• « Un très beau métier, un salaire de misère » : une accompagnatrice d’élèves en situation de handicap raconte
    https://www.bastamag.net/Une-accompagnante-d-eleves-en-situation-de-handicap-C-est-un-tres-beau-met

    Sophie est payée 750 euros par mois pour accompagner un ou plusieurs élèves en situation de handicap à l’école. Elle ne dispose d’aucun statut au sein de l’Éducation nationale. « D’un point de vue légal, je ne suis rien », dit-elle. Basta ! a recueilli son témoignage. Sophie (le prénom a été changé à sa demande) travaille depuis trois ans comme accompagnatrice d’élèves en situation de handicap dans des écoles (AESH). Elle n’a eu depuis lors que des CDD à temps partiel. Les AESH sont pourtant un pilier essentiel (...) #Témoignages

    / #Services_publics, #Education, #Conditions_de_travail, #Ma_vie_au_travail, #Discriminations, A la (...)

    https://seenthis.net/messages/820729 via Basta !


  • Témoignage de Charlotte Boniteau, journaliste pigiste, sur un gros chantage et abus de pouvoir de la part de policiers qui ont voulu la forcer à porter plainte :

    [THREAD] Beaucoup d’images sur les violences policières circulent, mon histoire à côté n’est pas si grave. Mais je pense que ce type d’intimidations et de menaces de la part des forces de l’ordre doivent cesser et être dénoncées. On ne doit pas s’y habituer. 1/13 ⬇️

    Dimanche dernier, après une soirée d’anniversaire bien arrosée, ns sortons d’une boîte parisienne vers 6h du mat. Un homme me tend mon portefeuille qu’il venait de me voler. Il m’explique que la police l’a vu et ne veut pas d’ennuis. Je ne me pose pas plus de questions. 2/13 ⬇️

    Quelques minutes après, des policiers de la BAC débarquent et menottent deux personnes. Parmi eux, celui qui m’a volé mon portefeuille. Les policiers ont vu ce qu’il s’est passé et nous demandent si tout va bien.
    Et là… 3/13 ⬇️

    Ils me demandent de porter plainte. Je refuse. Ils insistent. Le ton monte. Je refuse encore. Pas envie de finir ma soirée au commissariat. J’ai récupéré mon portefeuille. L’histoire est close. Mais pas pour eux visiblement. 4/13⬇️

    Ils me menacent : « Si vous ne portez pas plainte, on vous arrête pour état d’ébriété sur la voie publique. » Consciente, je n’apprécie pas la méthode et refuse encore une fois. C’est alors que deux d’entre eux, bien baraqués, me poussent de force dans leur voiture. 5/13 ⬇️

    Je ne comprends pas ce qu’il m’arrive. Ils indiquent à mes amis le nom du commissariat où ils m’emmènent. Dans la voiture, ils essayent de me convaincre, d’abord calmement, puis beaucoup plus fermement, de porter plainte pour le vol de mon portefeuille. 6/13 ⬇️

    Je me retrouve vers 7H30 dans un bureau avec un policier. Il commence par m’amadouer, puis me menace, m’intimide. Il passe même par le chantage : il me dit qu’il va me mettre en cellule de dégrisement et qu’il va appeler mes parents. J’ai 22 ans. Bref je résiste. 7/13 ⬇️

    Je ne comprends toujours pas pourquoi il veut me forcer à porter plainte. Sur son ordinateur, alors que je ne dis rien, il commence à rédiger le procès verbal en mon nom. Face à mon entêtement, il finit par me faire patienter à l’accueil du commissariat. 8/13 ⬇️

    Je décide de sortir et retrouve mes amis qui m’ont rejoint en vélib. Dehors, je réalise que les policiers ont gardé ma carte d’identité. Je sonne à l’interphone, je suis polie. Je veux juste récupérer ma CI. Pendant 1h, ils refusent de m’ouvrir. 9/13 ⬇️

    A l’autre bout de l’interphone, ils nous narguent, jouent la montre « encore une demi-heure, on arrive… » Mes amis et moi perdons patience. Deux policiers finissent par sortir. A la porte, nous les supplions pour récupérer ma CI. Ils refusent. Le ton monte de nouveau. 10/13 ⬇️

    Là, un policier sort une bombe lacrymo. Il nous gaze à bout portant. Avec mon pote, on s’effondre à terre, en larmes. On n’arrive plus à respirer. 10 minutes plus tard, le policier de la BAC qui m’avait intimidée dans son bureau sort. 11/13 ⬇️

    Il me tend ma carte d’identité et mon permis de conduire « Tenez mademoiselle, ça vous apprendra à ne pas porter plainte. » 12/13⬇️

    Bilan : il est 9h du mat. On est très choqués. C’est la première fois que ça m’arrive. A la base j’étais juste victime d’un vol de portefeuille. 13/13

    source : https://twitter.com/chaboniteau/status/1215695698403954688
    thread : https://threadreaderapp.com/thread/1215695698403954688.html
    archive : https://web.archive.org/web/20200110232509/https://twitter.com/chaboniteau/status/1215695698403954688

    #temoignage #police #abus_de_pouvoir #abus_policiers #violences_policieres #violences_faites_aux_femmes #chantage

    https://seenthis.net/messages/820044 via ¿’ ValK.


  • « Est-ce normal de devoir attacher un enfant ? » : le témoignage d’une infirmière confrontée à l’austérité
    https://www.bastamag.net/hopital-greve-infirmiere-aide-soignant-puericulture-budget-agnes-buzyn

    Tiphaine Todesco est infirmière puéricultrice dans un hôpital public de la région parisienne. Dans un témoignage publié sur Facebook, elle raconte le quotidien de son service : la course perpétuelle d’un enfant à un autre, et l’adaptation constante aux manques de moyens humains et matériels. A vous, consultant en ressources humaines qui sur RMC ce jeudi 14 novembre 2019 prétendez tout savoir de la situation de l’hôpital public et certifiez que les infirmières, aides soignants ou auxiliaires de (...) #Témoignages

    / #Luttes_sociales, #Conditions_de_travail, Santé , #Services_publics, A la une, Ma vie au (...)

    #Santé_ #Ma_vie_au_travail
    https://www.bastamag.net/IMG/jpg/banderole_externes.jpg

    https://seenthis.net/messages/812816 via Basta !


  • Voilées ou non, elles témoignent : « Ni mon père, ni mon frère ne m’ont obligé à le porter »

    Le débat sur le port du voile existe aussi chez les #femmes de la communauté musulmane. Loin de former un bloc homogène, elles revendiquent de multiples #raisons de le porter. Ou de s’en affranchir.

    Pour beaucoup de croyantes, il s’agit d’abord de répondre à une obligation divine, édictée par le Coran. Une obéissance comprise et mûrie spirituellement puisqu’elle vient rappeler « la soumission à Dieu » et « une certaine vision de la pudeur ». Meyem, journaliste indépendante de 26 ans, précise aussi vite : « Mon voile, ni mon père, ni mon frère ne m’ont obligée à le porter ».
    Le voile, un outil d’émancipation ?

    Sans nier qu’il peut exister une contrainte ou une pression sociale dans certaines situations, toutes les femmes interrogées par La Croix revendiquent farouchement ce libre arbitre. Si bien que le voile est devenu pour certaines d’entre elles, un élément consubstantiel de leur identité. « Il me permet de maîtriser mon image, de contrôler ce que je montre ou pas, dans une société où le corps de la femme est souvent considéré comme un objet », confie Amel, 22 ans, étudiante en quatrième année de médecine.

    Le voile, un outil d’émancipation ? Elles sont nombreuses à l’affirmer. Fanta, 20 ans, dénonce un féminisme à double vitesse qui « laisserait aux femmes la liberté de se dénuder mais pas celle de se couvrir ». Cette incompréhension explique la sidération ressentie par cette aide à domicile devant les termes du débat actuel : « Comment un foulard peut-il créer autant de polémiques, alors que chacun est libre tant qu’on n’empiète pas sur la liberté des autres ? Plus les années passent, et plus je me rends compte à quel point il gêne », souffle-t-elle, soucieuse d’affirmer que son voile n’est pas synonyme de repli.

    « Un signe de religiosité orthodoxe »

    D’autres, à l’inverse, ont fait le choix de ne jamais le porter. « On a détourné le slogan “mon corps, mon choix” pour faire la promotion d’un signe de religiosité orthodoxe », s’étrangle Fatiha Agag-Boudjahlat, professeure de collège en Franche-Comté et auteure de Combattre le voilement (Éditions du Cerf, 2019). Elle dénonce une pratique sexiste, dont le refus viendrait lui rappeler, à elle, que malgré sa « foi profonde », elle serait « une moins bonne croyante que les autres ».

    « Quand j’ai enlevé mon foulard, des musulmans que je connaissais m’ont demandé si je continuais à pratiquer. C’est vraiment typique d’un stéréotype qui vient à la fois des musulmans pratiquants et des non-musulmans », déplore pour sa part Huê Trinh Nguyên. Cette ancienne éditrice qui a porté le turban pendant 27 ans, l’a retiré pour des raisons familiales et personnelles. Et s’est aussi forgée la conviction, après deux ans à « lire et relire » le Coran « qu’il n’y est pas du tout écrit que le port du voile est obligatoire, mais seulement qu’il faut couvrir sa poitrine », ranimant ainsi l’insoluble querelle théologique sur son caractère impératif ou facultatif.

    « Encore une fois, ce sont les hommes qui imposent leur vision »

    Bien qu’elle ne se couvre plus la tête, cette fidèle musulmane est profondément indignée par les querelles récentes. « Interdire aux femmes voilées d’accompagner les sorties scolaires, je trouve ça scandaleux », lâche-t-elle. Avant de renvoyer dos à dos les détracteurs de ces mères et les salafistes qui interdisent aux femmes les sorties dans les piscines pour les empêcher de se mettre en maillot de bain. « Encore une fois, ce sont les hommes qui imposent leur vision et leur nient le droit de faire ce que bon leur semble », plaide-t-elle.

    Les difficultés viennent avant tout des multiples interprétations données, au sein de la communauté comme en dehors, à ce même morceau de tissu. « Moi j’ai grandi dans un milieu où les femmes se voilent à un certain âge », raconte Samia 39 ans, professeure d’anglais au collège en Seine-Saint-Denis. « Ma mère qui a une soixantaine d’années, se met à le porter, mais partiellement. Elle a une pratique religieuse normale : quand on vieillit, on pense à l’au-delà », philosophe l’enseignante, qui n’exclut pas de se couvrir « un jour ».

    Elle croit, à l’inverse, déceler chez les jeunes générations « un moyen de se faire entendre ». « Quand on est toujours ramené à notre différence, l’exacerber est un moyen de l’affirmer », veut-elle croire. En 2003, 24 % des musulmanes déclaraient porter le voile, elles sont 31 % aujourd’hui, selon une étude de l’Ifop, réalisée en septembre 2019.

    https://www.la-croix.com/Religion/Islam/Voilees-non-elles-temoignent-Encore-fois-sont-hommes-imposent-leur-vision-
    #voile #témoignage

    https://seenthis.net/messages/807135 via CDB_77


  • « Accroché à ma corde, je pose les pieds à plat sur la paroi. Mes semelles sont en train de fondre ! »
    https://www.bastamag.net/Cordiste-accident-mortel-silo-proces-livre-Eric-Louis-Chroniques-sur-corde

    Cordiste pendant trois ans, Eric Louis a assisté, en juin 2017, à la mort de Quentin Zaraoui-Bruat, enseveli dans un silo de sucre à Bazancourt – accident auquel Basta ! a consacré une enquête. Alors que s’ouvre à Reims le procès de l’affaire, nous publions un extrait du dernier livre d’Eric Louis, Chroniques sur corde. Un récit édifiant de ce métier dangereux. Quand on a enfoui les déchets qui sont enfouissables, recyclé ceux qui sont recyclables, exporté ceux qui sont exportables, il reste les déchets (...) #Témoignages

    / #Ma_vie_au_travail, Santé , #Conditions_de_travail

    #Santé_

    https://seenthis.net/messages/804857 via Basta !


  • « La mer s’élève, nous aussi ! »
    https://ladeviation.com/agiter/greve-scolaire-climat-lannion

    La jeunesse lannionnaise a massivement rejoint le mouvement international de #grève_scolaire pour le #climat, le vendredi 15 mars 2019. Près de 500 lycéen·ne·s et étudiant·e·s ont manifesté entre le #lycée_le_dantec et le parvis de la mairie pour obliger les décideurs à accélérer les efforts de réduction de gaz à effet de serre, [...]

    #Agiter #bretagne #côtes-d'armor #dérèglement_climatique #écologie #éducation #enseignement #environnement #étudiants #giec #iut_de_lannion #lannion #lycée_bossuet #lycéens #manifestation #réchauffement_climatique #reportage #sylvain_ernault #témoignage #trégor #vidéo


  • Des « Gaulois·es réfactaires » répondent à Macron dans la rue
    https://ladeviation.com/agiter/gaulois-refractaires-lannion

    Une lettre déposée à la permanente du député LREM Eric Bothorel, une autre à la sous-préfecture de #lannion. La mobilisation contre la politique socio-économique d’Emmanuel Macron prend encore la forme du dialogue social, dans ce coin de #bretagne. Pourtant, personne ne se faisait guère d’illusion sur l’orientation du futur gouvernement Philippe III, lors de la [...]

    #Agiter #cgt #clément_renier #côtes-d'armor #csg #edf-gdf #emmanuel_macron #enedis #éric_bothorel #fonctionnaires #force_ouvrière #fsu #gilbert_fegar #interview #jeunes_communistes #la_france_insoumise #lycéens #mouvement_social #parcoursup #pcf #reportage #retraités #savina #service_public #solidaires #sud_ptt #sylvain_ernault #syndicats #témoignage #trégor #tréguier


  • La visibilité des anonymes. L’accès des images amateur à l’espace public.

    Un symptôme flagrant du nouveau statut des productions vernaculaires est la multiplication des formes d’autocensure qui accompagnent l’exposition de soi. L’exemple le plus emblématique, en contradiction avec les principes de la manifestation publique, a été la dissimulation systématique des identités par le mouvement étudiant français du printemps 2018. La célèbre séquence de la Commune de Tolbiac, autoprésentation parodique de trois portes-parole masqués, en compagnie du chien Guevara, illustrait une attitude de défiance, justifiée par la montée des violences et la réponse repressive des forces de l’ordre.

    Le recours à une éditorialisation de la photo pour masquer certaines informations manifeste donc une compréhension au second degré de l’image, qui témoigne de la conscience de son exposition publique.

    On notera que contrairement à l’idée reçue, cette modification ne fait pas perdre à l’image sa valeur documentaire. Au contraire : la mise en retrait d’une information fonctionne comme une attestation de l’authenticité de la scène enregistrée, comme c’est le cas dans les reportages d’information en caméra cachée.

    Comme l’illustre la revendication des minorités d’accéder à la sphère publique, la visibilité est un combat. La présence dans l’espace social installe de nouvelles normes, de nouvelles façons de voir. Un grand nombre d’entre nous peut aujourd’hui contribuer à le remodeler.

    Analyse de l’image sociale par André Gunthert : http://imagesociale.fr/6657

    #image #photo #photographie #representation #sociale #autoportrait #selfie #documentaire #documentation #temoignage #controle

    https://seenthis.net/messages/735606 via ¿’ ValK.


  • Comme il faut bien commencer...
    Relecture du témoignage des années de guerre de Louis Barthas. Le bouquin m’avait marqué une première fois il y a 25 ans. L’adaptation graphique est aussi forte.
    Les carnets de guerre de Louis Barthas (1914-1918) - FREDMAN - Éditions La Découverte
    https://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-Les_carnets_de_guerre_de_Louis_Barthas__1914_1918_-978270
    http://extranet.editis.com/it-yonixweb/IMAGES/DEC/P3/9782707192561.JPG
    #bande_dessinée, #vie_quotidienne, #tranchée, #première_guerre_mondiale, #guerre, #1914-1918, #témoignage, #poilu, #histoire, #Grande_Guerre

    https://seenthis.net/messages/733655 via Clem_F


  • Un journaliste engagé, collaborateur de Basta !, jugé à son insu : « À Bure, le #Nucléaire entrave la parole »
    https://www.bastamag.net/Un-journaliste-engage-collaborateur-de-Basta-juge-a-son-insu-A-Bure-le

    Un collaborateur de Basta !, Gaspard d’Allens, co-auteur de l’ouvrage Bure, la bataille du nucléaire, paru au Seuil l’an dernier, a été jugé mardi 16 octobre, pour « entrave à travaux publics », sans même avoir été mis au courant de sa mise en examen. Les faits qui lui sont reprochés remontent à janvier 2017. D’autres opposants au projet d’enfouissement de déchets radioactifs de Bure sont sous le coup d’une mise en examen pour association de malfaiteurs. En juin, l’avocat du mouvement avait été (...)

    #Témoignages

    / A la une, Démocratie !, #Le_risque_nucléaire, #Droits_fondamentaux, Nucléaire, Des grands projets... inutiles (...)

    #Démocratie_ ! #Des_grands_projets..._inutiles_ ?

    https://seenthis.net/messages/729635 via Basta !



  • Récit de 21 heures de garde à vue pour collage d’autocollants sur la Société générale
    https://www.bastamag.net/Recit-de-21-heures-de-garde-a-vue-pour-collage-d-autocollants-sur-la-Socie

    Ils voulaient dénoncer que quasiment rien n’a été fait, dix ans après la crise financière, pour encadrer le pouvoir nocif de la #Finance. Dans la nuit du 13 au 14 septembre, huit militants de l’association Attac sont arrêtés alors qu’ils collent des stickers sur les vitrines de banques. Interpellés, ils sont placés en garde pendant plus de 15 heures dans des cellules surpeuplées. Alors que plus de 30 fonctionnaires de police et deux magistrats ont été mobilisés, Alexis Chaussalet revient sur sa garde à (...)

    #Témoignages

    / #Multinationales, Finance, #Spéculation_financière, #Paradis_fiscaux, #Altermondialisme, A la (...)

    https://seenthis.net/messages/724393 via Basta !


  • « Je ne suis pas trop habituée à dire à un gamin de 15 ans qu’il va dormir dehors »
    https://www.bastamag.net/Je-ne-suis-pas-trop-habituee-a-dire-a-un-gamin-de-15-ans-qu-il-va-dormir-d

    Marcia Burnier est assistante sociale dans le droit des étrangers, au sein d’un centre de santé associatif pour exilés. Les enfants et adolescents étrangers isolés qui arrivent en France doivent obligatoirement passer par un dispositif saturé qui évalue leur minorité, avant de pouvoir être hébergés et pris en charge par l’Aide sociale à l’enfance. Souvent refusés, ces adolescents font ensuite appel au juge pour enfants qui décide soit de les protéger, soit de les déclarer majeurs, soit d’ordonner des (...)

    #Témoignages

    / #Migrations, #Droits_fondamentaux, A la une

    https://seenthis.net/messages/721444 via Basta !


  • Luleka Mkuzo : « Mandela will always be an icon » - 7 Lames la Mer
    http://7lameslamer.net/luleka-mkuzo-mandela-will-always.html#top
    http://7lameslamer.net/IMG/arton315.png

    Réalisée en 2013 quelques mois avant la mort de #NelsonMandela [5 décembre 2013], cette interview de la Sud-Africaine, Luleka Mkuzo est un #témoignage poignant et un #hommage intemporel.

    Luleka Mkuzo : « #Mandela sera toujours une icône »

    A 30 ans, Luleka Mkuzo travaille au département "importation" d’une grande compagnie sud africaine. Elle vit à Durban et a confié à "7 Lames la Mer" ses souvenirs d’enfant élevée sous l’#apartheid. Aujourd’hui, Luleka mesure le chemin parcouru depuis : « en tant que femme noire, je suis respectée par les gens, hommes et femmes, toutes races confondues. Sous l’apartheid, les femmes noires devaient rester à la maison et s’occuper du ménage. Elles étaient considérées comme inférieures aux hommes et aux autres races ».

    #afriquedusud


  • “Ce serait mieux si…” (Séance d’écriture-flash n°6, CM2)

    Consigne : Je vais taper dans les mains une fois et vous devrez faire silence. Mes instructions seront écrites au tableau et vous n’aurez aucune autre indication. Impossible de me poser des questions, impossible d’en discuter avec vos camarades, le silence doit être complet. Lorsque je frapperai par deux fois dans mes mains, cette contrainte sera levée. Des questions ?
    – Prenez une feuille de classeur et un crayon.
    – Écrivez votre prénom.
    – Écrivez une phrase ou un court texte commençant par « Ce serait mieux si… ».
    – Je chronomètre 3 minutes à l’horloge et je relève les feuilles.

    Productions des élèves (1er jet, orthographe et syntaxe corrigées par moi)

    – Ce serait mieux si chez moi il y avait deux salons et des animaux de compagnie et une PS4, et aussi une télé.
    – Ce serait mieux si on avait une habitation, une famille, de la nourriture. Ce serait mieux si on vivait sans problèmes.
    – Ce serait mieux s’il n’y avait plus de problèmes. Et si on n’arrêtait de se disputer. Et si on n’arrêtait de m’embêter et qu’on arrêtait de parler derrière mon dos.
    – Ce serait mieux si on avait une maison au lieu d’un immeuble et aussi si j’avais un frère. Ça changerait un peu : il n’y aurait pas que des filles à la maison. Il y aurait peut-être plus de bêtises et aussi plus de joie. Mon père ne dirait plus : « Allez les gars, c’est l’heure d’aller au lit. »
    – Ce serait mieux si je vivais dans un château avec ma famille, avec une piscine et un jacuzzi.
    – Ce serait mieux s’il n’y avait plus de pollution, plus de pauvreté ni de faim dans le monde. Ce serait mieux s’il n’y avait plus de racisme.
    – Ce serait mieux si Maître Coutil passait une journée dans notre classe, si on faisait moins de Picot.
    – Ce serait mieux si on allait à Paris voir la Tour Eiffel.
    – Ce serait mieux si je parlais quand on m’interroge parce que quand on m’interroge, je ne parle pas beaucoup.
    – Ce serait mieux si personne ne se disputait et que tout le monde était amies.
    – Ce serait mieux si on pouvait voler dans les airs et aussi voir à travers les murs comme ça la maîtresse pourrait voir ceux qui font des bêtises. À côté, ce serait mieux si notre mère ne mourrait pas et puis aussi si j’avais tout ce que je voulais.
    – Ce serait mieux si dans ce monde il n’y avait plus jamais de problèmes ou de disputes et mieux encore si on s’acceptait : couleurs de peau ou pas, fille ou garçon.
    – Ce serait mieux si on allait tout le temps au cinéma.
    – Ce serait mieux si un jour un monsieur passait. Il serait au téléphone et dirait : « Bon bébé, je te laisse, je dois travailler ». Et là un monsieur viendrait et dirait : « Mais c’est quoi ce menteur ! Arrête de mentir ! »
    – Ce serait mieux si j’avais une grande maison, on aurait plus d’espace et un grand jardin et si avec mes amies on s’était amusées.
    – Ce serait mieux s’il faisait beau, je veux du soleil !
    – Ce serait mieux si l’école ouvrait à 10h, comme ça on pourrait dormir plus longtemps.

    #école #témoignage #production_d'écrits #CM2

    https://seenthis.net/messages/703129 via Pierre Coutil


  • L’histoire retrouvée d’un village français du XIXe siècle

    https://www.franceculture.fr/conferences/ecole-nationale-des-chartes/le-plancher-de-joachim-lhistoire-retrouvee-dun-village-francais

    https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2018/03/25bd1985-d87c-4043-a6ca-335a83dc4246/738_738_738_1280px-caillebotteraboteurs.jpg

    En 1880, dans les Hautes-Alpes, un menuisier cache un récit autobiographique sous le plancher qu’il était en train de poser dans un château. Sachant qu’il ne sera pas lu avant cent ans, il se livre et n’épargne personne dans le village, offrant une peinture acérée des mœurs de son temps.

    #mémoire #témoignage

    https://seenthis.net/messages/696779 via Reka


  • Existe-t-il une #vie_quotidienne dans les #tranchées de 1914-1918 ? En s’appuyant sur de nombreux #témoignages de poilus (carnets, lettres, #souvenirs, récits, etc.), il s’agit de tenter d’approcher au plus près de cette épouvantable #expérience.

    http://sms.hypotheses.org/2615

    https://sms.hypotheses.org/files/2014/09/800px-Studying_French-287x300.jpg

    #vie_quotidienne, #tranchée, #première_guerre_mondiale, #guerre, #1914-1918, #témoignage, #poilu, #vie, #social, #histoire, #Grande Guerre, #front, #société_des_tranchées, #mourir, #vivre, #expérience, #corvée, #brassage, #identité, #vécu, #fatalisme, #paix

    https://seenthis.net/messages/681334 via Mondes Sociaux


  • “J’ai peur que…” (Séance d’écriture-flash n°3, CM2)

    Consigne : Je vais taper dans les mains une fois et vous devrez faire silence. Mes instructions seront écrites au tableau et vous n’aurez aucune autre indication. Impossible de me poser des questions, impossible d’en discuter avec vos camarades, le silence doit être complet. Lorsque je frapperai par deux fois dans mes mains, cette contrainte sera levée. Des questions ?
    – Prenez une feuille de classeur et un crayon.
    – Écrivez votre prénom.
    – Écrivez une phrase ou un court texte commençant par « J’ai peur que… ».
    – Je chronomètre 3 minutes à l’horloge et je relève les feuilles.

    Productions des élèves (1er jet, orthographe corrigée par moi)

    – J’ai peur que j’aie une mauvaise note à mon évaluation.
    – J’ai peur qu’un jour je me casse une jambe ou un bras.
    – J’ai peur que j’aie des mauvaises notes à l’école parce que mon père me frappe.
    – J’ai peur des araignées. J’ai peur d’aller au collège. J’ai peur des films d’horreur.
    – J’ai peur que ma mère aille à la piscine avec mon père. J’ai peur que la rentrée scolaire soit demain.
    – J’ai peur que la maîtresse me fasse redoubler et aussi que ma mère me gronde à la manière physique quand je vais redoubler. J’ai aussi peur que la maîtresse ne puisse pas venir à l’école parce quelle est malade.
    – J’ai peur que ma meilleure amie me trahisse et qu’elle oublie les promesses qu’on s’est faites.
    – J’ai peur que ma maison brûle, qu’il y ait une guerre en France, que ma famille meure, qu’il y ait des catastrophes climatiques et que l’état de la Terre empire.
    – J’ai peur que quand je vais à l’école il y ait un homme qui me fixe et qui me kidnappe.
    – J’ai peur que.
    – J’ai peur que je déménage et change d’école et que je ne vois plus mes amies et qu’on ne m’accepte pas dans l’autre école.
    – J’ai peur que tu me tapes quand je fais une bêtise. Pourquoi tu me fais ça ? Ma petite sœur me tape et moi je veux me défendre et je la tape et toi tu me grondes.
    – J’ai peur que ma maison brûle et qu’il y ait un monstre sous mon lit qui m’attrape par le pied et qu’il me mange.
    – J’ai peur qu’on me tape. J’ai peur qu’on me crie dessus. J’ai peur qu’on me punisse. J’ai peur que j’aie un mot sur le cahier.
    – J’ai peur que je me retrouve sans famille parce que ma famille m’apporte de la nourriture, des frères et sœurs, le sommeil et plein d’autres choses encore. Elle me fait découvrir des pays et des villes et m’apporte surtout le bonheur.
    – J’ai peur que quelqu’un prenne mon petit copain, que ma famille et moi on soit dans la rue, que je meure bientôt.
    – J’ai peur que ce soit la fin du monde comme ça : boum, de mourir. Mais j’ai peur de partir au collège, dans la cour des grands il y a des harceleurs.
    – J’ai peur que mon père me frappe et me tire les cheveux.
    – J’ai peur que la souris me voit parce que je vais la donner au mammouth. J’ai trop peur du mammouth, mais pas pour de vrai.

    #école #témoignage #production_d'écrits #CM2 #peurs

    https://seenthis.net/messages/681542 via Pierre Coutil


  • Convoqué par la police après avoir sauvé du froid une femme enceinte et deux enfants
    https://www.bastamag.net/Convoque-par-la-Police-apres-avoir-sauve-du-froid-une-femme-enceinte-et-de

    Le week-end dernier, lors d’une maraude dans les Alpes, à la recherche de migrants perdus dans le froid de l’hiver, un citoyen a secouru une famille transie et épuisée. Il a donné aux deux jeunes enfants de 2 et 4 ans et à leurs parents de quoi se réchauffer. Puis, comprenant que la femme est enceinte de 8 mois et demi, il décide de l’emmener à l’hôpital. Arrêté en chemin par les douaniers, il se voit reprocher de transporter des personnes en situation irrégulières et il est sommé de se présenter à la (...)

    #Témoignages

    / #Migrations

    https://seenthis.net/messages/676118 via Basta !


  • “Le problème c’est que…” (Séance d’écriture-flash n°2, CM2)

    Consigne : Je vais tapper dans les mains une fois et vous devrez faire silence. Mes instructions seront écrites au tableau et vous n’aurez aucune autre indication. Impossible de me poser des questions, impossible d’en discuter avec vos camarades, le silence doit être complet. Lorsque je frapperai par deux fois dans mes mains, cette contrainte sera levée. Des questions ?
    – Prenez une feuille de classeur et un crayon.
    – Écrivez votre prénom.
    – Écrivez une phrase ou un court texte commençant par « Le problème c’est que… ».
    – Je chronomètre 3 minutes à l’horloge et je relève les feuilles.

    Productions des élèves (1er jet, orthographe corrigée par moi)

    – Le problème c’est que je suis impatient des vacances.
    – Le problème c’est que je suis amoureux d’une fille et qu’elle ne m’aime pas.
    – Le problème c’est que.
    – Le problème c’est que c’est ton anniversaire et que tu es habillé tout en orange.
    – Le problème c’est que j’arrive pas à travailler en groupe parce que je parle et je me concentre pas.
    – Le problème c’est que je n’ai pas d’idées pour écrire une phrase qui commence par “Le problème c’est que”.
    – Le problème c’est que je n’ai pas d’argent et que je n’ai pas de femme.
    – Le problème c’est que des gens l’aident et lui fait n’importe quoi, il croit que la maîtresse ment, et l’insulte de tout. Au bout d’un moment on peut rien faire et du coup on le sanctionne.
    – Le problème c’est qu’on parle trop. Le problème c’est que je m’ennuie. Le problème c’est qu’il y a trop de problèmes à l’école.
    – Le problème c’est ce qu’on a fait aujourd’hui. Le problème c’est que j’ai jeté un ballon chez le voisin et j’ai cassé la vitre, mon père a crié sur moi et ma mère.
    – Le problème c’est que deux garçons se sont bagarrés pour une fille. Le problème c’est que le petit garçon âgé de 11 ans a donné un coup dans la pomme d’Adam, il est parti à l’hôpital. Le problème c’est que la fille se lève et elle lui donne une grosse claque et elle part en pleurant.
    – Le problème c’est que tu ne m’écoutes pas quand je te dis de ranger ta chambre ou quand je te dis de faire tes devoirs. Et on est quatre dans la famille alors tu vas aller faire l’aspirateur, passer le balaie. Et demain, tu vas aller à l’école. Alors pour moi c’est énervant.
    – Le problème c’est qu’on travaille que du Picot*, c’est nul.
    – Le problème c’est que je n’ai plus de feuilles de classeur et je fais que prendre celles de mes camarades.
    – Le problème c’est que je n’ai pas envie d’avoir de devoirs.
    – Le problème c’est que je ne trouve pas mes chaussures.
    – Le problème c’est qu’on ne peut pas diviser, ni additionner et ni faire une soustraction, c’est ça le problème.
    – Le problème c’est que je veux un lapin mais mes parents ne veulent pas. Un lapin c’est doux et calme, il n’est pas agité et puis c’est mignon, mais le vrai problème c’est qu’il fait des crottes partout.
    – Le problème c’est que.
    – Le problème c’est qu’on ne peut pas faire des divisions et multipliquer par 5. Ok ?

    (* Méthode de Français pour la grammaire/conjugaison/orthographe.)

    #école #témoignage #production_d'écrits #CM2 #problèmes

    https://seenthis.net/messages/669801 via Pierre Coutil


  • “Chez moi, c’est…” (Séance d’écriture-flash n°1, CM2)

    Consigne : Je vais tapper dans les mains une fois et vous devrez faire silence. Mes instructions seront écrites au tableau et vous n’aurez aucune autre indication. Impossible de me poser des questions, impossible d’en discuter avec vos camarades, le silence doit être complet. Lorsque je frapperai par deux fois dans mes mains, cette contrainte sera levée. Des questions ?
    – Prenez une feuille de classeur et un crayon.
    – Écrivez votre prénom.
    – Écrivez une phrase ou un court texte commençant par « Chez moi, c’est… ».
    – Je chronomètre 3 minutes à l’horloge et je relève les feuilles.

    Productions des élèves (1er jet, orthographe corrigée par moi)

    – Chez moi, c’est toute la cité et chez ma mère.
    – Chez moi, c’est la fête, on s’amuse, on fait la fête et des animations. J’ai invité mes amies et même toute la classe. On mange des gâteaux et d’autres choses. C’est trop bien chez moi.
    – Chez moi, c’est grand : c’est tout comme moi.
    – Chez moi, c’est le bazar et ça pue.
    – Chez moi, c’est grand, joyeux.
    – Chez moi, c’est grand, on s’amuse et il y a une famille. Il y a le père, la mère et trois sœurs qui s’appelle Mounia, Hilma et la petite dernière Maïmouna. Chez moi, personne ne pleure, est triste. Tout le monde est content de vivre et de découvrir des choses extraordinaires.
    – Chez moi, c’est grand. Je vis dans un T3, un appartement à 3 pièces différentes comme le salon, chambre, cuisine, toilettes.
    – Chez moi, c’est les disputes avec ma sœur, un peu avec mes frères.
    – Chez moi, c’est.
    – Chez moi, c’est grand, beau. Il y a un canapé, des choses, cinq chambres, une télévision, des placards, des rideaux.
    – Chez moi, c’est petit comme une souris.
    – Chez moi, c’est la fête, on a beaucoup à manger.
    – Chez moi, c’est Auch, une ville petite.
    – Chez moi, c’est un peu pareil tous les jours : on ne discute pas trop mais on joue.
    – Chez moi, c’est agréable de lire un livre. Il y a un grand jardin et on peut regarder les astres avec le télescope. On peut bien voir les Pyrénées les jours de pluie et le soir le soleil est magnifique. Le garage est très grand et on peut bricoler et jouer.
    – Chez moi, c’est grand et c’est joli.
    – Chez moi, c’est vide.
    – Chez moi, c’est très grand.
    – Chez moi, c’est bien. Je joue avec mon frère ou ma sœur. Je regarde la télé ou je joue toute seule et aussi je travaille mais pas beaucoup.
    – Chez moi, c’est génial, je peux jouer tranquillement.

    #école #témoignage #production_d'écrits #CM2 #habiter #chez_soi #domicile

    https://seenthis.net/messages/669800 via Pierre Coutil


  • #violences_sexuelles : franchir le barrage de la #Police et de la #Justice
    https://www.mediapart.fr/journal/france/191017/violences-sexuelles-franchir-le-barrage-de-la-police-et-de-la-justice

    L’injonction à porter plainte faite aux #femmes qui ont dénoncé les violences sexuelles qu’elles avaient subies sur Twitter, relayée par la ministre de la justice elle-même, se heurte à la réalité des faits. Beaucoup de femmes n’osent tout simplement pas. Et celles qui le font se heurtent souvent à un mur d’incompréhension, quand ce n’est pas de l’hostilité.

    #France #témoignages


  • Maria’s aftermath in Puerto Rico - The Boston Globe
    http://www.bostonglobe.com/news/bigpicture/2017/10/12/maria-aftermath-puerto-rico/2nbkd708VRK3rkARFi8ibP/story.html
    http://c.o0bg.com/rf/image_1200w/Boston/2011-2020/2017/10/02/BostonGlobe.com/ReceivedContent/Images/RinaldiPuertoRico231-001.jpg

    When I step off the plane in San Juan, eight days after the devastation, I see them. A wall of people trying desperately to get out of the country. They fill the airport — families, people in wheelchairs, people of all ages. Some have been camped out for days. It’s the first of a million long lines I will encounter in six days on the island. People are waiting for things we take for granted: gas, laundry, cash, water, food, medicine, shelter. At first the lines are jaw-dropping. After a while, they just become infuriating. Outside of San Juan, signs of Hurricane Maria are everywhere. A countryside entirely stripped of its foliage, debris strewn about, homes without roofs. Heading west, I spot a couple on the side of the highway carrying a basket of laundry down a steep hill. By the time I turn around to photograph them, they’re down in a stream washing their clothes. A few exits later, in Toa Baja, people are shoveling mud out of their homes. Manuel Albert Ruiz tells me a harrowing story about how he rescued his neighbor as the street began to flood in the middle of the storm. He calls her down to the street and demonstrates how he did it, scooping her up with one arm and tucking her to his side. They’re both laughing even though he’s in the midst of throwing away everything he owns. That night, Manuel’s wife will e-mail me and ask if I can send some of the pictures I shot of his baby photos. The framed photos had been covered in mud, and Manuel was throwing them away. His wife wanted my photos of them for her children. “Thank you! You have no idea what those few pictures mean to us,” she wrote. Reading her note, I wish I could do more. You want to fix things. You press the shutter. You hope, you shoot, you hope some more.

    #photo #témoignage #guerre_aux_pauvres #abandon

    https://seenthis.net/messages/637026 via Agnès Maillard


  • Des moines japonais ont tenu un journal climatique pendant 700 ans | National Geographic
    http://www.nationalgeographic.fr/environnement/des-moines-japonais-ont-tenu-un-journal-climatique-pendant-700-an

    Le lac Suwa se trouve dans les monts Kiso, au centre du Japon, dans une région que certains surnomment les Alpes japonaises. Lorsque le lac gèle, les changements quotidiens de températures font que la glace se dilate et se contracte, fracturant la surface du lac et la poussant vers le haut en créant une ride*. Selon la légende, cette crête, appelée omiwatari, est une trace de pied laissée par les dieux shintos traversant le lac. Depuis au moins 1443, les prêtres résidant dans un sanctuaire du bord du lac Suwa relèvent chaque année avec précaution la date à laquelle la crête apparaît.

    #climatologie #témoignages

    https://seenthis.net/messages/636174 via Sombre Hermano


  • Le harcèlement de rue, cette banalité qui nous pourrit la vie

    Vendredi 30 octobre, vers deux heures du matin, je rangeais le bar dans lequel je travaille. Trois hommes ivres buvaient leurs dernières bières, jusqu’au moment où l’un d’entre eux me demande si je suis célibataire. Je réponds poliment que non. Après quelques phrases échangées sur l’adultère et autres bêtises, il me lance : « bon, on peut te niquer ? ».

    Face à mon air outré et fâché, lui et ses acolytes se mettent à rire et ne semblent pas comprendre quel est le problème. Je les ai renvoyés chez eux, en soulignant que ce n’était pas normal ni acceptable de tenir des propos pareils. Sur le moment, ce manque de respect m’a réellement heurtée et fâchée, puis j’ai regretté de ne pas avoir mieux réagi. Ce genre d’anecdotes me conforte dans mon combat contre le harcèlement de rue et me motive à faire connaître MILLE SEPT SANS, une association que j’ai co-fondée à Fribourg cette année.

    http://www.jetdencre.ch/le-harcelement-de-rue-cette-banalite-qui-nous-pourrit-la-vie
    http://www.jetdencre.ch/wp-content/uploads/2015/11/coquoz.jpg
    #harcèlement_de_rue #sexisme #Mille_sept_sans #femmes #sexisme

    Mille sept sans :

    MILLE SEPT SANS est une association fribourgeoise à but non lucratif, de sensibilisation contre le harcèlement de rue. Fondée au début de l’année 2015, elle est composée de bénévoles.

    MILLE SEPT SANS propose des informations, des conseils et des témoignages dans le but de prévenir, sensibiliser et guider les Fribourgeois(e)s intéressé(e)s par le phénomène et/ou victimes de harcèlement de rue. Nous pensons que le harcèlement de rue doit cesser et être systématiquement pointé du doigt.

    Nous nous mobilisons contre le harcèlement de rue à Fribourg. Nous dénonçons un phénomène qui crée un climat de malaise voire d’insécurité dans les lieux publics.

    http://milleseptsans.ch

    #Témoignages :
    http://milleseptsans.ch/?page_id=30

    https://seenthis.net/messages/613178 via CDB_77