, à la fois politique, économique et environnemental, que se livrent les apôtres de la #financiarisation de l’eau douce et ceux, simples citoyens ou villes européennes, qui résistent à cette dérive, considérant son accès comme un droit universel, d’ailleurs reconnu par l’#ONU en 2010. Alors que la bataille de la #gratuité est déjà perdue, le cynisme des joueurs de ce nouveau #casino mondial, au sourire carnassier, fait frémir, l’un d’eux lâchant : « Ce n’est pas parce que l’eau est la vie qu’elle ne doit pas avoir un prix. »

    https://seenthis.net/messages/816326 via Kassem


  • Ecoféminisme, 1er volet : Défendre nos territoires (21)

    « Respecter la vie dans toute sa diversité, c’est ça pour moi l’écoféminisme »

    Comment articuler féminisme et #écologie ? Quel rapport entre la destruction de la planète et les violences faites aux #femmes ? Entre l’énergie nucléaire et le féminisme ? Entre les grands chantiers extractivistes en Amérique latine et les corps des femmes ? Entre les semences et le genre ? Entre le retour à la terre et le patriarcat ? Entre le véganisme et les droits des femmes ? Et pourquoi tout cela nous amène à parler de maternité, de spiritualité, de rapport au travail, de sorcières, de décolonisation et d’anticapitalisme...
    Ce premier épisode d’une série d’Un podcast à soi consacrée aux écoféminismes tente de répondre à ces questions. Avec les paroles de #Vandana_Shiva, militante écologiste et féministe indienne, d’#Emilie_Hache, autrice de Reclaim, d’#Isabelle_Cambourakis, directrice de la collection Sorcières. Ainsi que les voix du collectif « Les bombes atomiques » réuni, fin septembre, pour une #marche en non mixité choisie contre l’enfouissement de déchets radioactifs à #Bure, dans l’est de la France.

    https://www.arteradio.com/sites/default/files/pictures/ecofeminisme1.jpg
    https://www.arteradio.com/son/61662635/ecofeminisme_1er_volet_defendre_nos_territoires_21
    #écoféminisme #audio #éco-féminisme #féminisme #non-mixité #nucléaire
    signalé par @isskein

    https://seenthis.net/messages/810444 via CDB_77


  • Uber’s Self-Driving Car Didn’t Know Pedestrians Could Jaywalk
    https://www.wired.com/story/ubers-self-driving-car-didnt-know-pedestrians-could-jaywalk

    The National Transportation Safety Board releases hundreds of pages related to the 2018 crash in Tempe, Arizona, that killed Elaine Herzberg. The software inside the Uber self-driving SUV that killed an Arizona woman last year was not designed to detect pedestrians outside of a crosswalk, according to new documents released as part of a federal investigation into the incident. That’s the most damning revelation in a trove of new documents related to the crash, but other details indicate (...)

    #Uber #algorithme #capteur #voiture #erreur #marcheur·euse

    https://media.wired.com/photos/5dc20a3ac96358000859e6c1/191:100/w_1280,c_limit/Transpo-uberselfdriving-RTSNO5Z.jpg

    https://seenthis.net/messages/811378 via etraces


  • Gaza launches ‘Return Park’ along Israel fence
    October 14, 2019 – Middle East Monitor
    https://www.middleeastmonitor.com/20191014-gaza-launches-return-park-along-israel-fence
    https://i2.wp.com/www.middleeastmonitor.com/wp-content/uploads/2019/10/IMG-20191013-WA0065-e1571052712961.jpg?resize=1200%2C800&quality=75&strip=all&ssl=1 Gaza launches ‘Return Park’ along Israel fence [Wafa Aludaini/Middle East Monitor]

    The Committee of the Great Return March opened a park east of Gaza city in an effort to encourage residents to use the area near the Gaza fence.

    The park, located near the fence between Gaza and Israel, has been set up in the area which has been deemed “unliveable” as a result of Israeli violence in the area. Called the “Return Park”, the area includes a playground for children. Ibrahim Musallam, media coordinator for the committee, said: “The occupation kills life in the buffer zones, so we shall revive these lands by encouraging people to visit without fear of being killed. The park is over 700 metres away from the fence.”

    “This place was used for waste collections but from now on it will be a place of joy. We are willing to revive all the border areas from Rafah to Beit Hanoun in order to benefit from these large spaces,” he added. (...)

    #Gaza #marcheduretour

    https://seenthis.net/messages/806288 via Loutre


  • La disparition de la #pollution
    http://carfree.fr/index.php/2019/10/10/la-disparition-de-la-pollution

    En général, on montre des cartes de pollution. Voici une #carte qui montre l’absence de pollution sur une partie du #périphérique parisien, grâce à sa fermeture provisoire dans le cadre Lire la suite...

    #Alternatives_à_la_voiture #Fin_de_l'automobile #Marche_à_pied #Pollution_automobile #Quartiers_sans_voitures #Vélo #Vie_sans_voiture #actions #microparticules #NO2 #ozone #paris

    https://seenthis.net/messages/805778 via carfree


  • New surveillance tech means you’ll never be anonymous again

    Forget facial recognition. Researchers around the world are creating new ways to monitor you. Lasers detecting your heartbeat and microbiome are already being developed

    https://wi-images.condecdn.net/image/YO2jXvon861/crop/810/f/wired-surveillance-2.jpg

    The fight over the future of facial recognition is heating up. But it is just the beginning, as even more intrusive methods of surveillance are being developed in research labs around the world.

    In the US, San Francisco, Somerville and Oakland recently banned the use of facial recognition by law enforcement and government agencies, while Portland is talking about forbidding the use of facial recognition entirely, including by private businesses. A coalition of 30 civil society organisations, representing over 15 million members combined, is calling for a federal ban on the use of facial recognition by US law enforcement.

    Meanwhile in the UK, revelations that London’s Metropolitan Police secretly provided facial recognition data to the developers of the Kings Cross Estate for a covert facial recognition system have sparked outrage and calls for an inquiry. The Information Commissioner’s Office has launched an investigation into the legality of the program. But the scandal comes at the same time as a landmark ruling by the High Court in Cardiff that said the use of facial recognition by South Wales police is legal. (The decision is likely to be appealed).

    Facial recognition is only the tip of the creepy surveillance iceberg, however. If strict regulation is brought in to govern the use of facial recognition, it is possible we may simply see a switch to one, or several, of the other forms of surveillance technologies currently being developed. Many are equally if not more invasive than facial recognition – and potentially even harder to regulate. Here’s a look at some of what might be coming down the pipeline.

    How you walk

    The rapidly growing field of behavioural biometrics is based on recognising individuals from their patterns of movement or behaviour. One example is gait recognition, which may well be the next surveillance technology to hit the mainstream, especially if facial recognition comes under tight regulation. The technique is already being trialled by police in China, which frequently leads the field when it comes to finding new ways to monitor its people, whether they like it or not.

    There are a few different ways of recognising an individual from the way they walk. The method being trialled by Chinese police is based on technology from a company called Watrix, and relies on the use of video surveillance footage to analyse a person’s movements as they walk. In a recently granted patent, Watrix outlines a method of using a deep convolutional neural network to train an AI system capable of analysing thousands of data points about a person as they move, from the length of their stride to the angle of their arms, and use that to recognise individuals based on their ’gait record’. Watrix claims that its systems achieve up to 94 per cent accuracy, and that it holds the world’s largest database of gait records.

    The vision-based methods of gait recognition being developed by Watrix and others can be used to identify people at a distance, including in crowds or on the street, in a similar way that facial recognition can – which could make it a quick and easy substitute if regulation is brought in against facial recognition. Increasingly, many video surveillance systems are collecting multi-modal biometrics. That means they may be using facial recognition and gait recognition simultaneously, which at least in theory should both increase the accuracy and tackle issues like identifying people facing away from the cameras.

    Another method for identifying people by their walk relies on sensors embedded in the floor. Researchers from the University of Manchester used data from 20,000 footsteps belonging to 127 individuals to train a deep residual neural network to recognise 24 distinct factors, like the person’s stride cadence and the ratio of time on toe to time on heel (the people did not need to take off their shoes, as the system analyses movement rather than shape of the foot). Using this system, they were able to identify individuals with over 99 per cent accuracy in three ’real world’ scenarios: the workplace, the home environment, and airport security checkpoints.

    According to the researchers, the benefits of this kind of identification over vision-based systems are that it is less invasive, and less prone to disruption from objects or other people obscuring the camera’s view. Of course, another way of saying that it is less invasive is that it is harder for people to detect when it’s being used on them. People might notice when they’re being watched by cameras, but they’re much less likely to be aware of sensors in the floor.

    Heartbeat detection

    Your heartbeat and your breathing pattern are as unique as your fingerprint. A small but growing number of remote sensing technologies are being developed to detect vital signs from a distance, piercing through skin, clothes and in some cases even through walls.

    In June, the Pentagon went public with a new laser-based system capable of identifying people at a distance of up to 200m. The technology, dubbed Jetson, uses a technique known as laser doppler vibrometry to detect surface movement caused by your heartbeat.

    The eventual goal is to be able to identify a target within five seconds based on their cardiac signal, or ’heartprint.’ At the moment, however, the Pentagon’s system has a number of limitations: the target needs to be standing still, needs to be wearing light clothing (thick clothing, like a heavy coat, can interfere with the signal), and most importantly there needs to be a clear line of sight between the laser and the target.

    Coats, walls, even rocks and rubble are no obstacle for another nascent surveillance technology, however. Researchers are hard at work developing radar-based systems capable of tracking vital signs for a range of purposes, from non-invasive monitoring of patients and aiding in medical diagnoses to finding survivors in search and rescue operations.
    Monitoring indoor movements

    But why bother installing new radars when we’re already bathed in a different sort of radiation pretty much all the time? Wi-Fi can also be used to locate individuals, identify their position in the room and whether they’re sitting or standing, and even track vital signs.

    Until recently, it was thought a dedicated Wi-Fi network was required, in part because the technique depends on knowing the exact position of the Wi-Fi transmitters. In 2018, however, a group of researchers at the University of California built an app which allowed them to figure out the exact location of existing Wi-Fi transmitters in a building. With that information, they were able to use normal smartphones and existing ambient Wi-Fi networks to detect human presence and movement from outside the room. “With more than two Wi-Fi devices in a regular room, our attack can detect more than 99 per cent of user presence and movement in each room tested,” the researchers claim.

    Some research groups want to go further than just using Wi-Fi to identify people. Based on movement and vital signs, they claim it is possible to monitor the subject’s emotional state and analyse their behavioural patterns. These researchers have formed a company to market a ’touchless sensor and machine learning platform for health analytics’, which they claim has been deployed in over 200 homes and is being used by doctors and drug companies.

    Beyond the potential benefits for healthcare and emergency responders, however, the technology also has obvious applications for surveillance. Technology which is capable of building up a profile of a person’s heartbeat and breathing in order to watch for abnormalities in a health context is readily adaptable to being used to identify one person from another. Radar-based security surveillance systems capable of detecting people are already on the market, It’s only a matter of time, and perhaps not even very much time, before the ability to identify individual people is layered on top.
    Tracking your microbial cells

    Every person emits around 36 million microbial cells per hour, and human microbiomes are unique for a certain period of time (a 2015 study found that around 80 per cent of people could be re-identified using their microbiome up to a year later). This means that the constant trail of microbial traces we leave behind us, as well as those we pick up from our surroundings, can be used to help reconstruct a picture of a person’s activities and movements, like where they walked, what objects they touched and what environments they have been in.
    Monitoring your scent

    Identifying people by smell is actually one of the oldest police tricks in the book, but doing it with computers instead of bloodhounds is still in its infancy in comparison with facial and fingerprint recognition. The field of odor biometrics may be useful for individual authentication but is not well suited to mass surveillance – separating exactly who smells like that in a crowd can be tricky, as anyone who has been stuck in public transport on a hot day probably knows.
    Bum detection

    Then there are the identification techniques designed for very specific use cases. One pioneering suggestion from a team of Japanese researchers for an anti-theft system for cars was based on using 360 sensors to measure the unique shape of the driver’s rear end. Despite achieving a 98 per cent accuracy rate in trials, tragically this important security innovation does not seem to have gone any further than lab testing.
    The regulation problem

    Trying to regulate surveillance technologies one by one is likely to be futile. The surveillance industry is simply developing too fast, and it is too easy to switch from one kind of surveillance to another. The difference between a facial recognition system and one based on behavioural biometrics may simply be a matter of swapping the software on an existing camera network, for example.

    Increasing cooperation between government agencies and the private sector also means that regulations like San Francisco’s, which limits only government use of certain types of surveillance, are insufficient according to Katina Michael, a professor in the School for the Future of Innovation in Society and School of Computing, Informatics and Decision Systems Engineering at Arizona State University.

    Amazon is perhaps the prime example for this blurring of the lines between private and government surveillance. Amazon has previously come under criticism for selling facial and emotion-recognition systems to police. More recently, it has been revealed that Amazon is partnering with hundreds of law enforcement agencies in the US, including giving them access to surveillance data gathered through its Ring home doorbell in return for police actively marketing the devices to the community.

    “Fundamentally, we need to think about democracy-by-design principles,” Michael says. “We just can’t keep throwing technologies at problems without a clear roadmap ahead of their need and application. We need to assess the impact of these new technologies. There needs to be bidirectional communication with the public.”

    Surveillance changes the relationship between people and the spaces they live in. Sometimes, that change is for the better; there are real benefits from increased security, and the insights which can be gained into how people use public places can be used to help shape those places in the future. At the same time, however, we need to ask ourselves whether the future society we want to live in is one which constantly watches its citizens – or, more likely, one in which citizens are never totally sure when, how and by whom they’re being watched.

    https://www.wired.co.uk/article/surveillance-technology-biometrics
    #surveillance #laser #microbiome #battements_cardiaques #coeur #comportement #mouvement #marche #respiration #corps #vibrométrie #doppler_vibrometry

    ping @etraces

    https://seenthis.net/messages/803349 via CDB_77


  • On 75th Friday of Great March of Return: 109 Civilians Injured, Including 39 children, a Woman, 2 Paramedics, and a Journalist |
    September 20, 2019 | Palestinian Center for Human Rights
    https://pchrgaza.org/en/?p=12941
    https://pchrgaza.org/en/wp-content/uploads/2019/09/3-1-1.jpg

    On 75th Friday of Great March of Return, 109 civilians were injured as a result of the Israeli military’s continued use of excessive force against peaceful protests along the Gaza Strip’s eastern border; 39 children, a woman, 2 paramedics, and a journalist, were among those injured this Friday, 20 September 2019.

    This week witnessed an increase in the number of injuries among protestors, in comparison to the last 3 weeks, indicating that Israeli forces escalated their use of excessive force against the protesters with the use of live ammunition and targeting protestors’ bodies. As a result, 52 protestors were shot with live bullets; 2 of them sustained serious wounds.

    The Supreme National Authority of Great March of Return and Breaking the Siege called for today’s protests under the slogan “Refugee Camps of Lebanon”, coinciding with the 37th anniversary of Sabra and Shatila massacre that targeted Palestinian refugees in Lebanon.

    #marcheduretour 75 #Gaza

    https://seenthis.net/messages/802788 via Loutre



  • On 56th Friday of Great March of Return and Breaking Siege, Israeli Forces Wound 110 Civilians, including 37 Children, 3 Women, 4 Paramedics, and Journalist | Palestinian Center for Human Rights
    https://pchrgaza.org/en/?p=12416
    https://pchrgaza.org/en/wp-content/uploads/2019/04/DSC_00010.jpg

    On Friday, 26 April 2019, in excessive use of force against peaceful protesters on the 56thFriday of the Great March of Return and Breaking the Siege, Israeli forces wounded 110 civilians, including 37 children, 3 women, 4 paramedics, and a journalist, in the eastern Gaza Strip. Two of those wounded sustained serious wounds. (...)

    #marcheduretour

    https://seenthis.net/messages/777461 via Loutre


  • Hier soir à la Bourse du travail de Paris se tenait la « commission d’enquête » sur les violences policières, organisée par @Bastamag , @antoinechao, et @Mediapart. Compte-rendu-thread de Cause Commune : https://twitter.com/_CauseCommune_/status/1108422590132035584

    La commission d’enquête débute. « L’état de droit doit primer sur le droit de l’Etat » rappelle Edwy Plenel.

     Rappel du contexte par le premier orateur. Les grenades utilisées par les #fdo ont pour conséquence de faire renoncer certains à exercer leur droit à manifester. Un réseau informel, l’assemblée des blessés, est constitué en 2014.

     La mutilation implique non seulement le corps de la personne blessée, mais aussi son état psychologique, et touche également l’ensemble de ses proches.

     Il y a eu 53 blessés graves en 20 ans jusqu’en novembre 2018. L’assemblée des blessés en a recensé 170 depuis le debut du mouvement des #giletsjaunes.

     Il y a un enjeu essentiel à être reconnu comme victime de violence policière, d’où la publication fréquente des images de leur visage tuméfié par les victimes.

     @davduf est maintenant appelé à témoigner.

    Il a découvert la réalité des victimes de #ViolencesPolicières et a commencé à les documenter. Il est désormais le destinataire de nombreuses preuves et temoignages, qu’il publie après vérification.

     @davduf a pu mettre en place avec @Mediapart des outils tels que « Allo Place Beauvau » pour recenser et médiatiser les #ViolencesPolicières.
    https://alloplacebeauvau.mediapart.fr

     Le maintien de l’ordre est une prérogative éminemment politique en France, explique @davduf. Pourtant le rapport du @Defenseurdroits est très clair sur les dangers de l’utilisation du #LBD40.

     @antoinechao demande quels sont les effets des injonctions internationales à limiter les #ViolencesPolicières. Il semblerait que cette pression pèse en effet sur les décisions politiques et policières, avec une relative retenue par rapport aux actes précédents.

     ... mais les annonces récentes du premier ministre pourraient changer la donne, avec un risque de blanc seing laissé aux #FDO.

     Le maintien de l’ordre « à la française » impliquait de ne pas tirer sur la foule. Le gouvernement assume désormais de changer cette doctrine et de réprimer directement les manifestants, au risque de blesser et de tuer les manifestants.

     Nouvel intervenant : Laurent Thines, neurochirurgien.
    Une balle de #LBD40 tirée à quelques mètres provoque l’équivalent d’un parpaing de 20 kilos lâché à 1 mètre de hauteur.
    Un tir de 40 mètres correspond à l’effet de 10 boules de pétanque.
    #ViolencesPolicières

     Laurent Thines rappelle que les assurances et les mutuelles n’indemnisent pas les victimes de #ViolencesPolicières .

     Le deuxième temps de la commission d’enquête débute, avec Christian Mouhanna (sociologue), le syndicat de la magistrature (@SMagistrature) et Sud PTT.

     Pour Christian Mouhanna, un amalgame législatif est fait depuis 2001 entre jeune de banlieue, manifestant, émeutier et terroriste.
    Le contexte international permet de justifier l’interdiction de manifester pour des causes sociales ou écologiques.

     "La police du quotiden et sa politique répressive a déteint sur la police du maintien de l’ordre, traditionnellement plus mesurée en France."

     "Le gouvernement actuel s’appuie trop sur sa police pour pouvoir la contrôler et la sanctionner. Le maitre est devenu l’esclave de son serviteur."
    #ViolencesPolicières

     La représentante du @SMagistrature (désolé pour son nom qui nous a échappé) déplore que la justice soit instrumentalisée à des fins de maintien de l’ordre par la police.

     "Les gardes à vue ne débouchent bien souvent sur aucune poursuite mais sont utilisées comme des moyens de répression."
    #GAV #giletsjaunes

     Les instructions du procureur de la republique de Paris incitent les magistrats du parquet à ne lever la garde à vue que le samedi soir ou le dimanche matin pour décourager les manifestants de retourner dans la rue, malgré le classement sans suite.

    Témoignage du représentant de @sudposte92, en grève depuis plus d’un an. Les grévistes ont subi 13 interventions policières. Refoulés par les policiers lors de leur venue au ministère. Répression judiciaire des leaders syndicaux de ce conflit.

     Autre témoignage à propos de la grève au Park Hyatt Vendôme, à Paris. Des femmes de chambre en grève ont été réprimées par la police, qui venait démanteler les piquets de grève, confisquant le matériel et faisant déguerpir les grévistes qui protestaient dehors devant le palace.

     Deux étudiants de l’université de Nanterre témoignent de la répression des militants syndicaux (@UNEF). La direction de l’université s’acharne sur ceux qui défendent les droits des étudiants via des interdiction de campus et des sanctions disciplinaires.

     Kadiatou, 11 ans, raconte l’occupation d’un immeuble vide et son évacuation violente par la police en janvier. Elle conclut en remerciant @federationdal pour son action et son soutien.

     Un participant raconte comment la police a tout fait samedi dernier pour éviter la jonction entre le cortège des #giletsjaunes et celui de la #marchedusiècle.

     Dernier temps de cette commission d’enquête. Le syndicat des avocats de France dénonce la loi #anticasseurs, récemment adoptée définitivement. La rupture démocratique, c’est quand les lois d’exception intègrent le droit commun.

     "La simple appartenance à un groupe suffira à subir des interdictions de manifester, sans limite géographique. Le juge administratif n’aura pas le temps de statuer pour établir le droit."

     @Sophie_Chapelle retrace l’historique de l’aggravation progressive de la répression des mouvements sociaux depuis quelques années.

     Assa Traoré conclut en disant que « nous sommes dans un Etat anti-démocratique. »
    Pourtant, elle rappelle que « nous avons le pouvoir de changer les choses » et déclare que « nous sommes tous des #GiletsJaunes ».
    @laveritepradama
    #JusticePourAdama

     Elle souhaite également que la convergence des luttes fonctionne aussi au moment de participer aux marches pour la défense des droits des Noirs et aux mouvements sociaux en banlieue.

     Conclusion de cette commission d’enquête par @edwyplenel.

    Les droits fondamentaux, et notamment ceux des minorités, doivent aujourd’hui être particulièrement défendus, car ils sont en danger.

     @edwyplenel termine en disant que toutes ces luttes doivent converger, car il s’agit de... causes communes !

    Merci à tou.te.s d’avoir suivi ce compte rendu. Si l’enregistrement est de bonne qualité, et si aucun des intervenants ne s’y oppose, on le diffusera bientôt.
    93.1fm

    https://seenthis.net/messages/768845 via ¿’ ValK.




  • Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en #Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€” | Atlantico.fr
    https://www.atlantico.fr/decryptage/3568317/jean-arcelin--une-large-majorite-des-700-000-personnes-en-ehpad-mangera-po
    https://static.atlantico.fr/sites/default/files/styles/media_image_960x533/public/000_1767EL.jpg?itok=ejv56O4P

    Je découvre avec stupéfaction qu’un tiers des revenus des Ehpad privés commerciaux provient des aides d’État. Le chiffre d’affaires est subventionné pour 35% par l’État, à travers les aides de l’ARS et les aides du Conseil départemental. Cela sert à payer le personnel soignant et une partie de ce qu’on appelle la #dépendance.

    Je suis diplômé de Sup de Co. Je connais la #gestion et les bilans. Je considère donc que l’État devient actionnaire de tous les Ehpad, y compris les Ehpad commerciaux et privés. Il doit récupérer au moins un tiers des #bénéfices … mais pas du tout, car tous les bénéfices reviennent à l’#actionnaire. Il en fait ce qu’il veut. Je trouve que cela n’est pas normal. Les Ehpad privés commerciaux ne pourraient pas obtenir cette #rentabilité, l’activité ne serait pas possible s’ils n’avaient pas ce tiers de #subventions de l’État. Donc ils doivent donner un tiers de leurs bénéfices avant impôt, et après on impose. Les caisses de l’État sont vides. Donc on doit trouver de l’argent.

    Or le #marché est verrouillé. J’ai géré des structures économiques qui dégageaient beaucoup de rentabilité. On avait une rentabilité dans la distribution automobile, de l’ordre de 3%, ce qui est élevé. Je suis ravi dans ce cas. Mais si vous dégagez de la rentabilité, vous devez quand même fournir des #prestations de qualité : c’est la loi du marché. Si vous dégagez une rentabilité élevée et que votre service est médiocre, c’est qu’il y a un #dysfonctionnement. Le dysfonctionnement, c’est que le marché est verrouillé. Il n’y a pas de saine concurrence. Le taux d’occupation des Ehpad, c’est dans le rapport parlementaire de MM. Iborra et Fiat, il est quasiment de 100%. Le Crion, le Plazza, le George V, ils ne sont pas à 100% de taux d’occupation dans l’année. Les Ehpad n’ont pas de problème de #concurrence, donc ils se permettent de surfacturer des prestations médiocres. Voilà ce que j’ai vu.

    Si vous n’avez pas d’argent, vous ne pouvez rien faire. On vous refuse votre budget animation parce que vous l’avez dépassé. Il y a quelque chose qui ne fonctionne pas. Les reportages coup de poing mériteraient d’être nuancés. Il faut dire que grâce à l’implication des équipes, cela peut fonctionner. Il y a des groupes d’Ehpad qui ont un positionnement de qualité qui sont différents. Je souhaite dénoncer un #système. Je ne souhaite même pas dénoncer les dirigeants, car ce sont les actionnaires qui fixent le cadre. Ils vous disent : cette année, notre feuille de route, c’est une rentabilité de 15%. A partir de ce moment-là, tout est décliné en cascade. En tant que directeur d’Ehpad, je dois alors faire des économies sur tout. J’ai quatre protections urinaires quand il en faudrait six. Je ne peux pas embaucher, pas faire des animations, pas mettre du bon pain parce que cela coûte trop cher, je dois supprimer le fromage…

    https://seenthis.net/messages/767648 via Agnès Maillard



  • Le Mans : 300 femmes « gilets jaunes » marchent contre les violences et le gouvernement | Public Senat
    https://www.publicsenat.fr/article/politique/le-mans-300-femmes-gilets-jaunes-marchent-contre-les-violences-et-le-gou
    https://www.publicsenat.fr/sites/default/files/styles/pse_accueil_entete/public/thumbnails/image/ee4b3ae0649807206817ffb14937e1e95ea43ef4.jpg?itok=nME7SBc0

    Environ 300 #femmes « #gilets_jaunes » ont participé dimanche à une #marche_pacifique au #Mans pour dire dénoncer les violences et appeler à la « démission de Macron et de son gouvernement », a constaté un correspondant de l’AFP.

    Parties à 10H30, elles ont marché en dansant le madison, faisant un pas en avant puis un pas en arrière, pour dénoncer la politique du gouvernement.

    Le cortège a défilé le long des quais dans une ambiance bon enfant, derrière une banderole sur laquelle on pouvait lire : « Macron entends-tu le peuple pleurer / #Femmes_en_colère / Pensez à vos mères seules, elles gèrent le pouvoir / N’oubliez pas que vous êtes nées ».

    Sur d’autres banderoles était écrit : « Ni haine ni violence », « Abus de violence, liberté d’expression, RIC (référendum d’initiative citoyenne, NdlR) et pouvoir d’achat » ou encore « Exploitées, harcelées, sous-payées ça suffit !!! »

    Les organisateurs ( grrr, organisatrices ) avaient prévu au départ de défiler jusqu’au commissariat pour y accrocher des photos montrant des « #violences_policières », mais les autorités ont interdit aux participantes de s’y rendre au risque d’être dispersées par la force.

    Devant le palais de justice, à genoux, elles ont demandé de libérer un gilet jaune en garde à vue depuis samedi, et protesté contre l’usage de lacrymogènes par les forces de l’ordre « dans un centre ville où il y a beaucoup d’enfants », a dit l’une d’elles.

    « Schiappa dehors » : aux abords de la mairie du Mans, les manifestantes ont invectivé la secrétaire d’Etat à l’Egalité entre les hommes et les femmes et ancienne adjointe à la ville du Mans, Marlène Schiappa.

    La manifestation s’est terminée vers 13 heures devant la préfecture. Des brassières et des lanières de tampons hygiéniques ont été accrochées aux grilles du bâtiment. Devant les policiers, elles ont chanté « Ce n’est qu’un au-revoir », avant de se disperser.

    Quelques hommes étaient présents et filmaient le cortège.

    https://seenthis.net/messages/752509 via odilon


  • Migrants : l’irrationnel au pouvoir ?

    Les dispositifs répressifs perpétuent le « problème migratoire » qu’ils prétendent pourtant résoudre : ils créent des migrants précaires et vulnérables contraints de renoncer à leur projet de retour au pays.
    Très loin du renouveau proclamé depuis l’élection du président Macron, la politique migratoire du gouvernement Philippe se place dans une triste #continuité avec celles qui l’ont précédée tout en franchissant de nouvelles lignes rouges qui auraient relevé de l’inimaginable il y a encore quelques années. Si, en 1996, la France s’émouvait de l’irruption de policiers dans une église pour déloger les grévistes migrant.e.s, que de pas franchis depuis : accès à l’#eau et distributions de #nourriture empêchés, tentes tailladées, familles traquées jusque dans les centres d’hébergement d’urgence en violation du principe fondamental de l’#inconditionnalité_du_secours.

    La #loi_sur_l’immigration que le gouvernement prépare marque l’emballement de ce processus répressif en proposant d’allonger les délais de #rétention administrative, de généraliser les #assignations_à_résidence, d’augmenter les #expulsions et de durcir l’application du règlement de #Dublin, de restreindre les conditions d’accès à certains titres de séjour, ou de supprimer la garantie d’un recours suspensif pour certain.e.s demandeur.e.s d’asile. Au-delà de leur apparente diversité, ces mesures reposent sur une seule et même idée de la migration comme « #problème ».

    Cela fait pourtant plusieurs décennies que les chercheurs spécialisés sur les migrations, toutes disciplines scientifiques confondues, montrent que cette vision est largement erronée. Contrairement aux idées reçues, il n’y a pas eu d’augmentation drastique des migrations durant les dernières décennies. Les flux en valeur absolue ont augmenté mais le nombre relatif de migrant.e.s par rapport à la population mondiale stagne à 3 % et est le même qu’au début du XXe siècle. Dans l’Union européenne, après le pic de 2015, qui n’a par ailleurs pas concerné la France, le nombre des arrivées à déjà chuté. Sans compter les « sorties » jamais intégrées aux analyses statistiques et pourtant loin d’être négligeables. Et si la demande d’asile a connu, en France, une augmentation récente, elle est loin d’être démesurée au regard d’autres périodes historiques. Au final, la mal nommée « #crise_migratoire » européenne est bien plus une crise institutionnelle, une crise de la solidarité et de l’hospitalité, qu’une crise des flux. Car ce qui est inédit dans la période actuelle c’est bien plus l’accentuation des dispositifs répressifs que l’augmentation de la proportion des arrivées.

    La menace que représenteraient les migrant.e.s pour le #marché_du_travail est tout autant exagérée. Une abondance de travaux montre depuis longtemps que la migration constitue un apport à la fois économique et démographique dans le contexte des sociétés européennes vieillissantes, où de nombreux emplois sont délaissés par les nationaux. Les économistes répètent qu’il n’y a pas de corrélation avérée entre #immigration et #chômage car le marché du travail n’est pas un gâteau à taille fixe et indépendante du nombre de convives. En Europe, les migrant.e.s ne coûtent pas plus qu’ils/elles ne contribuent aux finances publiques, auxquelles ils/elles participent davantage que les nationaux, du fait de la structure par âge de leur population.

    Imaginons un instant une France sans migrant.e.s. L’image est vertigineuse tant leur place est importante dans nos existences et les secteurs vitaux de nos économies : auprès de nos familles, dans les domaines de la santé, de la recherche, de l’industrie, de la construction, des services aux personnes, etc. Et parce qu’en fait, les migrant.e.s, c’est nous : un.e Français.e sur quatre a au moins un.e parent.e ou un.e grand-parent immigré.e.

    En tant que chercheur.e.s, nous sommes stupéfait.e.s de voir les responsables politiques successifs asséner des contre-vérités, puis jeter de l’huile sur le feu. Car loin de résoudre des problèmes fantasmés, les mesures, que chaque nouvelle majorité s’est empressée de prendre, n’ont cessé d’en fabriquer de plus aigus. Les situations d’irrégularité et de #précarité qui feraient des migrant.e.s des « fardeaux » sont précisément produites par nos politiques migratoires : la quasi-absence de canaux légaux de migration (pourtant préconisés par les organismes internationaux les plus consensuels) oblige les migrant.e.s à dépenser des sommes considérables pour emprunter des voies illégales. La #vulnérabilité financière mais aussi physique et psychique produite par notre choix de verrouiller les frontières est ensuite redoublée par d’autres pièces de nos réglementations : en obligeant les migrant.e.s à demeurer dans le premier pays d’entrée de l’UE, le règlement de Dublin les prive de leurs réseaux familiaux et communautaires, souvent situés dans d’autres pays européens et si précieux à leur insertion. A l’arrivée, nos lois sur l’accès au séjour et au travail les maintiennent, ou les font basculer, dans des situations de clandestinité et de dépendance. Enfin, ces lois contribuent paradoxalement à rendre les migrations irréversibles : la précarité administrative des migrant.e.s les pousse souvent à renoncer à leurs projets de retour au pays par peur qu’ils ne soient définitifs. Les enquêtes montrent que c’est l’absence de « papiers » qui empêche ces retours. Nos politiques migratoires fabriquent bien ce contre quoi elles prétendent lutter.

    Les migrant.e.s ne sont pas « la #misère_du_monde ». Comme ses prédécesseurs, le gouvernement signe aujourd’hui les conditions d’un échec programmé, autant en termes de pertes sociales, économiques et humaines, que d’inefficacité au regard de ses propres objectifs.

    Imaginons une autre politique migratoire. Une politique migratoire enfin réaliste. Elle est possible, même sans les millions utilisés pour la rétention et l’expulsion des migrant.e.s, le verrouillage hautement technologique des frontières, le financement de patrouilles de police et de CRS, les sommes versées aux régimes autoritaires de tous bords pour qu’ils retiennent, reprennent ou enferment leurs migrant.e.s. Une politique d’#accueil digne de ce nom, fondée sur l’enrichissement mutuel et le respect de la #dignité de l’autre, coûterait certainement moins cher que la politique restrictive et destructrice que le gouvernement a choisi de renforcer encore un peu plus aujourd’hui. Quelle est donc sa rationalité : ignorance ou électoralisme ?

    http://www.liberation.fr/debats/2018/01/18/migrants-l-irrationnel-au-pouvoir_1623475
    Une tribune de #Karen_Akoka #Camille_Schmoll (18.01.2018)

    #irrationalité #rationalité #asile #migrations #réfugiés #préjugés #invasion #afflux #répression #précarisation #vulnérabilité #France #économie #coût

    https://seenthis.net/messages/705790 via CDB_77


  • 33 Palestinians injured during 37th Friday of Gaza protests
    Dec. 8, 2018 12:17 P.M. (Updated: Dec. 8, 2018 4:14 P.M.)
    https://www.maannews.com/Content.aspx?id=782016
    http://www.maannews.com/Photos/493707C.jpg

    GAZA CITY (Ma’an) — Thirty-three Palestinians were injured during the 37th Friday of “The Great March of Return” along the eastern borders of the besieged Gaza Strip.

    A Ma’an reporter said large crowds of Palestinians gathered by the return camps near the eastern Gaza border, in order to participate in the weekly protests to break the ongoing Israeli siege.

    Israeli forces repeatedly fired live ammunition and tear-gas bombs directly towards protesters gathered near the Israeli security fence, which led to injuring 33 Palestinians.

    Sources added that Israeli snipers were deployed across the eastern border.

    The Hamas movement spokesperson, Hazem Qassem, said that the return marches reaffirm the rights of the Palestinian people against plans to “disregard” the Palestinian cause.

    Qassem stressed, “The legitimate and just struggle of the Palestinian people will continue until our goals are achieved. The marches will continue until the siege of the Gaza Strip is lifted.”

    #marcheduretour

    https://seenthis.net/messages/742343 via Loutre


  • 10 Palestinians injured as Gaza’s naval march continues
    Nov. 6, 2018 11:34 A.M. (Updated: Nov. 6, 2018 12:27 P.M.)
    http://www.maannews.com/Content.aspx?ID=781702
    http://www.maannews.com/Photos/490448C.jpg

    GAZA CITY (Ma’an) — Israeli forces opened fire at Palestinian crowds gathered at the northern borders of the besieged Gaza Strip to take part in the 15th naval march setting off from the Gaza seaport in an attempt to break the nearly 12-year Israeli siege, on Monday.

    Local sources reported that Israeli forces injured 10 Palestinians, including four injuries with Israeli live ammunition, while several others suffered from tear-gas inhalation.

    Those injured were transferred to the Indonesian and al-Shifa hospitals to receive the necessary medical treatment; their conditions were reported as moderate.

    Sources added that a number of boats set off from Gaza’s seaport towards the Israeli Zikim beach, Israeli forces fired live ammunition and tear-gas bombs to suppress protesters participating in the naval march.

    The National Committee for Breaking the Siege, which organized the naval march, said “We will not stop the return marches and the naval marches until our goals are achieved,” referring to breaking the Israeli siege and allowing Palestinians the right of return as refugees to their original homelands, now in present-day Israel.

    #marchecôtière

    https://seenthis.net/messages/733803 via Loutre


  • » Israeli Soldiers Kill Seven Palestinians, Including Two Children, Injure 506, In Gaza–
    IMEMC News - September 29, 2018 2:20 AM
    http://imemc.org/article/israeli-soldiers-kill-seven-palestinians-including-two-children-injure-506-in

    The Palestinian Health Ministry has reported, Friday, that Israeli soldiers killed seven Palestinians, including two children, and injured 506 others, including 90 with live fire; three of them suffered serious wounds, during the Great Return March processions, in the Gaza Strip.

    Dr. Ashraf al-Qedra, the spokesperson of the Health Ministry in Gaza, said, “the types of injuries, and the deliberate use of sniper fire against the protesters, reflect one of the bloodiest and most brutal military assaults against the processions in the Gaza Strip, since the massacre of May 14.”

    Dr. al-Qedra stated that 506 Palestinians suffered various types of injuries, 210 of them were moved to hospitals, and added that 90 of the injured were shot with live fire, including three who suffered life-threatening wounds.

    He also said that among the wounded are 35 children, four women, four medics (including one with live fire,) and two journalists.
    Dr. al-Qedra stated that 506 Palestinians suffered various types of injuries, 210 of them were moved to hospitals, and added that 90 of the injured were shot with live fire, including three who suffered life-threatening wounds.

    He also said that among the wounded are 35 children, four women, four medics (including one with live fire,) and two journalists.

    The soldiers killed Mohammad Ali Mohammad Anshassi, 18, and Nasser Azmi Misbih, 12 , east of Khan Younis, in the southern part of the Gaza Strip.
    http://imemc.org/wp-content/uploads/2018/09/MohammadAliAnshasi-300x256.jpg
    http://imemc.org/wp-content/uploads/2018/09/NasserAzmiMisbeh-1-300x287.jpg
    In Gaza city, Israeli army sharpshooters killed Eyad Khalil Ahmad Sha’er , 18, who was killed east of the city, Mohammad Bassam Shakhsa, 24, from the Sheja’eyya neighborhood, east of Gaza city, and Mohammad Waleed Haniyya , 24, from the Shati refugee camp. Their corpses were moved to the Shifa Medical Center, west of Gaza city.
    http://imemc.org/wp-content/uploads/2018/09/EyadKhalilShaer-279x300.jpg Eyad Khalil Sha’er
    http://imemc.org/wp-content/uploads/2018/09/MohammadBassamShakhsa-300x296.jpg Mohammad Bassam Shakhsa
    http://imemc.org/wp-content/uploads/2018/09/MohammadWaleedHaniyya-300x300.jpg Mohammad Waleed Haniyya
    Furthermore, an army sharpshooter killed a child, identified as Mohammad Nayef al-Houm, 14, with a live round in the chest, east of the al-Boreij refugee camp, in central Gaza, before his corpse was moved to Al-Aqsa Hospital, in Deir al-Balah.
    http://imemc.org/wp-content/uploads/2018/09/MohammadNayefHoum-289x300.jpg Mohammad Nayef al-Houm
    The soldiers also killed Mohammad Ashraf al-Awawda, 23, from the al-Boreij refugee camp, in central Gaza.
    http://imemc.org/wp-content/uploads/2018/09/MohammadAshrafAwawda-281x300.jpg Mohammad Ashraf al-Awawda
    Thousands of Palestinians participated in the Great Return March procession, along the perimeter fence, across the eastern parts besieged Gaza Strip, for the 24th consecutive Friday, while many burnt tires, and a few managed to cross the fence.

    #Palestine_assassinée #marcheduretour

    https://seenthis.net/messages/725468 via Loutre


  • Construction Sociale du Marché et Tromperie de l’Economicisme -
    https://secession.fr/tromperie-economicisme
    https://secession.fr/wp-content/uploads/2018/08/tromperie-economiciste.jpg

    La Tromperie de l’Économicisme

    L’économie dite « classique » s’est développée en étudiant un système économique parmi d’autres : le système fondé sur l’échange de marché.

    Karl Polanyi appelle « tromperie économiciste » , la tendance à généraliser abusivement à l’ensemble des activités économiques humaines, les modèles issus de l’analyse de ce système particulier.

    #sociologie #anthropologie #économie #marché #politique #société


  • David Cayla : « La loi de l’offre et de la demande est une fable » - Le Soir Plus
    http://plus.lesoir.be/173546/article/2018-08-17/david-cayla-la-loi-de-loffre-et-de-la-demande-est-une-fable
    http://plus.lesoir.be/sites/default/files/dpistyles_v2/ena_16_9_extra_big/2018/08/17/node_173546/23447027/public/2018/08/17/B9716614218Z.1_20180817182315_000+G2TBSB8J4.1-0.jpg?itok=psQxxK8z

    il est illusoire de croire que la #concurrence puisse spontanément faire disparaître les pouvoirs de #marché. Dans l’industrie et l’#économie numérique – les fameux Gafam (Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft) – ce sont les producteurs qui dominent. Dans l’agriculture, ce sont les centrales d’achats et les transformateurs qui dictent leurs prix aux producteurs. En somme, dans le monde réel, les #prix sont presque toujours le résultat de rapports de force. La fable bien pratique de la « loi » de l’offre et de la demande sert à masquer cette réalité. Selon moi, son plus grand défaut est qu’elle donne l’impression que les prix – et donc les revenus de chacun – sont le résultat de leurs contributions à la prospérité commune. Cela n’est presque jamais le cas. Il n’y a ni justice ni équité spontanée dans les prix de marché. Il est donc nécessaire de les réguler socialement si l’on veut éviter la #domination économique des plus puissants.

    https://seenthis.net/messages/715958 via Agnès Maillard


  • “La résistance est féminine” : des femmes de Gaza manifestent pour leur droit au retour
    Maha Hussaini – 3 juillet 2018 | Source : Middle East Eye | Traduction : SM pour l’Agence Média Palestinettp ://www.agencemediapalestine.fr/blog/2018/07/06/la-resistance-est-feminine-des-femmes-de-gaza-manifestent-pour-leur-droit-au-retour/
    http://www.agencemediapalestine.fr/wp-content/uploads/2018/07/IMG_9893-300x200.jpg

    Lors d’une conférence de presse tenue à Gaza lundi [2 juillet], le Haut Comité national pour la Grande Marche du Retour et pour briser le siège a demandé aux femmes palestiniennes de « participer massivement à la manifestation » et d’exiger leur droit au retour.

    « Cet événement contribue à soutenir les Palestiniennes qui tiennent bon malgré le siège. Le message en est clair : personne ne peut nous priver de nos droits, en particulier le droit au retour et l’exigence de mettre fin au siège », a déclaré Iktimal Hamad, présidente de la commission Femmes du Comité.

    Les mères, épouses, filles ou sœurs de personnes tuées ou blessées lors des manifestations de la Grande Marche du Retour, ainsi que des femmes journalistes ou étudiantes à l’université, brandissaient des drapeaux palestiniens ou des panneaux demandant le droit au retour et affirmaient leur volonté de poursuivre les manifestations.

    « Qui a dit que les femmes ne pouvaient pas se battre aussi efficacement que les hommes ? » s’est exclamée Suheir Khader, 39 ans, dont les proches et les amies sont venues manifester avec elle.

    « En grandissant, nous avons appris que la résistance était féminine. Nos grands-mères étaient aux côtés de nos grands-pères et ont lutté comme eux pendant la Nakba (la Catastrophe) et la première intifada.

    #marcheduretour

    https://seenthis.net/messages/707343 via Loutre


  • Palestinian Teen Dies From Serious Wounds He Suffered On May 14
    IMEMC News - July 5, 2018 3:02 AM
    http://imemc.org/article/palestinian-teen-dies-from-serious-wounds-he-suffered-on-may-14
    http://imemc.org/wp-content/uploads/2018/07/MahmoudGharabely-e1530743306448.jpg

    The Palestinian Health Ministry has reported, on Wednesday evening, that a teen died from serious wounds he suffered on May 14th, after Israeli soldiers shot him during the Great Return March in Gaza.

    The Ministry said the teen, Mahmoud Majed Gharabli , 16, was shot by an Israeli army sniper east of Gaza city.

    The teen was shot in the head and remained in a serious condition until he succumbed to his wounds on July 4th.

    #Palestine_assassinée #marcheduretour

    https://seenthis.net/messages/706674 via Loutre


  • Pour que les victimes ne soient pas que des chiffres, voici le nom des 43 premiers manifestants tombés sous les balles de l’armée israélienne :

    Massacre à Gaza : les noms des personnes assassinées par l’armée israélienne lundi
    Middle East Eye, le 14 mai 2018
    http://www.agencemediapalestine.fr/blog/2018/05/14/massacre-de-gaza-les-noms-des-personnes-assassinees-par-larmee-

    #Palestine #Gaza #Palestine_assassinée #Nakba #Marche_du_retour

    https://seenthis.net/messages/694214 via Dror@sinehebdo