• Discours, actions et groupes de haine au Québec

    https://entreleslignesentrelesmots.files.wordpress.com/2020/06/couverture-1re-collectif-emma-goldman.jpg

    « Une odeur putride que l’on croyait du passé refait surface dans l’espace public. Longtemps contraints aux marges, les discours de l’extrême droite sont aujourd’hui portés plus ouvertement par ses propagandistes »

    Note sur : Collectif Emma Goldman : Combattre l’extrême droite et le populisme
    L’expérience du Saguenay-Lac-Saint-Jean

    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2020/06/30/discours-actions-et-groupes-de-haine-au-quebec

    #extremedroite #québec


  • L’étincelle à la recherche de la poudrière

    Le contenu toxique transporté par les oléoducs canadiens, que ce soit le pétrole des sables bitumineux ou le gaz naturel issu par fragmentation est, de l’avis de tous les climatologues sérieux, une cause majeure, peut-être décisive, du réchauffement global, c’est-à-dire de la catastrophe écologique. Destinés à être un carburant de l’expansion industrielle, les oléoducs sont devenus un carburant de la révolte. Conçus pour transporter ces énergies fossiles d’un lieu à un autre, ils sont un aspect crucial de la normalisation du douteux paradis de la croissance sans limites, devant laquelle sont censés s’agenouiller dévotement tous les citoyens-consommateurs obéissants. Dans cette région que les cartographes coloniaux ont dénommée Colombie Britannique, l’extraction des ressources a toujours été le nom de leur jeu, mais l’essor en février 2020 d’un large réseau d’opposition a été encourageant, qui va des guerriers indigènes qui se battent pour récupérer leurs terres aux vétérans, gardiens des traditions, des activistes d’Extinction-Rébellion aux anarchistes partisans de l’insurrection. Chemins de fer, autoroutes et bateaux ont été bloqués ; les autorités provinciales, les locaux administratifs du gouvernement fédéral, les banques et les sièges des sociétés industrielles ont été occupés. Ce qui a catalysé cette révolte a été le soulèvement indigène généralisé né du refus des illusoires promesses de conciliation. Ensemble, ces forces rebelles ont désorganisé le monde des affaires comme il va, en solidarité avec le clan des Unist’ot’en de la Grande Grenouille et la maison tribale des Wet’suwet’en.

    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2020/06/28/letincelle-a-la-recherche-de-la-poudriere

    #international #canada #québec


  • Interpretation as luxury : Heart patients living with data doubt, hope, and anxiety - Stine Lomborg, Henriette Langstrup, Tariq Osman Andersen, 2020
    https://journals.sagepub.com/doi/10.1177/2053951720924436

    Personal health technologies such as apps and wearables that generate health and behavior data close to the individual patient are envisioned to enable personalized healthcare - and self-care. And yet, they are consumer devices. Proponents of these devices presuppose that measuring will be helpful, and that data will be meaningful. However, a growing body of research suggests that self-tracking data does not necessarily make sense to users. Drawing together data studies and digital health (...)

    #Fitbit #algorithme #bracelet #wearable #métadonnées #BigData #QuantifiedSelf #santé (...)

    ##santé ##émotions
    /pb-assets/Images/SJ_Twitter_Card-1557144152440.jpg

    https://seenthis.net/messages/861983 via etraces


  • Le Comité Adama appelle à une nouvelle manifestation le 13 juin
    https://la-bas.org/6105

    Le Comité Justice et Vérité pour Adama Traoré tenait cet après-midi une conférence de presse à Paris. Sa soeur, Assa Traoré, annonce qu’elle refuse l’invitation de la ministre de la Justice Nicole Belloubet. Le comité Adama appelle à une nouvelle manifestation ce samedi 13 juin à Paris.Continuer la lecture…

    #Vidéo #Répression #Luttes #Quartiers_populaires #Paris_et_banlieue
    https://la-bas.org/IMG/arton6105.jpg?1591711581


  • Télétravail, #travail_à_distance dans l’#ESR : l’entourloupe

    Depuis le #confinement, en pratique, les agents de l’#enseignement_supérieur et de la recherche font du télétravail, mais les administrations préfèrent dire que l’on fait du travail à distance, pour une bête raison juridique. Le télétravail dans la #fonction_publique est normalement une pratique encadrée – par le décret du 11 février 2016 (https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000032036983), dont l’une des premières conditions réglementaires est le #volontariat. Il n’existe pas de télétravail imposé dans la fonction publique.

    Le télétravail qui s’est accompli de facto1 ces dernières semaines n’avait, de ce point de vue, pas de #base_juridique formellement identifiable. Nous en avions déjà parlé au moment de la discussion de la continuité académique sur Academia. Pour la fonction publique, il n’existe pas l’équivalent de l’article L. 1222-11 du #code_du_travail (https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000035643952&cidTexte=LEGITEX) :

    « En cas de circonstances exceptionnelles, notamment de menace d’épidémie, ou en cas de force majeure, la mise en œuvre du télétravail peut être considérée comme un aménagement du poste de travail rendu nécessaire pour permettre la #continuité de l’activité de l’entreprise et garantir la protection des salariés ».

    Ce qui ne signifie pas, pour autant, que cette mise au télétravail sans base légale ou réglementaire était illégale : il ne fait aucun doute qu’en cas de contentieux, le juge administratif soutiendra qu’en période d’épidémie, la mise en œuvre du télétravail doit être considérée comme un aménagement du poste de travail rendu nécessaire pour permettre la continuité du service public et garantir la protection des agents.

    Mais cette absence de base légale ou réglementaire ne peut pas durer éternellement. Et c’est pourquoi le #décret du 11 février 2016 a été modifié il y a une semaine (décret du 5 mai 2020 : https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000041849917&categorieLien=id), pour prévoir en particulier qu’il est possible, désormais, de déroger à la règle selon laquelle « La #quotité des fonctions pouvant être exercées sous la forme du télétravail ne peut être supérieure à trois jours par semaine » et selon laquelle « Le temps de #présence sur le lieu d’affectation ne peut être inférieur à deux jours par semaine ». Désormais, cette règle ne s’applique pas « Lorsqu’une #autorisation_temporaire de télétravail a été demandée et accordée en raison d’une #situation_exceptionnelle perturbant l’accès au service ou le #travail_sur_site », modification introduite dans le décret du 5 mai 2020 (https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000041849917&categorieLien=id) pour tirer les conséquences de l’#épidémie. Mais on n’a pas modifié un point, et c’est important : le télétravail doit dans tous les cas être demandé par l’agent. La nécessité du volontariat est maintenue : il faudrait une loi, et non un simple décret, pour revenir sur cette disposition.

    En toute logique (sic), les administrations – les administrations universitaires, entre autres – devraient donc être en train d’engager les procédures pour régulariser le télétravail en cours, pour revenir dans les clous du droit tel qu’il a été modifié par le décret du 5 mai. On peut douter que beaucoup d’administrations soient en train de le faire de manière active, mais on peut toujours se tromper. Elles savent, en particulier, que si l’on revient dans le droit « normal » du télétravail dans la fonction publique, il va falloir respecter l’ensemble des règles du télétravail. Ce qui signifie en particulier respecter l’article 6 du décret de 2016 :

    « Les agents exerçant leurs fonctions en télétravail bénéficient des mêmes droits et obligations que les agents exerçant sur leur lieu d’affectation. L’employeur prend en charge les coûts découlant directement de l’exercice des fonctions en télétravail, notamment le coût des matériels, logiciels, abonnements, communications et outils ainsi que de la maintenance de ceux-ci ».

    En fait, c’est plus subtil que cela. Les lectrices et lecteurs d’Academia vont admirer le choix fourbe qui a été fait : le décret du 5 mai 2020 n’a pas exactement mis entre parenthèses cette obligation de prendre en charge les #coûts_de_l’exercice des fonctions en télétravail. Il a précisé avec une certaine roublardise que lorsque l’agent demande l’autorisation temporaire de télétravail mentionnée au 2° de l’article 4 — c’est-à-dire l’autorisation de télétravail « demandée et accordée en raison d’une situation exceptionnelle perturbant l’accès au service ou le travail sur site » — alors « l’administration peut autoriser l’utilisation de l’équipement informatique personnel de l’agent ».

    Conclusion : si l’on en croit le décret, ce n’est pas l’administration qui impose le télétravail aux agents – il aurait fallu une loi pour ouvrir cette possibilité, qui n’a pas été prise sur ce point – mais les agents qui le demandent ; et ce n’est pas l’administration qui prend en charge les moyens, notamment informatiques, dont ont besoin les agents pour faire du télétravail, ce sont les agents qui demandent à être autorisés à utiliser leurs équipements informatiques personnels.

    C’est amusant comme on peut tordre le réel avec le droit, non ?

    https://academia.hypotheses.org/23799
    #travail #mots #vocabulaire #terminologie #droits #université #facs #France #équipement

    https://seenthis.net/messages/855661 via CDB_77


  • TransPédé.eGouines cependant – Un manifeste #queer
    https://transpedeegouines.wordpress.com
    https://transpedeegouines.files.wordpress.com/2020/05/cell8-3.jpg

    En tant que queers, les mots que nous posons sur nos identités de #genre, sexuelles et politiques appartiennent-ils aux un.es plutôt qu’aux autres ? Non.
    Les personnes transmasculines possèdent-elles le “privilège masculin” ? Non.
    De quoi est-ce qu’on parle quand on parle de “classe”, s’agit uniquement d’une question de #privilèges ? Non.
    Est-ce pertinent de réfléchir en terme de « #classe des #hommes » et de « classe des #femmes » ? Non.
    Les personnes transmasculines appartiennent-elles à la “classe des hommes” ? Non.
    Est-ce qu’alors ça signifie que les personnes transmasculines sont des femmes ? Non.
    Est-ce qu’alors ça veut dire qu’en miroir les personnes transféminines appartiendraient à la classe des hommes, qu’elles ne sont pas des femmes ? Non.
    Une personne transmasculine qui se dit transgouine retire-t-il ce mot aux personnes transféminines, retire-t-il ce mot aux gouines en général ? Non.
    Gouine ou pédé est-ce que ça veut seulement dire fille + fille, garçon + garçon ? Non.
    Le genre existe-t-il par essence, naturellement, en dehors des mythes créés autour de l’hétéronorme et la différenciation des sexes ? Non.
    Pour autant les personnes transmasculines peuvent-elles se dire homme, au même titre qu’un mec cis se dit homme ? Oui.
    Pour autant les personnes transféminines peuvent-elles se dire femme, au même titre qu’une meuf cis se dit femme ? Oui.
    Nous, transmasculins, transféminines et/ou pédés et/ou gouines et/ou bi.es, et/ou intersexes, etc.. sommes-nous, de fait, des anomalies dans l’#hétéropatriarcat ? Oui.
    Cela nous rend-il cible potentielle de violence, d’exploitation, d’aliénation ? Oui mais…
    Cela nous donne-t-il un pouvoir subversif puissant qui peut gripper la machine hétéropatriarcale ? OUI.
    C’est « pas logique » ? accroche-toi et lis-nous.

    Plein de débats ici comme ailleurs autour de ces questions, une pièce au dossier.

    https://seenthis.net/messages/853861 via baroug



  • On n’a pas l’argent, mais on a les gens ! Solidarité ordinaire dans le 93
    https://la-bas.org/6074

    Solidarité ordinaire dans le quartier des Tilleuls, au Blanc-Mesnil. Dans les vrais médias, les #Quartiers_populaires, c’est pas compliqué : un coup, c’est les horribles dealers, un coup, c’est les violences contre nos braves policiers, un coup, c’est le voile et les barbus contre notre civilisation. Rien de nouveau. Voilà bien longtemps que le pouvoir bourgeois stigmatise les « classes dangereuses ». Mais voilà aussi longtemps que la classe populaire lutte et résiste.Continuer la lecture…

    #Vidéo
    https://la-bas.org/IMG/arton6074.jpg?1589220163


  • L’arrêt de la cour de Karlsruhe vient confirmer le rôle d’étrangleur des peuples de l’Euro.
    https://www.initiative-communiste.fr/articles/europe-capital/larret-de-la-cour-de-karlsruhe-vient-confirmer-le-role-detrang

    https://www.initiative-communiste.fr/wp-content/uploads/2015/08/euro_degouline-200x200.jpg

    Ce 5 mai 2020, à nouveau la cour constitutionnelle allemand est venue confirmer dans un arrêt que le rôle de l’Euro est de servir d’étrangleur des peuples et de protection du Capital. En effet, la cour de Karlsruhe impose, au titre de la conformité avec les traités européens, que la Banque Centrale Européenne justifie de […]

    #4-EUROPE:en_sortir,_s’en_sortir ! #articles #Assouplissement_quantitatif #BCE #création_monétaire #Euro #monnaie #quantitative_easing #Sortir_de_l'euro #unique




  • Les enclaves | Le Devoir - Aurélie Lanctôt
    https://www.ledevoir.com/opinion/chroniques/578066/les-enclaves
    https://media2.ledevoir.com/documents/image/collaborateurs/large/aurelie-lanctot.jpg

    Le Québec a semblé « découvrir » cette semaine ce lien pourtant évident entre précarité, exclusion sociale, densité de population et santé. Mais à Montréal-Nord, personne ne s’étonne que les choses se soient passées ainsi. On savait très bien que la situation serait vécue très difficilement, et que le quartier serait laissé en plan lorsqu’on planifierait le déconfinement. On a l’habitude d’être laissé pour compte, de devoir insister pour se faire entendre.

    #politique #Québec #Lanctôt


  • La solidarité | Aurélie Lanctôt | Le Devoir

    Récemment, un ami passait par hasard à vélo dans la rue pendant que nous lisions au soleil sur le balcon. Il s’est arrêté et s’est assis dans les escaliers, à plus de deux mètres bien sûr ; pour l’hygiène, mais aussi parce qu’il faut, semble-t-il, se méfier de ses voisins par les temps qui courent.

    https://www.ledevoir.com/opinion/chroniques/577629/la-solidarite
    https://media1.ledevoir.com/documents/image/collaborateurs/large/aurelie-lanctot.jpg

    #politique #Québec #Lanctôt

    • Bien sûr, les gestes d’altruisme et de générosité se multiplient. On a du temps, beaucoup de bonne volonté, de l’empathie. Mais la solidarité ne peut pas se résumer au fait d’aller porter un pot de biscuits à un voisin seul ou d’afficher un arc-en-ciel dans sa fenêtre. La gentillesse et l’entraide élémentaires ne disent rien de notre capacité à penser collectivement cette crise. Les sociétés néolibérales s’accommodent d’ailleurs aisément des gestes de bienveillance individuelle, elles en dépendent, même, car il est bien commode de pouvoir compter sur les efforts déployés par des individus au bon cœur pour éviter d’interroger la responsabilité des institutions. On laisse au citoyen la charge de rendre sa vie et celle des siens plus supportable, pendant qu’on laisse se dissoudre les formes de solidarité organisées. Chacun est ainsi appelé à se prendre en charge.

      Aurélie Lanctôt | Le Devoir


  • La #colère des #quartiers_populaires est #légitime - Bondy Blog
    https://www.bondyblog.fr/societe/police-justice/la-colere-des-quartiers-populaires-est-legitime
    https://www.bondyblog.fr/app/uploads/2020/04/WhatsApp-Image-2020-04-23-at-19.41.34-e1587663766124.jpeg

    La veille au soir, un homme a failli perdre sa jambe à Villeneuve-la-Garenne après une violente tentative d’interpellation policière et c’est bien cela qui a mis le feu aux poudres.

    Les populations qui vivent dans les quartiers populaires sont en première ligne face à la crise sanitaire : elles sont parmi celles qui travaillent dans les « secteurs essentiels », celles qui permettent à notre #société de ne pas s’effondrer aujourd’hui.

    Pourtant, les #inégalités sociales, déjà criantes, sont renforcées par la gestion du coronavirus et vont exploser avec la crise économique et sociale à venir. Ce dont témoigne déjà, entre autres, la surmortalité particulièrement élevée en Seine-Saint-Denis depuis le début de l’épidémie.

    Les discriminations racistes, déjà insupportables, sont renforcées par l’impunité policière et les violences et humiliations se multiplient dans les quartiers populaires. On peut y ajouter le couvre-feu discriminatoire imposé aux habitant·es de ces quartiers par la ville de Nice. Ces injustices flagrantes sont documentées, nul ne peut les ignorer.

    Alors nous le disons très clairement : nous refusons de renvoyer dos-à-dos les révoltes des populations dans les quartiers populaires et les graves et inacceptables violences policières qui les frappent.

    Nous n’inversons pas les responsabilités et nous le disons tout aussi clairement : ces révoltes sont l’expression d’une colère légitime car les violences policières ne cessent pas.

    Les inégalités et les discriminations doivent être combattues avec vigueur et abolies : avec les populations des quartiers populaires, nous prendrons part à ce juste combat pour l’égalité, la justice et la dignité

    https://seenthis.net/messages/847154 via ant1


  • Marseille : un McDo réquisitionné pour distribuer de la nourriture
    https://la-bas.org/6045

    Des #Quartiers_populaires délaissés, un restaurant McDonald’s abandonné en plein milieu, des syndicalistes qui y mènent une lutte acharnée depuis des années, voilà comment, depuis le début de la crise, le McDonald’s de Saint-Barthélémy, à Marseille, a été réquisitionné par les habitants et les militants du coin pour le transformer en plateforme de distribution de nourriture pour les plus démunis. À Marseille, face à la crise sanitaire, solidarité populaire.Continuer la lecture…

    #Vidéo #Santé #France
    https://la-bas.org/IMG/arton6045.jpg?1587373081


  • Appel à travailler dans les champs : « Tout est fait pour maintenir un système qui précarise et appauvrit »
    https://www.bastamag.net/contrat-saisonnier-agricole-condition-de-travail-SMIC-pesticides-TMS-covid

    Face au manque de main d’œuvre étrangère, plus de 200 000 personnes se sont portées candidates pour rejoindre des exploitations agricoles. Des professionnels s’inquiètent cependant de cet afflux précipité de travailleurs, mal préparés à affronter des conditions d’emploi difficiles, voire dangereuses. « Rejoignez la grande armée de l’Agriculture française. » En dépit des mesures de confinement, le ministre de l’Agriculture, Didier Guillaume, a appelé le 24 mars celles et ceux sans activité ou au chômage (...) #Décrypter

    / Quelle agriculture pour demain ?, Santé , #Conditions_de_travail, #Pesticides, #Enquêtes, A la (...)

    #Quelle_agriculture_pour_demain_ ? #Santé_

    https://seenthis.net/messages/844237 via Basta !


  • #travail en #quarantaine/#confinement

    Ça fait plus d’un mois que je suis contrainte de travailler depuis chez moi, chose que j’avais décidé de cesser de faire depuis plusieurs années, pour ma santé mentale et pour le bien de mon entourage. J’ai rejoins un atelier collectif autogéré où sont basés des associations bruxelloises et des individus supers. On travaille tous sur nos trucs, mais on est aussi partie prenante du projet de lieu de travail collectif, on mange ensemble, on partage nos vies de débrouille, nos joies et nos colères. On y fait des réunions, on prête notre local aux assos qui en ont besoin. On a vu y grandir nubo (https://www.nubo.coop/fr) par exemple. Bref, on vit, on y voit les gamins grandir, on partage les frais etc.

    Et pour moi, même si je passe énormément de temps à l’école dans laquelle je travaille principalement en ce moment, c’est le lieu où je prépare les cours, où je bosse sur mes trucs, où je souffle pour lire des essais avec mon chien à mes pieds. J’ai longtemps travaillé chez moi avant ça, mais je vivais seule, j’avais une pièce dédiée ou j’agissais comme une ourse myxomatosée sourde à tout rythme collectif.

    Comme je suis à risque (on pourrait revenir sur ça, mais bon, une autre fois) je n’y vais plus. Si j’avais oublié pourquoi j’avais arrêté de travailler dans mon salon, cette quarantaine est une bonne piqûre de rappel.

    Déjà, j’ai plus l’âge de bosser ordi sur les genoux. Et du coup, j’ai besoin d’un minimum de confort et d’ergonomie sinon, j’ai mal. Donc, j’ai été chercher tout de suite à l’atelier mon siège chinois à 70€ , qui si il n’est pas une super chaise herman miller, fait le job : des accoudoirs, un repose-tête, une hauteur réglable etc... Rapatrié aussi mon écran supplémentaire, une souris et un clavier. Troqué mon ordi portable de maison contre un que j’avais récupéré, moins puissant mais avec un grand écran aussi (au passage, il était sous linux mint basé sur ubuntu, quelle galère, quelle usine à gaz même sous xfce. Il est maintenant sous LMDE et c’est magique). Je me suis dit que ça irait, mais après des journées complètes de vidéoconférence, j’ai du constater qu’il me manquait plusieurs outils pour que je puisse tenir encore longtemps.

    Je me suis donc résolue à commander à une chaîne d’électro-ménager locale qui livre encore, un casque fermé avec micro, premier prix, qui me permet de ne plus avoir les oreilles qui sifflent en fin de journée et qui m’évite de devoir hurler (et donc déranger tout le monde dans ce fameux salon-cusine-salleàmanger). Et puis aussi un disque dur supplémentaire et un hub usb, pour ne pas devoir tout débrancher tout le temps. A ça, on ajoutons : les frais d’électricité, de papier, d’impression pour ma pomme. Une table dédiée (que j’avais déjà ouf), les boites de bouquins et de papier qui s’entassent. Voilà pour l’attirail.

    Un coin de la salle commune est donc réquisitionné pour bosser, je ne dis pas ça pour me plaindre, je dis juste que ça fait quand même déjà pas mal de conditions pour que ça puisse fonctionner, je trouve ça dingue qu’on puisse penser que c’est une bonne idée ce télétravail à domicile. Sans ça, je ne pourrais pas travailler chez moi, aujourd’hui à 45+. J’ai pu le faire à 25, je ne pourrai plus aujourd’hui. Et avec tout ça, c’est à dire un aménagement plutôt favorable, et bien certains jours, j’en ai plus que marre. Et puis le lendemain, ça va un peu mieux.

    Je voulais juste poser ça là.

    https://seenthis.net/messages/843918 via Supergéante


  • Cas de force majeure - L’histoire d’Houssam | Le Club de Mediapart
    https://blogs.mediapart.fr/remedium/blog/060420/cas-de-force-majeure-lhistoire-dhoussam
    https://static.mediapart.fr/etmagine/default/files/portfolios/158568/5e8b6419400e4.jpg

    Houssam travaille pour Santé Publique France et participe au combat contre le COVID-19. Cela n’a pas empêché la police d’Aulnay-sous-Bois de jouer avec lui comme des chats des rues avec une souris. Cette histoire n’a pas été filmée et pose la question de la parole des victimes, souvent rabaissée et contestée. Elle montre surtout la nécessité de filmer les contrôles de police.

    #violences_policières #quartiers_populaires #confinement #coronavirus

    https://seenthis.net/messages/840561 via Heinrich


  • Dans les îles grecques devenues camps de réfugiés, le coronavirus s’ajoute à l’abandon européen
    https://www.bastamag.net/Refugies-Grece-Turquie-Chios-Lesbos-coronavirus-Union-europeenne

    L’épidémie de coronavirus menace aussi les camps de réfugiés des îles grecques. Avec des dizaines de milliers de personnes qui y survivent sans accès suffisant à l’eau, aux douches, ni aux toilettes, ces camps risquent de se transformer en bombes sanitaires. Les ONG demandent leur évacuation, le gouvernement grec a décidé de les confiner. Reportage sur l’île de Chios avant le confinement. Ils se sont donnés rendez-vous dans un petit appartement du centre-ville, à deux pas de la forteresse qui veille (...) #Décrypter

    / #Europe, #Migrations, #Droits_fondamentaux, Quel avenir pour la construction européenne (...)

    #Quel_avenir_pour_la_construction_européenne_ ?
    https://www.bastamag.net/IMG/jpg/photo_5.jpg
    https://www.bastamag.net/IMG/jpg/photo_10.jpg
    https://www.bastamag.net/IMG/jpg/photo_2.jpg
    https://www.bastamag.net/IMG/jpg/photo_1.jpg
    https://www.bastamag.net/IMG/jpg/photo_9.jpg

    https://seenthis.net/messages/836188 via Basta !


  • La détresse des personnels des Ehpad : « Nous avons l’impression que nos anciens vont être sacrifiés »
    https://www.bastamag.net/Covid19-deces-en-Ehpad-maisons-de-retraite-coronavirus-crise-sanitaire-soi

    Comme à l’hôpital, les soignants des maisons de retraites demandent depuis plusieurs années des moyens suffisants pour faire correctement leur travail. Aujourd’hui, le coronavirus menace la #Santé_des personnels, souvent laissés sans équipements adéquats. Plusieurs dizaines de résidents sont déjà décédés. « Je suis soulagée, je suis négative. » Marie-Christine, infirmière et cadre de santé dans un établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) de Normandie, craignait d’être contaminée au (...) #Résister

    / A la une, Santé , #Services_publics, Quel avenir pour nos protections sociales ?, #Conditions_de_travail, Ma vie au (...)

    #Quel_avenir_pour_nos_protections_sociales_ ? #Ma_vie_au_travail

    https://seenthis.net/messages/835221 via Basta !


  • L’alimentation en circuits courts permet de s’approvisionner avec moins de risque de contagion
    https://www.bastamag.net/alimentation-agriculteurs-circuits-courts-amap-resilience-alternative-cart

    Face à la décision du gouvernement d’interdire les marchés, des producteurs et des consommateurs s’organisent pour faire vivre les circuits courts. Une carte met en relation les producteurs et les magasins à proximité. Des dispositions sont prises pour assurer les distributions dans les meilleures conditions. Interdiction des marchés, couverts ou non. L’annonce d’Édouard Philippe le 23 mars représente une catastrophe sociale et économique pour bon nombre de productrices et producteurs agricoles. Cette (...) #Inventer

    / A la une, #Agriculture, Quelle agriculture pour demain ?, #Alimentation

    #Quelle_agriculture_pour_demain_ ?
    https://www.bastamag.net/IMG/pdf/guide_des_bonnes_pratiques_marche-s_et_lutte_covid19-1.pdf

    https://seenthis.net/messages/834577 via Basta !


  • « Le RGPD offre paradoxalement une immense opportunité de collecte pour les publicitaires et autres sociétés de services marketing »
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/03/15/le-rgpd-offre-paradoxalement-une-immense-opportunite-de-collecte-pour-les-pu

    Le spécialiste de la communication numérique Augustin Remay souligne, dans une tribune au « Monde », le paradoxe d’une réglementation qui, faite pour protéger la vie privée, conduit l’internaute à laisser capter encore plus ses données personnelles. Cela fait presque deux ans que nous tous, acteurs du numérique, évoluons dans l’ère nouvelle des bannières RGPD [règlement général sur la protection des données personnelles européen, en application depuis mai 2018], ces petits bandeaux aux airs inoffensifs qui (...)

    #marketing #conditions #BigData #Quantcast #consentement #[fr]Règlement_Général_sur_la_Protection_des_Données_(RGPD)[en]General_Data_Protection_Regulation_(GDPR)[nl]General_Data_Protection_Regulation_(GDPR) (...)

    ##[fr]Règlement_Général_sur_la_Protection_des_Données__RGPD_[en]General_Data_Protection_Regulation__GDPR_[nl]General_Data_Protection_Regulation__GDPR_ ##cookies
    https://img.lemde.fr/2020/03/12/160/0/5120/2560/1440/720/60/0/a044160_8KLaSjAwdh-skQCKk2fKs90u.jpg

    https://seenthis.net/messages/830795 via etraces


  • Coronavirus : #épidémie et #mensonges

    Cet enregistrement m’est arrivé hier dans ma boite mail.

    C’est un confrère, le photographe italien Lillo Rizzo, qui me l’a envoyé.

    Lillo photographie le conflit social depuis des années et continue depuis la mise en place de l’état d’urgence. Récemment son travail s’est concentré sur les manifestations contre les réformes du gouvernement Macron. Alors cet enregistrement l’a intéressé. Le document audio a été enregistré dans un hôpital parisien, on ne dira pas ici lequel pour éviter de mettre en difficulté le médecin qui s’exprime. Le monsieur franco-italien qui s’adresse au médecin, est malade, il a de la fièvre et une toux depuis plusieurs jours, il est inquiet car il vit avec sa femme qui avait subi une opération aux poumons il y a quelques années. Il voudrait être dépisté. Voici ce que le médecin lui a répondu, en le renvoyant chez lui, sans test.

    https://www.youtube.com/watch?v=GsPsL74Mzyg&feature=emb_logo

    Hier soir :

    « Français, françaises,

    Grace à nos efforts et aux mesures mises en place on a réussi a contenir le coronavirus en France… »

    Pardon ?

    Je ne voudrais pas sembler irrespectueuse Monsieur Le Président, mais de quelles #mesures parlez-vous ? Qu’est-ce qui a été mis en place en France jusqu’à votre allocution d’hier soir pour contenir ce fléau ?

    Je crois avoir une réponse Monsieur Le Président : rien.

    Ah oui, on a dit de ne pas se faire la bise et de ses laver les mains en chantant deux fois « happy birthday ».

    La réalité de ce qui se déroule en France est toute autre, Monsieur le Président, la réalité vous l’écoutez ici, des mots d’un médecin d’un hôpital parisien, un médecin excédé par vos non-dits.

    Si on dépistait, on saurait que des nombreux Parisiens sont atteints par le #Covid_19, on devrait imposer une #quarantaine jusqu’à nouvel ordre, « ça couterait cher » comme dit le médecin, ça chamboulerait vos programmes, donc on ne dépiste plus. Et par conséquent en France « il y a pas beaucoup de cas ».

    Vous êtes malades ? Appelez le 15, si vous arrivez à les avoir, qui vous dira de rester chez vous, de prendre du Doliprane et de vous reposer.

    Sauf si vous travaillez à l’Assemblée Nationale ou à l’Elysée, si vous êtes un sportif de haut niveau ou un personnage puissant et célèbre avec les réseaux qui vont avec, alors là vous serez dépisté même en présentant peu ou pas de symptômes et vous aurez droit à un suivi.

    Si vous êtes un père de famille de la catégorie des communs de mortels, avec 39° de fièvre, de la toux et des courbatures, vous pouvez avoir le Covid mais on s’en fiche. Débrouillez-vous. Peu importe si vous allez contaminer votre femme et vos enfants dans votre appartement de 60 mètres carrés qui ne vous permet pas de faire chambre à part. Peu importe qu’après, vos enfants aillent à l’école et répandent le virus autour d’eux, en infectant le personnel enseignant, les petits camarades et leurs familles. Parce que ce cas précis est déjà arrivé, Monsieur Le President, ce n’est pas une supposition, c’est un autre médecin qui me l’a raconté.

    Les médecins d’ailleurs, parlons-en…ceux qui ne savent pas quoi faire, qui sont dans le flou le plus total, qui ne sont pas du tout équipés pour faire face à cette urgence sanitaire. Pas de masque, pas de protections suffisantes, pas d’indications précises à suivre.

    D’ailleurs, pas de masques non plus dans les pharmacies, pour ceux qui voudraient bien protéger leur entourage.

    Sibeth Ndiaye, de son coté -tandis que l’OMS félicitait l’Italie pour ses efforts extraordinaires – lève le petit doigt pour dire que les Italiens « n’ont pas SU contenir l’épidémie ».

    Elle, en revanche est très contente de communiquer sur le fait que dans les aéroports français aucune précaution ait été prise…

    Je confirme, en effet.

    On rentre à Roissy comme dans un moulin, personne parmi le personnel qui vous accueille ne porte un masque ou des gants alors qu’il est en contact permanent avec des centaines de passagers venues des quatre coins du monde.

    Mais Ndiaye et le Président en personne sont « très fiers » du fait que le virus n’ait pas encore atteint la France en de grandes proportions, ils se réjouissent d’un état des choses qui tient juste du hasard ou du miracle.

    « Grâce à nos efforts » ? L’autre soir, 3000 supporters se retrouvaient au Parc des Princes pour fêter la victoire du PSG avec grandes accolades, tandis qu’il y a moins d’une semaine, en pleine alerte sanitaire, 3500 personnes déguisées en Schtroumpfs, battaient le record des participants à Landerneau, en Bretagne. Pas un policier, ou que sais-je, un CRS pour disperser ces gens. Les CRS sont plus prompts à disperser et à matraquer les médecins et les infirmiers qui descendent dans la rue pour dénoncer leur condition de travail et le démantèlement progressif de l’hôpital publique. Ces mêmes médecins et infirmiers hier écoutaient, abasourdis, vos louanges.

    Vous regardez l’Italie de haut, comme si les mille morts à ce jour seraient dus à la « désorganisation », comme si cette tragédie aurait son origine dans les failles d’une nation sous-développée, aux institutions brouillonnes, à un système défaillant.

    Détrompez vous, Monsieur le Président. Le nombre de lit disponibles en réanimation est à peu près le même que pour la France : 5000 sur tout le territoire national, et la Lombardie, foyer de l’infection, est une région à la pointe médicalement, avec des établissements réputés, des chercheurs d’excellence ; malgré cela, les victimes augmentent chaque jour, y compris parmi le personnel médical. Une anesthésiste de 50 ans a perdu la vie il y a une semaine.

    Dans les villages de la province de Bergame, Cremona, Pavia, les seuls sons qu’on entend sont ceux des cloches des funérailles (auxquelles personne ne participe) et ceux des sirènes des ambulances. Les annonces mortuaires ont remplacé les annonces publicitaires sur les murs de la ville. Des famille ont perdu plusieurs membres, chacun a perdu un ami. Les infirmières demandent qu’on leur prête des iPad, histoire que les condamnés, lucides, puissent regarder encore une fois par Skype le visage de leur fils, de leur neveu, de leur petite fille. Les morts du coronavirus meurent seuls, Monsieur le Président. Et les malades graves sont de plus en plus jeunes, cette semaine à l’hôpital de Bergame ont été accueilli une cinquantaine d’hommes et de femmes de 40-45 ans, en grave détresse respiratoire. Quelques jours plus tôt, ils étaient en parfaite santé.

    C’est une tragédie immense Monsieur le Président, et vous, à quelques kilomètres de ce qui devrait vous effrayer et vous servir de leçon, vous vous limitez à dire, après mille hésitations, qu’il faut fermer les écoles (enfin) et qu’il faut que les gens âgées restent chez eux. Sans consigne véritable. Les activités, les magasins, les lieux de loisir et de culture restent ouvertes. Les personnes continuent à aller travailler (avec la contrainte en plus des enfants à la maison). Ces remèdes vagues n’ont rien d’une quarantaine, n’ont rien d’un programme clair pour contenir la pandémie.

    Aujourd’hui seulement, quelques 16 heures après votre discours, Édouard Philippe annonce la fin des rassemblements de plus de 100 personnes. Pourquoi ne l’avez-vous pas annoncé hier ? Peur d’être impopulaire ?

    Si la Chine, au bout de deux mois, arrive maintenant à s‘en sortir c’est peut-être seulement grâce à une quarantaine stricte et à des mesures draconiennes. Celles que toute l’Europe, plus que jamais menacée, devrait prendre au même moment, tous ensemble, en regardant peut être au modèle italien.

    Vous vous définissez européen et vous l’êtes assurément, Monsieur le Président, alors montrez le, montrez nous que l’Europe n’est pas seulement pour vous celle des grandes entreprises à choyer. Soyez transparents avec les Français sur la réalité du coronavirus en France comme les autorités italiennes ont su l’être vis-à vis de leurs citoyens. Apprenez à ne pas regarder les autres état membres de haut, cette prétention, cette fois, pourrait couter un lourd tribut à vos concitoyens.

    https://www.lemondemoderne.media/covid-19

    #coronavirus #dépistage #France #responsabilité #test #Macron

    https://seenthis.net/messages/830613 via CDB_77


  • Anne-Marie Moulin : « Dans de mauvaises conditions, la #quarantaine vire au drame » - Le Temps
    https://www.letemps.ch/sciences/annemarie-moulin-mauvaises-conditions-quarantaine-vire-drame
    https://assets.letemps.ch/sites/default/files/styles/share/public/media/2020/02/28/file79hinch4bfq17yllhhao.jpg.jpeg?itok=VIuIeq-d

    Que nous montre l’histoire sur le bien-fondé des quarantaines ?

    C’est à Raguse [actuelle Dubrovnik] en 1377, puis à Venise en 1423, que sont nées les premières mesures de quarantaine. Ces villes portuaires de l’Adriatique commerçaient intensivement avec l’Orient. Pour protéger l’Europe de la peste, tout navire en provenance d’une zone infectée se voyait imposer un isolement de 30 ou 40 jours (d’où le terme de « quarantaine »). Au fil des épidémies, ce délai a sans cesse été revu. Pour les épidémies de choléra, à la fin du XIXe siècle, il a été réduit à quelques jours.

    La pièce maîtresse du dispositif de quarantaine, jusqu’au début du XXe siècle, était le #lazaret. Entouré de murs épais, ce type d’établissement enfermait les malades contagieux, ou supposés tels. Mais dans ces lieux souvent sordides, les conditions de vie étaient épouvantables. Tous les internés aspiraient à s’évader. Ils s’échappaient souvent en soudoyant les gardiens…

    La mise en quarantaine du paquebot Diamond Princess a été un fiasco. Les quarantaines collectives sont-elles vouées à l’échec ?

    Dans un lieu vaste et confortable, cela peut très bien se passer. D’ailleurs, les personnes rapatriées de Chine qui ont été mises en quarantaine dans le sud de la France ou dans le Calvados, ont expérimenté des formes modernes de lazarets. Mais quand les gens sont entassés dans des taudis, dans de mauvaises conditions, la quarantaine vire au drame. La promiscuité entre personnes infectées et non infectées multiplie le risque de contamination.

    Enfin, la contrainte peut être contournée. Un des plus fameux exemples est celui du Grand Saint-Antoine. Le 25 mai 1720, de retour du Levant, le navire devait accoster à Marseille, chargé d’étoffes, après une traversée marquée par de nombreux décès. Suspect, l’équipage a été mis en quarantaine. Mais il a débarqué clandestinement la précieuse cargaison. Une terrible épidémie de peste s’est ensuivie, causant plus de 90 000 morts.

    https://seenthis.net/messages/829301 via Kassem