• En France, les salaires les plus élevés sont au plus haut depuis 50 ans, Romaric Godin
    https://www.mediapart.fr/journal/france/280520/en-france-les-salaires-les-plus-eleves-sont-au-plus-haut-depuis-50-ans

    L’Insee publie une étude sur les plus hauts salaires en 2017. Les 0,1 % les mieux payés captent la plus grande part de la masse salariale depuis un demi-siècle. Ceux qui en profitent sont des hommes, parisiens et âgés.

    Le confinement, on s’en souvient, avait posé avec acuité la question de la valorisation relative des métiers au regard de leur utilité. Ce jeudi 28 mai, l’Insee a publié une étude sur les hauts salaires qui permet de prendre conscience des métiers qui sont le plus récompensés par le marché du travail et de l’évolution relative des salaires.

    Cette étude permet d’abord de quantifier les montants et la population des plus hauts salaires. Les 1 % les mieux payés des salariés du secteur privé touchaient en 2017 une rémunération de plus de 8 680 euros net par mois, soit 4,5 fois le salaire médian et 7,5 fois le salaire minimum.

    Ces 1 % représentent 163 000 salariés et ils sont à 23 % soit des cadres administratifs et commerciaux, soit des ingénieurs et des cadres techniques. Ces 46 % des 1 % ne représentent que 14 % de l’ensemble des salariés du secteur privé. Viennent ensuite les dirigeants salariés des entreprises, comme les présidents, les directeurs généraux ou les gérants (17 % des 1 % les mieux payés, contre 2 % de l’ensemble des salariés) et les cadres financiers (12 % des 1 % les mieux payés, contre 2 % de l’ensemble des salariés du privé).

    Globalement, et sans surprise, on voit donc que ce sont les fonctions permettant l’organisation globale de la production qui sont le mieux valorisées par les salaires. C’est une situation relativement classique. Mais la situation évolue à mesure que l’on monte dans la hiérarchie des salaires. Or, l’Insee développe cette hiérarchie en donnant les chiffres pour les 0,1 % les mieux payés et même pour les 1 000 plus hauts salaires du secteur privé en France. Les premiers sont en moyenne payés plus de 22 860 euros net par mois, les seconds, les 1 000 premiers de la hiérarchie salariale, sont payés plus que 89 530 euros par mois.
    https://static.mediapart.fr/etmagine/default/files/2020/05/28/capture-d-e-cran-2020-05-28-a-16-33-55.png
    Salaires planchers des hauts salaires en 2017. © Insee

    Or, au fur et à mesure que l’on monte dans cette hiérarchie, la part des cadres « opérationnels » diminue au profit des fonctions administratives et financières. Les dirigeants salariés sont les plus représentés dans les deux catégories, avec 24 % du « top 0,1 % » et 29 % du « top 1 000 ». Les « cadres d’état-major » des grandes entreprises de plus de 500 salariés, autrement dit l’échelon directement inférieur à celui des dirigeants, ne représentent que 9 % de l’ensemble des 1 % les mieux payés, mais 15 % du « top 0,1 % » et 16 % du « top 1 000 ». Leur part dans l’ensemble de la population des salariés du privé est pourtant négligeable.

    Pour l’anecdote, on remarquera également que les sportifs professionnels, qui ne représentent que 1 % des 1 % les mieux payés, représentent en revanche 11 % du « top 1 000 », soit autant que les cadres de la banque et de la finance.

    En termes de secteur, la situation est la même : plus on avance dans la hiérarchie des salaires, plus on quitte l’économie réelle. L’industrie est ainsi le premier secteur d’activité des 1 % les mieux payés, avec 18 %, mais elle ne représente plus que 7 % des personnes présentes dans le « top 1 000 ». En revanche, les activités des sièges sociaux et les activités financières, qui emploient les unes comme les autres 13 % des salariés du « top 1 % », emploient respectivement 29 % et 22 % des 1 000 personnes les plus payées du secteur privé en France. Ensemble, ces deux secteurs regroupent donc plus de la moitié de ce « top 1 000 ».

    Autrement dit, plus on monte dans la hiérarchie des salaires, plus ce sont les fonctions financières et administratives qui sont récompensées. Les très hauts salaires récompensent moins stricto sensu les capacités d’amélioration de la productivité que la valorisation du capital. Cela est finalement assez cohérent avec un système qui fait de cette valorisation sa seule finalité, mais on est également assez loin de l’image classique de la réussite au sein des entreprises où l’on récompenserait « avec justice » les améliorations du système productif. Pour les mieux payés, la production n’est finalement, pour reprendre les mots de Marx, qu’un « mal nécessaire » qu’il ne convient pas de payer à la même hauteur que la valorisation financière ou juridique des profits.

    https://static.mediapart.fr/etmagine/default/files/2020/05/28/capture-d-e-cran-2020-05-28-a-16-34-11.png?width=1362&height=910&width_format=pixel&height_format=pixel

    Part des femmes dans les plus hauts salaires. © Insee

    Structurellement, ce type de choix favorise une population bien précise. Des hommes âgés, résidant dans deux départements, Paris et les Hauts-de-Seine. Là encore, cette tendance s’accentue avec la hiérarchie des salaires. Les hommes sont 82 % de l’ensemble des salariés du « top 1 % » et 91 % du « top 1 000 », alors même que ces derniers ne représentent que 58 % de l’ensemble des salariés du secteur privé. Cette quasi-absence de femmes à ces niveaux de salaire accentue de 4,4 points l’ensemble de l’écart salarial entre les sexes, souligne l’Insee. Hors « top 1 % », cet écart est de 12,4 % ; en incluant ces 1 % les mieux payés, il passe à 16,8 %.

    Sur le plan de l’âge, il peut être logique que les plus âgés soient aussi les mieux payés, mais les chiffres sont là aussi impressionnants. Les plus de 51 ans représentent 25 % des salariés du privé, mais 53 % du « top 1 % » et 60 % du « top 1 000 ». Pas de mise à la retraite anticipée pour les plus riches. Les plus de 60 ans ne représentent que 3 % des salariés du privé, mais 19 % du « top 1 000 ». Autrement dit, les salariés les mieux payés restent plus longtemps en poste…

    Enfin, géographiquement, Paris et les Hauts-de-Seine, qui regroupent 13,1 % des salariés du privé, sont les lieux de travail de 49,8 % du « top 1 % » et de 73,7 % du « top 1 000 ». C’est là encore fort logique, puisque c’est dans ces régions que se regroupent les activités de sièges sociaux et de finance.

    Une évolution favorable des plus hauts salaires

    Comme les mieux payés le sont pour leur capacité de valorisation du capital et se trouvent ainsi fortement liés aux intérêts de ce même capital, leur part dans l’ensemble des salaires n’a pu que progresser fortement au cours des 40 dernières années qui ont fait basculer la balance du pouvoir progressivement vers ces intérêts. C’est ce que confirme l’Insee, qui publie l’évolution de cette part pour chacune des trois catégories depuis 1967, autrement dit au cours des cinq dernières décennies.

    La part réservée aux plus hauts salaires a reculé jusque dans les années 1990, puis elle n’a cessé de remonter. En 2017, la part du « top 1 % » est de 8 % de l’ensemble des salaires versés. Autrement dit, 8 % de la masse salariale du privé est réservée à 1 % des salariés. Ce niveau est du jamais vu depuis 1969 et il est supérieur de 1,2 point au niveau le plus faible de ces 50 dernières années, enregistré en 1996.
    https://static.mediapart.fr/etmagine/default/files/2020/05/28/capture-d-e-cran-2020-05-28-a-16-34-24.png?width=1316&height=792&width_format=pixel&height_format=pixel

    Part des 1 % les plus élevés, des 0,1 % et des 1 % sans les 0,1 % dans la masse salariale totale. © Insee

    Là encore, ce sont les plus riches d’entre les plus riches qui ont davantage tiré leur épingle du jeu. Le « top 0,1 % » capte en 2017 2,3 % de l’ensemble de la masse salariale versée dans le privé, soit 23 fois son poids numérique. Un tel niveau, atteint en 2016, est inédit au cours du précédent demi-siècle, à l’exception de 2007, juste avant la crise financière. En 1967, ils ne captaient que 1,9 % de la masse salariale et ce chiffre est même tombé à 1,3 % en 1980.

    Cette étude est donc intéressante à plus d’un titre. D’abord, elle permet de montrer que le néolibéralisme n’a pas que creusé les écarts entre les salariés et les détenteurs du capital, mais il a aussi creusé l’écart entre les salariés. Au reste, cet écart s’est d’autant plus élargi que les salaires rémunéraient des fonctions « utiles » au capital. D’une certaine façon, cela explique aussi la présence d’un certain nombre de sportifs professionnels dans ce « top 1 000 », dans la mesure où la valeur salariale de ces derniers est directement liée à la valorisation capitalistique des entreprises qui les embauchent puisqu’ils en sont les actifs principaux, non pas tant en tant que joueurs proprement dits qu’en tant que « porteurs d’image ». C’est en effet cette image qui est ensuite à la base de la rentabilité des entreprises qui l’exploitent.

    Dans ce cadre, il convient toujours de relativiser la pression exercée sur les salaires au nom de la « compétitivité ». Comme le montre cette étude, cette pression ne s’exerce que sur la partie basse de la hiérarchie salariale. La partie haute, celle qui rémunère ceux qui sont précisément chargés, directement ou indirectement, d’organiser cette course à la compétitivité-prix, est très largement bénéficiaire de cette politique.

    Pour corriger ces divergences a posteriori , la fiscalité demeure un des moyens les plus efficaces. Si la France a maintenu un niveau d’imposition important sur les hauts revenus, ce dernier est nettement moins progressif que dans les années 1980. À l’époque, le taux marginal d’imposition sur le revenu était de 65 %. Il est aujourd’hui proche, mais en prenant en compte la CSG, qui est un impôt proportionnel payé par l’ensemble des salariés. Autrement dit, l’impôt est bien moins proportionnel aujourd’hui que voilà trente ans. Cela conduit encore une fois à s’interroger sur les choix de l’actuel gouvernement de supprimer l’ISF, un impôt (légèrement) correcteur et sur l’établissement d’une « flat tax » (le PFU) de 30 % sur les revenus du capital, qui constitue un véritable appel d’air pour se faire rémunérer en revenus du capital plutôt qu’en revenus du travail pour les dirigeants, autrement dit pour les plus hauts salaires.

    La hausse des versements de dividendes en 2018 semble confirmer cette situation. Et le choix de baisser l’impôt sur le revenu pour les deux premières tranches apparaît in fine comme une petite compensation de cette opportunité pour les plus riches.

    Mais la question qu’a posée le confinement est bien celle de la correction a priori de ces inégalités. Les données de l’Insee viennent prouver que ce qui est récompensé n’est pas l’utilité sociale des métiers, mais leur utilité pour le capital. Le désarmement de la masse des salariés par les « réformes structurelles », la sous-traitance et le chômage a conduit à réduire la valeur relative de ces salaires et a favorisé celle des cadres les plus importants des entreprises. C’est donc globalement en retrouvant une capacité de peser que ces métiers pourront récupérer la part des salaires qui est allée aux plus hauts revenus. Bref, c’est bien en inversant les politiques en faveur du capital que l’on corrigera cette logique qui favorise une certaine catégorie de citoyens et de métiers au détriment du plus grand nombre et des métiers utiles pour la société.

    #salaire #hauts_salaires #masse_salariale #salariat

    https://seenthis.net/messages/856827 via colporteur


  • En Rhénanie-du-Nord-Westphalie et dans le Schleswig-Holstein, des centaines d’employé·es des abattoirs sont contaminé·es par le corona. Or le seuil de reconfinement a été fixé à 50 cas pour 100 000 habitant·es pour une région donnée.
    La question est : le déconfinement était-il prématuré en Allemagne ou la misère sociale de ces personnes venant d’Europe de l’Est pour faire des sales boulots sous-payés explique-t-elle ces foyers de contamination ?

    Le ministre de la santé de Rhénanie-du-Nord-Westphalie « a mentionné l’hébergement du personnel des abattoirs, provenant pour la plupart de Roumanie et de Bulgarie, dans des logements collectifs comme une raison possible de l’apparition de l’épidémie. Il se peut que ces foyers ne répondent pas aux normes d’hygiène requises en cas de pandémie. Il faut maintenant examiner cette question. »
    https://www.tagesschau.de/wirtschaft/coronavirus-fleischbetrieb-101.html
    #Allemagne #corona #abattoirs #migration #Europe_de_l'Est #salariat #précarité #exploitation

    https://seenthis.net/messages/851797 via Nepthys


  • Le lien unissant un chauffeur et Uber est bien un « contrat de travail », selon la Cour de cassation
    https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/03/04/la-cour-de-cassation-confirme-que-le-lien-unissant-un-chauffeur-et-uber-est-

    La plus haute juridiction pénale française a jugé que le chauffeur « qui a recours à l’application Uber ne se constitue pas sa propre clientèle, ne fixe pas librement ses tarifs et ne détermine pas les conditions d’exécution de sa prestation de transport ». Pour la Cour, la possibilité de se déconnecter de la plateforme sans pénalité « n’entre pas en compte dans la caractérisation du lien de subordination ».
    Début 2019, Uber s’était pourvu en cassation après un arrêt de la cour d’appel de Paris qui avait déclaré « contrat de travail » le lien entre un ancien chauffeur indépendant et la plateforme américaine. La cour avait détaillé « un faisceau suffisant d’indices » qui caractérisait selon elle « le #lien_de_subordination » liant le chauffeur à la #plateforme, et donc l’existence d’un contrat de travail de fait.
    Si certains chauffeurs sont attachés à leur statut d’indépendant, de nombreux conducteurs pourront s’appuyer sur cette nouvelle décision pour demander la requalification de leur #contrat avec Uber ou d’autres plates-formes en #contrat_de_travail. En clair, le modèle économique d’#Uber pourrait s’effondrer.

    #salariat #droit_du_travail #jurisprudence

    https://seenthis.net/messages/828804 via colporteur


  • Pour l’abolition de la retraite !

    https://lavoiedujaguar.net/Pour-l-abolition-de-la-retraite

    Mon père a attendu toute sa vie sa retraite pour, disait-il, pouvoir enfin faire ce qui lui plaisait. Il n’a pu « profiter » de sa pension et de son temps que pendant quelques mois... Cela pour souligner que, si on ne peut pas profiter de la vie avant l’âge de la retraite, ce n’est pas après que cela sera vraiment possible.

    La retraite est une vaste escroquerie, un miroir aux alouettes, le colifichet que l’on agite aux salariés pour les aider à supporter une réalité économique quotidienne de plus en plus vide de sens pour une majorité d’entre nous. La retraite n’a jamais consisté en une « récompense » d’une vie de labeur et de renonciation : elle ne consiste au final qu’à prendre acte qu’au-delà un certain point la « machine humaine » n’est plus assez rentable, plus assez fiable, plus assez souple, que son taux de pannes devient contre-productif… Ce n’est pas un hasard si l’âge de départ à la retraite correspond en gros à l’espérance de vie en bonne santé…

    Ce qui se joue aujourd’hui dans ce dernier projet en date de réforme des retraites, c’est la détermination de ce seuil de compromission entre les besoins en main-d’œuvre des grands acteurs de l’économie et la soutenabilité de sa charge financière pour les finances d’État (...)

    #retraite #travail #vie #exploitation #capitalisme #salariat #droit #acquis

    https://seenthis.net/messages/814103 via la voie du jaguar


  • Directrice d’école à Pantin : « Non, ce n’était pas une personne fragile. Ce n’est pas ça » (Libération)
    https://www.liberation.fr/france/2019/09/27/directrice-d-ecole-a-pantin-non-ce-n-etait-pas-une-personne-fragile-ce-n-

    Cet enseignant s’approche pour témoigner, puis recule à mesure qu’il parle, angoissé à l’idée que sa hiérarchie puisse l’identifier dans l’article. « On a reçu des pressions pour qu’on se taise.
    […]
    « Comment se fait-il que l’institution ne soit pas représentée ce soir ? Comment peuvent-ils considérer que ce suicide ne concerne pas l’institution ? » rage une mère d’élève. Ces derniers jours, la colère est venue se mêler à la tristesse. Une ancienne collègue s’avance avec plus d’assurance : « On ne peut pas laisser dire que c’était une dépressive sans enfant, fragilisée par le décès de ses parents. Non ! Christine, c’était une bonne vivante, une rigolote. Physiquement, c’était un roc. Pas du tout la personne chétive et fragile comme ils essaient de faire croire. Mais alors pas du tout. »
    […]
    Tous décrivent une femme engagée et souriante, qui aimait son travail. […] Une battante du quotidien. […] Combien de fois je l’ai vu acheter avec son argent des fournitures scolaires, fatiguée de réclamer.
    […]
    « Cette lettre. C’est exactement ça. Mot pour mot ce que l’on vit tous », dit une enseignante d’une voix à peine audible. « Ce truc de tout faire pour les élèves, avec de moins en moins de moyens… Nous sommes nombreux à le partager. » Elle se reconnaît aussi dans ce sentiment d’impuissance face aux familles en détresse « qui viennent vous trouver parce que l’école est l’une des dernières institutions. On écoute, mais on est désarmé. On est sans moyens ». Les larmes sont au bord des yeux. « C’est difficile à comprendre de l’extérieur mais son geste, c’est un acte militant. Pour qu’on l’écoute enfin. »

    #école #enseignant·es #salariat #suicide_au_travail #burn_out #PasDeVagues #détresse_sociale

    https://seenthis.net/messages/804168 via Pierre Coutil


  • “Et encore je ne vais pas me plaindre”

    La lettre de la directrice qui s’est suicidée sur son lieu de travail ce week-end à Pantin commence par « Aujourd’hui, samedi, je me suis réveillée épouvantablement fatiguée, épuisée après seulement trois semaines de rentrée ». Plus loin, on lit « et encore je ne vais pas me plaindre » et son courrier se termine par le souhait que l’Institution ne salisse pas son nom.

    Ce soir j’ai la chiale parce qu’épuisé·es nous le sommes tou·tes à seulement une poignée de jours de la rentrée, parce que comme elle nous aimons notre métier et nous essayons de bien le faire, pire de le faire comme on nous le demande. Jusqu’à l’absurde. Parce le quotidien professionnel décrit dans sa lettre fait écho au nôtre, à celui des autres fonctionnaires qui assurent leurs missions de services publics, notamment auprès des plus fragiles. Et, évidemment, parce qu’il·elles furent en première ligne pour ce qui est de la perte de sens et du management innovant au quotidien des salarié·es du privé, à celles et ceux qui se vendent à la mission, à la journée, à la course, à celles et ceux qui doivent justifier sans cesse de n’avoir pas pu travailler suffisamment pour survivre dignement.

    J’ai la chiale parce que oui, on n’ose plus se plaindre, dire ce qu’on vit, dire l’épuisement, dire la perte de sens, dire ses conditions de travail, publier sa fiche de salaire. Parce que oui, il y a toujours plus précaire, plus pauvre, plus oppressé·e, plus exploité·e. Alors on ferme sa gueule et on dit merci pour le peu qui nous reste, le peu qu’on nous concède jusqu’au prochain coup de rabot.

    J’ai la chiale parce que sa mort est inutile. Tragiquement inutile. Rien ne changera. Parce qu’au mieux, ils nous fileront 300 balles. Brut. À condition qu’on bosse plus en juillet. Ils nous feront un grenelle, un numéro vert, une putain de cellule d’écoute qui n’entendra rien. Rien de la souffrance au travail qui est une souffrance sociale, qui est une souffrance systémique dans un système qui porte un nom : l’ultra-libéralisme autoritaire. Dernier masque du capitalisme qu’on n’ose plus nommer.

    J’ai la chiale parce que sa souffrance sera déchirée par les chiens qu’ils soient éditorialistes appointé·es ou haters des réseaux sociaux, je les entends déjà les « ahah épuisée après 2 mois de vacances, ouhou sur son lieu de travail, quel manque d’éthique… ».

    J’ai la chiale parce que je sais qu’ils ont gagné déjà les managers de l’entreprise France parce que je suis triste au lieu d’être en colère.

    Honte à eux pour ce qu’ils nous font subir.
    Honte à nous de les laisser faire.

    #PasDeVague #SuicideDeProf #SouffranceTravail #salariat

    PS : un compte twitter a commencé le recensement macabre des suicides d’enseignant·es, c’est ici : https://twitter.com/angry_prof39/status/1176381430148083712

    https://seenthis.net/messages/803677 via Pierre Coutil


  • Les chasses à l’homme

    Chasse aux esclaves fugitifs, aux Peaux-Rouges, aux peaux noires ; chasse aux pauvres, aux exilés, aux apatrides, aux Juifs, aux sans-papiers : l’histoire des chasses à l’homme est une grille de lecture de la longue histoire de la violence des dominants. Ces chasses ne se résument pas à des techniques de #traque et de #capture : elles nécessitent de tracer des lignes de #démarcation parmi les êtres humains pour savoir qui est chassable et qui ne l’est pas. Aux #proies, on ne refuse pas l’appartenance à l’espèce humaine : simplement, ce n’est pas la même forme d’#humanité. Mais la relation de chasse n’est jamais à l’abri d’un retournement de situation, où les proies se rassemblent et se font chasseurs à leur tour.
    Si la chasse à l’homme remonte à la nuit des temps, c’est avec l’expansion du #capitalisme qu’elle s’étend et se rationalise. En Occident, « de vastes chasses aux pauvres concourent à la formation du #salariat et à la montée en puissance d’un pouvoir de #police dont les opérations de traque se trouvent liées à des dispositifs d’#enfermement… Le grand #pouvoir_chasseur, qui déploie ses filets à une échelle jusque-là inconnue dans l’histoire de l’humanité, c’est celui du #capital. »

    https://lafabrique.fr/wp-content/uploads/2017/05/mp-FLASH_Chasses-667x1024.jpg
    https://lafabrique.fr/les-chasses-a-lhomme
    #exploitation #chasse #chasses #chasse_à_l'homme #livre

    En lien avec la question des #migrations, voici le petit extrait du mémoire de master de Sarah Bachellerie (pas encore soutenu), où elle cite le livre de #Grégoire_Chamayou :
    https://i.imgur.com/2Hfh2bN.png

    #asile #réfugiés

    https://seenthis.net/messages/798751 via CDB_77


  • Pénurie, punition et privatisation (En Marche dans l’Éducation)

    1000 postes non pourvus dans le 1er degré à la rentrée [1] car depuis quelques années ce métier n’attire plus [2].
    En effet, contrairement à ce qui se dit dans les diners en ville (profs feignants, vacances, etc.), le métier s’est intensifié [3] et a été nettement dévalorisé financièrement [4] comme le montrent les rapports internationaux [5].
    Et quelles sont les décisions de ce gouvernement pour rendre ce métier plus attrayant alors que les conditions de travail se durcissent ?
    –> Punir davantage les enseignant·es en rendant plus difficiles leurs conditions de salarié·es :
    – remettre en place le jour de carence non payé [6]
    – réduire leurs congés d’une semaine [7]
    – faire une réforme des retraites qui les pénalisera fortement [8].

    Une gestion de RH idéologique, anti-profs, absurde.
    Des choix politiques dont l’objectif à court terme est de tuer le mammouth pour laisser le champ libre aux acteurs marchands [9].

    [NB : ce déficit en recrutement sera comblé par l’embauche de vacataires non-formés sur des contrats précaires et moins payés.]
    [Note anti-trolls : Dire cela n’est pas dire que les autres salarié·es ne sont pas impacté·es ni que d’autres métiers ne sont pas pénibles et davantage encore.]

    [1] http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2019/06/26062019Article636971318188510795.aspx
    [2] http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/09/10/01016-20140910ARTFIG00404-education-nationale-crise-de-recrutement.php
    [3] http://www.slate.fr/story/106523/prof-sacerdoce
    [4] http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2012/10/15102012Article634858803492393831.aspx
    [5] https://www.liberation.fr/checknews/2018/09/11/les-profs-francais-sont-ils-moins-bien-payes-que-leurs-homologues-europee
    [6] http://www.cafepedagogique.net/LEXPRESSO/Pages/2018/01/17012018Article636517700230222938.aspx
    [7] https://www.humanite.fr/education-blanquer-sen-prend-aux-vacances-des-profs-673818
    [8] https://www.capital.fr/votre-retraite/reforme-des-retraites-ou-en-est-on-aujourdhui-1338441
    [9] http://www.slate.fr/story/77312/privatiser-ecole-france-pas-tout-fait-une-fiction

    #éducation #salariat #enseignant·es #recrutement #précarisation #secteur_marchand

    https://seenthis.net/messages/790552 via Pierre Coutil


  • Grève du bac, un mouvement social inédit (Revue de presse)

    La perspective de mener un mouvement de revendicatif au moment des épreuves du baccalauréat a été longtemps tabou, tant pour les syndicats que pour l’immense majorité des enseignant·es, notamment militant·es. Pour les premiers, ils y voyaient un mode revendicatif condamné à l’impopularité, pour les seconds qui sont souvent parmi les plus impliqué·es pour la réussite des élèves c’était un “crève-cœur” que de l’envisager.

    Cette année le pas a été franchi [1]. D’abord par un appel à la grève de la surveillance parti du terrain et relayé ensuite par des syndicats qui craignaient un décalage avec la base. Ce mouvement a eu peu d’effet car la surveillance a pu être assurer par d’autres personnels de l’Éducation Nationale (hiérarchie locale, administratifs, précaires). Mais il a été l’occasion de mobilisations devant les établissements ou rectorats localement [2]. Les chiffres des grévistes annoncés par le ministère calculés avec une grande mauvaise foi [3] font passer, à tort, une montée forte de l’exaspération pour un mouvement ultra-minoritaire.
    Des appels de rétention des notes[4], voire à la grève des corrections, remontent maintenant d’AG d’établissements [5][6] et commencent à être repris par certains syndicats, cette étape sera plus difficile à négocier médiatiquement car les effets sur les candidats seront réels.

    D’après les remontés de collègues du secondaire dessinent un mouvement inédit porté par des enseignant·es habituellement peu mobilisé·es et éloigné·es des syndicats. Une "radicalisation" sans doute à associer à la dynamique des "stylos rouges", cousins lointains des "gilets jaunes" [7].

    Les raisons de l’exaspération sont notamment :
    – la perte notable de pouvoir d’achat de la profession sur une génération, et sur la dernière décennie de rigueur budgétaire, associée à un sentiment de déclassement ;
    – Le #ProfBashing permanent des médias et personnel politique en dépit de conditions de travail ressenties comme de plus en plus dures, ainsi que ce qui s’apparente à la dénonciation incessante de leur incompétence tandis que les rapports internationaux pointent le manque de formation initiale et continue ;
    – le durcissement des conditions sociales (retraites, congés) alors que le métier ne séduit plus et peine à recruter et que les démissions s’envolent.

    [1] Grève du bac : une session 2019 sous tension sans être pour autant menacée (Le Monde)
    https://www.lemonde.fr/education/article/2019/06/14/greve-du-bac-une-session-2019-sous-tension-sans-etre-pour-autant-menacee_547

    A l’appel d’une intersyndicale opposée à la réforme de l’examen, des enseignants n’excluent pas une grève de la surveillance au premier jour des épreuves écrites, lundi 17 juin.

    [2] Le rectorat de Toulouse face aux profs et aux parents (La Dépêche)
    https://www.ladepeche.fr/2019/06/14/le-rectorat-de-toulouse-face-aux-profs-et-aux-parents,8256331.php

    [3] Surveillance du bac : le taux de grévistes était-il de 5,4%, comme le dit le ministère de l’Education nationale ? (France Info)
    https://www.francetvinfo.fr/societe/education/reforme-du-bac/surveillance-du-bac-le-taux-de-grevistes-etait-il-de-5-4-comme-le-dit-l

    La « grève de la surveillance » a débuté le 17 juin, premier jour des épreuves du baccalauréat de l’édition 2019. Le ministère de l’Education nationale reconnaît que son calcul est basé sur l’ensemble des enseignants, même ceux qui ne surveillent pas les épreuves.

    [4] Bac 2019 : Quelle sera l’ampleur du mouvement de rétention des notes par les profs en colère ? (20 minutes)
    https://www.20minutes.fr/societe/2546043-20190622-bac-2019-ampleur-mouvement-retention-notes-profs-colere

    Après la grève de la surveillance le jour de l’épreuve de philo, les profs fourbissent de nouvelles armes. Plusieurs collectifs d’enseignants en colère, qui dénoncent la réforme du lycée, ont appelé leurs collègues à la rétention des notes du bac.

    [5] Comment je me suis « radicalisé » : un professeur de philosophie explique pourquoi il bloquera les notes du baccalauréat (France 3 Occitanie)
    https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/haute-garonne/toulouse/comment-je-me-suis-radicalise-professeur-philosophie-ex

    Contre la réforme Blanquer, en Occitanie, des professeurs rentrent en désobéissance civile. Ils ont décidé de geler les notes du baccalauréat.

    [6] La grève des examens tourne à celle des corrections (Le Café Pédagogique)
    http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2019/06/20062019Article636966253952915897.aspx

    [7] Les « stylos rouges » s’inspirent des « gilets jaunes » (Le Figaro)
    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2019/01/03/01016-20190103ARTFIG00230-les-stylos-rouges-s-inspirent-des-gilets-jaunes.p

    Pour séduire davantage le grand public et trouver un second souffle, des enseignants ont créé un collectif de revendications sociales sur Internet… sans leurs syndicats.

    #éducation #enseignant·es #salariat #mouvement_social #baccalauréat

    https://seenthis.net/messages/788753 via Pierre Coutil


  • Gilets jaunes : ne croyez pas la télé !
    André Gunthert 2 décembre 2018 - 9 h 06 min

    Les préoccupations de décompte du nombre de manifestants sont totalement obsolètes. Car l’occupation spatiale des gilets n’a rien à voir avec le regroupement en bataillon d’une foule sur une avenue. Si la métaphore guerrière pouvait venir à l’esprit, c’était plutôt dans sa dimension tactique. Malgré ou plutôt à cause des blocages policiers, la signature visuelle des gilets jaunes se déplaçait sans cesse, en petits groupes mobiles, inscrivant sa souveraineté sur le territoire parisien, franchissant la Seine sans souci des itinéraires balisés, et venant interrompre la circulation à la vitesse de l’éclair, malaisément suivie par le cordon policier.

    Qu’on était loin de l’obéissance syndicale, incarnée par le respect du tracé préfectoral Bastille-Répu, et par la pression des rangées de CRS venues intimider les manifestants. Grâce à cette mobilité tactique, hier, ce qui sautait aux yeux, c’est que les gilets jaunes avaient pris Paris.

    #giletsjaunes #médias #police #tactiques #répression #syndicats #gilets_jaunes #harcèlement #cortègedetête #province #campagne #nasse #techniques_policières #répression #précariat #salariat

    http://imagesociale.fr/6807?subscribe=error#blog_subscription-3

    https://seenthis.net/messages/740485 via kaparia



  • La grève générale qui vient : revue des mobilisations en cours
    https://rebellyon.info/la-greve-generale-qui-vient-18908

    L’heure est la grève dans tous les secteurs et un peu partout en France. Revue de presse sur toutes les mobilisations en cours et à venir. Le printemps 2018 sera chaud !

    #Analyse_et_réflexion

    / #Salariat_-_précariat, #Droits_sociaux_-_santé_-_services_publics, Une, #Syndicalisme-mouvement_ouvrier

    https://seenthis.net/messages/681727 via Rebellyon


  • Boulots de merde : « On revient à une économie de type féodale, une économie de la domesticité » (Julien Brygo et Olivier Cyran, BastaMag)
    https://www.bastamag.net/Intensification-du-travail-Le-patronat-et-ses-relais-politiques-sont-prets

    #Produire ou servir plus, avec moins : c’est l’#injonction faite à tous les #travailleurs, des chaînes de montage automobiles aux couloirs des hôpitaux, en passant par les salles de classe ou les bureaux de poste. A la souffrance de ces #boulots dégradés, s’ajoute la #précarité grandissante de travailleurs qui quittent le #salariat pour la « liberté » de l’#auto-entrepreunariat. [Julien Brygo et Olivier Cyran] y décrivent l’âpre quotidien de celles et ceux qui exercent des métiers difficiles et souvent utiles, à comparer avec certains boulots très bien payés et plutôt confortables, mais qu’ils jugent socialement nuisibles.
    […]
    « Ils veulent faire sauter les derniers verrous, ils veulent une société sans filets, où quelques privilégiés auront accès à des métiers survalorisés socialement et correspondant même à des compétences, tandis qu’en bas, ils poseront les jalons d’une société de logisticiens du dernier mètre payés à la tâche, esclaves des machines et de l’auto-exploitation auquel le #capitalisme les auront assignés presque naturellement. »

    #boulot_de_merde #rentabilité #lean_management #valeur_travail

    https://seenthis.net/messages/672649 via Benjamin Shevek



  • Du #salariat au #précariat : témoignage d’une adjointe de magasin.
    https://www.initiative-communiste.fr/articles/luttes/salariat-precariat-temoignage-dune-adjointe-de-magasin

    Travaillant actuellement au sein d’un magasin à prédominance alimentaire (appartenant à une célèbre enseigne nationale de commerce de proximité), je témoigne sur le quotidien de mon emploi et de celui des autres salariés de l’entreprise, et plus globalement sur le monde de la moyenne distribution, ayant travaillé dans différentes structures par le passé. Précarisation des […]

    #2-lutte_des_classes_et_renaissance_communiste #articles #femme #flexibilités #lutte #Lutte_des_classes #précarité


  • Exploite-toi toi-même
    http://www.laviedesidees.fr/Exploite-toi-toi-meme.html

    Via le prisme de l’auto-entreprise, l’enquête de la sociologue Sarah Abdelnour révèle des dynamiques de fragilisation du #salariat. Elle en explore les différentes facettes, depuis ses enjeux idéologiques et politiques jusqu’aux réalités vécues par des acteurs qui ne distinguent plus leurs clients de leurs patrons.

    Livres & études

    / salariat, #entreprise, #patron, #auto-entrepreneur

    #Livres_&_études

    https://seenthis.net/messages/626187 via La Vie des idées



  • L’auto-entrepreneuriat : une gestion individuelle du sous-emploi
    Sarah Abdelnour

    Si le régime de l’#auto-entrepreneur, régime simplifié de création d’entreprises entré en vigueur en 2009, est présenté comme instrument de cumul des #revenus au service du pouvoir d’achat des Français, son succès semble largement alimenté par le #chômage. La mobilisation d’une enquête statistique et d’entretiens réalisés avec une trentaine d’auto-entrepreneurs montre que le dispositif, aux frontières du #salariat et de l’indépendance, fonctionne comme instrument de gestion du #sous-emploi. Un tiers des auto-entrepreneurs étant des #chômeurs, le dispositif peut d’abord être envisagé comme instrument de sortie du chômage, diffusé toutefois largement hors des institutions chargées du retour à l’emploi. L’auto-emploi peut ensuite être appréhendé comme outil d’aménagement de situations #précaires pour des #salariés peu qualifiés ou en #insertion #professionnelle. Enfin, l’auto-entrepreneuriat sert parfois à contourner le chômage ainsi que son encadrement, jugé inefficace et stigmatisant. L’auto-entrepreneuriat constitue alors une assurance privée contre le risque de chômage, brouillant autant les frontières entre salariat et indépendance qu’entre chômage et #travail et déstabilisant les fondements de la #société salariale (...).

    https://nrt.revues.org/1879


  • « Marre de se faire ubériser » : des livreurs à vélo organisent la course Syndi’cat
    https://rebellyon.info/Marre-de-se-faire-uberiser-des-livreurs-a-17469

    Ils livrent des repas aux quatre coins de Lyon. Certains ont décidé de s’organiser contre les grosses plateformes de livraison, Deliveroo, Foodora, Uber Eats, Stuart… Ils ont créé un club, ouvert un local et sont en train d’inventer leur forme de syndicalisme. Le 4 février, pour fédérer d’autres coursiers, ils organisaient à Lyon la Syndi’Cat, une course d’orientation. Des contributeurs de Rebellyon les ont rencontrés à cette occasion.

    #Infos_locales

    / #Salariat_-_précariat, #Manchette, #Syndicalisme-mouvement_ouvrier

    https://seenthis.net/messages/569854 via Rebellyon


  • Bénévolat et intérim, l’envers du décor de la Fête des Lumières
    https://rebellyon.info/Benevolat-et-interim-l-envers-du-decor-de-17305

    Jeudi 8 décembre, des contributeurs de Rebellyon sont allés à la Fête des Lumières. Ils ont discuté avec celles et ceux, bénévoles ou intérimaires, qui s’activent pour guider et orienter les visiteurs. Petit retour sur les dessous de l’évènement.

    #Infos_locales

    / #Salariat_-_précariat, Une

    https://seenthis.net/messages/554636 via Rebellyon


  • Une école forme les #chômeurs à devenir freelance - L’Express L’Entreprise
    http://lentreprise.lexpress.fr/creation-entreprise/etapes-creation/une-ecole-forme-les-chomeurs-a-devenir-freelance_1860399.html

    L’Académie du #Freelance vient d’ouvrir ses portes à Toulouse. Cette école unique en France propose une formation certifiante pour les demandeurs d’#emploi allergiques au #salariat.

    #publireportage #précariat

    https://seenthis.net/messages/552190 via colporteur


  • Exploitation 2.0 : quand des patrons font passer leurs employés pour des travailleurs indépendants
    https://rebellyon.info/Exploitation-2-0-quand-des-patrons-font-16945

    À l’image d’Uber, de Deliveroo ou de Take Eat Easy, les entreprises qui n’emploient plus leurs personnels mais les font travailler comme auto-entrepreneurs se multiplient. Alors qu’elles entretiennent avec ces travailleurs des liens de subordination, elles les précarisent en se débarrassant de leurs devoirs d’employeur (cotisations, congés payés, chômage, couverture maladie, etc.).

    Après l’enquête sur la start-up lyonnaise Shoops et ses démarcheurs et démarcheuses sous statut d’auto-entrepreneur, des membres du collectif d’entraide à la rédaction ont voulu cerner un peu mieux les enjeux de ces situations nouvelles avec la sociologue #Sarah_Abdelnour, l’une des rares à avoir étudié ce sujet.

    Le salariat déguisé tel que vous le décrivez apparaît-il avec le statut d’auto-entrepreneurs ?

    L’auto-entrepreneuriat n’a pas créé les très petites activités informelles, à la marge du travail salarié. Mais toutes les personnes devenues auto-entrepreneurs que j’ai rencontrées étaient auparavant salariées ou au chômage. Ce ne sont pas des gens qui sont passés de bricolages informels vers l’auto-entrepreneuriat et qui auraient mis en forme quelque chose qui existait déjà. Il y a aussi des personnes qui sont en sortie d’études, qui commencent par là. Mais les personnes qu’elles remplacent étaient en CDD.

    La création du statut d’auto-entrepreneur a clairement entraîné quelque chose de nouveau. Les entreprises qui font aujourd’hui travailler des personnes sous ce statut utilisaient auparavant des contrats en CDD ou CDI. Le plus flou qu’elles pouvaient faire, c’était le stage, ou alors le travail au noir. L’auto-entreprenariat a créé une nouvelle manière de se désengager pour les employeurs. Pour eux, c’est un outil économique et assez pratique pour faire bosser les gens sans gérer l’emploi, sans embaucher, sans payer de cotisations.

    #salariat_déguisé #uberisation

    https://seenthis.net/messages/527039 via Rebellyon


  • La réforme du #salariat et #paupérisation des retraités - SPARTACUS
    http://spartacus1918.canalblog.com/archives/2016/08/19/34201764.html
    http://p0.storage.canalblog.com/05/75/387740/112092048.jpg

    « La société self-service a le pouvoir de déguiser la soumission, l’#exploitation et même la servitude en liberté. Le libre-service, ce système a, à première vue, un immense avantage, il supprime les domestiques (illustration le poinçonneur des Lilas). Plus besoin de serveurs, de vendeurs, de contrôleurs. Le problème (sans charges sociales) est reporté sur le consommateur qui devient un domestique, “libre” et “payant” qui va effectuer un travail non payé et qu’il devra même payer, puisqu’il paie l’accès au Minitel, à Internet... Nous devenons des serveurs, des vendeurs, des banquiers, des assureurs, des pompistes, des poinçonneurs, des téléphonistes, des portiers, des assembleurs kit, des hôteliers... plus le travail devient simple, plus il est possible de l’externaliser sur l’utilisateur. »

    https://seenthis.net/messages/517569 via Agnès Maillard


  • Etre vegan et autosuffisante alimentaire
    https://www.mediapart.fr/journal/france/160816/etre-vegan-et-autosuffisante-alimentaire

    Lucie. Châtenay-Malabry. Juin 2016 © PP Partie pour faire carrière dans le paysagisme, Lucie a refusé de signer son premier CDI il y a trois ans. Depuis, plus de #salariat, plus de travail. Seulement du « woofing » et des rêves de vie en communauté pour cette « misanthrope » « très sociable » de 23 ans, dont le but est désormais de « vivre en faisant le moins de mal possible à la planète ».

    #France #Economie #Culture-Idées #économie_non-marchande


  • #Bernard_Friot et le #salaire_socialisé

    Texte écrit par des militantEs libertaires de montpellier. Les auteurEs reprennent l’analyse faite lors du débat « De quoi le citoyennisme est-il le nom ? ». Illes se sont fixéEs comme but de mener une critique du salaire socialisé d’un point de vue anarcho-communiste. Il s’agit de savoir s’il faut « socialiser le #salariat ou l’abolir. »

    http://lepressoir-info.org/spip.php?article428

    https://seenthis.net/messages/514992 via Vanderling