• Un Rom dans mon jardin

    Il y a des arguments encore plus cons qu’un tweet de Nadine Morano un soir de pleine lune. Visualise le truc. C’est bon ? Bien, passons à la suite.

    Donc si tu pratiques un peu les rézos sociaux, Twitteur et tout, et même dans la vraie vie en fait, et que tu as l’outrecuidance de t’élever contre le sort réservé aux Roms en France (à ce niveau d’ailleurs, tu remarqueras que mai 2012 n’a rien changé hein), tu connais bien ce moment où tu te prends cette sorte de #pointgodwin moderne dans la gueule qui ne permet rien d’autre que le #facepalm intégral :

    T’as qu’à les prendre dans ton jardin.
    Putain mais oui ! quelle idée de génie ! Je vais prendre des Roms dans mon jardin et le problème sera résolu ! (on est bête parfois hein ?!)

    Sauf qu’en fait il y a deux écueils :

    Je n’ai pas de jardin.
    Même si j’avais un jardin, ça ne réglerait rien du tout.
    De fait, même si je voulais recueillir des Roms dans mon (hypothétique) jardin (le voudraient-ils eux, d’ailleurs ?), le premier flic de France, Manuel Valls, serait contre.

    Les Roms n’ont pas vocation à rester sur le territoire – Manuel Valls.
    C’est tellement bien d’avoir un ministre de l’Intérieur qui ENFIN ne stigmatise pas les immigrés, ne montre pas du doigt les étrangers comme cause principale de tous les malheurs de la France n’est-ce pas ?

    Même si je voulais accueillir des Roms dans mon jardin imaginaire, ce serait difficile en fait tant ils sont devenus volatiles. Sur les 15 000 Roms migrants vivant en France, 12 000 ont été déplacés ou expulsés en un an (va lire le billet d’Olivier Timon sur ce sujet. On t’attend).

    Revenons-en aux chiffres. On vient de lire que 15 000 Roms vivent en France aujourd’hui. 15 000 putain, c’est quoi ? On s’acharne sur ces gens, rejetés dans leur pays d’origine, rejetés dans leurs pays de destination, mais pourquoi ? On leur fait porter toutes les misères du monde. Un député UMP à la chasse aux voix pour les municipales assume enfin ses pensées racistes, des comités se créent pour exiger leur départ, réunissant élus UMP-FN et PS dans le sud, des habitants les chassent manu militari de leurs campements de fortunes afin qu’ils aillent polluer le paysage de leur misère un peu plus loin, chez des voisins qui les renverront encore un peu plus loin ? Plus loin jusqu’où ? Jusqu’à quel horizon ? Avez-vous oublié que les Roms avant d’être Roms sont des êtres humains ?

    Évidemment il est plus facile de toujours taper sur ceux qui ont moins, sur ceux qui sont moins. Ça réconforte. Ça permet de se sentir plus nombreux quand on n’a plus que peu.

    Ça permet surtout de mettre la focale sur des gens qui ne sont pas là par choix. Qui n’ont pas choisi de vivre dans nos décharges, dans nos terrains vagues, dans les zones les plus sombres de nos périphéries. C’est facile d’orienter la colère d’un peuple qui souffre et qui n’a pas grand-chose contre une minorité qui a encore moins. C’est facile, car ça permet de détourner l’attention de l’essentiel : le chômage, la paupérisation des classes moyennes et prolétaires (ça faisait longtemps que t’avais pas lu ce mot, hein ?).

    La vérité c’est que dans un pays qui a cédé son pouvoir politique à une superstructure non élue, le contrôle (pour ne pas dire l’exacerbation) du sentiment d’insécurité est la dernière chose qu’il reste à nos gouvernants. Alors ils y vont gaiement. Ils se servent de leur dernier petit pouvoir sécuritaire comme exutoire. Mais c’est un ersatz de pouvoir. Un mur de fumée qui ne fait que cacher leur impuissance. Et pendant ce temps là, l’extrême droite monte. Et ils s’en étonnent. Alors qu’ils usent des mêmes carottes pour divertir le bon peuple.

    La prochaine fois qu’un connard vous dit que vous n’avez qu’à prendre des Roms dans votre jardin, dites-lui que vous ne pouvez pas, car il est déjà squatté par vos grands-parents aux pensions de retraite faméliques, par votre frère et sa famille qui travaillait chez Florange, par vos enfants jeunes diplômés qui courent de stages en CDD, et que vous gardez une petite place pour vous, au cas où.

    http://babordages.fr/un-rom-dans-mon-jardin

    PUBLIÉ LE 11 JUILLET 2013 PAR LAFRANCEAPEUR DANS #COUPSDEPOING

    Le twitter de @lafranceapeur : https://twitter.com/LaFranceapeur