• Trump’s Executive Order Isn’t About Twitter - The Atlantic
    https://www.theatlantic.com/technology/archive/2020/05/trumps-executive-order-isnt-about-twitter/612349
    https://cdn.theatlantic.com/thumbor/TUM4hTKvceoIOu1OXhFeGRTv7Gc=/0x155:4560x2531/960x500/media/img/mt/2020/05/GettyImages_1074470698/original.jpg

    Par Zeynep Tufekci

    In reality, Trump’s salvo on social-media companies has primarily an audience of one: Mark Zuckerberg. And it is already working. After the executive order was issued, Facebook’s CEO quickly gave an interview to Fox News in which he said, “I just believe strongly that Facebook shouldn’t be the arbiter of truth of everything that people say online.” He added, “Private companies probably shouldn’t be, especially these platform companies, shouldn’t be in the position of doing that.”

    It’s important to pay attention to what the president is doing, but not because the legal details of this order matter at all. Trump is unlikely to repeal Section 230 or take any real action to curb the power of the major social-media companies. Instead, he wants to keep things just the way they are and make sure that the red-carpet treatment he has received so far, especially at Facebook, continues without impediment. He definitely does not want substantial changes going into the 2020 election. The secondary aim is to rile up his base against yet another alleged enemy: this time Silicon Valley, because there needs to be an endless list of targets in the midst of multiple failures.

    Trump does very well on Facebook, as my colleagues Ian Bogost and Alexis Madrigal have written, because “his campaign has been willing to cede control to Facebook’s ad-buying machinery”—both now, and in 2016. The relationship is so smooth that Trump said Zuckerberg congratulated the president for being “No. 1 on Facebook” at a private dinner with him. Bloomberg has reported that Facebook’s own data-science team agreed, publishing an internal report concluding how much better Trump was in leveraging “Facebook’s ability to optimize for outcomes.” This isn’t an unusual move for Facebook and its clients. Bloomberg has reported that Facebook also offered its “white glove” services to the Philippine strongman Rodrigo Duterte, to help him “maximize the platform’s potential and use best practices.” Duterte dominated political conversation on the site the month before the Philippines’ May 2016 presidential election. And once elected, Duterte banned independent press from attending his inauguration, instead live-streaming it on Facebook—a win-win for the company, which could then collect data from and serve ads to the millions who had little choice but to turn to the site if they wanted to see their president take office. (Duterte has since been accused of extrajudicial killings, jailing political opponents, and targeting independent media.)

    Playing the refs by browbeating them has long been a key move in the right-wing playbook against traditional media. The method is simple: It involves badgering them with accusations of unfairness and bias so that they bend over backwards to accommodate a “both sides” narrative even when the sides were behaving very differently, or when one side was not grounded in fact. Climate-change deniers funded by fossil-fuel companies effectively used this strategy for decades, relying on journalists’ training and instinct to equate objectivity with representing both sides of a story. This way of operating persisted even when one of the sides was mostly bankrolled by the fossil-fuel industry while the other was a near-unanimous consensus of independent experts and academics.

    For Facebook, that gatekeeper is a single person, Mark Zuckerberg. Facebook’s young CEO is an emperor of information who decides rules of amplification and access to speech for billions of people, simply due to the way ownership of Facebook shares are structured: Zuckerberg personally controls 60 percent of the voting power. And just like the way people try to get on or advertise on the president’s seemingly favorite TV show, Fox & Friends, merely to reach him, Trump is clearly aiming to send a message to his one-person target.

    As a consequence, Facebook became cautious of taking actions that would make it look like it was holding back right-wing information machinery. That was the environment in which the country headed into the 2016 election—five months during which all stripes of misinformation went easily viral on Facebook, including stories that falsely claimed that the pope had endorsed Donald Trump, or that Hillary Clinton had sold weapons to the Islamic State. These stories were viewed millions of times on the platform, many of them outperforming traditional news sources. The pressure to keep Facebook friendly to the Trump campaign continued unabated after the election. When Facebook appeared to be considering changes to its microtargeting rules in 2019—for example, not allowing political campaigns to use the same level of microtargeting tools that product advertisers can, a potential strike at “a major Trump ad strategy”—the Trump reelection campaign swiftly attacked the platform, and the rules were left unchanged.

    Silicon Valley engineers and employees may well be overwhelmingly liberal, but Facebook is run by the algorithms they program, which optimize for the way the site makes money, rather than sifting through posts one by one. This is probably why the trending-topics controversy seemed like such a big hit: It took the one tiny section where humans had some minor input and portrayed the whole platform as working the same way. The employees may be liberal, but the consequences of how social-media companies operate are anything but. In 2016, for example, Facebook, Twitter, and Google all “embedded” staffers with both campaigns, without charge, helping them use the sites better and get more out of the many millions of dollars they spent on the platforms. However, this was especially helpful to the Trump campaign, an upstart with a bare-bones staff. Unsurprisingly, the “bulk of Silicon Valley’s hands-on campaign support went to Trump rather than to Clinton.”

    Trump and his campaign understood the power of Facebook better than the Clinton campaign, and formed a mutually beneficial relationship. Trump spent $44 million on the site, compared with the Clinton campaign’s $28 million, but ad money is only part of the story. A key role of Facebook is promoting organic content: posts, not ads, written by people who may range from partisans to campaign operatives to opportunists who just want the clicks. Some of the authors of these viral pages are motivated by promoting their ideology. Others are just grifters, using Facebook to maximize their spread so that they can collect ad money from their own webpage—which probably uses Google’s industry-dominating ad infrastructure. It’s a complete circle of back-scratching that is rarely commented on or known outside of a small number of experts and industry practitioners.

    The Trump campaign also made better use of Facebook’s own artificial-intelligence tools, like “lookalike audiences”—a crucial functionality that lets advertisers find many new people that Facebook predicts will act similarly to a small “custom” audience uploaded to the site. In other words, if you upload a list of a few thousand people who are open to your message, whether it is interest in a harmless hobby or incendiary claims against a political opponent, Facebook’s vast surveillance machinery, giant databases, and top-of-the line artificial-intelligence tools can help you find many, many more similar targets—which you can reach as long as you’re willing to pay Facebook. These are the kinds of advanced functions that Facebook makes easy to use, and staffers embedded with the Trump campaign would be able to explain and help with.

    #Zeynep_Tufekci #Facebook #Publicité_politique #Trump #Intelligence_artificielle

    https://seenthis.net/messages/857234 via Articles repérés par Hervé Le Crosnier


  • How Some Rich Americans Are Getting Stimulus ‘Checks’ Averaging $1.7 Million
    https://www.forbes.com/sites/shaharziv/2020/04/14/why-are-rich-americans-getting-17-million-stimulus-checks
    https://thumbor.forbes.com/thumbor/fit-in/1200x0/filters%3Aformat%28jpg%29/https%3A%2F%2Fspecials-images.forbesimg.com%2Fimageserve%2F1093950494%2F0x0.jpg%3FcropX1%3D0%26cropX2%3D7360%26cropY1%3D608%26cropY2%3D4746

    “For those earning $1 million annually, a tax break buried in the recent coronavirus relief legislation is so generous that its total cost is more than total new funding for all hospitals in America and more than the total provided to all state and local governments,” said Doggett. “Someone wrongly seized on this health emergency to reward ultrarich beneficiaries, likely including the #Trump family , with a tax loophole not available to middle class families. This net operating loss loophole is a loser that should be repealed.”

    The analysis by the JCT showed in just how skewed a fashion the tax provision benefits the wealthy. It found that, “82 percent of the benefits of the policy go to about 43,000 taxpayers who earn more than $1 million annually.”

    If you take the report’s calculations at face value, that means that, on average, each of the eligible taxpayers would get a windfall of ~$1.7 million!

    #escrocs #sans_vergogne

    https://seenthis.net/messages/843730 via Kassem



  • Christopher Wylie : « #Cambridge_Analytica a fermé, mais ses #tactiques n’ont pas disparu »
    https://www.lemonde.fr/pixels/article/2020/03/11/christopher-wylie-cambridge-analytica-a-ferme-mais-ses-tactiques-n-ont-pas-d

    ENTRETIEN
    L’ancien salarié de l’entreprise avait révélé le vol massif de données personnelles à des fins politiques par l’ancienne société britannique. Il publie aujourd’hui en français son livre, « Mindfuck ».

    Sa coiffure colorée s’est affichée sur les télévisions du monde entier il y a deux ans. Christopher Wylie, ancien salarié de l’entreprise Cambridge Analytica, est le lanceur d’alerte qui a révélé l’existence du gigantesque #vol_de_données_personnelles issues de #Facebook à des fins politiques mené par cette entreprise britannique, au profit notamment de la campagne de Donald #Trump et du #Brexit.

    Lire : tous nos articles sur l’affaire Cambridge Analytica

    Son livre, Mindfuck, est publié mercredi 11 mars en français aux éditions Grasset (512 pages, 24 euros). Un essai dense, qui parle davantage de politique que de technologie, et un outil précieux pour comprendre les mécanismes de l’ascension au pouvoir de Donald Trump.

    A la fin de votre livre, vous êtes au chômage, et un peu dépassé par votre nouvelle célébrité. Que faites-vous aujourd’hui ?
    Christopher Wylie : Ma vie est redevenue plus ou moins normale. Je travaille pour H&M. J’ai eu mon dernier rendez-vous avec des enquêteurs il y a deux semaines. Je suis encore très occupé, mais ma vie est un peu moins frénétique. Vivre sous la surveillance constante du public, ça devient épuisant au bout d’un moment.

    Que retenez-vous de toutes ces enquêtes dans lesquelles vous avez témoigné ?
    J’ai appris que, parfois, les preuves ne suffisent pas. Ça a été le cas dans l’enquête sur la campagne du Brexit. J’ai fourni aux autorités les preuves que Vote Leave, la campagne officielle, avait consacré 40 % de ses dépenses à une filiale de Cambridge Analytica au Canada. Ces dépenses étaient illégales, comme l’ont reconnu les autorités. Donc nous savons que Vote Leave a triché. C’était la plus importante violation de la loi électorale dans toute l’histoire de l’Angleterre.

    Pourtant, malgré toutes ces preuves, rien ou presque n’a été fait. Personne n’a dit « peut-être que nous devrions mettre tout ce processus en pause, en attendant la fin de l’enquête, parce qu’il est possible que cette triche ait eu un impact sur le vote ».

    Il y a pourtant eu des commissions parlementaires (liées à Cambridge Analytica) dans de nombreux pays, des sanctions, des amendes…
    Oui. Mais les régulateurs et les élus, pour la plupart, ne comprennent pas vraiment ce à quoi ils ont affaire. Ils reprennent à leur compte les éléments de langage de Facebook, qui dit « nous sommes un service, nous sommes gratuits, personne n’est obligé d’utiliser notre plate-forme ». C’est comme dire que l’électricité est un service et que si vous ne voulez pas être électrocuté, vous n’avez qu’à vous passer de courant ! Les données, comme l’électricité, sont partout, et peuvent être dangereuses.

    Beaucoup d’élus m’ont dit : « Vous savez, je suis un député, je n’y connais rien en technologies. » Peut-être, mais ça ne vous empêche pas de réguler les compagnies aériennes, les entreprises pharmaceutiques ou du nucléaire !

    Nous avons aujourd’hui un secteur de la technologie à qui on laisse le droit d’expérimenter en direct sur nos sociétés et nos démocraties, sans conséquences pour lui lorsque ça se passe mal. Or, quand vous laissez une bande d’ingénieurs californiens, majoritairement des hommes blancs, créer un produit et l’appliquer à un pays qui a un passé de violences ethniques et religieuses, il se passe ce qui s’est passé en Birmanie. Même après avoir été alerté que son service était utilisé par l’armée comme un catalyseur de nettoyage ethnique, Facebook n’a quasi rien fait.

    Pensez-vous que Cambridge Analytica a eu un impact sur le résultat final dans le référendum sur le Brexit ?
    C’est probable. Si ça n’avait pas produit de résultats, Vote Leave n’aurait probablement pas dépensé 40 % de son budget dans ces services. Mais si on parlait de dopage, on ne se poserait même pas la question : quand un athlète est pris sur le fait, on ne se demande pas si les produits qu’il ou elle a pris ont vraiment fait une différence.

    Mike Bloomberg a dépensé des centaines de millions de dollars en publicités ciblées et en analyses de données pour remporter l’investiture démocrate. Mais sa campagne pour les primaires a échoué. Est-ce que ça ne montre pas les limites de ce que faisait Cambridge Analytica ?
    Je ne peux pas me prononcer sur la campagne de Mike Bloomberg en particulier, mais il faut garder à l’esprit que le but initial de Steve Bannon [l’ancien conseiller politique de Donald Trump, chargé de sa campagne électorale en 2016] était de changer la perception du public, pas de faire élire un candidat en particulier. Il a su catalyser le mouvement alt-right, ce qui a ensuite permis à Donald Trump de réussir.

    Cambridge Analytica a commencé en travaillant sur la contre-propagande, et notamment sur les jeunes hommes musulmans célibataires et en difficulté, qui pouvaient être tentés de rejoindre l’organisation Etat islamique. Bannon a ciblé des profils semblables aux Etats-Unis, sauf qu’au lieu de viser les jeunes musulmans pour les « déradicaliser », ils ont visé les jeunes blancs pour les radicaliser.

    Steve Bannon a très vite compris qu’il pouvait s’appuyer sur des mouvements comme le GamerGate, trouver des groupes de personnes extrêmement en colère et qui étaient prêtes à devenir des trolls extrémistes dévoués.

    C’est une différence majeure avec la campagne de Mike Bloomberg. Trump, en 2016, a pu exploiter ces cellules, dans tout le pays, qui étaient nourries de propagande et de conneries, jusqu’à ce qu’elles ne soient plus que des boules de rage pure.

    Steve Bannon, l’éminence brune de Donald Trump
    A la lecture de votre livre, on a l’impression que Steve Bannon a créé l’alt-right de toutes pièces, seul. Ne lui accordez-vous pas trop de crédit ?
    Je ne pense pas qu’il a tout créé lui-même. Steve Bannon n’est pas un magicien venu de l’hyperespace qui a lavé le cerveau de millions de personnes juste parce qu’il avait accès à des données Facebook.

    Mais il a été un catalyseur. Il a compris, avant tout le monde, un certain nombre de choses qui se passaient sur Internet en 2013-2014. Vous en connaissez beaucoup des politiques qui lisaient Reddit et 4Chan à l’époque ? Moi, non.

    Les démocrates ont-ils compris ce qui s’était passé ?
    Pour comprendre l’élection de Trump, il faut réfléchir en matière d’insurrection. Une erreur que font beaucoup de démocrates est qu’ils continuent de considérer Donald Trump comme un candidat politique. Ceci alors que l’alt-right fonctionne littéralement comme une secte, avec des milliers d’adeptes complètement cinglés. Personne n’ose le dire, parce que ce sont les Etats-Unis, mais si Trump était président du Zimbabwe, on ne parlerait certainement pas de « l’administration Trump », mais du « régime Trump ».

    D’autres « Cambridge Analytica » sont-ils possibles ?
    Oui. L’entreprise a fermé, mais ses technologies et ses tactiques n’ont pas disparu. Je ne sais pas ce que font les autres anciens employés. Nous savons désormais pour Cambridge Analytica, pour la Russie, mais que se passera-t-il la prochaine fois, quand la Corée du Nord aura créé son propre Cambridge Analytica ? Ou l’Iran, la Chine, ou même un pays « ami » ?

    Si un bombardier russe survole la France pour larguer des tracts à la veille d’une élection, il y a de fortes chances que l’armée française lui tire dessus. Mais si exactement la même chose se produit dans le cyberespace, subitement plus personne ne sait comment réagir.

    Ma grande crainte est que ces opérations d’influence deviennent la norme dans tous les pays. La désinformation, de gauche comme de droite, est toujours la forme la plus aisément accessible d’information. L’information de qualité est en général derrière un paywall, et la propagande est toujours gratuite.

    Finalement, la seule entité qui semble agir très directement pour limiter la désinformation reste Facebook. L’entreprise a démantelé plusieurs réseaux de désinformation ces dernières années…
    C’est vrai. Mais est-ce que vous, Français, vous voulez vraiment déléguer la gestion de votre vie politique en ligne à une entreprise californienne gérée par une bande de mecs de la Silicon Valley ? Je ne leur fais pas confiance.

    Et depuis quand est-ce que ce rôle peut être délégué à une entreprise privée, qui a un point de vue incroyablement américain sur la plupart des choses ?

    Facebook a recruté un Européen, l’ancien leader du Parti des démocrates libéraux Nick Clegg, à l’un de ses principaux postes. Dans votre livre, vous racontez avoir croisé M. Clegg dans ses anciennes fonctions. Est-ce qu’il ne peut pas apporter justement une vision plus « européenne » ?
    Pensez-vous vraiment que Sheryl [Sandberg] et Mark [Zuckerberg] en ont vraiment quelque chose à faire ? Que diraient les Français si, après son mandat, Emmanuel Macron vous disait que le changement climatique est un sujet extrêmement important et qu’il a donc décidé d’aller travailler pour une compagnie pétrolière pour « changer les choses de l’intérieur » ? Tout ça, ce sont des beaux discours, mais le résultat, c’est que vous travaillez pour une entreprise qui pose de gigantesques problèmes.

    Pourquoi avez-vous travaillé aussi longtemps pour Cambridge Analytica ? Vous expliquez dans votre livre à quel point vous étiez politiquement en désaccord avec sa direction…
    Lorsque vous êtes dans une relation toxique, la situation n’est pas toujours aussi simple. Et je reconnais que j’ai été un peu absorbé par le côté « cool » du projet original.

    Avec le recul, je me rends bien compte que ce n’est pas parce qu’un projet est passionnant qu’il ne peut pas être utilisé pour de mauvaises choses. Le couteau que vous fabriquez peut être utilisé par un chef étoilé au Michelin ou pour agresser quelqu’un. J’ai ignoré beaucoup de signaux qui auraient dû m’alerter.

    Très peu de gens se lancent dans une carrière d’ingénieur en se disant qu’ils veulent détruire la société. Il y a des problèmes de sexisme et de racisme dans la Silicon Valley, mais la plupart des gens qui y travaillent ne cherchent pas à faire du mal. C’est juste qu’ils sont dans un secteur qui ne leur impose pas un code de conduite professionnel strict, qui n’a pas assez d’agences de régulation et de règles.

    Quelles devraient, selon vous, être ces règles ?
    Les codes de conduite pour les architectes ne se contentent pas de regarder à quel point un design est brillant : il leur impose de regarder des choses comme les flux d’air en cas d’incendie. C’est pareil quand vous êtes médecin ou avocat. L’une des raisons qui font que la société vous octroie un prestige lié à votre profession, c’est que vous devez vous conformer à des standards éthiques.

    L’ingénierie informatique n’est plus une niche depuis longtemps. La science des données non plus. Il est grand temps que ces professions évoluent, et adoptent des codes de conduite qui les engagent à titre personnel.

    Aujourd’hui, les entreprises sont confrontées aux régulateurs seulement lorsqu’elles ont fait quelque chose de mal. Dans le secteur de l’aérospatiale ou du médicament, lorsque vous avez une idée pour un nouveau produit, vous devez d’abord demander une autorisation en amont, avant de le lancer. Je ne vois pas pourquoi ça ne pourrait pas s’appliquer aux #réseaux_sociaux.

    https://seenthis.net/messages/829992 via ant1


  • Plan Trump : un plan de liquidation de la cause palestinienne, un alignement indigne de la France :
    Palestine-Israël : « B’Tselem sur le plan de “paix” du président Trump : pas la paix, l’Apartheid » :
    Palestine-Israël. « Ce que vous devez savoir sur le plan d’annexion de Trump » :

    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2020/01/31/plan-trump-un-plan-de-liquidation-de-la-cause-palestini

    #palestine #israël #trump


  • Yale Psychiatrist Bandy X. Lee on Donald #Trump : « His disorder is on display for the world to see »

    Attendre 2020 est « imprudent dans son manque de compréhension du danger actuel que pose le président », soutient Lee

    _Article en anglais datant d’il y a un an mais à relire vu les dernières frasque de celui qui, à « raison », se prend pour le roi de #Twitter vu le nombre de retweets et commentaires-moqueries impressionnées par son manque de retenue (et qui, ce faisant, lui font de la pub)_
    https://www.salon.com/2018/12/04/trump-fans-have-trait-toddlers-grow-out-of-doctor-says_partner
    https://pbs.twimg.com/media/EKZBVC5XkAAuERh?format=jpg&name=medium.jpg

    « De plus en plus de personnes de ce type occupent des postes de direction, y compris au sein d’entreprises, alors qu’il y a 20 ans, on les retrouvait surtout dans les prisons. »

    /.../

    « Les personnalités de type #homme_fort sont très attrayantes en période de crise socio-économique ou politique, car la population est moins en mesure de penser rationnellement mais est plutôt envahie par la peur ou le désir de puiser ses forces dans des idées fantasques. »

    /.../

    « Le pouvoir émotionnel peut être utile lorsqu’il est sain, mais lorsqu’il est malsain, il peut vaincre toutes les approches saines. »

    /.../

    « Son accès illimité à la population via Twitter est aussi dangereux que son accès illimité aux codes nucléaires, car il jette les bases d’une culture de la violence pouvant déclencher des épidémies de violence. »

    #présidence_et_décadence

    https://seenthis.net/messages/813154 via ¿’ ValK.


  • Allions-nous, réinventons la vie ensemble et décolonisons l’imaginaire de l’exploration #MissionStarTrekTerre ! Nous sommes tous des terrestres sur la même terre, respirant le même air, buvant la même eau. « Redécouvir la terre », un texte fondamental de Pierre Charbonnier, Bruno Latour et Baptiste Morizot, 2017 http://traces.revues.org/7071 #ElitesHorsSol
    #terre #sol #classe #géoclasse #viesurterre #capitalisme #déni #climat #biodiversité #vivant #nonhumains #animés #politique #diplomatie #effondrement #collapsologie #mondialisation #écologie #inégalité #giletsjaunes #Trump #Macron #youth4climate #cohabitation #permaculture


  • Stoppons le blocus US contre le Venezuela, illégal et criminel. #TrumpDesbloqueaVenezuela #VenezuelaSeRepeta
    https://www.initiative-communiste.fr/articles/international/stoppons-le-blocus-us-contre-le-venezuela-illegal-et-criminel-

    https://www.initiative-communiste.fr/wp-content/uploads/2017/12/blocus-du-venezuela-300x200.png

    Un siège et un pillage, c’est cela le blocus décidé par le président des Etats Unis d’Amérique, Trump, contre le Venezula. Un blocus qui consiste en le blocage de la totalité des actifs du Venezuela à l’étranger, et ce afin d’empécher le pays de commercer. Un blocus extraterritorial, similaire à celui condamné de façon systématique […] L’article Stoppons le blocus US contre le Venezuela, illégal et criminel. #TrumpDesbloqueaVenezuela #VenezuelaSeRepeta est apparu en premier sur INITIATIVE COMMUNISTE.


  • La manifestation du 11 novembre en vidéos et photos, le discours des JRCF #11nov #TrumpCEstLaGuerre #Paix
    https://www.initiative-communiste.fr/articles/prcf/la-manifestation-du-11-novembre-en-videos-et-photos-le-discour

    https://www.initiative-communiste.fr/wp-content/uploads/2018/11/11nov18manifPRCF3-300x200.jpg

    Le 11 novembre 2018 à l’appel d’un large collectif de partis et d’association une manifestation pour la Paix et contre les guerres impérialistes, contre la venue de Trump à Paris, s’est tenue à Paris. Réunissant plusieurs milliers de manifestants. Le PRCF et les JRCF en étaient, pour appeler à la solidarité internationaliste. Une manifestation largement […] L’article La manifestation du 11 novembre en vidéos et photos, le discours des JRCF #11nov #TrumpCEstLaGuerre #Paix est apparu en premier sur INITIATIVE COMMUNISTE.


  • Pourquoi les JRCF appellent à manifester le #11nov ? #trumpcestlaguerre
    https://www.initiative-communiste.fr/articles/international/pourquoi-les-jrcf-appellent-a-manifester-le-11nov-trumpcestlag

    https://www.initiative-communiste.fr/wp-content/uploads/2018/11/manifestation-11-novembre-paix-300x200.png

    Depuis près de deux mois le PRCF appelle à une grande manifestation contre la venue de Trump à Paris, aux cérémonies nationales du centenaire de l’armistice du 11 novembre 1918, et il est d’ailleurs signataire, avec plusieurs organisations comme le Collectif ni guerre ni état de guerre, Paris against Trump, la Compagnie Jolie Môme et d’autres, d’un […] L’article Pourquoi les JRCF appellent à manifester le #11nov ? #trumpcestlaguerre est apparu en premier sur INITIATIVE COMMUNISTE.


  • Amiante, l’incroyable retour aux Etats-Unis - Sciencesetavenir.fr
    https://www.sciencesetavenir.fr/sante/amiante-l-incroyable-retour-aux-etats-unis_126726

    Depuis les années 1970, près de 60 pays ont interdit l’usage de l’amiante utilisé depuis la fin du XIXè siècle par l’industrie pour ses qualités ignifuges. Car le matériau présente le désavantage d’être particulièrement toxique. En effet, minéraux à structure fibreuse, les différents types d’amiante se dégradent en particules microscopiques qui restent en suspension dans l’air. Quand elles sont inhalées, ces micro-fibres déclenchent une maladie spécifique nommée asbestose (l’asbeste étant l’autre nom de l’amiante) décrite dès les années 1930 et qui désigne une fibrose pulmonaire. L’exposition aux particules d’amiante déclenche bien d’autres maladies, notamment des cancers des bronches, des poumons, de la plèvre.
    Limiter les tests d’évaluation des risques sanitaires

    Pourtant les Etats-Unis sont un des seuls pays industrialisés au monde à en avoir restreint l’usage sans le bannir complètement. Et sous l’administration Trump, la situation pourrait encore s’aggraver. L’amiante peut désormais faire son grand retour dans l’industrie du bâtiment grâce à une série de dérèglementations et de nouvelles règles mises en place ces derniers mois par l’agence de protection de l’environnement (EPA).

    #paywall #amiante #trump

    https://seenthis.net/messages/715935 via mad meg


  • Documenting Trump’s Abuse of Women | The New Yorker
    https://www.newyorker.com/magazine/2016/10/24/documenting-trumps-abuse-of-women

    https://media.newyorker.com/photos/59097ae7019dfc3494ea35cf/16:9/w_1200,h_630,c_limit/161024_r28905web.jpg

    Aussi signalé par @mona je crois

    When the news broke that Donald Trump had been caught on video in 2005 boasting that, as a celebrity, he feels free to “grab” women “by the pussy,” Harry Hurt III experienced a sense of vindication. In 1993, Hurt published “Lost Tycoon: The Many Lives of Donald J. Trump,” an unauthorized biography that has long been out of print. The day the tape surfaced, he was hitting golf balls at a driving range in Sagaponack, New York, when a text message arrived from a friend: “Donald is done!”

    After Hurt watched the tape, he said, “I thought, Finally, this behavior is coming out.” But he doubted that the revelation would do any real damage to Trump’s campaign. Researching his book, in the early nineties, Hurt discovered and documented more serious instances of Trump’s mistreatment of women, yet most news outlets had declined to report on them. Even during the current campaign, Hurt said, “I’ve been a voice in the wilderness.”

    #trump #culture_du_viol

    https://seenthis.net/messages/713382 via Reka


  • Trump Administration Wants American Indians to be Considered a Race Rather than Sovereign Nations - Native News Online

    https://nativenewsonline.net/currents/trump-administration-wants-american-indians-to-be-considered-a-rac

    https://nativenewsonline.net/wp-content/uploads/2017/01/jackson-trump.jpg

    WASHINGTON – As a threat to tribal sovereignty, the Trump administration is attempting to strip American Indians and Alaska Natives from health care.

    Politico reported Sunday, the Trump administration says Native Americans might need to get a job if they want to keep their health care.

    “Tribal leaders want an exemption from new Medicaid work rules being introduced in several states, and they say there are precedents for health care exceptions. Native Americans don’t have to pay penalties for not having health coverage under Obamacare’s individual mandate, for instance.” reports Politico.

    #états-unis #premières_nations #trump #nations_indiennes

    https://seenthis.net/messages/689850 via Reka


  • [VIDÉO] Trump époussette les pellicules de Macron dans un grand et beau moment de tendresse
    https://www.crashdebug.fr/actualites-france/14809-video-trump-epoussette-les-pellicules-de-macron-dans-un-grand-et-be

    Ça lui fait les pieds à « Jupiter » qui adore ridiculiser ses interlocuteurs... Jamais la France n’as autant mérité son appelation de « Caniche des Etats-Unis... » (Informations complémentaires en bas de page)

    Photo AFP

    WASHINGTON | Le président américain Donald Trump a rallongé mardi la liste des marques de sympathie diplomatique, en ajoutant le balayage des pellicules sur le costume de son invité, son homologue français Emmanuel Macron.

    À LIRE AUSSI : Trump fustige l’accord sur le nucléaire iranien, « un désastre »

    M. Trump a effectué ce geste très surprenant juste avant que les deux dirigeants ne posent pour les photographes de presse dans le Bureau ovale de la Maison-Blanche.

    Quand Donald Trump chasse une pellicule sur l’épaule présidentielle française...#Trump #Macron (...)


  • Counterpunch : ce sont les gros sous de riches Américains, et non pas les Russes, qui ont valu à Donald Trump d’être élu.

    Selon un nouveau rapport, Hillary Clinton croyait que Trump était à un tel point inélectable qu’elle avait intérêt à essayer d’attirer les Républicains, et notamment ceux qui financaient les Républicains, dans son camp. C’est pour cette raison qu’elle n’a pas pris la peine de rediger un véritable projet politique.

    Aussi bizarre que cela puisse paraître, l’ancien star de la téléréalité avait beaucoup plus de choses à dire sur les questions politiques que l’ex-First Lady, Sénatrice et diplômée en droit de Yale.

    Big American Money, Not Russia, Put Trump in the White House : Reflections on a Recent Report
    https://www.counterpunch.org/2018/03/30/big-american-money-not-russia-put-trump-in-the-white-house-reflections

    As the esteemed political scientist and money-politics expert Thomas Ferguson and his colleagues Paul Jorgensen and Jie Chen note in an important study released by the Institute for New Economic Thinking two months ago, the Clinton campaign “emphasized candidate and personal issues and avoided policy discussions to a degree without precedent in any previous election for which measurements exist….it stressed candidate qualifications…[and] deliberately deemphasized issues in favor of concentrating on what the campaign regarded as [Donald] Trump’s obvious personal weaknesses as a candidate.”

    Strange as it might have seemed, the reality television star and presidential pre-apprentice Donald Trump had a lot more to say about policy than the former First Lady, U.S. Senator, and Secretary of State Hillary Clinton, a wonkish Yale Law graduate.

    Le rapport du « Institute of New Economic Thinking » :
    Industrial Structure and Party Competition in an Age of Hunger Games : Donald Trump and the 2016 Presidential Election
    https://www.ineteconomics.org/research/research-papers/industrial-structure-and-party-competition-in-an-age-of-hunger-games

    The U.S. presidential election of 2016 featured frontal challenges to the political establishments of both parties and perhaps the most shocking election upset in American history.

    This paper analyzes patterns of industrial structure and party competition in both the major party primaries and the general election. It attempts to identify the genuinely new, historically specific factors that led to the upheavals, especially the steady growth of a “dual economy” that locks more and more Americans out of the middle class and into a life of unsteady, low wage employment and, all too often, steep debts. The paper draws extensively on a newly assembled, more comprehensive database of political contributions to identify the specific political forces that coalesced around each candidate. It considers in detail how different investor blocs related to the Republican Party and the Trump campaign as the campaign progressed and the role small contributors played in the various campaigns, especially that of Vermont Senator Bernie Sanders. It also critically evaluates claims about the final weeks of the election in the light of important overlooked evidence.

    #USA #Etats_Unis #élection #election #Trump #Clinton #Sanders #politique #policies #ieneteconomics.org #Thomas_Ferguson

    https://seenthis.net/messages/681980 via David Sharp


  • The Dirty War Over Diversity Inside Google | WIRED
    https://www.wired.com/story/the-dirty-war-over-diversity-inside-google
    https://media.wired.com/photos/5a6932fc13a7916ca17dce02/191:100/pass/GoogleHarassment-131586587.jpg

    It began subtly. Coworkers peppered mailing lists and company town halls with questions: What about meritocracy? Isn’t improving diversity lowering the bar? What about viewpoint diversity? Doesn’t this exclude white men?
    (…) That’s when it clicked: perhaps some of her coworkers’ questions had not been in good faith. “We didn’t realize that there was a dirty war going on, and weren’t aware of the tactics being used against us,”

    #trolls #manipulation #racisme #sexisme #transphobie #trumpisme #google

    https://seenthis.net/messages/666209 via Fil


  • Considérer #Trump comme un symptôme – par #Bruno_Guigue
    https://www.initiative-communiste.fr/articles/billet-rouge-2/considerer-trump-symptome-bruno-guigue

    Le bavardage incessant des observateurs sur les foucades de Trump, la litanie médiatique sur son “imprévisibilité” et son “amateurisme”, la focalisation permanente sur son goût de l’esbroufe, quand on ne spécule pas carrément sur sa santé mentale (comme si le vainqueur d’une élection présidentielle pouvait être un “débile léger”), bref la logorrhée qui caractérise la […]

    #articles #Billet_Rouge #bille_rouge #Billet_rouge-Pôle_Positions


  • Pas à pas, l’ultradroite américaine fait avancer son projet
    https://www.mediapart.fr/journal/international/201217/pas-pas-lultradroite-americaine-fait-avancer-son-projet

    Donald #trump n’est pas le clown hystérique que beaucoup ont voulu voir lors de son élection. En douze mois de pouvoir, il a dans le bruit et la fureur, déroulé le programme de l’ultradroite américaine, sur les fronts intérieurs et extérieurs. Explications.

    #International #Etats-Unis #Réforme_fiscale


  • #Jérusalem, Israël, #Palestine : la provocation #trump
    https://www.mediapart.fr/journal/international/131217/jerusalem-israel-palestine-la-provocation-trump-0

    Au lendemain du sommet sur le #Climat voulu par Emmanuel Macron et deux ans après l’Accord de Paris, Mediapart ouvre le débat sur les effets économiques et sociaux des politiques de lutte contre les dérèglements climatiques. Avant cela : des entretiens sur la #Corse, Notre-Dame-des Landes, le « carton #Suisse » et Jérusalem. Une soirée en direct et en accès libre dès 18 heures.

    #International #France #évasion_fiscale #Finance #Notre-Dame-des-Landes


  • La #Finance peut-elle sauver la planète ?
    https://www.mediapart.fr/journal/international/131217/la-finance-peut-elle-sauver-la-planete-0

    Au lendemain du sommet sur le #Climat voulu par Emmanuel Macron et deux ans après l’Accord de Paris, Mediapart ouvre le débat sur les effets économiques et sociaux des politiques de lutte contre les dérèglements climatiques. Avant cela : des entretiens sur la #Corse, Notre-Dame-des Landes, le « carton #Suisse » et #Jérusalem. Une soirée en direct et en accès libre dès 18 heures.

    #International #France #évasion_fiscale #Notre-Dame-des-Landes #Palestine #trump


  • JÉRUSALEM : #Trump SÈME LA TEMPÊTE.
    https://www.initiative-communiste.fr/articles/prcf/jerusalem-trump-seme-tempete

    Le président des États-Unis annonce qu’il va reconnaître #Jérusalem comme capital de l’ État d’Israël. Trump ou la flamme sur le tonneau de poudre Le gouvernement israélien a décrété que Jérusalem était sa capitale en 1949 et y a transféré son Parlement et son gouvernement en 1980 après le vote d’une loi constitutionnelle. Mais les […]

    #1-PRCF #articles #état-unis #impérialisme_américain #Israël #paix #Palestine #Proche_orient


  • Un coup de force et une alliance inédite entre USA, #Israël et #Arabie_Saoudite
    https://www.mediapart.fr/journal/international/061217/un-coup-de-force-et-une-alliance-inedite-entre-usa-israel-et-arabie-saoudi

    La reconnaissance par Donald #trump de #Jérusalem comme capitale d’Israël est vécue comme une provocation en Europe et dans le monde arabe. Mais elle s’articule à un plan de paix que Washington tente d’imposer aux Palestiniens avec l’aide de l’Arabie saoudite et d’Israël.

    #International #Palestine



  • Flynn plaide coupable, l’enquête prend une nouvelle dimension
    https://www.mediapart.fr/journal/international/011217/flynn-plaide-coupable-lenquete-prend-une-nouvelle-dimension

    Donald #trump au concours Miss Univers à Moscou, en 2013. © Reuters Michael Flynn, qui fut l’un des artisans de la victoire de Trump puis son conseiller à la sécurité nationale, est accusé d’avoir menti au FBI sur ses liens avec la #Russie et a décidé de plaider coupable. Il annonce ainsi une collaboration avec le procureur.

    #International #Donald_Trump #Maison_Blanche


  • La nouvelle #dystopie, c’est maintenant
    https://framablog.org/2017/11/09/la-nouvelle-dystopie-maintenant

    L’article qui suit n’est pas une traduction intégrale mais un survol aussi fidèle que possible de la conférence #TED effectuée par la sociologue des technologies Zynep Tufecki. Cette conférence intitulée : « Nous créons une dystopie simplement pour obliger les gens à … Lire la suite­­

    #Contributopia #Dégooglisons_Internet #G.A.F.A.M. #Internet_et_société #algoritmes #Alibaba #Facebook #GAFAM #Google #Publicité #Tencent #trump #YouTube #ZinepTufekci